0224 – Week-end des scouts

Les photos d’aujourd’hui – comme celles de la semaine dernière d’ailleurs – datent de septembre 1981 lors du traditionnel week-end des scouts. Nos rencontres actuelles des Anciens de Comblain sont, en quelque sorte, des répliques de ces week-ends. Ils s’organisaient toujours en septembre et donnaient lieu à une joyeuse ambiance.

Ceci me donne l’occasion de revenir sur le rôle essentiel des scouts, et des comités d’anciens scouts, dans la vie sociale et culturelle des polonais de Belgique et plus particulièrement dans l’aide à la gestion du Centre Millennium de Comblain-la-Tour.

Je ne suis pas la personne la plus habilitée pour parler de l’action des scouts – mon parcours a été différent – et j’aimerais beaucoup que ceux qui ont participé à cette action nous en parlent. Mais ce qui me paraît capital c’est d’affirmer que, contrairement à ce que d’aucuns affirment, il n’y a jamais eu de conflit entre les scouts d’une part et les KSMP d’autre part. Toutes ces organisations vivaient en parfaite harmonie. Et si vous voulez vous en persuader, il suffit de lire le PV de la réunion générale du cercle des Anciens Scouts de Belgique ci-dessous.

Ce PV, rédigé par Mr Józef Rzemieniewski et traduit par André Karasiński, date du 23/03/1977, c’est-à-dire d’il y a 42 ans.

À la lecture de ce document, vous verrez que la préoccupation essentielle du cercle était de soutenir le Centre Millennium. Quant aux personnes qui travaillaient activement dans l’organisation de l’un, elles étaient souvent présentes dans l’autre. Rien d’étonnant que les noms cités ici se retrouvent également dans les KSMP : W. Bień ; B. Chwoszcz ; Wocheń ; Żałobek ; Kiełtyka ; Stefański ; Paterka ;

 Et pour revenir sur les photos du jour, lors de ce week-end de septembre 1981, une importante délégation du KSMP de Mons était présente et participait aux activités avec les jeunes de Liège et du Limbourg. Le tout dans une entente parfaite et une joyeuse ambiance.

Narodowiec du 23/03/1977 – Nouvelles de Belgique

 ASSEMBLÉE GÉNÉRALE DU CERCLE DES ANCIENS SCOUTS EN Belgique

 Ce sera peut-être plus utile de commencer ce PV par ce qui a été discuté à la fin de la réunion dans le tour de table ainsi que par le programme des tâches à effectuer ?

On y a, en effet, débattu de questions présentant un intérêt général.

La réunion s’est déroulée au Centre de vacances du Comité des écoles à Comblain-la-Tour. Le Centre a d’ailleurs été au centre des débats.

Ceci est tout à fait compréhensible puisque depuis deux ans le Cercle des anciens scouts collabore étroitement avec le Comité des écoles et apporte une aide substantielle au Centre de vacances. Le Cercle aide financièrement et cette aide dépasse les 100.000 francs. En outre, bon nombre de membres du Cercle effectuent gratuitement des travaux au Centre. À l’initiative du bureau du Cercle, un certain nombre d’événements sont également organisés au Centre pour les Polonais mais aussi pour les Belges.

Les bénéfices de ces événements viennent aussi renforcer la trésorerie du Comité des écoles.

Cela fait beaucoup de choses. Certains s’imaginent parfois, surtout ceux qui ont rejoint cette action il y a peu, que c’est seulement maintenant que « Comblain » vient de commencer à vivre. Ils oublient que cette vie a débuté il y a 15 ans déjà et que les débuts furent très difficiles. On ne peut donc oublier ceux qui ont aidé à surmonter ces difficultés à une époque où d’aucuns pensaient que le Comité des écoles n’y parviendrait pas. Ce serait leur manquer, à la fois, de reconnaissance et de gratitude. Et c’est cela qu’a rappelé Monsieur J. Kiełtyka. Nous possédons maintenant un cheval sellé mais il en a fallu des efforts pour que le cheval s’habitue à la selle, a-t-il déclaré !

 Et il avait le droit de s’exprimer de la sorte puisque avec son épouse il a fait partie de ceux qui ont aidé à seller ce cheval. Monsieur Fr. Żałobek s’est également exprimé sur ce sujet en ayant certainement une pensée pour feue sa maman. Ce n’est pas l’endroit de rappeler tout le monde mais, parmi les participants à la réunion, il faut citer encore messieurs L. Czak et W. Bień.

 En partant de presque rien, il a été possible de rembourser, charges d’intérêt comprises, plus de deux millions de francs, d’équiper le Centre, de veiller à son entretien et, en plus, de construire une nouvelle maison.

Outre les colonies de vacances, des événements divers ont été organisés. Que d’efforts déployés, durant des jours et des nuits sans sommeil, pour tirer profit du Centre pendant les festivals internationaux de jazz ! D’autres événements ont également été organisés, relativement peu malheureusement puisque, activités professionnelles obligent, il y avait peu de volontaires disponibles pour donner un coup de main. Maintenant, il ne manque pas de retraités.

 Ceux qui furent les premiers, ceux de la période dite « héroïque », se réjouissent maintenant que leurs efforts ne furent pas vains, que d’autres les rejoignent, on travaille dans la continuité. Ils se réjouissent également de l’aide efficace apportée par le Cercle des anciens scouts au Centre.

 Il faut préciser, car certains semblent ignorer ce fait, que l’aide du Cercle dans le cadre du plan d’action déterminé par le Comité des écoles. Cette aide constitue seulement un don du Cercle au Comité des écoles. Seuls les dons d’origine douteuse peuvent être refusés par le Comité. D’autres organisations peuvent aider en fonction de leurs possibilités. De nouvelles fenêtres doivent, par exemple, être placées au Centre et par conséquent chaque organisation a l’occasion de prendre en charge ne fût-ce que le remplacement d’une seule fenêtre.

 Pour le moment, certaines organisations sont en retard, depuis des années, de paiement des cotisations dont elles ont fixé elles-mêmes les montants.

 Comment expliquer la pénurie d’équipes de scouts ?

 Durant les premières années d’après-guerre, le scoutisme était la seule organisation de jeunesse en Belgique. Dans les faits, actuellement, il n’y a plus aucune équipe. D’aucuns, pour se justifier, prétendent que cette situation a été provoquée par certaines personnes pour qui il était important détruire le scoutisme.

 Lors de la discussion sur ce thème, quelqu’un a fait remarquer, à juste titre, que « s’il en est ainsi, si le scoutisme a disparu en Belgique, nous en sommes avant tout les responsables. J’en suis responsable car, après mon mariage, je me suis retiré du scoutisme alors que pourtant ma femme était guide. Beaucoup ont agi de la sorte. Sans doute le scoutisme avait-il ses adversaires mais ce ne sont pas ces derniers mais nous-mêmes qui sommes responsables de la situation actuelle ». Personne n’ayant contredit cette opinion, elle devait être pertinente.

 Compte rendu des débats

Durant la réunion, les membres du bureau sortant, messieurs J. Stefański, président, Karpiński, secrétaire et S. Paterka, trésorier ont présenté un rapport d’activité. Le président comme le secrétaire ont souligné l’action du Cercle en faveur du Centre du Comité des écoles grâce à une collaboration étroite avec son bureau. On a également mentionné l’excursion pour les membres du Cercles et les activités organisées.

 Le trésorier a informé que durant le mandat écoulé, les recettes se sont élevées à 523.887 francs et les dépenses à 486.029 francs ce qui donne un solde de 37.858 francs.

La discussion fut animée. Ensuite le président Comité de vérification a déclaré que le comité a constaté la régularité des écritures et la justification des dépenses et a émis la proposition d’accorder la décharge au bureau sortant. Cette proposition a été adoptée.

On est passé ensuite à l’élection du nouveau bureau : président J. Stefański, secrétaire Karpiński et trésorier S. Żałobek.

Comité de vérification ; président B. Chwoszcz, membres J. Angowski, Wocheń, Bień, Trzęsień.

 Monsieur Stefański a encore présenté un plan d’action. Dans la discussion on a attiré l’attention sur la nécessité d’élaborer des statuts car pour le moment le Cercle fonctionne sur la base des règles du droit commun. Il faudra aussi relancer les régions.

Après tous ces débats intéressants et parfois très animés, les participants ont clos la réunion en entonnant l’hymne national.

                                                                                                           ( j. n. ) 1

1 Józef Rzemieniewski

1702
1.702 : COMBLAIN-LA-TOUR – septembre 1981 : Week-end des scouts : André Paterka, au lancé ; Henri Zapałowski ; Richard Chwoszcz ; Freddy Motała ; ( ? ) ; Georges Załobek ; ( ? ) ; Bernard Angowski.
1703
1.703 : COMBLAIN-LA-TOUR – septembre 1981 : Week-end des scouts : ( ? ) ; … ; Freddy Motała ; Sylvie Motała ; … ; Georges Załobek.
1704
1.704 : COMBLAIN-LA-TOUR – septembre 1981 : Week-end des scouts : ( ? ) ; … ; Zuhal Gunal ; Béatrice Laffut ; Freddy Motała ; Pascal Łagocki ; Richard Chwoszcz ; Henri Zapałowski ; ( ? ) ; Georges Załobek ; ( ? ) ; …
1705
1.705 : COMBLAIN-LA-TOUR – septembre 1981 : Week-end des scouts : Freddy Motała ; ( ? ) ; ( ? ) ; Pascal Łagocki ; Henri Zapałowski ; ( ? ) ; ( ? ) ; Richard Chwoszcz ; ( ? ) : … ; Zuhal Gunal ; Sylvie Motała.
1706
1.706 : COMBLAIN-LA-TOUR – septembre 1981 : Week-end des scouts : ( ? ) ; Elisabeth Rozenski ; Béatrice Laffut ; ( ? ) ; … ; Richard Chwoszcz ; ( ? ).
1707
1.707 : COMBLAIN-LA-TOUR – septembre 1981 : Week-end des scouts : Czesiu Kucharzewski ; Tino ? ; Freddy Motała ; Pascal Łagocki ; Annick Skopp ; Zuhal Gunal ; Sylvie Motała ; Carine Nis.
1708
1.708 : COMBLAIN-LA-TOUR – septembre 1981 : Week-end des scouts : Freddy Motała ; Annick Skopp ; Czesiu Kucharzewski ; Pascal Łagocki ; Sylvie Motała ; Géniu Bujanowski ; Zuhal Gunal ; Carine Nis ; Tino ?.
1709
1.709 : COMBLAIN-LA-TOUR : Devant l’Ourthe : Madame Kiełtyka ; Monsieur Józef Rzemieniewski ; Madame Wanda Biatuszewska – Ferdyn de Winterslag ( Ancienne Guide polonaise du Limbourg ) ; Madame Mikucka ( du Limbourg aussi, elle a toujours été de toutes les « cuisines » pour camps de vacances ), la dernière dame était, il me semble de la région liégeoise. Vous pouvez remarquer qu’il n’y avait pas encore de haies derrière eux et que nous ( les enfants ) ne pouvions pas jouer de ce côté-là …. Monique Kiełtyka
1710
1.710 : COMBLAIN-LA-TOUR : Dans la grande salle d’accueil : Mme Chwoszcz ; Mr Léon Czak ; Mr Wacek Bień et son épouse ; Mr Stempniewicz ; Mr Józef Rzemieniewski ; Mr Wochen ; Mr Karpiński ; Pan Jan.
1711__1977_03_23
1.711 : Narodowiec du 23/03/1977 – Nouvelles de Belgique.
1712
1.712 : Narodowiec : Week-end des Anciens scouts à Comblain-la-Tour.

 

 

0223 – Apprentissages, formations et … déformations

Nous avons déjà évoqué  les cours qui étaient organisés à Comblain-la-Tour …

Car outre, les cours de moniteurs organisés à de maintes reprises, les cours de danse, merveilleux souvenirs de l’année1972, et les cours de Loreto, qui étaient le prolongement de Comblain, les cours qui y étaient dispensés, ont été pour nous, une mine de connaissances et de ressources en tous genres dans lesquelles nous avons pu puiser en bien des circonstances ! Il faut dire que c’est le but premier de la Macierz Szkolna, propriétaire du site et garante de l’éducation polonaise en Belgique.

Je précise – pour ceux qui ne maîtrisent pas totalement la langue de Mickiewicz – que « Szkolna » est l’adjectif  dérivé du mot « école » que l’on peut traduire par « scolaire » et que le mot « Macierz » signifie littéralement « matrice ». Le terme peut paraître surprenant, mais il convient de l’aborder sous l’angle de la définition qu’en donne Wikipédia : « Une matrice ( du latin matrix ( matricis ), lui-même dérivé de mater, qui signifie « mère » ) est un élément qui fournit un appui ou une structure, et qui sert à entourer, à reproduire ou à construire ». C’est donc bien la transmission du savoir, l’apprentissage, l’éducation  qui sont au cœur du projet et de l’ambition de cette structure.

Ce serait utopique de vouloir dresser une liste exhaustive de tous les savoirs que nous avons acquis – ou perfectionné – à Comblain. Mais comment ne pas souligner que, derrière l’organisation des colonies de vacances, c’est la transmission  d’une multitude d’apprentissages qui était visée. Je n’en citerais que quelques-uns : l’amélioration de la langue polonaise, l’éveil à la culture, les chansons traditionnelles, les danses folkloriques, les habitudes culinaires, les usages et autres traditions, sans compter l’art du « vivre ensemble » et du respect de l’autre. Le tout en s’amusant ! Comment  ne pas apprendre dans de telles conditions ?

Je suis sûr que si vous vous posez la question individuellement vous trouverez, vous aussi, des tas de domaines que Comblain a contribué à impacter positivement … des domaines ou des aspects plus personnels où vous avez pu progresser, comme la timidité des uns, la fragilité des autres, …

Les photos d’aujourd’hui me donnent l’occasion de mettre l’accent sur un de ces apprentissages « collatéral » qui s’est avéré bien utile ! Nous étions tous membres d’organisations de jeunesse et tous, nous collaborions activement aux développements et à l’essor de ces organisations. À ce titre, nous participions énergiquement aux multiples tâches que nécessitait l’organisation des festivals, des bals, des soirées dansantes, et autres « surboums », … Il nous fallait donc, non seulement danser sur scène, mais aussi nous acquitter d’un certain nombre de tâches qui, même si elles étaient moins prestigieuses que le spectacle donné, étaient toutes aussi fondamentales et devaient être réalisées. D’autant plus que l’apport financier de ces manifestations n’était pas négligeable pour l’achat de nouveaux costumes et accessoires.

Alors, le « kaftan » à peine remisé sur le cintre, le jupon à peine détaché, nous nous activions déjà parmi le public … les uns s’occupant des commandes … les autres ramassant les verres vides. Il nous fallait, non seulement savoir manipuler la « cuipaga », mais aussi le plateau à verres remplis de bières ou de vodka … les deux demandant adresse et concentration. Dans des salles pleines à craquer ( c’était un temps où les normes de sécurité paraissaient aussi souples et élastiques que nos sauts sur scène et comme ceux-ci, elles se sont un peu raidies depuis lors ), il en fallait des contorsions pour réussir à servir tous ces consommateurs avides d’étancher une soif qu’ils nous accusaient d’avoir provoquée par la poussière de nos enthousiasmes scéniques. Quelques minutes plus tôt, nous étions sur scène, nous étions, en toute modestie, les « vedettes » et on nous applaudissait … là, dans la salle, on râlait parce que le service n’allait pas assez vite !

L’idée de nous préparer pour affronter ces moments de grande agitation et de stress n’était donc pas si saugrenue : apprendre à apporter le plateau à bon port, sans renverser, et quelle que soit la difficulté du parcours … en voilà une formation bien utile pour laquelle on peut dire merci à ceux qui y ont pensé !

En regardant les photos en annexe, vous verrez que tous les participants s’y sont prêtés avec tout le sérieux nécessaire … comme toujours à Comblain-la-Tour ! Et même si tout ça était orchestré sous forme de jeux … la finalité n’était pas la compétition mais l’apprentissage et la recherche d’une certaine excellence …

Bien sûr, à ces jeux de rôles, où on était alternativement le serveur et / ou le buveur … il y avait souvent des lendemains difficiles. D’ailleurs, sur la dernière photo, celle des trois comparses qui devaient avoir largement contribué à l’élaboration de ce stage, on devine que les verres étaient remplis quand ils arrivaient à destination mais qu’ensuite, ils ont dû se faire un devoir de les vider … car oui, c’était un devoir !

Mais quand on croit à ce qu’on fait … on le fait à fond et j’ajoute que les polonais sont des gens de conviction quand il s’agit de sacrifier son foie … à sa foi !

13/05/2019 – JP Dz

Complément d’information apporté par André Karasiński :

Le mot « Macierz » peut être abordé sous un autre angle :
Dans la langue polonaise, le substantif « macierz » a plusieurs significations :

  1. la Patrie ;
  2. le tableau comprenant m lignes et n colonnes ;
  3. la mère, la maman ( anciennement, plus usité actuellement ).

On trouve également dans les dictionnaires polonais : « Mot figurant dans les noms d’anciennes associations éducatives polonaises » ou « Le nom d’associations éducatives polonaises actives à partir de la fin du 19ème siècle ». On n’est pas plus avancés avec ces explications !

En cherchant l’origine de « Macierz szkolna », j’ai découvert ceci : « Macierz Polska, créée en 1882 à Lwów à l’initiative de J.I. Kraszewski, dirigeait l’activité d’éducation et d’édition destinée aux couches populaires … »

En parcourant Internet, on se rend compte que les Américains et les Anglais ( ou les Polonais des E-U et de GB ? ), quand ils parlent de Polska Macierz Szkolna, précisent « polish Alma Mater » ou « in english Alma Mater ».

Mon explication :

« Alma Mater Studiorum » est la devise de la plus ancienne université du monde occidental, l’Université de Bologne, fondée en 1088. L’usage de cette expression s’est ensuite progressivement propagé dans les autres universités européennes. Plus tard, Rabelais a utilisé cette expression pour désigner l’université dans laquelle une personne a suivi ses études. Le terme est essentiellement employé dans le monde de l’enseignement supérieur comme en Amérique latine, en Belgique, en Suisse, au Canada. Dans les pays anglophones, est aussi utilisé pour un « college ou un lycée. »

Je pense donc qu’en créant une association chargée de l’éducation des couches populaires, les fondateurs ont transposé le Alma Mater Studiorum – mère nourricière des étudiants –  en Macierz szkolna, utilisant le nom donné  encore un peu à l’époque à maman, Macierz et lui ont accolé l’adjectif szkolna, scolaire, dans le sens « qui a trait à l’école, qui concerne l’école ».

Mon explication tient-elle la route ? Quelqu’un peut-il confirmer ou infirmer ( et justifier ) ?

André Karasiński

Merci André … tu es notre scientifique.

1692
1.692 : COMBLAIN-LA-TOUR – septembre 1981 : Week-end scout : Christian Szczepanski ? ; à l’arrière, Richard Chwoszcz ; …
1693
1.693 : COMBLAIN-LA-TOUR – septembre 1981 : Week-end scout : Sylvie Motala ; Zuhal Gunal ; Czesiu Kucharzewski ; Freddy Motala.
1694
1.694 : COMBLAIN-LA-TOUR – septembre 1981 : Week-end scout : ( ? ) et Czesiu Kucharzewski aux agrès ; à l’arrière, Richard Chwoszcz ; … ; Sylvie Motala ; Zuhal Gunal ; Mr Stefanski.
1695
1.695 : COMBLAIN-LA-TOUR – septembre 1981 : Week-end scout : Zuhal Gunal en plein effort et Czesiu Kucharzewski à l’expertise.
1696
1.696 : COMBLAIN-LA-TOUR – septembre 1981 : Week-end scout : ( ? ) ; … ; ( ? ).
1697
1.697 : COMBLAIN-LA-TOUR – septembre 1981 : Week-end scout : ( ? ) aux agrès ; à l’arrière, Henri Zapalowski ; Richard Chwoszcz ; … ; Béatrice Laffut.
1698
1.698 : COMBLAIN-LA-TOUR – septembre 1981 : Week-end scout : Czesiu Kucharzewski et ( ? ) à l’effort ; à l’arrière, … ; Sylvie Motala ; Zuhal Gunal.
1699
1.699 : COMBLAIN-LA-TOUR – septembre 1981 : Week-end scout : Sylvie Motala.
1700
1.700 : COMBLAIN-LA-TOUR – septembre 1981 : Week-end scout : Czesiu Kucharzewski ; ( ? ) ; Sylvie Motala ; Zuhal Gunal ; ( ? ) ; Christian Szczepanski ? ; ( ? ).
1701
1.701 : COMBLAIN-LA-TOUR – septembre 1981 : Week-end scout : Le lendemain, les 3 comparses : Géniu Bujanowski ; Freddy Motala ; Czesiu Kucharzewski.

0222 – Festivals des KSMP

Autre grand moment de communion folklorique, culturelle et amicale … nos Festivals des KSMP … Chaque année, à la même époque, c’était le rendez-vous de la Jeunesse Catholique Polonaise de Belgique ! Cette grand-messe était organisée alternativement dans les différentes régions où les polonais étaient implantés … comme pour souligner l’unité d’une communauté dispersée aux quatre coins du pays.

Pour fixer la date de l’événement, et la région qui relèverait une fois de plus le défi, une réunion se tenait annuellement à Bruxelles, chez le Recteur … dans cette grande salle, moitié rez-de-chaussée, moitié cave. L’ambiance y était excellente, la bonne humeur générale et il ne manquait jamais de courageux volontaires qui se proposaient d’organiser l’événement chez eux. Parfois même, il y avait compétition … tant la fierté de rapporter, dans son fief, le privilège d’être la région à l’honneur agitait les participants.

Par contre, une fois rentré – l’euphorie faisant place au réalisme – on se rendait compte de l’ouvrage ! Parce qu’en y réfléchissant bien – à tête reposée – ce n’était pas une mince affaire que de réunir tout le monde, de gérer les innombrables détails et de « rivaliser » dans l’excellence. Parce que … bien sûr … il fallait faire mieux que l’année d’avant, mieux plus que la région d’à côté, mieux que la dernière fois que l’on avait organisé soi-même. Mais cette rivalité, teintée de chauvinisme, demeurait malgré tout bon enfant. Tout au plus y trouvions-nous l’énergie de nous surpasser. Restait plus qu’à relever les manches.

Il fallait tout d’abord trouver la salle qui conviendrait le mieux. C’est-à-dire un endroit qui devait être suffisamment grand, pour accueillir tout le monde … suffisamment équipé, pour nourrir toutes ces bouches affamées et … assoiffées … suffisamment accessible, pour ceux qui venaient de si loin … suffisamment agréable, pour satisfaire les plus difficiles.

Il fallait prévoir assez de coulisses pour que tous les KSMP puissent trouver leur aise pour se préparer, assez de parking pour tous les autocars, assez de programmes, assez de « bigos ». Il fallait organiser la cérémonie, définir l’ordre de passage, estimer la durée des prestations, décider qui prendrait la parole, sans frustrer les uns, ni saouler les autres, et n’oublier ni la messe, ni le protocole, ni l’orchestre pour le bal … tout en tenant compte des sensibilités et des susceptibilités. Vaste programme !

Mais le défi était avant tout humain. Il consistait à rassembler, autour du projet, suffisamment de personnes de bonne volonté pour le mener à bien. Parce qu’il en fallait des bénévoles pour remplir la grille des tâches, déjà définies sur papier, mais qui n’attendaient qu’à être attribuées. De ceux qui géreraient les tickets d’entrée, ceux qui piqueraient les petites cocardes bicolores au revers des vestons, en passant par les vendeurs de tombola, les cuisinières, les garçons de salle, les ramasseurs de verres vides et ceux qui les laveraient … aux responsables de tout genre, c’est une armée de volontaires désintéressés qui, le moment venu, grouillerait dans tous les sens pour essayer de contenter le plus grand nombre. Toutes ces personnes étaient importantes, essentielles.

Penser à tout ! Ne rien oublier ! Faire preuve d’humilité ! Ne pas hésiter à faire appel aux anciens, pour leur expérience … même si on ne partageait pas toujours les mêmes avis … composer … rassembler … faire ensemble. C’est là – j’en suis persuadé – que nous avons donné le meilleur de nous … gratuitement.

La tâche était d’autant plus compliquée qu’à l’époque, souvenez-vous, il n’y avait ni GSM, ni mail, ni Facebook, ni réseaux sociaux … quant au téléphone, rares étaient ceux qui en possédaient. Et pourtant, miracle, nous parvenions à communiquer ! J’ai même l’impression qu’à l’époque nous communiquions mieux … plus souvent … plus simplement … plus complètement. Nous pouvons être fiers. Dans l’euphorie, on ne s’en rendait sans doute pas compte, mais avec le recul … quelle fierté !

Aujourd’hui, il reste le souvenir … et encore … lentement il se dissipe. La preuve : qui peut encore nous dire avec certitude que cette année-là, c’était cette région-là qui organisait ? Pas simple. Si on veut compléter cette liste, il faudra qu’on s’y mette tous … comme jadis … comme quand il suffisait de lancer le projet pour que toutes les bonnes volontés suivent … comme quand nous donnions le meilleur de nous … sans compter.

1961 : Binche
1962 :
1963 : Mons – à Tertre
1964 : Châtelineau
1965 :
1966 :
1967 :
1968 : Bruxelles
1969 :
1970 :
1971 :
1972 : Liège
1973 : Lummen-Genebos ( merci Jef )
1974 :
1975 : Mons
1976 : Liège
1977 :
1978 : Binche
1979 : Liège – 14/09/1979
1980 : Binche ???
1981 :

06/05/2019 – JP Dz

1682_1976
1.682 : Festival du KSMP – 1976 : Liège : Programme.
1683_1968_1976
1.683 : Festival du KSMP – 1968 et 1976 : Bruxelles et Liège : Programme.
1684_1964
1.684 : Festival du KSMP – 1964 : Châtelineau : Programme.
1685_1975
1.685 : Festival du KSMP – 1975 : Mons : Programme.
1686_1975_b
1.686 : Festival du KSMP – 1975 : Mons : Programme.
1687_1975_c
1.687 : Festival du KSMP – 1975 : Mons : Programme.
1688_1995
1.688 : Festival du KSMP – 1995 : Charleroi : Programme.
1689_1961_Festival_KSMP_Binche
1.689 : Festival du KSMP – 1961 : Binche Les 3ème et 4ème en partant de la gauche, Thérèse Ogonowski et Marysia Swiderski ; les autres ( ? ) ; … ; ( ? ).
1690_1969_KSMP_Liège
1.690 : Festival du KSMP – 1969 : KSMP de Liège : A l’avant et de droite à gauche, Gaby Stefanski ; Irène Jamka ; Mirka Patalas ; Krystiane Wochen ; Régine Paluszkiewicz ; Helena Wochen ; Irène Ostaszewski ; Danusia Nieglos ; Haline Sereda. Derrière, Elzunia Krutul ; Mieciu Musial ; Edmond Walczak ; Pani Majewska ; Wacek Pawlak ; Ryszard Migon ; César Napora.
1691_1978_KSMP_Mons
1.691 : Festival du KSMP – 19 ??? : KSMP Mons : Marek Bujanowski ; Christian Wala ; Zdzisław Blaszka ; Isabella Cosaro ; Micheline Zwierzyk ; ( ? ) ; Ursula Twardowska ; Anne-Marie Mazgaj.

 

0221 – Płynie Ourtha, płynie

L’année passée, en septembre, lors de notre week-end des Anciens de Comblain, l’Ourthe a fait assaut de modestie … Loin de son humeur tumultueuse coutumière, elle se l’est joué timide … presque timorée. Là où jadis son débit impressionnant couplé à une hauteur d’eau significative nous imposaient crainte et respect, elle est apparue discrète, dévoilant d’antiques secrets qu’elle ne nous avait pas permis de connaître et d’observer jusqu’alors.

Entre cet excès de retenue et ses débordements épisodiques, que nous avons déjà évoqués précédemment, la rivière souhaite probablement nous démontrer qu’elle aussi, elle existe et occupe  une place à part entière dans cet environnement que nous chérissons tant. N’est-ce pas un peu elle qui s’imposait à nous, n’est-ce pas elle que nous évoquions quand, assis dans l’herbe du parc, nous chantions tous ensemble :

Płynie Wisła, płynie
Po polskiej krainie 

Considérer le Domaine de Comblain-la-Tour comme un appendice de notre lointaine patrie d’origine n’est pas une hérésie. D’ailleurs, à plusieurs reprises, de la terre venue de Pologne y a été déposée … marquant ainsi symboliquement le lien étroit qui lie cet îlot de polonitude avec le pays de nos ancêtres. Comblain-la-Tour, c’est un peu notre Gibraltar à nous … accroché entre les rochers et les flots. Aussi, associer, dans un même esprit, la Vistule ( Wisła ) et l’Ourthe apparaît comme une évidence. C’est même tout naturel …

D’ailleurs, pour marquer plus encore,  l’assimilation de la rivière à la terre polonaise quand elle traverse le parc  ne l’a-t-on pas rebaptisée : « Ourtha » ? Et finalement chanter : « Płynie Ourtha, płynie, po polskiej krainie » n’a rien d’anachronique. Tout au plus pourrait-on nous reprocher une vision trop romantique de la chose … et alors ?

Vous me direz que les humeurs de l’Ourthe s’apparentent plutôt à celle du Mississippi. C’est vrai. Nous avons déjà signalé que la petite maison où logent à présent les cuisinières – celle qui servait d’habitation à Pan Jan, puis à Mr Paterka – est désormais désignée par l’appellation : « Villa Mississippi ». Mais cette proximité d’humeur ne doit pas cacher qu’à chaque débordement ce fut un drame pour ceux qui ont été victimes.

Wisła, de son côté connaît également des crues historiques mais elle continue d’incarner un symbole de force et de pérennité ; son évocation est synonyme de cet attachement profond  et de l’amour inconsidéré qu’on lui porte :

A dopóki płynie,
Polska nie zaginie
.

Fort de ce qui précède, et sourd aux critiques des puristes, moi, je continuerai à chanter l’Ourtha à ma manière. Et si vous, vous doutez encore de l’affection que la rivière porte à notre petit bout de terre polonaise, regardez bien les photos en annexe qui datent de 1993 … Alors ? C’est pas une étreinte çà ? C’est pas de l’amour ?

Zobaczyła Comblain,
Wnet go pokochała,
A w dowód miłości,
Wstęgą opasała.

Comment comparer sérieusement Wisła qui est un fleuve de 1.047 kms à l’Ourthe qui est une rivière  de 165 kms ? Et bien, si vous regardez sur Via Michelin, Comblain-la-Tour et Cracovie sont distantes de 1.226 kms, soit à peu près la longueur de Wisła et Ourtha conjuguées, n’est-ce pas … un signe ????

Aussi, je pense qu’il est grand temps d’officialiser ces noces … et donc, d’unir Ourtha à Wisła dans un jumelage officiel, dans des épousailles symboliques qui seraient le reflet de notre attachement égal à ces deux figures de légende ! Ceci n’est pas un poisson d’avril … ni la conséquence d’un apéro prolongé. Je suis parfaitement sérieux ! C’est même une idée séduisante. J’imagine déjà les autorités polonaises en charge de la Wisła et ceux, wallonnes, en charge de l’Ourthe, se congratulant autour d’un bon verre de wódka, dans le parc de Comblain-la-Tour, après une courte cérémonie protocolaire qui scellerait un jumelage en bonne et due forme.

Cette idée n’est pas aussi saugrenue qu’il n’y paraît. D’autres canaux, ou rivières, ont déjà été jumelés parce qu’ils avaient des points communs. Le « Canal du Centre », par exemple, a été jumelé le 09/05/84 avec le « Trent and Mersey Canal » ( England ) et avec le « Canal de Neuffossé » ( France ). Alors … pourquoi pas nous ? N’avons-nous pas suffisamment de points communs ?

Je lance donc, par l’intermédiaire de cet appel, une bouteille ( de wódka ) à la mer … ou plutôt à la rivière. Avec un peu de chance, la bouteille redescendra la rivière jusqu’à Liège, puis rejoindra la Mer du Nord … et si des vents favorables s’en mêlent, elle pourrait même rejoindre la Mer Baltique. On peut rêver ! Il y a une phrase de Marcel Pagnol que j’aime beaucoup : « Tout le monde savait que c’était impossible. Il est venu un imbécile qui ne le savait pas et … qui l’a fait ». Et puis, de toute façon, « Impossible », c’est toujours provisoire … c’est comme « parfait » ou « extrême », mais ce n’est pas comme « horizon », ni comme « rêve ».

Je croise les doigts pour que mon appel soit entendu, relayé et soufflé dans les oreilles de ceux qui ont le pouvoir d’infléchir le sens des vents, le cours des marées et somme toute, de l’histoire …

29/04/2019 – JP Dz

1672
1.672 : COMBLAIN-LA-TOUR – 1993 : Płynie Ourtha, płynie : Inondation du Centre Millennium.
1673
1.673 : COMBLAIN-LA-TOUR – 1993 : Płynie Ourtha, płynie : Inondation du Centre Millennium.
1674
1.674 : COMBLAIN-LA-TOUR – 1993 : Płynie Ourtha, płynie : Inondation du Centre Millennium.
1675
1.675 : COMBLAIN-LA-TOUR – 1993 : Płynie Ourtha, płynie : Inondation du Centre Millennium.
1676
1.676 : COMBLAIN-LA-TOUR – 1993 : Płynie Ourtha, płynie : Inondation du Centre Millennium.
1677
1.677 : COMBLAIN-LA-TOUR : Płynie Ourtha, płynie : Cave du Centre Millenium avec l’indication de la hauteur atteinte par l’eau, lors de l’inondation de 1993.
1678
1.678 : COMBLAIN-LA-TOUR : Płynie Ourtha, płynie : Cave du Centre Millenium avec l’indication de la hauteur atteinte par l’eau, lors de l’inondation de 1993.
1679
1.679 : COMBLAIN-LA-TOUR – 1993 : Płynie Ourtha, płynie : Inondation sous le pont.
1680
1.680 : COMBLAIN-LA-TOUR – 1993 : Płynie Ourtha, płynie : Inondation Place du Wez.
1681
1.681 : COMBLAIN-LA-TOUR – 1993 : Płynie Ourtha, płynie : Inondation Rue des Ecoles.

 

Quiz n° 37 et 38 :

 

Quiz_37_1987
Quiz n° 37 : Ressaix : Madame Perzyna ; … ; Laurence Perzyna.

Nouveau défi : voici 2 photos … la plupart de ces jeunes sont des Anciens de Comblain et des Anciens du KSMP. Reste à trouver les noms ET trouver qui est le photographe ! ! ? ! Non, non … ce n’est pas « impossible » ; il suffit de reconnaître celui qui manque sur une des 2 photos pour en déduire que … cette fois-là … c’est lui qui est le photographe. Facile !

Quiz_38_a
Quiz n° 38 : photo 38/a : 
Quiz_38_b
Quiz n° 38 : photo 38/b :

A gauche, Pierre Front, à droite Richard Konarski, et entre les deux : Thérèse et Jeanine Dudziak ; Lydia et Patricia Młynarski ; Christiane et Bernadette Bierczyk ; … + notre regretté Janek Konarski sur l’une des deux photos et Jean-Pierre Dziewiacien sur l’autre = les 2 photographes.

 

0220 – Monseigneur Szczepan Wesoły

Je ne sais pas si l’habit fait le moine ? Mais le nom de famille peut faire l’humeur … Il en est la parfaite illustration ! Nom de famille : Wesoły ; Principale caractéristique : toujours joyeux ; profession : évêque ! ( Pour ceux qui ne maîtrisent pas le polonais, Wesoły est le mot polonais pour dire « joyeux » … ). Tous ceux qui l’ont approché peuvent en témoigner : cet homme était extraordinairement humain.

C’est à Loreto, où il officiait chaque année, que le personnage se révélait. Là, entouré d’une centaine de jeunes gens, il était dans son élément … parfaitement cool ( comme on dit aujourd’hui ). À aucun moment il ne nous faisait sentir le prestige de sa situation, au contraire. Je l’ai vu, sur la plage, boire à la paille dans les berlingots de jus de fruits qu’on se passait les uns les autres … dans une incroyable décontraction. Nous étions des adolescents, mais c’est presque lui qui nous provoquait … tant il ne correspondait pas à l’image qu’on se faisait d’un Monseigneur.

Quand il débarquait en Belgique, à Comblain-la-Tour, Ressaix, Liège ou ailleurs, nous étions stupéfiés de voir se précipiter vers lui nos autorités ecclésiastiques. Ks Kurzawa, Ks Szymurski, et tous les autres se jetaient à genoux devant Monseigneur Wesoły pour embrasser sa bague et témoigner ainsi leur soumission. L’évêque se prêtait un instant au cérémonial, mais très vite cherchait du regard sur qui il pouvait s’élancer pour « fraterniser ». Les prêtres n’étaient pas encore relevés, que l’évêque était déjà en train de bondir sur tel ou tel jeune qu’il avait reconnu. À notre plus grand étonnement, il se rappelait parfaitement nos noms et prénoms, et pour chacun d’entre nous il avait un souvenir à nous rappeler, une anecdote à évoquer. Derrière, les prêtres, enfin debout, suivaient la scène avec plus ou moins de frustration.

Les photos qui sont associées à ce texte ne sont malheureusement pas représentatives du personnage. On dirait même qu’il savait « figer » son sérieux le temps de la photo, mais … dès que la photo était prise … son naturel joyeux reprenait le dessus. Il avait cette noblesse de l’âme qui faisait qu’il n’avait pas besoin ni d’imposer, ni d’impressionner … il lui suffisait d’être.

J’ai discuté récemment avec un de nos prêtres les plus âgés qui l’a bien connu. Ce dernier m’a raconté que pour « taquiner » leur évêque, les prêtres lui faisaient régulièrement remarquer qu’il était plus souvent dans des avions que sur le plancher des vaches. Faut dire qu’avec une diaspora comme la diaspora polonaise, dont il avait la charge, Monseigneur Wesoły était le berger du troupeau le plus dispersé qui soit. Et donc, l’avion s’imposait naturellement pour visiter ses ouailles.

À force de prendre de la hauteur, il avait atteint ce stade de la sagesse qui permet de tout relativiser et d’utiliser le sourire pour désarmer les plus intransigeants. Finalement, même les anges et toutes les autres créatures qui peuplent le ciel ont fini par s’habituer à sa présence. Et quand il nous a définitivement quittés, c’était pour rejoindre modestement, mais le sourire aux lèvres, ceux qui l’avaient déjà tant côtoyé.

22/04/2019 – JP Dz

1662
1.662 : Ressaix – Ośrodek Św. Maksymiliana Kolbe : Monseigneur Szczepan Wesoły : Monseigneur Szczepan Wesoły entouré de ( ? ) ; ( ? ) ; ( ? ) ; ( ? ) ; ( ? ) ; ( ? ) ; Derrière, Christine Marszalkowski ; ( ? ) ; Casimir Nowicki ; ( ? ) ; Ks Rector Repka ; Janine Leracz ; Dominique Ogonowski.
1663
1.663 : – Ressaix ou Comblain-la-Tour ? : Monseigneur Szczepan Wesoły : Eveline Ogonowski ; Irène Sitarz ; Bernadette Marszalkowski ; Ks Kurzawa ; Monseigneur Szczepan Wesoły ; Gieniu Perzyna ; Thérèse Ogonowski ; Dominique Ogonowski ; Nadine Deputat ; Janek Perzyna ; Casimir Nowicki ; Antoch Kiełbowicz ; Vital Kciuk ; Jean-Michel Deputat ; Edouard Nowicki.
1664
1.664 : Ressaix – Ośrodek Św. Maksymiliana Kolbe : Monseigneur Szczepan Wesoły : Casimir Swiderski ; Monseigneur Szczepan Wesoły ; ( ? ) ; ( ? ) ; ( ? ) ; ( ? ) ; ( ? ) ; Mgr Dujardin ; Ks Rector Repka ; Ks Kurzawa ; ( ? ).
1665
1.665 : Comblain-la-Tour – 1982 : Jamborée : ( ? ) ; …. ; Monseigneur Szczepan Wesoły ; Dr Wilczek ; … ; ( ? ).
1666
1.666 : Comblain-la-Tour – 1982 : Défilé lors du Jamborée : ( ? ) ; …. ; Monseigneur Szczepan Wesoły ; … ; ( ? ).
1667
1.667 : Ressaix – Ośrodek Św. Maksymiliana Kolbe : Inauguration de l’église : ( ? ) ; Ks Rector Repka ; Mgr Dujardin ; Monseigneur Szczepan Wesoły ; ( ? ) ; … Devant, les enfants : ( ? ) ; … A gauche, le KSMP de Ressaix : Eveline Ogonowski ; Nadine Deputat ; Bernadette Marszalkowski ; ( ? ) ; … ; le KSMP de Mons : Stéphanie Goch ; Thérèse Tąporska ; ( ? ) ; Jean-Pierre Dziewiacien ; Michel Mikolajczyk ; Czesiu Kucharzewski ; Mr et Mme Edmond Łagocki ; Richard Pawlak ; Max Mitka ; Mais aussi, Marcel Swiderski ; Casimir Swiderski ; Henri Szulz ; …
1668
1.668 : Ressaix – Ośrodek Św. Maksymiliana Kolbe : Messe : ( ? ) ; ( ? ) ; Mr Jean Czajkowski ; ( ? ) ; Ks Kurzawa ; Monseigneur Szczepan Wesoły ; ( ? ).
1669
1.669 : Ressaix – Ośrodek Św. Maksymiliana Kolbe : Messe : ( ? ) ; ( ? ) ; Mr Jean Czajkowski ; ( ? ) ; Ks Kurzawa ; Monseigneur Szczepan Wesoły ; ( ? ).
1670
1.670 : Ressaix – Ośrodek Św. Maksymiliana Kolbe : Messe : ( ? ) ; ( ? ) ; ( ? ) ; Ks Kurzawa ; Monseigneur Szczepan Wesoły ; ( ? ) ; ( ? ) ; Ks Pożoga ; ( ? ) ; ( ? ) ; Ks Okroj ; les enfants de cœur : ( ? ) ; ( ? ).
1671
1.671 : Rome – 1979 : Audience Papale et Dominicale : Jean-Paul II ; Monseigneur Szczepan Wesoły ; Dominique Ogonowski.

 

0219 – Revisitons Comblain ( 23 ) : Nos Champs-Élysées à nous

À peine la messe terminée, nous nous précipitions dans l’allée centrale de l’église pour sortir … Une fois au niveau de la double porte d’entrée, on pouvait déjà entrevoir, là … tout au fond, notre maison polonaise … c’est une longue ligne droite qui se déroulait devant nous … il n’y avait qu’à se laisser redescendre – photo 1.650.

La configuration des lieux – une église haut perchée, une longue avenue, bordée de bâtiments et de monuments, qui se termine par une sorte d’Arc de triomphe – pouvait laisser imaginer, pour peu qu’on ait de l’imagination ( et nous n’en manquions pas ) et qu’on ait de Paris une vision enfantine, que nous étions sur le point de redescendre … les Champs-Élysées de Comblain-la-Tour !

Et donc, tous les dimanches matin vers le coup de onze heures, après la messe, c’était notre 14 juillet à nous. Nous défilions fièrement en imaginant que nous étions la « Polska brygada ».

Notre parade s’organisait juste au pied du Sacré-Cœur ( oh pardon, de l’église Saint-Clément ) ; deux par deux, entourés par les moniteurs et les monitrices, notre colonne s’ébranlait avec discipline ; la Rue du Cimetière nous permettait d’ajuster nos pas … le cimetière du Père Lachaise ( pardon, le cimetière de Comblain-la-Tour ) s’éloignait au fur et à mesure que nous progression ; nous passions devant la statue de Jeanne d’Arc ( pardon, la statue de Sainte-Thérèse ), puis on croisait l’Avenue du grand poète Victor Hugo ( pardon, du poète Joseph Huberty ).

À peine avions-nous commencé notre progression, que nous étions déjà au pied de l’obélisque de la Place de la Concorde ( pardon, au pied du monument aux morts ). En passant devant le Fouquets ( pardon, devant le Café des Sports ), nous récupérions quelques-uns des plus grands qui s’étaient réfugiés là pour faire la « tenaille » au cas où.

Restait encore à passer devant la Sorbone ( pardon, l’école communale ), à gauche, et devant le Palais de l’Élysée ( pardon, le château Biron ), à droite, puis longer les vitrines des « grands magasins » … et nous étions déjà en train de passer sous l’Arc de Triomphe ( pardon, sous le viaduc du chemin de fer ).

Oui, je sais, c’est puéril ! Excusez-moi. Mais j’avais envie de le revivre comme ça … une dernière fois ! Et aussi parce qu’il faut bien l’admettre, la Rue des Écoles de Comblain-la-Tour a beau être l’avenue principale du village, il n’y a pas grand-chose à en dire !

L’école était adossée à la Maison communale, avec des classes séparées pour filles et garçons. En 1947, l’école fut transformée et agrandie … en 1967, elle devient mixte !

En face de l’école ( photo 1.656 ), c’était la boulangerie Voisin … elle deviendra plus tard la boulangerie Lecerf. C’est précisément Mr Lecerf qui venait tous les jours nous apporter notre pain … avec son fils Patrick, l’actuel Député / Bourgmestre d’Hamoir

Un peu plus bas, toujours à droite en descendant, il y avait le magasin de vélo, chez Gheur ( photo 1.658 ) et encore deux maisons plus loin, le café tenu par Célestine Delporte ( photo 1.659 ). En face, encore un magasin, la maison Eloy – Delcroix ( photo 1.660 ) et enfin au carrefour de la Rue des Écoles avec la Rue du Rocher de la Vierge, un autre estaminet, le café Hofferlin.

Oui, je sais … on est loin des Champs Elysées … mais c’est « manifestement » moins dangereux !

NB : je vous rassure, la plupart des photos de cet article datent d’une époque où nous n’étions pas encore nés … nous sommes des Anciens … mais pas à ce point là !

15/04/2019 – JP Dz

1650
1.650 : COMBLAIN-LA-TOUR : De l’église au Centre Millennium : Vue à partir de l’église.
1651
1.651 : COMBLAIN-LA-TOUR : De l’église au Centre Millennium : Eglise et statut de Sainte-Thérèse.
1652
1.652 : COMBLAIN-LA-TOUR : De l’église au Centre Millennium : Statut de Sainte-Thérèse.
1653
1.653 : COMBLAIN-LA-TOUR : De l’église au Centre Millennium : Le monument aux morts et le café « des Sports ».
1654
1.654 : COMBLAIN-LA-TOUR : De l’église au Centre Millennium : Rue des Ecoles, en direction de l’église.
1655
1.655 : COMBLAIN-LA-TOUR : De l’église au Centre Millennium : L’école.
1656
1.656 : COMBLAIN-LA-TOUR : De l’église au Centre Millennium : L’école et en face la boulangerie Voisin, puis Lecerf.
1657
1.657 : COMBLAIN-LA-TOUR : De l’église au Centre Millennium : L’école.
1658
1.658 : COMBLAIN-LA-TOUR : De l’église au Centre Millennium : Rue des Ecoles.
1659
1.659 : COMBLAIN-LA-TOUR : De l’église au Centre Millennium : Rue des Ecoles.
1660
1.660 : COMBLAIN-LA-TOUR : De l’église au Centre Millennium : Rue des Ecoles.
1661
1.661 : COMBLAIN-LA-TOUR : De l’église au Centre Millennium : Le viaduc du chemin de fer et la maison Eloy-Delcroix.