0105 – Revisitons Comblain ( 5 ) : La Maison Rouge

Poursuivant votre chemin, Route de Fairon, vous ne pouvez pas rater, au n° 79, « La Maison Rouge » ( photos 682 et 683 ). Si vous appréciez la bonne cuisine, dans un cadre très agréable, arrêtez-vous dans ce petit restaurant plein de charme. Vous y serez reçus par une propriétaire très sympathique qui se fera un plaisir de vous expliquer la petite histoire de son établissement.

Tout d’abord, elle vous dira que le nom du restaurant n’a pas été choisi au hasard : « Nous lui avons tout simplement rendu le nom qui lui avait été donné par les villageois « Li Rodje Mohone » … car à l’époque lointaine de sa construction, elle était la seule bâtisse érigée en briques rouges dans un paysage où la pierre était reine ».

En effet, l’estaminet ne date pas d’hier … il était très fréquenté par les bateliers de passage qui y dormaient, la tête sur les bras croisés posés sur une grosse corde tendue horizontalement et qu’on défaisait pour le réveil !

Mais sa construction date de 1555. Cette bâtisse fut érigée pour un des fils bâtard de Robert de la Marck, elle fut habitée, plus tard, par Jean-François Louis Thys ( mayeur du village ) jusqu’à son acquisition du bâtiment de la tour ( qui donnera son nom au village ) en 1800. Sa mère résida dans la maison jusqu’en 1821.

La vente de la Maison Rouge fut laborieuse car elle était hantée, disait-on … Ce fut, finalement, un ancien grognard sans peur, de Napoléon, qui l’acheta.

Avant la dernière guerre, il est devenu le « Café Colle ». On y jouait à la « seie » ( décapitation à l’aveugle d’un jambon suspendu ). Plus tard, il devint le restaurant renommé « Au Repos des Pêcheurs » ( photo 684 ), beaucoup d’entre vous s’en souviendront certainement … nous passions devant régulièrement … sans connaître la petite histoire du lieu.

Depuis 2007, l’établissement a repris le nom de « Maison Rouge » et mérite lui aussi sa réputation gastronomique. Les tables sont dressées dans les trois salles à manger aux atmosphères différentes et ce qu’on y sert est tout simplement délicieux ( photos 685 à 689 ).

Presque en face du restaurant, c’était l’arrivée du gué … ( de l’autre côté de l’Ourthe, c’est la Place du Wez ).

Cette pente douce vers la rivière servait au rinçage du linge préalablement blanchi sur l’herbe. Sur la photo 690, on peut voir la blanchisseuse Célestine en plein travail.

27/02/2017 – JP Dz

0682
0682 : COMBLAIN-LA-TOUR : La maison rouge.
0683
0683 : COMBLAIN-LA-TOUR : La maison rouge.
0684
0684 : COMBLAIN-LA-TOUR : Au repos des Pêcheurs.
0685
0685 : COMBLAIN-LA-TOUR : La maison rouge.
0686
0686 : COMBLAIN-LA-TOUR : La maison rouge.
0687
0687 : COMBLAIN-LA-TOUR : La maison rouge.
0688
0688 : COMBLAIN-LA-TOUR : La maison rouge.
0689
0689 : COMBLAIN-LA-TOUR – 2016 : La maison rouge : Eveline Ogonowski.
0690
0690 : COMBLAIN-LA-TOUR : Devant la maison rouge : Célestine, la blanchisseuse en plein travail.

 

 

0104 – La friterie

Piotr Rozenski se souvient de : la friterie

 Le dimanche à Comblain rimait avec petits moments de plaisir : la messe ( sauf, on l’a bien compris, pour Jean-Pierre, qui s’y dérobait en se réfugiant au « Café des Sports » ), la visite des parents ( pour certains ), le feu de camp ( quand il ne pleuvait pas ) et … les FRITES ( quoi qu’il arrive ) ! Comme pour rappeler à nous autres, enfants issus de l’immigration polonaise, quelle terre nous accueillait.

Vous vous souvenez de la mystérieuse « roulotte » à l’entrée du parc, qui dominait le champ d’appel ?  D’abord, elle intriguait, surtout les nouveaux arrivants. Mais au retour de la messe, dès l’instant où l’auvent s’est mis à se lever – et, avec lui, le secret – on savait : c’était … une FRITERIE ! Le maître des lieux – sans doute le seul à en posséder la clé – c’était Franek Bujanowski, un homme affable à l’accent truculent ( roulant les « r » et ignorant les nasales ).

Pour lui, faire des frites, ce n’était pas une corvée, même pas une tâche, c’était une véritable passion. Heureusement ( pour nous ), car préparer des frites pour un bataillon, affamé par l’effort de chanter à tue-tête dans une église, relevait d’une gageure. Au point qu’il se voyait systématiquement contraint de faire appel à des commis pour venir à bout de la mission dont il s’est investi.

Un jour – j’ai dû avoir 10 ans, ma connaissance du français se limitait au b.a.-ba … mais, très vite, j’allais faire des progrès fulgurants – je me suis porté volontaire, avec un autre Limbourgeois, l’un des jumeaux Nowicki, Eric ou Eddy, je ne me rappelle plus. On allait enfin percer le secret du grand maître-friteur, de son antre sacré et de ses frites millimétrées.

Monsieur Bujanowski nous a installés au coupe-frites, un grand ustensile professionnel disposant d’une presse à levier et d’une grille pour tailler la patate. Eddy – ou était-ce Eric ? – posait la patate sur la grille tranchante, moi, j’actionnais la poignée et, ô miracle, les patates se transformaient en parfaits bâtonnets, tous calibrés 8,5 x 8,5 mm. Monsieur Bujanowski exprimait son approbation en nous lançant de temps à autre un gentil « dous-ma ».

C’est là que les choses dans la friterie ont commencé à se corser. Tentait-il de nous parler en néerlandais, voulait-il dire « doe ma ! » ( vas-y ) ? Ou m’apostrophait-il en polonais ( « duś » = appuie) ? Ou était-ce un savant mélange des deux langues ? En tout cas, pour moi, il n’y avait pas l’ombre d’un doute : il fallait accélérer la cadence, une centaine de petits gourmands n’allaient pas tarder à réclamer leur récompense. J’y allais de plus en plus vite. Pan Bujanowski insistait : « DOUS-MA, DOUS-MA ! », confirmant par là que notre tandem était sur la bonne voie. Parfaitement huilé et synchro – tchique-tchaque, tchique-tchaque – on continuait donc à un rythme effréné, transpirant comme des bœufs dans cette cabane chauffée à blanc, mais heureux d’être à la hauteur des exigences du chef.

Et puis, au moment où je contemplais – non sans un regard empreint d’autosatisfaction – le panier se remplissant à vue d’œil … un cri strident transperça l’air moite de la roulotte, amplifié par les parois de la structure métallique. Eric / Eddy s’est retourné en tenant sa main, est sorti et s’est précipité vers l’infirmerie ( Eveline ? ), me laissant seul face à mon maître interloqué : « Bon sang ( c’était le cas de le dire ! ), je n’arrête pas de répéter : DOU-CE-MENT !!! ».

Difficile d’évaluer la gravité de la blessure d’Eddy / Eric. Jusqu’à la fin des vacances, sa main est restée cachée sous un gigantesque pansement ( bravo, Eveline ! ). Quoi qu’il en soit, je peux vous rassurer que, même si jamais un ( bout du ) doigt est parti dans le panier des frites, il a dû parfaitement se confondre avec la masse des patates coupées, je n’en ai retrouvé aucune trace.

De toute façon, peu importe, personne ne s’est plaint de la qualité des frites. Comme à l’accoutumée, l’œuvre de pan Bujanowski a été unanimement admirée et acclamée par l’ensemble des enfants. Même par Eric … ou était-ce finalement Eddy … ? Bon sang, décidément, je ne le saurai jamais.

À moins que … S’il vous arrive de les croiser et de leur serrer la main, d’abord, faites-leur un grand bonjour de ma part. Puis, vérifiez quand même … à qui il manque un bout … juste pour avoir le cœur net. Tenez-moi au jus !

20/02/2017 – Piotr Rozenski

0676
0676 : COMBLAIN-LA-TOUR : Ah, les frites : ( ? ) ; Zygmunt Mielcarek ; Marie-Thérèse Mielcarek ; Zbigniew Blaszka ; Raymond Mielcarek ( collection Zdzisław Blaszka ).
0677
0677 : COMBLAIN-LA-TOUR : Le repos après l’effort : Jean Dziewiacien et Martha Sladecka ( mes parents ) ; Madame et Monsieur Franek Bujanowski.
0678
0678 : COMBLAIN-LA-TOUR : La friterie.
0679
0679 : COMBLAIN-LA-TOUR : Dans le parc, un dimanche de visite des parents : Daniel Pietka ; Jean-Pierre Dziewiacien ; Erik Nowicki ; Betty Nowicki.
0680
0680 : COMBLAIN-LA-TOUR : Dans le parc, un dimanche de visite des parents : Daniel Pietka ; Jean-Pierre Dziewiacien ; Erik Nowicki ; Annie Nowicki ; Mr Nowicki.
0681
0681 : COMBLAIN-LA-TOUR : Dans le parc, un dimanche de visite des parents : Accroupis : Piotr Rozenski ; Marek Ordutowski ; Debout : Jef Rozenski ; Jozek Pachel.

 

Śpiewnik – 058 – Hej, do apelu stańmy wraz

Hej, do apelu stańmy wraz
Budować Polskę Nową.
Ojczyzna droga woła nas.
Do pracy ręką, głową.
Nie wydrze nam jej żaden wróg,
Tak nam dopomóż Bóg.

Sztandarem naszym będzie Krzyż,
Co ojców wiódł do chwały.
I nas powiedzie także wzwyż,
Gdzie buja Orzeł Biały.
Zwyciężym znój i stromość dróg,
Tak nam dopomóż Bóg.

Młodzieży, młodą Polskę twórz,
Szczęśliwą, Bogu miłą.
Gdy z nami Bóg, przeciw nam któż,
On jest Najwyższą siłą.
Ojczyźnie spłacim święty dług,
Tak nam dopomóż Bóg.

0103 – COMBLAIN Rockollection

Après l’épisode un peu frisquet de la semaine dernière, on avait envie de se réchauffer en chantant, tous ensemble, à tue-tête, avec des paroles à nous, mais sur une musique très célèbre de Laurent Voulzy :

On a tous aimé
Ces p’tites soirées de juillet
Nous étions tous en rond
Et on chantait des chansons
Assis autour du feu
Nous étions tous amoureux
On était tellement bien
Dans notre parc à Comblain
Et les p’tites filles chantaient
Et les p’tites filles chantaient
Et le parc résonnait
Et le parc résonnait
D’un truc qui m’colle encore
Au cœur et au corps

« Płonie ognisko w lesie,
Wiatr smętną piosnkę niesie.
Przy ogniu zaś drużyna
Gawędę rozpoczyna.
 »

On a tous en tête
Nos escapades champêtres
On s’promenait main dans la main
Dans toutes les rues du patelin
On avait l’diable au corps
Et on criait très fort
Pour réveiller les riverains
C’est la folie à Comblain
Les moniteurs chantaient
Les moniteurs chantaient
Les monitrices enchaînaient
Les monitrices enchaînaient
Un truc qui m’colle encore
Au cœur et au corps :

« Wędrujemy, wędrujemy
Ścieżynami zielonymi,
Czy to słońce czy to deszcz,
Wędrujemy po ojczystej naszej ziemi,
By ją zwiedzić wzdłuż i wszerz. 
»

A quoi ça va m’servir
D’re faire mon lit pour dormir
Est-ce que j’ronflerai mieux
S’il y a des draps sur mon pieu
Comme j’étais obstiné
On voulait m’faire plier
J’ai répondu à Bardo
T’as qu’a te plaindre au dirlo
Et j’me suis fait saqué
Et j’me suis fait saqué
Et Kurzawa hurlait
Et Kurzawa hurlait
Un truc qui m’colle encore
Au cœur et au corps

« Z młodej piersi się wyrwało,
W wielkim bólu i rozterce
I po drodze uciekało
Zakochane czyjeś serce.
 »

C’est dans le fond du parc
Qu’on f’sait les singes dans les arbres
Et qu’on allait s’cacher
Pour échanger des baisers
On cherchait tous l’amour
Et on a tout fait pour
Parfois l’amour venait
Parfois c’était les regrets
Et les oiseaux chantaient
Et les oiseaux chantaient
Et nous on roucoulait
Et nous on roucoulait
Un truc qui m’colle encore
Au cœur et au corps

« Gdzie jest ta ulica, gdzie jest ten dom
Gdzie jest ta dziewczyna
Co kocham ją.
Znalazłem ulicę, znalazłem dom
Znalazłem dziewczynę
Co kocham ją. 
»

Mais l’bonheur ça file
L’arrêter c’est difficile
Pour des adolescents
Qui se croient tout puissants
C’est à l’heure des au-revoirs
Juste avant le départ
Quand on était cafards
Qu’il attrapait sa guitare
Et Pierre Bartnik chantait
Et Pierre Bartnik chantait
Et les filles se pâmaient
Mais les garçons râlaient
Un truc qui m’colle encore
Au cœur et au corps

« Ce n’est qu’un au-revoir, mes frères,
Ce n’est qu’un au-revoir
Oui, nous nous reverrons, mes frères,
Ce n’est qu’un au-revoir. 
»

13/02/2017 – JP Dz

0667
0667 : COMBLAIN-LA-TOUR : Répétition de chant devant le réfectoire.
0668_1976
0668 : COMBLAIN-LA-TOUR – 1976 : Dans le réfectoire : ( ? ) ; ( ? ) ; Georges Persich.
0669
0669 : COMBLAIN-LA-TOUR : Perchés sur un arbre : Cucup ? ; Sophie Swierkowicz ; Cucup Hélène.
0670
0670 : COMBLAIN-LA-TOUR : Perchés sur un arbre : Isabella Cosaro ; Géniu Bujanowski.
0671
0671 : COMBLAIN-LA-TOUR – 1973 ?: Dans le parc : Quelques jolies filles de Zolder : Renata ( ? ) ; Gosia ( ? ) ; et d’Allemagne : Jadwiga ( ? ) ; Irena ( ? ).
0672
0672 : COMBLAIN-LA-TOUR : Concert de guitare devant l’ognisko : Ksiadz Kurzawa ; Pan Bardo ; ( ? ) ; ( ? ) ; Mr Andrei Makarov.
0673_80
0673 : COMBLAIN-LA-TOUR – 1980 : Place du Wez : Béatrice Laffut ; Michel Konarski.
0674_80
0674 : COMBLAIN-LA-TOUR – 1980 : Dans le parc ? : Fabienne Laffut ; Freddy Motała.
0675
0675 : COMBLAIN-LA-TOUR : Gare de Comblain : Debout : Ksiadz Kurzawa ; Philippe Pietka ; Vital Kciuk ; Michel Pietka ; Marilyne Desmet ; Patrick Madaj ; Freddy Motala ; ( ? ) ; ( ? ) ; Assis : Cécile Danielewski ; Antek Romaniuk ; Dominique Ogonowski ; Pierre Bartnik ; Michel Konarski ; Hélène Piech ; Christine Piech ; Vincent Swiderski ; Sébastien Swiderski ( ? ).

 

 

Śpiewnik – 057 – Błękitne rozwińmy sztandary

https://www.youtube.com/watch?v=ofukrDkSMfo

https://www.youtube.com/watch?v=T2oXlUaIyJM

https://www.youtube.com/watch?v=chq1jzHQbx0

Błękitne rozwińmy sztandary,
Czas strząsnąć zwątpienia już pleśń.
Niech w sercach zagorze znicz wiary,
I gromka niech ozwie się pieśń.

Spod znaku Maryi rycerski my huf,
Błogosław nam Chryste na bój.
Stajemy, jak ojce, by służyć ci znów.
My Polska, my naród, lud twój !

Już świta, już grają pobudki,
Już Jezus przybliżył się k`nam.
Żyj święta radości, precz smutki,
Pan idzie i pierzcha w cień kłam.

Pan idzie słoneczność rozlewa się w krąg,
Pan idzie na świata siąść tron.
Drży szatan, wysuwa mu berło się z rąk,
Słyszycie ? Zwycięstwa gra dzwon !

O Bogarodzico, dziewico,
Tchnij siłę w Maryjny ten zew.
Z otwartą stajemy przyłbicą,
I serca ci niesiem i krew.

Siać miłość będziemy, wśród burzy i słot,
W zwycięski ty powiedź nas szlak,
A gdy nam tchu będzie i mocy już brak,
Do nieba pokieruj nasz lot.

 

0102 – Il a neigé sur yesterday …

Qui, mieux que Marie Laforêt ( qui a si bien chanté « Warszawa » ) aurait pu mieux évoquer la nostalgie du temps passé et des amis qui se sont quittés ? Et comment mieux illustrer cette chanson de Laforêt qu’en vous présentant ces photos du parc de Comblain sous la neige ?

« Il a neigé sur Yesterday
Cette année-là même en été
En cueillant ces fleurs
Lady Madonna a tremblé
Mais ce n’était pas de froid 
»

Nous aussi, un jour, nous nous sommes quittés pour vivre notre vie.
Et on se fichait bien de ce qui pouvait arriver à Comblain.
On avait trouvé là ce qu’on était venu y chercher.
On laissait aux autres le soin ( et les corvées ) de s’occuper de ce qui restait.
Pour se donner bonne conscience, on se disait : « A chacun son tour … nous, on a déjà donné ».
D’ailleurs, qu’avions-nous encore à gagner ?
Et aucun d’entre nous ne s’est demandé si on avait quelque chose à payer.
Et le temps a passé.
Il a neigé sur Yesterday.

Lentement, dans nos souvenirs, l’image de Comblain s’est estompée.
On s’en souvenait encore … mais de moins en moins … on a presque oublié.
Dans un monde exclusivement tourné vers l’avenir, il est inconvenant de se laisser envahir par la nostalgie.
Comblain, c’était avant.
Et tant pis s’il a neigé sur Yesterday.

 Pourtant, dans un petit coin de chacun d’entre nous, il restait comme une trace … comme un stigmate …
comme un goût de pas assez …
Tout doucement l’indifférence a fait place à un autre sentiment …
pas encore l’envie de revenir, mais déjà le besoin de savoir s’il avait neigé sur Yesterday ?

Et puis un jour – le monde est bien fait – on s’est rendu compte qu’on n’était pas tout seul à y penser.
On a compris qu’il n’y a rien d’inavouable à jeter des ponts vers notre adolescence passée.
On a commencé à imaginer qu’on pourrait même, peut-être, s’y retrouver
et qu’on aurait beaucoup de plaisir, sûrement, à partager ces moments du passé.
Alors, on s’est dit : « Pourvu qu’il n’ait pas neigé sur Yesterday ».

Dieu merci, tout est resté là … pas grand-chose n’a changé.
Bien sûr, depuis le temps, il a neigé souvent sur Comblain.
Mais Comblain est beau en été, mais il est beau aussi en hiver …
Comblain est toujours beau aujourd’hui, comme il était déjà beau hier …

Et nous, on n’a qu’une seule envie … vous donner l’envie … d’y revenir … quelle que soit la saison.

06/02/2017 – JP Dz

0657
0657 : COMBLAIN-LA-TOUR : Le parc sous la neige.
0658
0658 : COMBLAIN-LA-TOUR : Le parc sous la neige.
0659
0659 : COMBLAIN-LA-TOUR : Le parc sous la neige.
0660
0660 : COMBLAIN-LA-TOUR : Le parc sous la neige.
0661
0661 : COMBLAIN-LA-TOUR : Le parc sous la neige.
0662
0662 : COMBLAIN-LA-TOUR : Le parc sous la neige.
0663
0663 : COMBLAIN-LA-TOUR : Le parc sous la neige.
0664
0664 : COMBLAIN-LA-TOUR : Le parc sous la neige.
0665
0665 : COMBLAIN-LA-TOUR : Le parc sous la neige.
0666
0666 : COMBLAIN-LA-TOUR : Le parc sous la neige.

 

Śpiewnik – 056 – Myśmy przyszłością narodu

Myśmy przyszłością narodu,
Pierś nasza pełna jest sił,
Dążymy do wolności grodu,
Naprzód, lecz nigdy w tył.

Laurami przykryjmy głowy,
Nie znajmy w sym życiu trwóg,
Polskiej ojczyny i mowy,
Nie wydrze żaden wróg.

Skrzydła zdobądźmy sokole,
Nauce poświęćmy czas,
A światło zdobyte w szkole,
Nieśmy, do ludu mas.

Laurami przykryjmy głowy,
Nie znajmy w sym życiu trwóg,
Polskiej ojczyny i mowy,
Nie wydrze żaden wróg.

W kraju gdy burza zawieje,
Gdy gromy huczą wśród burz,
W nas nie zagasły nadzieje,
Choć ból się wżarł do dusz.

Laurami przykryjmy głowy,
Nie znajmy w sym życiu trwóg,
Polskiej ojczyny i mowy,
Nie wydrze żaden wróg.