0125 – Ognisko … i popiół

De Piotr Rozenski :

Le dimanche, c’était le jour de tous les dangers : on pouvait se faire choper dans le « Café des Sports » ou se faire couper un doigt dans la friterie … Mais c’était celui chargé de préparer l’ognisko qui courait sans doute le plus de risques : il pouvait se brûler en l’allumant, par exemple ( en cas d’urgence, il y avait l’infirmerie où il était toujours bien accueilli … ). En revanche – situation beaucoup plus explosive – il pouvait aussi se faire allumer par le directeur. Car pour ce dernier, le principal critère permettant de juger le travail du préparateur était de savoir si la pile de bois allait produire de belles flammes ou si de l’amas ne sortirait qu’une fumée bleuâtre empestant l’ambiance. Surtout les jours de pluie, il y avait péril en la demeure.

La journée pour les pyrotechniciens ne se terminait donc pas de la même façon : acclamations et éternelle gloire pour les uns ( les « happy few » ) ou … huées et éclats de risée pour les autres.

Afin de gagner l’estime du public ( et, accessoirement, du directeur ), chaque préparateur y allait de sa technique : empiler des branches pendant des heures, à commencer par des toutes petites, entrelacées de bouts de papier. D’autres, n’ayant pas la même patience, privilégiaient un recours aux gros moyens : un gobelet d’essence ( soigneusement siphonnée de la voiture d’un des visiteurs dominicaux ) et le tour était joué ( empestant autant l’ambiance et … l’audience, condamnée à passer la moitié de la soirée dans les vapes … effet collatéral négligeable ).

Quel que soit le procédé utilisé, le lendemain, surtout après une nuit orageuse, de l’ognisko il ne restait pas grand-chose : quelques branches récalcitrantes, un amoncellement de cendres tièdes … Et, chose intrigante, sous ces décombres, on pouvait découvrir du sable cuit, dur comme fer, qui s’était cristallisé sous l’effet de la chaleur. Avec un peu d’imagination ( et Dieu sait qu’on en avait … ), on découvrait alors des formes étranges ou des dessins surprenants. Quand on cherchait bien, on pouvait parfois même trouver une jolie rose de sable.

Quand je pense aux feux de camp, me vient alors à l’esprit ce passage d’un des poèmes du poète polonais Cyprian Norwid ( Za Kulisami ), devenu célèbre grâce au roman de Jerzy Andrzejewski Popiół i Diament ( Cendres et Diamant ) et au film d’Andrzej Wajda du même nom :

Czy popiół tylko zostanie i zamęt,
Co idzie w przepaść z burzą ? – czy zostanie
Na dnie popiołu gwiażdzisty dyjament,
Wiekuistego zwycięstwa zaranie …

Cela va-t-il en cendre et chaos se réduire,
Que jettera l’orage au gouffre ? – ou, dans un creux
de cendre, un diamant-étoile va-t-il luire,
de triomphe éternel point-du-jour radieux …

 Et vous, qu’est-ce qu’il vous reste de vos passages à Comblain ?

Les colos, que vous ont elles apportées ?

Quels talents avez-vous pu développer grâce à ces séjours, quelle partie de votre personnalité ont elles forgées ? Organisation, initiative, leadership, sens de la responsabilité, vivre-ensemble, travail d’équipe, tolérance, compétences linguistiques … Ou encore autre chose ?

Dites-nous ce que vous retenez, ce qui vous a marqués.

03/07/2017 – Piotr Rozenski

0105
0105 : COMBLAIN-LA-TOUR : Ognisko … i popiół : Alexandre Persik ; Jean-Pierre Dziewiacien ; à l’avant plan, et de dos, le séminariste : Zénon Zak ; Henri Bogdanski.
0106
0106 : COMBLAIN-LA-TOUR : Ognisko … i popiół : Alexandre Persik ; Jean-Pierre Dziewiacien ; Ks Kurzawa.
0819_1978
0819 : COMBLAIN-LA-TOUR – 1978 : Ognisko … i popiół : ( ? ) ; … ; à la guitare, à côté de Ks Kurzawa, c’est Jef Rozenski ; Ks Kurzawa ; … ; ( ? ).
0820_1979
0820 : COMBLAIN-LA-TOUR – 1979 : Ognisko … i popiół : Mr Chwoszcz ; … ; Michel Volodimirof ; Mr et Mme Piech ; Michel Pająk ; Ks Kurzawa ; …
0821
0821 : COMBLAIN-LA-TOUR : Ognisko … i popiół : ( ? ) ; … ; ( ? ).
0822
0822 : COMBLAIN-LA-TOUR : Ognisko … i popiół – Juste avant.
0823
0823 : COMBLAIN-LA-TOUR – 2016 : Ognisko … i popiół – Pendant : Robert Lipowski ; Elisabeth Stempniewicz ; Mme Stempniewicz ; Jean-Pierre ( ? ) ; Dorota Druszcz ; Jean Matagne ; Dominique Stefanski ; Dominique Ogonowski ; Monique Kiełtyka ; Eveline Ogonowski ; Casimir Nowicki ; Marilyne Desmet ; Michel Pietka ; Betty Nowicki ; Regina Gymza ; Stef ( ? ).
0824
0824 : COMBLAIN-LA-TOUR : Ognisko … i popiół – Juste après.

 

Publicités

0090 – Le sérieux

Vacances à Comblain, ce n’était pas synonyme de laisser-aller … bien au contraire.

Ce qui frappe, quand on prend le temps d’analyser les photos de l’époque, c’est le sérieux qui domine quand il s’agit de montrer de quoi on est « capable ».

Fabriquer le feu de camp, l’allumer et l’entretenir demande du sérieux. Dans ce domaine, il y a quelqu’un qui semble être l’éternel préposé … Alexandre Persich.

Si vous allez revoir les photos 105 et 106 ( article 21 ), c’est déjà Alexandre qui est à la manœuvre. Sur la photo 553 ( article 87 ), c’est encore lui.

Sur les photos 575 et 576, en annexe, c’est toujours lui. D’ailleurs, je n’ai aucune photo de lui … sans feu de camp ! Bizarre ! La gentillesse d’Alexandre et son envie d’aider – et de bien faire les choses – expliquent sans doute qu’il ait été si souvent de corvée. Merci Alexandre.

Mais le sérieux s’exprime aussi – et surtout – lors de l’élaboration des spectacles.

Les photos 577 et 578 illustrent l’un de ces moments forts. Theresia Sierkowicz ( la blonde ), Alice Bardo et ( ? ) ont présenté, ce jour-là, un corps de ballet. J’ignore si c’est « Le lac des cygnes » ou « Casse-noisette » qui les a inspirées … ou bien si c’était une libre interprétation …. Mais force est de constater qu’elles y ont mis tout leur cœur.

Tout y est : la grâce, la posture, le costume, le sourire et le sérieux. Je ne doute pas que la danse était parfaite et leur succès total. Si quelqu’un possède d’autres photos de ce spectacle, merci de partager.

Quant aux danseuses, BRAVO et racontez-nous d’où vous est venue cette idée et comment l’avez-vous finalisée ?

Notez que sur la photo 71 ( article 12 ), c’était déjà Theresia Sierkowicz et Alice Bardo qui présentaient un spectacle de danse.

À d’autres moments, le sérieux prenait la forme des détails mis en œuvre.

Les costumes des photos 579 et 580 prouvent le souci d’aller au fond des choses. Et quand on sait le peu de moyen dont on disposait sur place, on se demande comment tout ça a pu voir le jour.

Ça veut dire – aussi – qu’en amont, il y avait une gigantesque envie de bien faire ! Je mesure toute l’imagination qu’il a fallu pour inventer … toute l’intelligence qu’il a fallu pour concevoir … toute la patience, pour convaincre … toute la créativité, pour concrétiser … et tout l’amour, pour finaliser.

Comblain-la-Tour c’était un formidable réservoir de pensées positives … un formidable réservoir d’amour.

21/11/2016 – Jean-Pierre Dziewiacien

0575_1974
0575 : COMBLAIN-LA-TOUR – 1974 : Ognisko : Alexandre Persich surveille le feu ;  Michel Konarski, Jozef Pachel et Jef Rozenski dans un sketch qui mettait en scène des mendiants …

0576

0576 : COMBLAIN-LA-TOUR : Ognisko : Devant le feu, Alexandre Persich et Jean-Pierre Dziewiacien ; Assis : ( ? ) ; …. ; Ks Kurzawa ; … ; Annie Nowicki ; Zosia Król ; Mme Pelagie Nowicki ; … ; ( ? ).

0577_1962
0577 : COMBLAIN-LA-TOUR – 1962 : Corps de ballet devant le perron : ( ? ) ; Thérèsia Swierkowicz ; Alice Bardo.
0578_1962
0578 : COMBLAIN-LA-TOUR – 1962 : Corps de ballet devant le perron : ( ? ) ; Thérèsia Swierkowicz ; Alice Bardo ; ( ? ).
0579_1976
0579 : COMBLAIN-LA-TOUR – 1976 : Spectacle de danse : ( ? ) ; …. ; ( ? ).
0580_1976
0580 : COMBLAIN-LA-TOUR – 1976 : Spectacle de danse : ( ? ) ; …. ; Mme Załobek, la maman de Francine et Georges.

 

 

0086 – Ognisko devant le perron

Aussi loin que m’entraîne ma mémoire, je n’ai pas le souvenir d’un « ognisko » installé ailleurs qu’au bord du terrain de volley. L’endroit d’ailleurs me paraît indissociable de l’activité.

Pourtant, ces photos montrent clairement que des feux de camp étaient organisés devant le perron, entre la maison et l’Ourthe. Je ne comprends pas pourquoi ?

De toute évidence, ne nous sommes pas ici dans le cadre d’une improvisation … Tout y est, les sketchs, les chants, les danses et même le foyer … même s’il n’a pas l’air de fumer beaucoup.

Autour du spectacle, on retrouve les spectateurs, assis sagement tantôt sur des bancs – qui semblent être ceux du réfectoire – tantôt sur des chaises pliables. On semble n’avoir rien laissé au hasard. Le temps est propice et la lumière permet de supposer que la soirée n’est pas encore entamée. Ce n’est pas exactement comme ça que je me représente un « ognisko » … et vous ?

Cette impression est renforcée par le sérieux apparent du public ; ils ont l’air presque « coincés ». Certains garçons ont mis des cravates, les filles sont « endimanchées ». On est sûrement fin des années soixante, début des années septante.

Il y a sans doute une bonne raison. Je suis sûr que les plus anciens d’entre nous savent pourquoi. Je lance donc un appel à tous ceux qui étaient là lors de ces épisodes. S’il vous plaît, expliquez-nous … nous sommes curieux. Ça fait partie des questions qu’on se pose tous à propos de Comblain. Comment c’était avant nous ?

Une autre question me ronge : « Où sont passées les photos que Mr Rzemieniewski faisait de nous ? ». Sur la photo 545, on le voit bien avec son superbe appareil photos qui semble sorti du siècle passé.

Il ne ratait jamais une occasion d’immortaliser là un ognisko, là une joyeuse ambiance, là un sourire. Sans doute voulait-il transmettre à la postérité toutes ces petites scènes de bonheur partagé.

S’il était encore parmi nous, il serait un de nos « correspondants officiels » des Anciens de Comblain, évidemment.

Retrouver toutes les photos de Mr Rzemieniewski et les déposer à Comblain, c’est le moins qu’on puisse faire.

Vous avez une idée par où commencer les recherches ?

24/10/2016 – Jean-Pierre Dziewiacien

0545
0545 : COMBLAIN-LA-TOUR : Ognisko devant le perron : ( ? ) ; … ; debout, Józef Rzemieniewski ; Christiane Kubarek ; Christiane Lukowiak ( collection Zdzisław Blaszka ).

0546

0546 : COMBLAIN-LA-TOUR : Ognisko devant le perron : Debout, Ks Kurzawa ; ( ? ) ; ….. Mme Koldziejka qui se tient la tête ; Violette Kiełbowicz ; Thérèse Wojnarowski ; Lalounia Zawadski. ( collection Zdzisław Blaszka ).

0547
0547 : COMBLAIN-LA-TOUR : Ognisko devant le perron : ( ? ) ; debout, Ks Kurzawa ; … ; debout, Józef Rzemieniewski ; … ( collection Zdzisław Blaszka ).
0548
0548 : COMBLAIN-LA-TOUR : Ognisko devant le perron : Yurek ( ? ) ; ….. ; ( ? ) ; … ( collection Zdzisław Blaszka ).
0549
0549 : COMBLAIN-LA-TOUR : Ognisko devant le perron : ( ? ) ; … ; Yurek ( ? ) ( collection Zdzisław Blaszka ).

 

0043 – Le truc des filles

Si les garçons préféraient faire des sketchs lors des feux de camp – en reproduisant souvent les mêmes – les filles, elles, aimaient innover et présenter des mini-spectacles, souvent de danse.

Les rythmes et les genres musicaux variaient. Mais ce qui était constant, c’est leur acharnement à produire quelque chose de qualité. Elles s’impliquaient fortement et y mettaient tout leur cœur.

Ce qui m’a toujours étonné, c’est de voir comment elles pouvaient s’inventer des costumes pour la circonstance. C’était parfois des chemises de nuit « customisées », d’autres vêtements détournés, des accessoires improbables… Le tout avait de l’allure. Elles avaient le chic pour nous épater.

En plus, ça devait être, à chaque fois, une surprise. Donc, elles s’efforçaient de répéter à l’abri des regards.

Le jeu pour les garçons consistait à trouver l’endroit où elles se réfugiaient et de les surprendre.

Quand un garçon arrivait à découvrir leur secret, il était poursuivi, à travers le parc, pour lui faire promettre son silence.

Pour accepter de se taire et ne pas dévoiler leur secret, nous, les garçons, nous étions prêts à tout.

Un baiser sur la bouche, c’était souvent le prix à payer. Et forcément, le lendemain, on recommençait à chercher.

Lors du spectacle, tout y était, même la musique. Comment faisaient-elles ?

Et d’où sortaient-elles les costumes folkloriques ?

11/01/2016 – Jean-Pierre Dziewiacien

0227
0227 : COMBLAIN-LA-TOUR : Ognisko – danses : Hélène Borowski ; ( ? ) ; Annie Borowski ; …..
0228
0228 : COMBLAIN-LA-TOUR : Ognisko – danses.
0229_1979
0229 : COMBLAIN-LA-TOUR – 1979 : Ognisko – danses : Ks Kurzawa, à l’avant plan ; à l’arrière plan : Michel Konarski ; Piotr Rozenski ; Hélène Piech ; Cécile Dannielewski : Nathalie Haine ; …..
0230_1979
0230 : COMBLAIN-LA-TOUR – 1979 : Ognisko – danses : Nathalie Haine ; ….. ; à l’arrière plan : Piotr Rozenski ; Hélène Piech ; Cécile Dannielewski ; …..
0231_1979
0231 : COMBLAIN-LA-TOUR – 1979 : Ognisko – danses : A l’arrière plan : Freddy Motała ; …
0232_1979
0232 : COMBLAIN-LA-TOUR – 1979 : Ognisko – danses : A l’arrière plan : Freddy Motała ; Michel Konarski ; Piotr Rozenski ; Hélène Piech ; …

0032 – Ognisko 1 : les sketchs des garçons

C’est un gars qui a perdu ses clés…

Alors il cherche. Il cherche. Sans jamais rien trouver.

Un autre gars arrive, regarde la scène et fini par interpeller le premier : « Mais que cherchez-vous Monsieur ? ».

« J’ai perdu mes clés », dit le premier. « Je vais vous aider à chercher ». Et tous les 2 se mettent à chercher.

Au bout d’un moment, le second interroge, à nouveau, le premier : « Mais vous êtes sûr de les avoir perdus ici ? ».

« À non », répond le premier, « Je les ai perdus là-bas », dit-il en désignant un autre endroit.

C’est un endroit obscur – qu’on a pris soin de représenter par une couverture noire.

« Mais alors, pourquoi cherchez-vous ici ? » demande le premier intrigué… « Parce qu’ici, il fait clair », répond le second.

Je suis sûr que ça n’a plus fait rire personne ! ! !

Pourtant, c’était le genre de sketch auquel nous avions droit, chaque année, lors des feux de camp. Et à l’époque, on riait de bon cœur. Même en connaissant par cœur la chute.

La troupe de soldats avance à pas de loup. On devine que ce sont des soldats grâce à leurs uniformes ( improvisés ) et aux marques noires qu’ils ont sur leurs visages. Ils se sont badigeonnés avec des bouchons brûlés. C’est sûrement l’avant-garde d’une armée en campagne. Le silence et le camouflage sont de rigueur.

Au bout d’un moment, le dernier de la troupe éternue… « Qui a fait ça ? », crie le chef qui marche en tête. « C’est moi », répond le dernier de la file. Et Pan, il est abattu sur le champ par le chef. La troupe repart.

Au bout d’un moment, le nouveau dernier éternue à son tour. « Qui a fait ça ? », crie le chef. « C’est moi », répond le nouveau dernier de la file. Et Pan, il est abattu sur le champ par le chef. Ils sont 2, à présent, allongés par terre. La troupe repart. Et ainsi de suite…

Maintenant, ils ne sont plus que 2, le chef et le nouveau dernier. Celui-ci comprend qu’il ne doit surtout pas éternuer.

Il tremble, gesticule, essaie de se contrôler… mais fini par éternuer à son tour. Il craint le pire.

« Qui a fait ça ? », crie le chef. « C’est moi », répond le seul suiveur en tremblant. « Alors, à tes souhaits », rétorque le chef en prenant son subalterne bras dessus bras dessous.

Le ressort est éculé. Nous avons assisté à ce gag tant de fois. Mais quel plaisir de voir ces artistes en herbe s’investir autant.

 

Le type arrive, devant le feu de camp, avec une corde à chaque main. Il a une veste sur le dos et propose à l’assemblé de tester sa force. Des garçons arrivent et se placent de chaque côté du type. Les 2 groupes agrippent les 2 cordes et se mettent à tirer chacun de son côté. La « foule impressionnée » retient son souffle. Va-t-il supporter pareille écartèlement ? Au début, tout va bien.

Au bout de quelques minutes, le lascar retire ses bras des manches de sa veste et s’en va tranquillement… laissant les 2 groupes tirer sur ce qui n’est qu’une seule et unique corde que le saltimbanque avait pris soin de dissimuler à travers ses manches.

Éclat de rire général… à l’époque.

Parfois, ils paraissaient sans risque, mais se révélaient dangereux.

On bandait les yeux d’une petite fille, ou d’un petit garçon, qui ignorait tout du gag. On apportait une grande planche tenue solidement par 2 grands gaillards. On installait la victime sur la planche, toujours les yeux bandés. Elle s’agrippait aux épaules de 2 autres grands qui se plaçaient de chaque côté de la planche. On lui expliquait que la planche allait monter jusque 2 mètres de hauteur, mais qu’elle n’avait rien à craindre. « Tiens-toi bien aux épaules ». Et la montée s’amorçait.

En réalité, la planche ne montait pas plus de 10 cm du sol. Ceux qui la manipulaient, prenaient soin de la balancer légèrement.

Ceux qui servaient d’épaule, se mettaient progressivement accroupi. L’illusion était parfaite. La fillette était persuadée d’être en hauteur. « Maintenant, saute par terre »… Évidemment à 10 cm du sol elle ne pouvait pas se faire mal, mais la surprise était de taille.

J’ai connu une fillette qui s’est mal. Elle est mal retombée. On n’a plus jamais rejoué la scène.

Qui se souvient d’autres sketchs ? C’est le moment de raconter.

 

Allez, un petit dernier, pour la route.

On fait venir une fille – de préférence timide – et un chef moniteur, d’une voix imposante lui ordonne : « Staj na go ».

En général, la petite se demande ce qui lui arrive. Le public, qui ne connaît pas la chute, s’indigne.

On laisse mijoter un peu. Et finalement, le chef moniteur rejoint la fille au centre de la scène et trace, par terre, à la craie un grand G et un grand O. Il suffit à la fille de se placer dessus. Ouf de soulagement.

26/10/2015 – Jean-Pierre Dziewiacien

Pour revoir tous les épisodes précédents : https://anciensdecomblain.com/

0165 : COMBLAIN-LA-TOUR : Autour de l’ognisko : Autour de Ks Kurzawa, il me semble qu’il y ait des enfants venus d’Allemagne ; l’autre prêtre est Ks Kejke d’Allemagne aussi. A gauche de Ks Kurzawa : Bronia Hordynski de Saint-Vaast. A l’extrême gauche : la dame avec un gilet vert est Madame Wojas de Liège, elle travaillait aux cuisines et venait avec ses 2 filles : Gisèle et Fabiola Wojas.
0165 : COMBLAIN-LA-TOUR : Autour de l’ognisko : Autour de Ks Kurzawa, il me semble qu’il y ait des enfants venus d’Allemagne ; l’autre prêtre est Ks Kiek d’Allemagne aussi. A gauche de Ks Kurzawa : Bronia Hordynski de Saint-Vaast. A l’extrême gauche : la dame avec un gilet vert est Madame Wojas de Liège, elle travaillait aux cuisines et venait avec ses 2 filles : Gisèle et Fabiola Wojas.
0166 : COMBLAIN-LA-TOUR : Autour de l’ognisko : Mr Jozeph Rzemieniewski ; Annie Nowicki ; Ks Kurzawa ; Pelagie Nowicki ;  À droite du mât : Fabienne Laffut qui materne ses tout-petits dont peut-être Betty Nowicki avec de longs cheveux et plus à droite : Henry Bogdanski de la région du Centre.
0166 : COMBLAIN-LA-TOUR : Autour de l’ognisko : Mr Jozeph Rzemieniewski ; Annie Nowicki ; Ks Kurzawa ; Pelagie Nowicki ; À droite du mât : Fabienne Laffut qui materne ses tout-petits dont peut-être Betty Nowicki avec de longs cheveux et plus à droite : Henry Bogdanski de la région du Centre.
0167 : COMBLAIN-LA-TOUR : Autour de l’ognisko : Mme Weronika Załobek ; Ks Kurzawa ; Mr et Mme Pomorski ; Alexis Łagocki debout ; ….
0167 : COMBLAIN-LA-TOUR : Autour de l’ognisko : Mme Weronika Załobek ; Ks Kurzawa ; Mr et Mme Pomorski ; Alexis Łagocki debout ; ….
0168 : COMBLAIN-LA-TOUR : Ognisko ( ? ) ; ( ? ). ( collection Zdzisław Blaszka ).
0168 : COMBLAIN-LA-TOUR : Ognisko : ( ? ) ; ( ? ). ( collection Zdzisław Blaszka ).
0169 : COMBLAIN-LA-TOUR : Ognisko De dos : Jurek Stoj de Bruxelles ; ….
0169 : COMBLAIN-LA-TOUR : Ognisko : De dos : Jurek Stoj de Bruxelles ; ….
0170 : COMBLAIN-LA-TOUR : Ognisko Jean-Pierre Dziewiacien ; ( ? ) ; Raymond Mielcarek, le moniteur ; …
0170 : COMBLAIN-LA-TOUR : Ognisko : Jean-Pierre Dziewiacien ; ( ? ) ; Raymond Mielcarek, le moniteur ; …

0021 – La pluie et l’orage sur Comblain

La pluie et l’orage sur Comblain :

Allumez le feu… c’était à Comblain-la-Tour une prérogative du chef moniteur ; ce qui n’était pas forcément, à tous les coups, une partie de plaisir.

L’« Ośrodek Wakacyjny Millennium » a beau être une terre polonaise – peuplée de polonais – il n’en est pas moins situé en Belgique, où l’averse passagère succède souvent à la pluie intermittente.

Trouver du bois sec relevait, bien des fois, d’un exploit aussi difficile que de prédire une météo favorable pour un feu de camp. Mais que serait une colonie de vacances sans feux de camp.

L’utilisation d’essence, bien que formellement interdite, était régulièrement le dernier recours.

Sur la photo 105 : je m’efforce d’allumer le feu en l’arrosant d’essence ! Alexandre Persich, à mes côtés, surveille la manœuvre.

Sur la photo 106 : Ks Kurzawa vient constater de visu l’acharnement du feu à rester éteint.

Les jours de pluie à Comblain étaient des jours tristes. Impossible d’aller se promener, d’aller patauger dans l’Ourthe, de jouer dans le parc,…

La maison était alors envahie d’enfants. On ressortait les jeux de société. Partout, dans le réfectoire, dans le hall d’entrée, sous le porche, des petits groupes se formaient autour des mikados, des puzzles et des jeux de carte.

C’était le bon moment aussi pour écrire aux parents. Les enfants s’appliquaient. Mais l’imagination manquait ; alors on s’échangeait les phrases : « T’as qu’à dire qu’hier on a été jusqu’à Xhoris et qu’on s’est perdu en revenant. Même qu’on est rentré en retard à la colo, et même que les cuisinières n’étaient pas contentes ». « Moi, j’ai raconté que le groupe de garçons avait été puni parce qu’ils étaient toujours en retard pour la prière du soir ». « Moi, j’ai juste demandé de m’envoyer un peu d’argent pour aller au marché de Comblain-au-Pont ».

Il faut bien avouer, ce sont surtout les petites filles qui écrivaient. Les garçons,…

C’était le moment où la petite échoppe de Mr Bardo fonctionnait le mieux. On pouvait y acheter des timbres, des cartes postales, mais aussi des bonbons, des boissons et des glaces à l’eau.

Tout le monde essayait de s’occuper. Mais chacun avait un œil sur son occupation et un œil vers la fenêtre.

Dès que le soleil faisait mine de percer, les jeux et les papiers à lettres disparaissaient comme par miracle. Tout le monde se retrouvait dans le parc. L’herbe mouillée ne faisait peur à personne. On s’y installait sans retenue. L’important c’était d’être dehors.

Dans le parc, on se laissait envahir par un mélange d’odeurs délicieuses d’ozone, d’herbe mouillée et de liberté.

Et que dire de l’orage

Qui d’entre nous n’a jamais vécu une soirée d’orage à Comblain-la-Tour ?

Dans cette vallée encaissée, les éclairs semblaient se répondre. C’était fracassant, assourdissant, grandiose.

Nous étions entassés à l’intérieur, souvent dans le hall. On regardait, par la fenêtre, les éléments se déchaîner. On entendait des « Oh », des « Aaaah », des « Waouh », des « J’ai peur ».

Et les filles se rapprochaient, pour avoir moins peur. Et nous les serrions dans nos bras.

Les garçons aimaient beaucoup les soirées d’orage à Comblain-l’Amour.

Mais connaissez-vous cette légende qui circule depuis longtemps dans le village de Comblain ?

Ça se passe à l’endroit du « Tourniquet » – photos 107, 108, 109 et 110 ; vous connaissez tous cet endroit. C’est là que l’Ourthe est la plus tumultueuse ; en allant vers la source, c’est juste derrière la série de chalets qui cachent à présent les remous.

On raconte qu’un radeau s’y est englouti, un soir de Noël : c’est Le mystère de la cloche de Saint-Laurent.

Le Tourniquet, en amont du village ( aussi appelé « Trou Lucas » ) a toujours été un passage difficile pour ceux qui tentaient de naviguer sur l’Ourthe. C’est donc là, qu’un soir de Noël, le radeau du mécréant Materne ( je vous jure que je n’invente rien ) a sombré au pied des « Tartines » ( les « Tartines » est le nom que l’on donne aux rochers étroits et verticaux qui ont l’air d’être alignés, comme des tranches de pain dans un grille-pain, derrière le rocher de la Vierge ).

C’était un soir d’orage et l’Ourthe était particulièrement agitée ; le bateau de Materne était devenu incontrôlable ; au lieu de prier et d’invoquer la Vierge, Materne s’est mis à blasphémer… le naufrage était inévitable.

Depuis lors, la cloche de Saint-Laurent gît au fond de l’Ourthe et protège Comblain-la-Tour contre la foudre ;

on dit aussi que cette cloche tinte encore les soirs de la nativité.

Les moins rêveurs, prétendent que l’air froid de Noël est tellement dense que c’est en réalité le son de la cloche de Hamoir qui descend avec l’Ourthe. Quant à ceux qui ont perçu à maintes reprises le son cristallin de cette cloche, ils vous jurent qu’il provenait du milieu de la rivière, non loin du « Tourniquet ».

Ceux qui défendent la légende disent que : « Depuis lors, on ne se souvient pas d’un coup de foudre à Comblain-la-Tour… sauf à la Saint-Valentin ».

Nous, on se souvient de beaucoup de coups de foudre ; et pas qu’à la Saint Valentin.

Il y avait ceux qui résonnaient dans la vallée les soirs d’orage. Ils étaient fracassants

Et il y avait ceux qui fracassaient nos petits cœurs… et ils étaient attendrissants.

31/08/2015 – Jean-Pierre Dziewiacien – https://anciensdecomblain.com/

105 : COMBLAIN-LA-TOUR – Ognisko : Alexandre Persik ; Jean-Pierre Dziewiacien ; à l’avant plan, et de dos, le séminariste : Zénon Zak ; Henri Bogdanski.
0105 : COMBLAIN-LA-TOUR – Ognisko : Alexandre Persich ; Jean-Pierre Dziewiacien ; à l’avant plan, et de dos, le séminariste : Zénon Zak ; Henri Bogdanski.
106 : COMBLAIN-LA-TOUR – Ognisko : Alexandre Persik ; Jean-Pierre Dziewiacien ; Ks Kurzawa.
0106 : COMBLAIN-LA-TOUR – Ognisko : Alexandre Persich ; Jean-Pierre Dziewiacien ; Ks Kurzawa ; Kazik Rzymowski.
107 : COMBLAIN-LA-TOUR – Carte postale : L’Ourthe, au lieu dit « le Tourniquet ».
0107 : COMBLAIN-LA-TOUR – Carte postale : L’Ourthe, au lieu dit « le Tourniquet ».
108 : COMBLAIN-LA-TOUR – Carte postale : L’Ourthe, au lieu dit « le Tourniquet ».
0108 : COMBLAIN-LA-TOUR – Carte postale : L’Ourthe, au lieu dit « le Tourniquet ».
109 : COMBLAIN-LA-TOUR – Carte postale : L’Ourthe, au lieu dit « le Tourniquet ».
0109 : COMBLAIN-LA-TOUR – Carte postale : L’Ourthe, au lieu dit « le Tourniquet ».
110 : COMBLAIN-LA-TOUR – Carte postale : L’Ourthe, au lieu dit « le Tourniquet ».
0110 : COMBLAIN-LA-TOUR – Carte postale : L’Ourthe, au lieu dit « le Tourniquet ».