0325 – Szczepienie

Elle est sur toutes les lèvres, de toutes les conversations, de toutes les préoccupations … On n’entend parler que d’elle. Les uns l’attendent impatiemment … les autres y sont farouchement opposés. Elle suscite autant la controverse et l’indignation, tant sa gestion est désordonnée, que l’espoir, tant elle représente la seule alternative à ce confinement infernal. Elle est devenue la première question qu’on se pose les uns les autres : « Alors, et toi, c’est fait ? ». Vous l’aurez compris, il s’agit de la vaccination ( Szczepienie en polonais ).

Rassurez-vous … je ne m’autoriserai jamais à vous donner des conseils. Il y a déjà tellement d’influenceurs sur la toile, tellement de spécialistes sur les plateaux de télé … et jusque dans les arrière-cuisines, tellement d’experts et « d’amateurs éclairés » qui nous matraquent, du matin au soir, avec tout ce qu’on doit savoir – et même plus – qu’il faudrait presque un deuxième vaccin pour se désintoxiquer de la cacophonie ambiante.

Pour ma part – et juste en forme de clin d’œil – je vous invite à relire le texte que notre Mr Pomorski avait consacré à la vaccination dans un de nos livres de l’école polonaise : « Nasza szkoła ». Bien sûr ce texte étant écrit en 1956, il ne parlait pas encore du Covid mais de la variole ( ospa ). N’empêche qu’il avait déjà bien compris que pour faire passer plus facilement la vaccination, il fallait occuper les esprits, distraire, raconter des histoires et ne jamais s’arrêter de parler. Si ça tombe … c’est lui qui a inspiré nos experts d’aujourd’hui ?

Vaccination contre la variole – par Monsieur E. Pomorski

Krysia n’a pas écrit de devoir en classe aujourd’hui parce qu’elle avait un peu mal à la main. Elle a été vaccinée en même temps que les filles de première et de deuxième année.

– « N’as-tu pas eu peur du médecin ? » lui demandaient ses camarades pendant la pause.

– « Je n’ai pas eu peur du tout, même si certaines des plus jeunes filles de la classe ont même pleuré ».

– « Mais ta main te fait vraiment mal ? ».

– « Très peu ; je pourrais même écrire mon devoir ; mais Madame m’a dit de me reposer un peu ».

– « Et qui vous a vaccinés, le médecin ou la doctoresse ? ».

– « Le docteur. Il était très joyeux et nous a raconté une belle histoire ».

– « Que veux-tu dire, le médecin a raconté une histoire ? ».

– « Mais oui. L’infirmière a tout préparé pour la vaccination. Elle nous a alignés en rang. Puis le médecin est arrivé. Il nous a dit : « Bonjour, les filles » ! Nous avons répondu : « Bonjour, docteur » ! ».

– « Vous aimez les contes de fées ? » – demanda le médecin, en mettant son tablier.

– « Oh, oui ».

– « Bon, je vais vous raconter l’histoire de la princesse et de l’écureuil ».

« Et il a commencé à raconter. Et il nous a raconté l’histoire de façon si intéressante que nous n’avons même pas vu que le médecin était constamment en train de vacciner. Moi, je ne l’ai remarqué que lorsque j’ai senti la piqûre. J’ai ouvert la bouche pour crier, mais le médecin m’avait déjà tiré vers l’infirmière et s’occupait de l’enfant suivant. Et pendant tout ce temps, il racontait sans s’arrêter. Je ne regrette pas du tout d’avoir dû aller me faire vacciner ».

– « Nous raconteras-tu ce conte de fées aujourd’hui, après l’école ? ».

– « Avec plaisir. Je serais heureuse de vous le raconter ».

Et Monsieur Pomorski d’enchaîner par une longue histoire … celle de : Ó królewnie i o wiewiórce.

29/03/2021 – JP Dz

2.920 : NASZA SZKOŁA : écrit par Dr Edward Pomorski – Bruksela 1956 : Récit n° 49 : Szczepienie ospy.
2.921 : NASZA SZKOŁA : écrit par Dr Edward Pomorski – Bruksela 1956 : Récit n° 49 : Szczepienie ospy.
2.922 : Dr Edward Pomorski à Comblain-la-Tour : entouré par Marysia Perzyna ; ( ? ) ; … ; Pan Bardo ; Pan Jan ; Casimir Swiderski ; Bogdan Pietraszek ; … ; ( ? ).
2.923 : Dr Edward Pomorski à Comblain-la-Tour : entouré par Mr Bolesław Lachowski ; Ks ( ? ) et Pan Bardo.
2.924 : Dr Edward Pomorski à Comblain-la-Tour : entouré par ( ? ) ; … ; Pan Bardo ; Pan Bogusław Ferdyn du Limbourg ( Winterslag-Genk ) et son fils Heniu ( près de la radio ) … ; André et Jerzy Bardo.
2.925 : Dr Edward Pomorski à Comblain-la-Tour : entouré par accroupi : ( ? ) ; Marysia Perzyna ; ( ? ) ; debout : Jean Pietraszek ; Pan Bardo ; Casimir Swiderski ; Lydia Białecka ; Pani Jóża ; Bogdan Pietraszek ; ( ? ) ; Lutek Kurek et son épouse Stefania Ludwikowski ; Mr W. Chmielecki.
2.926 : Dr Edward Pomorski à Nieuport : entouré par les adultes participants à la colonie : Mr et Mme Bardo ; ( ? ) ; … ; ( ? ) ; Alice Bardo ; ( ? ).
2.927 : COMBLAIN-LA-TOUR : Sur l’escalier du perron : Mr Mirosław Wochen et Marianna, son épouse ; Pani Merta et son mari Wacek ; Mr Pomorski ; Mr Jan Stefanski et son épouse ; Mme Nioucka Bień ; Aline Bień ; Mr Dulak ; Pan Bardo ; Mme Marianna Koldziejka ; Mr Marysia et Bolek Chwoszcz ; Mirka Chwoszcz ; … ; Mr Kiełtyka et Mme Kiełtyka ; André Paterka ; Danielle Paterka ; Mr Kaziu Rogacki ; Mme Irène Drabina et son mari ; Mr Tadek Plichta ; Mr Angowski ; ( ? ).
2.928 : COMBLAIN-LA-TOUR – août 1989 : Scouts dans le parc : ( ? ) ; … ; ( ? ) ; Mr Józef Rzemieniewski ; ( ? ) ; ( ? ) ; Mr Edward Pomorski ; ( ? ) ; ( ? ).

0314 – Chef moniteur

Le chef moniteur … voilà un sujet que nous n’avions pas encore abordé ici ! Pourtant, son rôle était essentiel.

Il faut dire que les enfants que nous étions tissaient surtout des liens avec leur moniteur ou leur monitrice respective. Ces relations devenaient presque familiales. Le moniteur – ou la monitrice – jouait le rôle du grand frère … celui qui organisait nos jeux et nos activités … celui qui était là avec nous du lever au coucher du soleil … celui qui nous défendait et nous protégeait quand on avait fait une connerie. Le chef moniteur quant à lui, représentait l’autorité. Son rôle, à l’époque, nous paraissait plutôt « répressif » … et même quand il était extrêmement gentil, il était perçu, par les plus jeunes, comme « celui qui dit ce qu’on peut pas faire ! ».

Plus tard, quand nous sommes devenus à notre tour des moniteurs ou des monitrices, notre vision du chef moniteur s’est quelque peu modifiée. Les rapports n’étaient pas toujours au beau fixe – il continuait à nous suivre et à nous contrôler – mais on comprenait mieux maintenant l’utilité d’avoir une coordination entre tous les groupes. En plus, avoir un chef moniteur disponible et efficace permettait de réduire considérablement les contacts avec ks. Kurzawa … c’était le chef qui s’en chargeait. Tant mieux !

Et puis un jour, certains d’entre nous sont devenus à leur tour des chefs moniteurs ! Et là …

C’est là qu’on se rendait compte combien ce rôle était compliqué et ingrat. Tout ce qui ne fonctionnait pas … c’était la faute du chef moniteur ; tout ce que ks. Kurzawa refusait … c’était le chef qui n’avait pas « bien demandé » ; toutes les frustrations … c’était le chef qui n’était pas assez ceci ou trop cela !

Pourtant, pour l’avoir été, je peux vous confirmer combien les chefs moniteurs se démenaient à longueur de journée pour que ces vacances soient une réussite à tous points de vue. En même temps au four et au moulin, levés les premiers, couchés les derniers, nous passions le plus clair de notre temps à régler des problèmes ici d’intendance, là de sécurité … un peu plus tard, on n’avait besoin de nous pour accélérer l’épluchage des patates … ou pour aider à l’intendance. Et quand le directeur était fâché sur quelqu’un, la première engueulade c’était systématiquement pour le chef moniteur.

Moi, mon premier chef moniteur, c’était Zdzisław Blaszka, en tout cas c’est le premier dont je me souviens. J’avais un peu peur de lui et en même temps, j’éprouvais un sentiment de sécurité tant il me paraissait être parfaitement capable de gérer toutes les situations. Le reportage photographique d’aujourd’hui lui est consacré. C’est l’occasion pour moi de lui dire MERCI … même si c’est 56 ans plus tard …

18/01/2021 – JP Dz

2.777 : COMBLAIN-LA-TOUR : En promenade : ( ? ) ; … ; Zdzisław Blaszka ; ( ? ) ; …
2.778 : COMBLAIN-LA-TOUR : En promenade dans les bois : Madame Bardo ; ( ? ) ; … ; Marek Bujanowski et juste derrière lui, Jean-Pierre Dziewiacien ; Pierre Front ; ( ? ) ; Jerzy Bardo ; la monitrice, Helcia Garsztka ; le Chef moniteur, Zdzisław Blaszka.
2.779 : COMBLAIN-LA-TOUR : Rassemblement devant le perron : Sur le Perron, le chef moniteur : Zdzisław Blaszka. En bas : on peut reconnaître, Bernard Pytel ; André Karasiński ; Richard Materna ; Christine Mironczyk et Danielle Mironczyk ; …

2.780 : COMBLAIN-LA-TOUR : Sur le perron, corvée haricots : ( ? ) ; Pan Jan ; Mr et Mme Bardo ; Zdzisław Blaszka.
2.781 : COMBLAIN-LA-TOUR : Devant la porte d’entrée : ( ? ) ; ( ? ) ; Zdzisław Blaszka ; … ; ( ? ).

Monique Kiełtyka : A l’extrême droite de la photo, Pani Wandzia Ferdyn-Biatuszewski et derrière elle, son mari Bogdan Ferdyn ( du Limbourg ). Il a été chef-scouts des Polonais de Waterschei-Genk après guerre et pour le Limbourg.

Dominique Ogonowski : Et devant au milieu en pantalon, je suppose que c’est madame Bernard, l’infirmière.

2.782 : COMBLAIN-LA-TOUR : Jeux dans les bois : ( ? ) ; Bernard Pytel ; ( ? ) ; Zdzisław Blaszka ; …
2.783 : COMBLAIN-LA-TOUR : Jeux dans les bois : Raymond Mielcarek ; André Karasinski ; Zdzisław Blaszka ; …
2.784 : COMBLAIN-LA-TOUR : Jeux dans les bois : Zdzisław Blaszka ; ( ? ) ; …
2.785 : COMBLAIN-LA-TOUR : Au pied du perron : ( ? ) ; … ; Pani Veronica Załobek ; ks Kurzawa ; Pan Bardo ; ks Kiek ; ( ? ) ; … ; Zdzisław Blaszka ; ( ? ) ; …
2.786 : COMBLAIN-LA-TOUR : Au bord de l’Ourthe : ( ? ) ; ( ? ) ; ( ? ) ; Zdzisław Blaszka ; ( ? ).
2.787 : COMBLAIN-LA-TOUR – 1.968 : Sous les arbres en promenade : Janek Konarski ; Jacqueline Mikus ; … ; Alice Bardo ; Richard Materna ; Christine Mironczyk ; … ; Zdzisław Blaszka ; Jerzy Bardo ; Marek Bujanowski ; Mirek Nahorniak ; … ; Richard Konarski ; … ; ( ? ).
2.788 : COMBLAIN-LA-TOUR : Devant le mur, côté chemin de fer : ( ? ) ; Zdzisław Blaszka.
2.789 : COMBLAIN-LA-TOUR : Devant le mur, côté chemin de fer : Zdzisław Blaszka ; Stefan Broniecki  ; ( ? ) ; ( ? ).
2.790 : HAMOIR : ( ? ) ; Zdzisław Blaszka.

0308 – Nasze pielęgniarki

Nous aussi, nous pouvons être fiers de nos infirmières – nasze pielęgniarki – elles qui sacrifiaient volontiers le peu de vacances qu’elles avaient pour venir à Comblain-la-Tour veiller sur nous. J’utilise le mot « veiller sur » à dessein. En effet, en polonais, étymologiquement parlant, le mot « pielęgniarki » s’apparente au mot « pielęgnować » qui signifie littéralement : prendre soin, chérir. Et elles en avaient du travail avec nous !

Nous n’avons pas retrouvé – jusqu’ici – de documents écrits qui relatent les prestations de nos chères infirmières lors de nos colonies à Comblain. Mais par chance, on a retrouvé un petit cahier qui est un « compte rendu des soins apportés » lors des colonies polonaises de 1958 à Bastogne … c’est-à-dire juste avant celles de Comblain. Il est certain que les enfants des débuts de Comblain étaient déjà ceux de Bastogne, et que leur enthousiasme ne s’est pas refroidi entre-temps … donc nous pouvons affirmer, sans risquer de nous tromper, que les activités, et les conséquences de ces activités étaient sensiblement les mêmes.

Ce document, rédigé par l’infirmière de service, reprend systématiquement tous les petits bobos et les soins qui ont été requis. Vous remarquerez qu’il s’agit de la période entre le 15 juillet et le 23 juillet. Sur cette courte période, l’infirmière est intervenue 45 fois ! Pas mal. Bien sûr, j’ai pris soin de « camoufler » le nom des bénéficiaires de ces soins … pour ne pas risquer d’être accusé de divulguer une quelconque information à caractère médical … on ne sait jamais. Même si les traumatismes sont ici largement bénins. On y trouve essentiellement des plaies aux genoux, aux fronts, aux mollets, aux pieds, à la tête, … de légères blessures aux doigts, aux coudes … quelques aphtes, quelques furoncles, un peu de herpes, … des températures légèrement élevées annonciatrices d’angine … bref, rien de bien grave. Il a suffi d’un peu d’alcool iodé, de mercurochrome, de pommade, de quelques pansements compressifs, de bains de bouche … et de suppositoires … pour remettre les enfants sur pieds. Il a fallu aussi, et surtout, toute la patience et toute la douceur de l’infirmière pour gérer la fougue de ces casse-cou. Cet inventaire à la Prévert est surtout intéressant pour ce qu’il démontre de la vitalité de nos jeunes participants aux colonies.

Pour rendre un hommage mérité à nos chères infirmières, le moins qu’on puisse faire c’est d’essayer de retrouver le nom de chacune d’elles. Je sais … ça ne sera pas simple … mais si nous nous y mettons tous … Je vous propose donc de compléter la liste ci-dessous.

Mais avant, permettez-moi d’évoquer déjà quelques-unes d’entre elles. Parmi les dernières infirmières des années 70 ( début 80 ), on se doit de citer Fabienne Laffut, Eveline Ogonowski et Janina Urbanek qui sont régulièrement sur les photos déjà publiées. Je me réjouis de savoir qu’elles nous suivent régulièrement sur Facebook.

Une autre de nos infirmières nous suit aussi … mais de très loin ! En effet, Aniela Wiertelak Kozanecka habite actuellement à New-York et de temps en temps elle nous fait le plaisir de nous envoyer un petit message. Savoir que nous sommes connus et appréciés outre-Atlantique, c’est particulièrement valorisant. Aniela m’a même envoyé quelques photos. Vous la reconnaîtrez sur les photos 2.716 et 2.717. Et voici ce qu’elle écrit : « J’ai retrouvé quelques photos de Comblain-la-Tour, elles sont de 1976, ou peut-être 1978. C’est au bureau, il y a là un prêtre de Pologne, le docteur et son épouse, Mme Każia Długośż d’Allemagne et moi, l’infirmière venue de Pologne ».

Les 4 photos qui suivent proviennent aussi de chez elle … Elles font partie de ces souvenirs qu’Aniela a emporté avec elle dans son voyage vers les États-Unis. La photo de Pan Jan y trouve une place de choix ; une preuve de plus que le personnage était attachant.

Dziękuję bardzo Aniela za twoje przywiązanie do Comblain-la-Tour. Wszyscy « Anciens de Comblain » z Belgii – i z europy – przyłączają się do mnie, przesyłając ci nasze najgłębsze uczucia przyjaźni.

Et pour finir, il convient de saluer l’engagement d’une autre de nos infirmières, Pani Maria Skowron, l’épouse de Pan Witold Bernat. Celle-ci a été présente, durant des années, à Comblain au service des enfants avec un dévouement sans pareil. C’est elle qui est assise là, sur le perron, en tenue d’infirmière. Elle s’en est allée en 2018, mais son attachement pour Comblain a été tellement déterminant, qu’elle et son mari ont décidé de reposer pour toujours dans le petit cimetière de Comblain-la-Tour. Elle continue donc à veiller sur les polonais de Comblain qui reposent là : Pan Jan, Mr et Mme Paterka, Mr et Mme Rudolf Wilczek, Mr Józef Rzemieniewski, Mr et Mme Edward Pomorski, Mr et Mme Stefan Glaser, …

07/12/2020 – JP Dz

Liste de nos infirmières ( aidez-nous à compléter cette liste ) :

Maria Skowron, épouse Bernat ;
Aniela Wiertelak Kozanecka ;
Janina Urbanek ;
Eveline Ogonowski ;
Fabienne Laffut ;
……

2.715 : BASTOGNE – 1958 : Liste des soins donnés entre le 15 et le 23 juillet.
2.716 : COMBLAIN-LA-TOUR : Dans le bureau : Od lewej, jest żona lekarza ; ks. Kazik ; nastepny tez ks. z Polski ; a po prawej Pani Każia Długosz, nauczycielka z Niemiec.
2.717 : COMBLAIN-LA-TOUR : Dans le bureau : Aniela Wiertelak Kozanecka ; le docteur et son épouse.
2.718 : COMBLAIN-LA-TOUR : Dans le bureau : Po lewej Ks Edek ; ; ks Kazik ; le docteur et son épouse.
2.719 : COMBLAIN-LA-TOUR : Pan Jan.
2.720 : COMBLAIN-LA-TOUR : Aniela Wiertelak w czerwonej bluzce ; Mr Stefan Paterka ; Pani Kasia Długosz, za Panem Paterką widoczne czarne włosy do ramion ; ( ? ) ; ( ? ) ; Pani Ludmiła Merta – Fluder.
2.721 : COMBLAIN-LA-TOUR : Dans le parc : Gisèle, André et  Fabiola Wojas.
2.722 : COMBLAIN-LA-TOUR : Sur le perron, Pani Maria Skowron.
2.723 : COMBLAIN-LA-TOUR : Au cimetière, la tombe de Mr et Mme Bernat.
2.724 : COMBLAIN-LA-TOUR : Au cimetière, la tombe de Mr et Mme Bernat.

0291 – Ksiądz Czesław Kiek SChr – Biographie

Rappelez-vous, le 18 janvier 2016, nous avions déjà évoqué ici ( https://anciensdecomblain.com/2016/01/18/0044-ks-kejk/ ) l’histoire de Ks Kiek … celui qui a été le plus vieux complice de Ks Kurzawa pendant les colonies. Il restera pour nous, celui qui menait les délégations d’enfants venus d’Allemagne. Grâce à lui, nous avons fait des rencontres aussi riches que surprenantes.

Mais les recherches qu’avait déjà entreprises André Karasiński en 2016, ne permettaient pas d’éclaircir totalement toutes les zones d’ombre qui subsistaient autour du prêtre ! Aujourd’hui, grâce à nos deux scientifiques – Piotr Rozenski pour ces recherches et André Karasiński pour le décodage et la traduction – nous sommes en mesure de vous proposer une biographie complète. Grand merci à eux. La voici :

« Czesław Kiek est né le 25 décembre 1907 à Poznań. Ses parents étaient Michał et Kazimiera, née Jarmark.Il fait ses études secondaires au réputé collège Maria Magdalena de Poznań et y obtient le diplôme en « humanités anciennes ».

 Entré à la Société du Christ à Potulice, il entame son noviciat le 28 septembre 1933. À Potulice, il prononce ses vœux temporaires le 29 septembre 1934 et les renouvelle le 29 septembre 1935 et le 29 septembre 1936. Par contre, il prononcera ses vœux perpétuels, aussi appelés vœux solennels ou définitifs, à Cracovie en 1940 ».

SChr : ( Latin : Societas Christi pro Emigrantibus Polonis ; Polonais : Towarzystwo Chrystusowe dla Polonii Zagranicznej ). La Société du Christ pour les émigrants de Pologne est une société de vie apostolique fondée par le cardinal Hlond, alors primat de Pologne, le 8 septembre 1932, avec l’assistance du père Ignace Posadzy. Elle regroupe environ 400 prêtres aujourd’hui.

« Il étudie la philosophie au Séminaire archiépiscopal de Gniezno d’octobre 1934 à juin 1936 puis la théologie au séminaire de Poznań. Il présente son examen oral de doctorat ( rigorosum ) en juin 1939 à Poznań. En 1939, la dernière année de ses études de théologie est annulée par le déclenchement de la guerre. Grâce aux efforts des autorités de la Société du Christ, il a la possibilité de se rendre à Cracovie et d’y terminer ses études théologiques dans un séminaire de l’ordre des Capucins ».

Dans certains pays, un rigorosum ( examen oral ) est l’examen final pour l’obtention d’un diplôme universitaire, généralement un doctorat. Il est surprenant de lire que le père Kiek a présenté cette épreuve alors qu’il lui restait un an d’études.

« Czesław Kiek est ordonné prêtre le 29 septembre 1940 dans l’église salésienne de Cracovie-Dębniki, par Mgr Stanisław Rospond.

 Pendant la guerre, de 1940 à 1943, en tant que résident, il œuvre dans la paroisse dédiée au bienheureux Kadłubek à Jędrzejów ( diocèse de Kielce ), puis dans la paroisse d’Oleśno ( diocèse de Tarnów ).

Début 1943, grâce aux efforts de la Société du Christ, les autorités allemandes consentent à ce qu’un travail pastoral soit mené dans les camps de transit des ouvriers polonais déportés ensuite vers le Reich pour les travaux forcés. Le père Czesław Kiek devient, en mars 1943, l’aumônier du camp de Cracovie. Le travail du prêtre consiste à fournir une aide spirituelle et matérielle. L’accent est mis sur la persévérance dans la foi et l’éveil de la solidarité fraternelle. L’aumônier met aussi l’accent sur le sentiment de spécificité nationale. À la fin de 1943, il est l’un des initiateurs de ce qui a été appelé « L’action de Noël », à savoir l’envoi à ceux dont on connaissait l’adresse en Allemagne de colis contenant le traditionnel Opłatek, des recueils de chansons, des chants de Noël et une lettre pastorale de l’archevêque de Cracovie Mgr Adam Sapieha. L’aumônier du camp, le père Kiek, y joint sa propre lettre de soutien : « Nous venons à vous, frères, dispersés dans le monde entier, suivant la vieille coutume polonaise, pour partager l’Opłatek blanc, symbole de l’amour du Christ et de l’unité fraternelle, afin que Noël vous apporte une abondance de grâces de Dieu et vous donne le courage de supporter les épreuves dans un pays étranger ».

L’Opłatek est une tradition catholique célébrée, entre autres, dans les familles polonaises lors de la veillée de Noël. Opłatek est confectionné à partir de pain azyme, à base de farine blanche et d’eau. Opłatek est béni par un prêtre. Les membres de la famille et les amis se partagent et s’échangent Opłatek tout en formulant des vœux réciproques.

« La conséquence de « L’action de Noël » est une vigilance accrue de la police allemande. Bientôt, en mars 1944, le P. Czesław Kiek est arrêté et emprisonné à la prison de Montelupich à Cracovie. Envoyé dans un premier temps au camp de concentration de Gross-Rosen, il est transféré ensuite au camp de Dora-Osterode. Il survit à l’évacuation – appelée plus tard la « Marche de la mort » – vers le camp de Bergen-Belsen. Là, épuisé, souffrant du typhus, il est libéré par les troupes alliées.

 Après la guerre, le P. Kiek a occupé diverses fonctions :

– Catéchiste et préfet de l’école primaire et secondaire à Bergen – Belsen ( 1945 – 1946 ), puis à Salzgitter / Harz ( 1946 – 1948 ) ;

– Curé de Frille – Minden et préfet du collège de Bad Lippstadt ( 1948 – 1949 ) ;

– Curé de Moringen et Hann. Münden ( 1949 – 1950 ) ;

– Dans les années 1951 – 1954, aumônier pour les prisonniers polonais et étrangers à Werl et pasteur des communautés polonais à Dortmund-Ewing ;

– De 1954 à 1960, prêtre dans les communautés polonaises de Dortmund, Witten et Lütgen-Dortmund ;

– De 1960 à 1963, directeur du Centre Notre-Dame de Częstochowa à Roubaix, dans le Nord de la France ;

– Le16 juillet 1963, retour en Allemagne pour continuer à travailler comme pasteur des communautés polonaises de Dortmund et de ses environs puis, finalement, à Kreffeld.

 Il décède à l’hôpital le 6 janvier 1984, à l’âge de 76 ans.

Les cérémonies funéraires ont eu lieu dans l’église de Ste Klara à Kaldenhausen, d’où le cercueil a été transporté en Pologne. Il a été enterré le 16 janvier 1984 dans le caveau familial du cimetière Junikowski à Poznań ».

D’après un texte de ks. Bernard Kołodziej TChr
https://www.chrystusowcy.pl/schematyzm?kaplan_id=286764a4ceb9012323e6e1139

17/08/2020 – Piotr Rozenski et André Karasińsk

2477_0235_1979
2.477 : COMBLAIN-LA-TOUR – 1979 : Ks Kiek.

 

0275 – Wolnych polaków

Vous l’avez sans doute remarqué comme moi, les organisations polonaises des années 50 et 60 se revendiquaient comme étant des « organizacje Wolnych polaków » ( organisations de polonais libres ). Pour certaines d’entre elles, cette revendication s’inscrivait jusque dans le nom de l’instance, comme par exemple la Macierz Szkolna Wolnych polaków w Belgii. C’est justement à propos du mot « libre » que j’aimerais aujourd’hui disserter.

Ces gens-là – nos parents, nos voisins et amis de la génération avant la nôtre – avaient un besoin absolu de liberté. Ils ne voulaient pas reconnaître le pouvoir politique qui s’était autoproclamé souverain en Pologne à cette époque-là et défendaient l’idée d’une autre voie. Ils ne voulaient pas se soumettre à des idéaux qu’ils ne partageaient pas, ni à des « camarades » qu’ils n’avaient pas choisis. Ce faisant, ils renonçaient délibérément aux « avantages » que l’allégeance pouvait leur apporter. Mais ils ne se sont pas contentés de rejeter un système … ils ont relevé leurs manches pour essayer d’en imaginer un autre.

Le nombre d’organisations, de sociétés, de fraternités, et d’associations culturelles, folkloriques, religieuses, patriotiques ou éducatives qui foisonnaient alors en Belgique ( comme d’ailleurs dans tous les autres pays où la diaspora polonaise avait décidé de s’implanter ) n’était que le sommet de l’iceberg. Tous réunis par un même espoir, celui de pouvoir choisir eux-mêmes leurs valeurs et leur avenir, ils ont jeté ensemble les bases d’un nouvel équilibre. Certes tout n’était pas parfait … comme dans tout équilibre, il faut tâtonner souvent … mais quel courage et quelle détermination !

Si tout a commencé par des discours, des déclarations d’intention, des projets conceptuels, il est très vite apparu qu’on aurait besoin d’autre chose que de théories. Pour s’inscrire dans la durée, il devenait urgent d’avoir des lieux où se réunir, des locaux pour s’accueillir, des espaces « rien qu’à soi ». Alors, ils sont passés de la dialectique à la gestion pragmatique. On a vu apparaître des « swietlice », des « kaplice » », des écoles polonaises … qui au départ n’étaient que des locations, mais qui très vite – sans doute ici encore par esprit d’indépendance – sont devenus des biens propres à la communauté polonaise. C’est dans cet esprit qu’ils ont acheté le Domaine de Comblain-la-Tour.

Nous, anciens de Comblain, nous sommes les fils et les filles de ceux que ce besoin de liberté a poussés à entreprendre. Nous sommes les enfants de ces insoumis, les héritiers de cette autre voie.

Bien sûr, aujourd’hui, le mot « liberté » a perdu un peu de son sens … Nous vivons à présent dans des pays démocratiques … plus ou moins. Avec l’ouverture des frontières, la libre circulation, le libre-échange, … plus personne ne songe à partir en croisade pour défendre la liberté … Et peu à peu, on oublie que la liberté est un privilège. Et peu à peu, le mot liberté disparaît de nos préoccupations ; il s’efface de nos frontons, de nos slogans. SAUF … sauf quand, dans des moments comme ceux que nous vivons, cette liberté d’aller et de venir nous devient interdite.

Cette période de confinement forcé … propice à la méditation … réveille en nous des instincts que nous avions relégués aux oubliettes de nos mémoires, mais qui, du plus profond de nos ADN, se rappellent, tout d’un coup, à nos bons souvenirs. Nous avons infiniment besoin de liberté et d’espace ! Oui, nous sommes bien des fils de ces « Wolnych polaków » et notre besoin de liberté n’était qu’assoupi. Du coup, du fond des fauteuils où on nous a confinés, on a envie de crier comme Eluard :

« Sur mes cahiers d’écolier
Sur mon pupitre et les arbres
Sur le sable sur la neige
J’écris ton nom …

 … Et par le pouvoir d’un mot
Je recommence ma vie
Je suis né pour te connaître
Pour te nommer

Liberté ».

Paul Eluard

 04/05/2020 : JP Dz

2263
2.263 :  ( ? ) ; … ; Mr Tadek Szymczak ; Mr Léon Czak ; Mr Józek Stepien ; debout à droite, Mr Stephane Turynec ; …

2264
2.264 : À l’arrière à partir de la droite : Mr Henryk Nowicki ; Mr Michał Miklusiak ; ( ? ) ;  Mr Ferdynand Hurny et son épouse ; Mr Józef Młynarczyk ; ( ? ) ; Mr Max Nepotschelowitsch ; Mr Casimir Swiderski. À droite de nouveau, devant Mr Henryk Nowicki, son épouse, Mme Anna Babynuk ; Mme Nepotschelowitsch ; Mme Bartecka ; ( ? ) ; Mme Obstowa ; Mme Barbara Miklusiak ; ( ? ) ; ( ? ). À l’avant Mme Anja Swiderska-Szymczak ; dans ses bras Mr. Malec ; ( ? ) ; Mr. Bartecki ; ( ? ).

2265
2.265 : À l’ arrière : ( ? ) ; de gauche à droite Mr Henryk Nowicki ; Mme Obstowa ; Mr Casimir Swiderski ; Mr Michał Miklusiak ; ( ? ) ; Mme Anna Babynuk ; Mme Miklusiak ; ( ? ) ; Mme Anja Swiderska-Szymczak ; Mr Józef Młynarczyk ; Mr Ferdynand Hurny ; Mr Malec ; Mme Bartecka ; Mme Chudzicka ; ( ? ).

2266
2.266 : À genoux : Anna Wronski ; Irena Kotarzewski ; ( ? ) ;  Edmond Gawlik ; ( ? ). Debout : ( ? ) ; Jean Nocun ; la maman de Lucia kowal ; Mr Henri Nocun ; Mme Helene Wronski ; Pani Banasik, l’institutrice ; ( ? ) ; ….

2267
2.267 : Mr Kotarzewski ; Mr Kosiorek ; Mr Pomorski, en costume foncé ; Suzanne Adamczyk ; Cecilia Szymczewski ; Wanda Jajor ; Zygmund Szlesz ; Zbyniu Staszak ; Eugene Kotarzewski ; Robert Wojciechowski ; Lucia Kowal.

2268
2.268 : Mme Bartecka ; Ks Kurzawa ; la dame qui tend la main au curé, c’est Maria, épouse de Bolesław Hérod de Chapelle, elle a été présidente des Matki de chapelle ; Mme Cela Deputat, la mamam de Jean-michel Deputat ; Mme Genowefa Adamczyk ( Genia ), la maman de Marc Maliszewski ; Mr Stanisław Maliszewski, le papa de Marc ; le visage partiellement caché, Mr. Perzyna ( ? ) ; ( ? ) ; ….

2269
2.269 : COMBLAIN-LA-TOUR : Dans le réfectoire : Mr Rusowicz ; Ks Kurzawa ; Mr Léon Czak ; Mr Franek Bujanowski ; ( ? ) ; … ; ( ? ) ; …

2270
2.270 : COMBLAIN-LA-TOUR : Dans le réfectoire : Mr Zbigniew Bardo, qui semble s’amuser de notre présence ; Mr Rusowicz ; Ks Kurzawa ; Mr Léon Czak ; Mr Franek Bujanowski ; ( ? ) ; … ; ( ? ) ; …

2271
2.271 : COMBLAIN-LA-TOUR : L’espace de liberté.

 

 

2272
2.272 : COMBLAIN-LA-TOUR : L’espace de liberté.

Commentaires :

 Milczanowski Véronique : Et la chambre du milieu en haut, c’était celle de Ks Kurzawa … Lors d’un tournus, j’ai hérité de celle d’à côté, la fenêtre de gauche sur la photo. J’étais alors sous-monitrice et je pense que Béatrice Laffut et sa sœur étaient dans mon groupe … Ça m’amusait à moitié d’être si près de Ks Kurzawa car il avait l’oreille fine ! Je l’entends encore chaque fois que je faisais une bêtise : « Weronika Weronika !!! » … En hochant la tête pas content !

Jean-Pierre Dziewiacien : Qui aurait cru que tant d’années plus tard, nous serions encore là à parler de lui ? On finira par croire qu’il nous manque …

Milczanowski Véronique : Oui sûrement, je me souviens de lui comme d’un homme sévère mais juste.

Marilyne Desmet : Et oui … ça été ma punition de la nettoyée ( la chambre ) … hein Dominique. !!!!!

2273

2.273 : COMBLAIN-LA-TOUR : L’espace de liberté.

2274
2.274 : COMBLAIN-LA-TOUR : L’espace de liberté.

2275
2.275 : COMBLAIN-LA-TOUR : L’espace de liberté.

2276
2.276 : COMBLAIN-LA-TOUR : L’espace de liberté.

2277
2.277 : COMBLAIN-LA-TOUR : L’espace de liberté.

2278
2.278 : COMBLAIN-LA-TOUR : L’espace de liberté.

2279
2.279 : COMBLAIN-LA-TOUR : L’espace de liberté.

0274 – L’Union sacrée autour du Millennium

Je vous ai déjà rappelé l’autre jour pourquoi le Centre polonais de Comblain-la-Tour s’appelait : « Millennium » ( voir article n° 200 sur le blog ) … c’est un hommage aux mille ans de chrétienté de la Pologne. Mais cette décision et tous les évènements qui sont liés à ces commémorations étaient le résultat d’une sorte d’Union sacrée de toute la Communauté polonaise de Belgique … toutes tendances confondues … sauf évidemment celle qui restait inexorablement attachée au pouvoir en place en Pologne à l’époque.

C’est donc une vaste organisation qui s’est mise en place, dès 1962, pour gérer les différentes phases et manifestations du Millennium. L’ensemble comprenait un « Présidium », un Comité exécutif, une commission d’audit et un large panel de délégués issus de toutes les organisations des polonais libres de Belgique. Et c’est ici que cela devient très intéressant. En effet, grâce aux documents que m’a transmis Jean Dalgan, nous avons la liste de ces délégations et les noms des participants. J’ai rassemblé ces éléments dans les 4 tableaux ci-dessous.

Ces listes reprennent les noms des organisations qui participent à cette Union sacrée … On y retrouve :

-Związek Polaków ( l’Union des Polonais ) ;

-SPK : Stowarzyszenie Polskich Kombatantów ( Association des anciens combattants Polonais ) ;

-Stowarzyszenie Mężów Katolickich ( Association des hommes catholiques ) ;

-Związek Bractw Żywego Różanca Pań i Panien ( Ass. des Confréries du Rosaire Vivant – MM et Mmes ) ;

-Koło Byłych Wojskowych w Gandawie ( Cercle des Anciens Militaires de Gand ) ;

-Koło Byłych Wojskowych w St. Nicolas ( Cercle des Anciens Militaires de St Nicolas ) ;

-Koło Byłych Wojskowych w Waterschei ( Cercle des Anciens Militaires de Waterschei ) ;

-Polska Organizacja Walki o Niepodległość ( Organisation Polonaise de Lutte pour l’Indépendance ) ;

-Związek Harcerstwa Polskiego w Begii ( Association du Scoutisme Polonais en Belgique ) ;

-Katolickie Stowarzyszenie Młodzieży Polskiej ( Association de la Jeunesse Catholique Polonaise ) ;

-Bratnia Pomoc Studentów Polskich w Begii ( Aide Fraternelle aux Étudiants Polonais ) ;

-Brygadowe Koło Młodych « Pogoń » ( Brigade du Cercle des Jeunes ??? ) ;

-Polskie Stronnictwo Ludowe ( Parti populaire polonais ) ;

-Stronnictwo Narodowe ( Parti National ) ;

-Stronnictwo Pracy ( Parti Travailliste ) ;

-Polska Partia Socjalistyczna ( Parti Socialiste Polonais ) ;

et évidemment :

-Polska Misja Katolicka – Księża duszpasterze ( Mission Catholique Polonaise – Les prêtres ) ;

-Polski Instytut Naukowy w Belgii ( Institut Polonais d’Éducation en Belgique ) ;

-Macierz Szkolna Wolnych polaków w Belgii ( Matrice Scolaire des Polonais Libres de Belgique ).

Comme vous pouvez le constater … ce ne sont pas uniquement des organisations à caractère « religieux ». Il y avait là des partis politiques différents, des groupements d’ex-militaires, d’autres qui s’étaient donnés comme missions d’éduquer, d’aider les étudiants, … C’est une véritable Union sacrée ! Et ça illustre parfaitement bien le formidable enthousiasme qui régnait à l’époque … Et que dire de la capacité de tous ces gens à s’entendre malgré leurs différences !!! À l’époque, c’était encore possible de vivre ensemble !

Dans ces listes vous retrouverez aussi des noms connus …Il y a ceux qui nous sont familiers puisque leurs enfants sont toujours à nos côtés lors de nos week-ends à Comblain : Chwoszcz ; Bień ; Karasiński ; Swiderski ; Bujanowski ; … Il y a des noms de certains qui nous suivent toujours sur Facebook ( comme Jean Dalgan à qui nous devons d’avoir conservé cette archive ), … D’autres noms sont gravés à jamais jusque dans le cimetière de Comlain-la-Tour : Prof. Dr Stefan Glaser ; Dr. R. Wilczek ; Mr J. Rzemieniewski ; Mr T. Plater-Zyberk ; Dr. E. Pomorski, … D’autres enfin, ont marqué de leur empreinte le Centre Millennium : Mr M. Dulak ; Mr L. Czak ; …

Mais la palme de la longévité et de la fidélité à Comblain-la-Tour revient sans conteste à Pani Stefania Ludwikowska … Elle était déjà là en 1962 … elle est toujours là aujourd’hui … Elle avait déjà en 1962 cette volonté d’être utile à la collectivité … et elle n’a pas changé. C’est ce qu’on appelle de la cohérence.

BRAVO Madame.

27/04/2020 – JP Dz

2249_Annexe_1
2.249 : Les autorités du « Millennium » – 1962.

2250_Annexe_2
2.250 : Liste des délégués / membres du comité « Millennium » – 1962.

2251_Annexe_3
2.251 : Liste des délégués / membres du comité « Millennium » – 1962.

2252_Annexe_4
2.252 : Liste des délégués / membres du comité « Millennium » – 1962.

2253
2.253 : USA – Jamborée : Stefania Ludwikowski ; Mr Mieczysław Dulak.

2254
2.254 : COMBLAIN-LA-TOUR – 2015 : Premier rassemblement des Anciens de Comblain : Dominique Ogonowski ; Stefania Ludwikowski ; Anna Kabat.

2255
2.255 : COMBLAIN-LA-TOUR : Travail de mémoire au cimetière de Comblain-la-Tour : Stefania Ludwikowski, entourée par les enfants des colonies.

2256
2.256 : COMBLAIN-LA-TOUR : Travail de mémoire au cimetière de Comblain-la-Tour : Stefania Ludwikowski, entourée par les enfants des colonies.

2257
2.257 : COMBLAIN-LA-TOUR : Rassemblement des Anciens de Comblain : Betty Nowicki ; Stefania Ludwikowski ; Barbara Wojda ; Isabella Cosaro ; Zuhal Gunal ; Anna-Rita Centurione ; Regina Gymza ; Dominique Stefanski ; Dorota Druszcz ; Christine Piech ; Hélène Piech ; Francine Załobek ; Dominique Ogonowski.

2258
2.258 : Cimetière polonais de LOMMEL : Stefania Ludwikowski.

2259
2.259 : COMBLAIN-LA-TOUR : Dans le réfectoire : Pani Stefania Ludwikowski ; ( ? ).

Et voici l’intégralité du PV de réunion qui officialisait ces comités :

Communication n° 1 du Comité du Millénaire de la Pologne

  1. Principales réalisations du Présidium et du Comité durant l’année 1962

 a ) Préparation d’un projet de statut, qui a été adopté lors de l’assemblée générale du 2 décembre 1962 ;

b ) Communication à la presse des mémoires du Général Maczek mentionnant la participation des troupes polonaises à la libération de la Belgique. ( Ces articles ont été publiés dans « Le Soir » et « Het laatste News » ) ;

c ) Interview du Prof. Dr. Glaser à la radio sur le programme des célébrations du « Millennium » ;

d ) Inauguration de la maison de Comblain-la-Tour ;

e ) Constitution d’un comité d’honneur ;

f ) Conférence du professeur Halecki, sur le Millénaire, donnée en français au Palais des Académies le 4 octobre 1962. Cette conférence a officiellement inauguré les célébrations du millénaire en Belgique et a réuni environ 500 personnes de la société belge la plus représentative. Les articles sont parus dans la presse : « La Dernière Heure » le 5/10/1962, « Le Soir » le 6/10/1962, « La Libre Belgique » les 6 et 7/10/1962, « Le Journal Polonais » à Londres » 16/10/1962, « Narodowiec » en France les 9 et 16/10/1962 ;

g ) Conférence du professeur Halecki en polonais, qui a eu lieu le 6 octobre 1962 dans le hall du Centre Culturel Européen, Avenue Molière à Bruxelles ;

h ) Exposé à la radio sur le Noël en Pologne, prononcé par Madame Czarnock le 19 décembre 1962 ;

  1. Assemblée générale du Comité du millénaire

Le 2 décembre 1962, le Comité du millénaire a tenu son assemblée générale.

A ) Statut : le statut du « Millennium » a été adopté lors de cette réunion, sur la base des orientations adoptées lors de la première réunion du comité le 26 novembre 1961.

Selon les statuts, peut être membre du comité, toute organisation et institution libre polonaise, ce qui lui donne le droit de déléguer jusqu’à 20 membres au comité ;

Les délégués des organisations libres choisissent les autorités du Millennium, contrôlent leurs activités et fixent le programme de travail de Millennium ;

En annexe, les listes de délégués envoyées au comité par des organisations polonaises et des institutions en Belgique ;

Les membres bienfaiteurs peuvent être toute personne qui s’engage à payer une contribution annuelle. Les membres bienfaiteurs ont une voix consultative.

Pour info, nous pouvons vous envoyer le texte du statut pour une somme de 60 Frs.

B ) Les autorités du « Millennium » : Voir annexe 1

 III. Programme pour 1963

A ) Organiser les comités de terrain de « Millennium »

Le comité a choisi une commission ayant pour but d’organiser les comités de terrain de Millennium.

Cette commission est présidée par Mr. Rzemieniewski, l’adjoint est Mr. Lachowski, et il appartient à ces Messieurs d’aborder toutes les questions relatives au travail de terrain.

B ) Collecte de fonds pour les actions du millénaire

 Le Présidium et le Comité chercheront une source de financement. Mais, dans un premier temps, nous devons compter sur les contributions des membres. À cette fin, nous demandons instamment à chacun de s’engager à verser une contribution annuelle aux objectifs du Millénaire, et que chaque délégué recrute 5 membres donateurs.

Nous joignions aux lettres 6 mandats postaux pour les honorables membres et membres donateurs, avec la demande de transfert sur le compte chèque du Millennium : CCP 75.19.87 Comité du Millénaire de la Pologne, Bruxelles.

Dans un proche avenir, le Présidium et le Comité établiront un programme d’actions plus détaillé pour 1963, qui sera annoncé dans la prochaine communication.

Nous demandons aux honorables Messieurs d’envoyer une proposition et des suggestions pour ce programme aux membres du Présidium ou du Comité.

C ) Résolutions de l’Assemblée Générale de « Millennium »

Voici les résolutions adoptées par l’Assemblée générale du 2 décembre 1962 :

– l’Assemblée générale du Comité du Millénaire et anniversaire du Baptême de la Pologne, suite à sa réunion à Bruxelles le 2 décembre 1962, exprime la détermination de tous les Polonais libres de Belgique et de leurs organisations à célébrer le grand coup d’envoi du millénaire polonais ;

– déclare solennellement que la base de cette célébration sera l’unité fraternelle et l’entente de tous les polonais libres de Belgique et de leurs organisations ;

– dans cet esprit, il appelle tous les Polonais de Belgique à suivre le slogan de l’unité et de l’entente dans leur vie familiale et organisationnelle, ce qui devrait devenir le slogan du Millennium ;

– recommande aux polonais libres de Belgique d’éduquer et d’élever les enfants polonais sous le même slogan et sous la direction de la « Macierz Szkolna des polonais libres de Belgique » dont le centre est devenu le centre Millennium ;

– rend hommage à l’héroïque nation polonaise et à ses autorités spirituelles pour leur caractère infaillible et implacable dans leurs engagements envers les plus importants idéaux et traditions nationaux ;

– salue la communauté belge et exprime son désir de resserrer les liens amicaux belgo-polonais par l’action de ce Comité du Millénaire.

F. Gałązka                                                                   K. Czarnocki

Secrétaire                                                                       Président

 

2260_PV_1
2.260 : PV de la réunion du 4/3/1963 du comité du « Millennium ».

2261_PV_2
2.261 : PV de la réunion du 4/3/1963 du comité du « Millennium ».

2262_PV_3
2.262 : PV de la réunion du 4/3/1963 du comité du « Millennium ».

 

 

0266 – Pan Stefan Paterka

Parmi les personnalités qui reposent en paix dans le cimetière de Comblain-la-Tour, il y a Monsieur et Madame Stefan Paterka. Pour rendre hommage à ce couple qui a succédé à Pan Jan, quand celui-ci a pris sa retraite, j’ai demandé à leur fille Aniela de nous parler de ses parents … Qui mieux qu’Aniela pouvait évoquer la mémoire de son papa ? Je vous laisse en sa compagnie :

Écrit par Aniela Paterka :

Voici, comme promis, quelques lignes au sujet de mon papa. Dans sa jeunesse, mon papa était un scout dans l’âme et s’occupait déjà avec d’autres ( dont je ne me souviens plus des noms ) des jeunes scouts de Liège. Puis, famille oblige, il abandonna ses activités jusqu’à sa retraite, à la fermeture du charbonnage de l’Espérance à Montegnée où nous habitions à l’époque.

À 45 ans, trop jeune pour arrêter toute activité, il s’essaie à plusieurs jobs sans trop de succès … la silicose faisant déjà ses premiers dégâts. En renouant des contacts notamment avec Jean Stefanski, ils décidèrent ensemble d’organiser des vacances pour pensionnés d’origine polonaise et de surcroît « anciens scouts ».

Sans fond de Caisse, juste leurs propres deniers, ils se lancèrent dans l’aventure qui fut d’année en année un énorme succès. Les gens venaient d’Allemagne, de Hollande, de France, d’Angleterre et naturellement des 4 coins de la Belgique.

C’est alors que mes parents s’installèrent à Comblain-la-Tour … durant 20 ans. La Macierz szkolna cherchait quelqu’un comme « concierge » pour l’entretien des bâtiments, du parc, et l’accueil des autocars qui étaient de plus en plus nombreux à venir passer quelques jours dans le centre. Pendant les vacances scolaires, ils étaient libres, car les colonies étaient alors conduites par Monsieur Dulak, Monsieur Bardo et j’en oublie, en plus des moniteurs.

Dans les années 80, il y eut l’organisation gigantesque du jamboree où des scouts d’Europe et d’ailleurs se sont retrouvés pour quelques jours. Là, les organisateurs ont eu un soutien amical et spontané des habitants du village pour les campements, et approvisionnement en eau dans les prés. Ce fut un moment extraordinaire et inoubliable pour nous tous.

Papa a toujours essayé d’impliquer les villageois aux activités du centre comme la majówka, les vacances des pensionnés et en musique avec Wacek Bień et, un peu plus tard, avec mon défunt mari Stasiu Kieronski ( deux anciens scouts ). De par ce fait, mes parents étaient aussi très appréciés dans le village et les environs. Hélas, la maladie de maman et les intempéries répétitives ( inondations ) les ont poussés à quitter Comblain pour s’installer non loin de là à Comblain-au-Pont, permettant ainsi encore à papa de s’occuper du centre en attendant la relève.

Après le décès de maman, en décembre 1999, il diminua ses interventions pour des raisons de santé. Il décéda en septembre 2005, heureux d’avoir pu faire quelque chose de sa vie pour ses compatriotes, car papa aimait et était très fier de sa Pologne natale.

09/03/2020 – Aniela Paterka

Commentaires :

Aniela Paterka : Pendant toutes ces années, il y avait quelqu’un qui venait porter main-forte à mon papa et il n’est pas sur les photos … c’est mon jeune frère André. Il a lui aussi, comme beaucoup d’entre nous, aidé nos parents.

2156
2.156 : COMBLAIN-LA-TOUR : Pan Stefan Paterka.

2157
2.157 : USA – 1988 : Jamboree : Mr Stefan Paterka ; Mr Mieczysław Dulak ; ( ? ) ; ( ? ).

2158
2.158 : USA – 1988 : Jamboree : Mr Mieczysław Dulak ; ( ? ) ; Henry Kurek, le frère de Lutek, maintes fois moniteur à Comblain ; ( ? ) ; ( ? ) ; Madame Mietka Dulak, la sœur de Mr Dulak et la maman de Robert De Loenen ; Mr Stefan Paterka.

2159
2.159 : USA – Washington – 1988 : Devant le Capitole : ( ? ) ; ( ? ) ; Mr Stefan Paterka ; ( ? ) ; ( ? ) ; Jerzy Bardo.

2160
2.160 : USA – 1988 : Jamboree : ( ? ) ; Mr Mieczysław Dulak ; Jerzy Bardo ; ( ? ) ; Henry Kurek ; ( ? ) ; Mr Stefan Paterka ; ( ? ).

2161
2.161 : USA – 1988 : Jamboree : Mr Mieczysław Dulak ; François Paterka ; Mr Stefan Paterka.

2162
2.162 : USA – 1988 : Jamboree : ( ? ) ; ( ? ) ; Mr Mieczysław Dulak ; François Paterka ; Mr Stefan Paterka.

2163
2.163 : COMBLAIN-LA-TOUR : Pan Stefan Paterka entouré d’enfants.

2164
2.164 : COMBLAIN-LA-TOUR : Devant le perron : Accroupis : Mme Zosia Bień ; Mr Léon Czak ; Mme Marianna Koldziejka ; Mme Tonia Karpinski ; Debout : Mr Jan Stefanski ; Mr Rémy Karpinski ; Pan Jan ; Mr Józef Rzemieniewski ; Mme et Mr Marysia et Bolek Chwoszcz ; Mr Mirosław Wochen ; Mr Wacek Bień ; Mr Stefan Paterka ; Mr Jan Stempniewicz ; Mr Rudolf Wilczek ; Mr Zbigniew Bardo.

2165
2.165 : COMBLAIN-LA-TOUR – 1982 : Jamboree : Henri Zapałowski ; Mr Wacek Bień ; Richard Chwoszcz ; Mr Jean Stefanski ; Georges Załobek ; Mr Stefan Paterka ; Piotr Rozenski ; Pawel Rogacki ; ( ? ).

2166
2.166 : COMBLAIN-LA-TOUR : Tombe de Mr et Mme Stefan Paterka.

2167
2.167 : COMBLAIN-LA-TOUR : Tombe de Mr et Mme Stefan Paterka.

 

0264 – Krąg Starszo Harcerski i Wisła w Comblain-la-Tour

Comme promis la semaine passée … voici l’autre surprise ! C’est le second opus de notre saga vidéo. Le film d’aujourd’hui date de 1988, c’est-à-dire 14 ans après la première vidéo.

Ici, ce n’est plus un KSMP qui est mis en lumière, mais un autre des composants de cette communauté polonaise qui a tant fait pour Comblain-la-Tour … le mouvement scout. Pour moi, qui suis soucieux de maintenir l’équilibre et l’alternance, ça tombe bien. Voici des images tournées en 1988 qui montrent combien le scoutisme a compté pour le Centre Millennium et la Macierz Szkolna.

Entre les 2 vidéos, il y a quelques différences de taille : la couleur tout d’abord … elle a fait son apparition moitié des années septante et est devenue la règle dans les années quatre-vingt. Ensuite, ce reportage-ci est entièrement réalisé en polonais … et sous-titré. Ce qui rend le document encore plus intéressant. Enfin, la joie de vivre de la vidéo précédente laisse la place à une sorte de mélancolie. Les personnes « interviewées » ont pris de l’âge … on les sent tracassées par l’avenir du Centre Millennium et de la communauté polonaise en général. Nous n’avons qu’une seule envie … les rassurer, leur montrer combien trente-deux ans plus tard tout continue normalement !

Le document se divise en deux volets : la première partie fait la part belle au Krąg Starszo Harcerski ( le Cercle des Anciens Scouts ) et commence par les explications de Mr Stefan Paterka. Pour ceux qui l’ignoreraient encore, Mr Paterka a succédé à Pan Jan comme concierge de la maison polonaise. D’autres vétérans se succèdent pour rappeler l’historique de l’achat de la maison polonaise, les buts pédagogiques poursuivis, les avatars et les petits bonheurs de cette aventure. Vous reconnaîtrez Mr Mieczysław Dulak ( Mietek ), Mr Józef Rzemieniewski, Mr Jean Stefanski, Pani Koldziejka, Pani Bardo, Mr Bardo, Mr Leon Czak, Mr Bolesław Chwoszcz, Mr et Mme Wacek Bień, Mr et Mme Wacek i Lutka Merta et beaucoup d’autres encore … Tous unis par des liens fraternels, des buts communs et une volonté farouche d’entretenir le patrimoine matériel et immatériel qu’ils ont tant œuvré à construire.

La seconde partie de la vidéo met l’éclairage sur les plus jeunes … et en particulier les scouts de l’ensemble Wisła. Les dirigeants du mouvement y expliquent les difficultés à préserver cet héritage. Krystof d’abord, Robert ensuite, évoquent l’avenir, les incertitudes et surtout leur volonté de ne jamais baisser les bras. Aujourd’hui, on peut regarder ces images en sachant qu’ils ont tenu parole. L’ensemble Wisła continue inlassablement sa mission et son attachement à Comblain-la-Tour … malgré les difficultés, le temps qui passe et les … tornades.

Le document s’achève, comme toujours chez les polonais, dans la bonne humeur et au rythme des danses du groupe Wisła.

Ces 2 vidéos sont comme des piqûres de rappel … des vaccins antidépresseurs. Elles nous réconfortent dans notre quête d’équilibre et nous rappellent l’importance de nos racines.

Cliquez ici : https://www.dailymotion.com/video/x7roiy2

24/02/2020 – JP Dz

Commentaires :

Aniela Paterka : Merci à toi j-p pour ce travail de titan. Rassembler tous ces documents pour nous rappeler tous ces beaux souvenirs et que d’émotions. Gros Bisous.

Lodzia Paluszkiewicz : Magnifique vidéo.

Aline Bien : Beaucoup d’émotion aussi, en revoyant toutes ces personnes qui ne sont plus là, mais qui pour moi resteront toujours indissociables du paysage de Comblain …

Alice Golusinski : Waouwwww … suis certainement un peu trop sensible … encore des émotions … que de beaux souvenirs. Comme tu le dis … une bonne piqûre de rappel … et quelques regrets … de ne pas avoir su transmettre le peu qu’on connaissait … du moins en ce qui me concerne …

Dominique Stefanski : Jean-Pierre, les ACLT sont la preuve vivante qu’ils ne se sont pas trompés ceux, qui ont tant investi dans cette maison … on y revient toujours !!!
Quant à ce petit garçon hollandais, qui dit avoir aimé ses vacances à Comblain notamment pour le soleil parce qu’en Hollande, il pleut tout le temps, c’est juste savoureux … mais n’as-tu pas écrit justement un article sur le micro-climat qui règne à Comblain ? On tient là, un témoin oculaire de plus …!!!

2133_1988

2.133 : COMBLAIN-LA-TOUR – 1988 : Krąg Starszo Harcerski : Mr Stefan Paterka.

2134_1988
2.134 : COMBLAIN-LA-TOUR – 1988 : Krąg Starszo Harcerski : Mr Józef Rzemieniewski ; Mr Mieczysław Dulak ( Mietek ).

2135_1988
2.135 : COMBLAIN-LA-TOUR – 1988 : Krąg Starszo Harcerski : Mr Zbigniew Bardo avec les enfants.

2136_1988
2.136 : COMBLAIN-LA-TOUR – 1988 : Krąg Starszo Harcerski : Mr Zbigniew Bardo.

2137_1988
2.137 : COMBLAIN-LA-TOUR – 1988 : Krąg Starszo Harcerski : Mr Jean Stefanski.

2138_1988
2.138 : COMBLAIN-LA-TOUR – 1988 : Krąg Starszo Harcerski : ( ? ) ; … ; Mme Paterka ; Mr Wacek Bień ; Mr Leon Czak ; Mr Bolesław Chwoszcz.

2139_1988
2.139 : COMBLAIN-LA-TOUR – 1988 : Krąg Starszo Harcerski : ( ? ) ; … ; Mr Wacek Bień ; Mr Leon Czak.

2140_1988
2.140 : COMBLAIN-LA-TOUR – 1988 : Wisła : Danse dans le parc.

2141_1988
2.141 : COMBLAIN-LA-TOUR – 1988 : Wisła : Kristof Czerwiec et son épouse.

2142_1988
2.141 : COMBLAIN-LA-TOUR – 1988 : Wisła : Robert De Loenen ; Lorette Komac ; Jessica Kieronski ; Viviane Kieronski ; Jóżek Ptaszynski.

2143_1988
2.143 : COMBLAIN-LA-TOUR – 1988 : Wisła : Danse dans le parc.

 

0253 – Ah, les séminaristes …

Durant les années soixante et septante, nous avons été régulièrement confrontés, à Comblain-la-Tour, à la présence de séminaristes … Je n’ai jamais très bien compris ce qu’ils venaient faire là ? Est-ce pour parfaire leur éducation ? Venaient-ils, à Comblain, pour se confronter à des réalités auxquelles le séminaire ne pouvait pas les préparer ou bien est-ce un dernier « petit moment de liberté » avant d’épouser définitivement la carrière ecclésiastique ?

À moins que ce soit – et l’idée est effrayante – pour s’assurer de la solidité de leur engagement … En effet, où ailleurs qu’à Comblain, ces jeunes gars, plein de vigueur, pouvaient-ils mieux tester leur résistance aux péchés ? Ici, c’était rempli de jolies filles, plus belles les unes que les autres, plus candides les unes que les autres. Il fallait être sérieusement accroché pour ne pas craquer devant tant de charme.

Dieu merci, la plupart de ces séminaristes savaient se tenir. Ils étaient entièrement investis par leur vocation et totalement insensibles aux plaisirs terrestres. Amen. Envers eux, nous les garçons, nous avions beaucoup de sympathie et même un peu de compassion. Ils ne nous dérangeaient pas, s’occupaient de leurs affaires et ne piétinaient pas nos plates-bandes. Certains d’entre eux resteront même des exemples et partageront les moments les plus importants de la vie de quelques-uns d’entre nous. Ils seront présents aux mariages comme aux heures sombres des amis qu’ils avaient connus à Comblain-la-Tour.

J’avoue humblement que ce ne sont pas les séminaristes qui occupaient, à ce moment-là, mon esprit ! Alors, je préfère vous laisser à vous le plaisir de les évoquer vous-même … je suis sûr que vous le ferez mieux que moi ! À vos plumes !

09/12/2019 – JP Dz

2012
2.012 : COMBLAIN-LA-TOUR : Les séminaristes : Sur cette photo, il y a deux séminaristes : à l’extrême gauche, Smalcerz, qui était l’organiste de l’internat à Vaudricourt, et à droite Stasiu Adamski, frère de Józef Adamski. Stasiu est décédé en 2012, il était curé de Waziers en France. Sur la photo encore : Leokadia Ros ; Jadzia ? ; René Owca ; Olga ? de Flénu et à ses côté, Florian Hapek, du Limbourg, un ancien joueur de foot de Waterschei. A l’arrière, Bernard Lukasczyk et à droite André Bardo et Stefan Broniecki et Stasiu Adamski. ( Merci Raymond ).           Le Père Józef Adamski – kapłan Zgromadzenia Misjonarzy Oblatów Mary Omi ( Oblate ) – est né le 2 mars 1935 à Bruay en Artois ( France ). Fils de Wojciech et Victoria Jędrzejak. Diplômé en Belgique. Il a été ordonné le 29 juin 1961 à Vaudricourt. Curé de paroisse en 1965-1968, il meurt tragiquement en se noyade dans le lac 12 juillet 1968 à Montaubray. ( Merci André ).

2013

2.013 : COMBLAIN-LA-TOUR : Les séminaristes : ( ? ) ; ( ? ) ; Ks Adamski et sur ses épaules, Monique Kiełtyka ; Leokadia Ros ; ( ? ).

2014
2.014 : COMBLAIN-LA-TOUR : Les séminaristes : Ks Stasiu Adamski.

Commentaires :

Raymond Mielcarek : C’est Stasiu qui a célébré notre mariage. Je l’ai connu à l’internat St Casimir.

2015
2.015 : COMBLAIN-LA-TOUR : Les séminaristes : Janine ? ; Ks Stasiu Adamski ; lodzia ?.

2016
2.016 : COMBLAIN-LA-TOUR : Les séminaristes : ( ? ) ; … ; Ks Adamski, debout en polo clair ; Janek …?, le moniteur blond ; Monique Kiełtyka ( le bout’chique blond ) ; au milieu, Valentine Kieltyka – Ciura, qui semblait avoir une migraine … … ; ( ? ).

2017
2.017 : COMBLAIN-LA-TOUR : Les séminaristes : ( ? ) ; ( ? ) ; Ks Smalcerz ; Stefan Broniecki ; ( ? ) ; ( ? ) ; ( ? ).

2018
2.018 : COMBLAIN-LA-TOUR : Les séminaristes : ( ? ) ; … ; le séminariste Kz Kazik ; Alice Golusinski ; Eva Malec ; Ks Kurzawa ; ( ? ).

2019
2.019 : COMBLAIN-LA-TOUR : Les séminaristes : ( ? ) ; … ; Nathalie Haine ; ( ? ) ; Ks Kurzawa ; le séminariste Kz Kazik.

2020
2.020 : COMBLAIN-LA-TOUR : Les séminaristes : Edward Kucharzewski ; ? Mielcarek ; ( ? ) ; ( ? ) ; Lydia Młynarski juste devant sa maman ; ( ? ) ; Zuhal Gunal ; la maman de Franca Fisher ; Annie Wizla ; Mme Dziewiacien ; ( ? ) ; ( ? ) ; Czesiu Kucharzewski ; Richard Konarski ; à l’arrière, Mme Konarski ; Franca Fisher ; debout et tout dubitatif Georges Persich ; Jerzy Bardo ; ( ? ) ; … ; le séminariste, Joseph ; Helena Wochen ; Eveline Ogonowski ; le séminariste Kazik ; Henri Bogdanski ; ( ? ) ; … ; Mr et Mme Załobek ; Mr Rzemieniewski ; …

Commentaires :

Milczanowski Véronique : De dos à l’avant plan, avec un genre de pardessus bleu /gris, ce n’est pas Dominique ? Parce que si oui, la fille à sa gauche pourrait être moi.

Betty Nowicki : La fille avec la casquette bleue, je pense que c’est moi ; et juste à côté Fabienne la soeur de Béatrice laffut.

Béatrice Laffut : Oui la fille à la casquette bleue, c’est bien toi Betty ! Par contre je ne me vois pas sur la photo, ni ma sœur … Il y a les parents de Francine … son papa Tony, avec l’oeil à la caméra ( ou à l’appareil photo) et son épouse Christine derrière lui. Eveline n’est pas loin non plus …. il me semble. Et la petite fille au centre, c’est ma soeur Isabelle.

Dominique Ogonowski : En bref, tout ce qu’a écrit JP est correct, et les suivantes aussi. Vous avez toutes bon ! Je suis assise de dos avec une veste empruntée à Jean-Pierre je crois ; Véronique près de moi ; cette année, il y avait le groupe du Limbourg ; Betty, Monica, Regina, Elzbieta et on était prêtes et déguisées pour un sketch.

2021
2.021 : MONTEGNÉE : Les séminaristes : Les séminaristes Zenon Mach et Jósek Pietrusiak ; Georges Załobek ; debout Mme Załobek.

0220 – Monseigneur Szczepan Wesoły

Je ne sais pas si l’habit fait le moine ? Mais le nom de famille peut faire l’humeur … Il en est la parfaite illustration ! Nom de famille : Wesoły ; Principale caractéristique : toujours joyeux ; profession : évêque ! ( Pour ceux qui ne maîtrisent pas le polonais, Wesoły est le mot polonais pour dire « joyeux » … ). Tous ceux qui l’ont approché peuvent en témoigner : cet homme était extraordinairement humain.

C’est à Loreto, où il officiait chaque année, que le personnage se révélait. Là, entouré d’une centaine de jeunes gens, il était dans son élément … parfaitement cool ( comme on dit aujourd’hui ). À aucun moment il ne nous faisait sentir le prestige de sa situation, au contraire. Je l’ai vu, sur la plage, boire à la paille dans les berlingots de jus de fruits qu’on se passait les uns les autres … dans une incroyable décontraction. Nous étions des adolescents, mais c’est presque lui qui nous provoquait … tant il ne correspondait pas à l’image qu’on se faisait d’un Monseigneur.

Quand il débarquait en Belgique, à Comblain-la-Tour, Ressaix, Liège ou ailleurs, nous étions stupéfiés de voir se précipiter vers lui nos autorités ecclésiastiques. Ks Kurzawa, Ks Szymurski, et tous les autres se jetaient à genoux devant Monseigneur Wesoły pour embrasser sa bague et témoigner ainsi leur soumission. L’évêque se prêtait un instant au cérémonial, mais très vite cherchait du regard sur qui il pouvait s’élancer pour « fraterniser ». Les prêtres n’étaient pas encore relevés, que l’évêque était déjà en train de bondir sur tel ou tel jeune qu’il avait reconnu. À notre plus grand étonnement, il se rappelait parfaitement nos noms et prénoms, et pour chacun d’entre nous il avait un souvenir à nous rappeler, une anecdote à évoquer. Derrière, les prêtres, enfin debout, suivaient la scène avec plus ou moins de frustration.

Les photos qui sont associées à ce texte ne sont malheureusement pas représentatives du personnage. On dirait même qu’il savait « figer » son sérieux le temps de la photo, mais … dès que la photo était prise … son naturel joyeux reprenait le dessus. Il avait cette noblesse de l’âme qui faisait qu’il n’avait pas besoin ni d’imposer, ni d’impressionner … il lui suffisait d’être.

J’ai discuté récemment avec un de nos prêtres les plus âgés qui l’a bien connu. Ce dernier m’a raconté que pour « taquiner » leur évêque, les prêtres lui faisaient régulièrement remarquer qu’il était plus souvent dans des avions que sur le plancher des vaches. Faut dire qu’avec une diaspora comme la diaspora polonaise, dont il avait la charge, Monseigneur Wesoły était le berger du troupeau le plus dispersé qui soit. Et donc, l’avion s’imposait naturellement pour visiter ses ouailles.

À force de prendre de la hauteur, il avait atteint ce stade de la sagesse qui permet de tout relativiser et d’utiliser le sourire pour désarmer les plus intransigeants. Finalement, même les anges et toutes les autres créatures qui peuplent le ciel ont fini par s’habituer à sa présence. Et quand il nous a définitivement quittés, c’était pour rejoindre modestement, mais le sourire aux lèvres, ceux qui l’avaient déjà tant côtoyé.

22/04/2019 – JP Dz

1662
1.662 : Ressaix – Ośrodek Św. Maksymiliana Kolbe : Monseigneur Szczepan Wesoły : Monseigneur Szczepan Wesoły entouré de ( ? ) ; ( ? ) ; ( ? ) ; ( ? ) ; ( ? ) ; ( ? ) ; Derrière, Christine Marszalkowski ; ( ? ) ; Casimir Nowicki ; ( ? ) ; Ks Rector Repka ; Janine Leracz ; Dominique Ogonowski.

1663
1.663 : – Ressaix ou Comblain-la-Tour ? : Monseigneur Szczepan Wesoły : Eveline Ogonowski ; Irène Sitarz ; Bernadette Marszalkowski ; Ks Kurzawa ; Monseigneur Szczepan Wesoły ; Gieniu Perzyna ; Thérèse Ogonowski ; Dominique Ogonowski ; Nadine Deputat ; Janek Perzyna ; Casimir Nowicki ; Antoch Kiełbowicz ; Vital Kciuk ; Jean-Michel Deputat ; Edouard Nowicki.

1664
1.664 : Ressaix – Ośrodek Św. Maksymiliana Kolbe : Monseigneur Szczepan Wesoły : Casimir Swiderski ; Monseigneur Szczepan Wesoły ; ( ? ) ; ( ? ) ; ( ? ) ; ( ? ) ; ( ? ) ; Mgr Dujardin ; Ks Rector Repka ; Ks Kurzawa ; ( ? ).

1665
1.665 : Comblain-la-Tour – 1982 : Jamborée : ( ? ) ; …. ; Monseigneur Szczepan Wesoły ; Dr Wilczek ; … ; ( ? ).

1666
1.666 : Comblain-la-Tour – 1982 : Défilé lors du Jamborée : ( ? ) ; …. ; Monseigneur Szczepan Wesoły ; … ; ( ? ).

1667
1.667 : Ressaix – Ośrodek Św. Maksymiliana Kolbe : Inauguration de l’église : ( ? ) ; Ks Rector Repka ; Mgr Dujardin ; Monseigneur Szczepan Wesoły ; ( ? ) ; … Devant, les enfants : ( ? ) ; … A gauche, le KSMP de Ressaix : Eveline Ogonowski ; Nadine Deputat ; Bernadette Marszalkowski ; ( ? ) ; … ; le KSMP de Mons : Stéphanie Goch ; Thérèse Tąporska ; ( ? ) ; Jean-Pierre Dziewiacien ; Michel Mikolajczyk ; Czesiu Kucharzewski ; Mr et Mme Edmond Łagocki ; Richard Pawlak ; Max Mitka ; Mais aussi, Marcel Swiderski ; Casimir Swiderski ; Henri Szulz ; …

1668
1.668 : Ressaix – Ośrodek Św. Maksymiliana Kolbe : Messe : ( ? ) ; ( ? ) ; Mr Jean Czajkowski ; ( ? ) ; Ks Kurzawa ; Monseigneur Szczepan Wesoły ; ( ? ).

1669
1.669 : Ressaix – Ośrodek Św. Maksymiliana Kolbe : Messe : ( ? ) ; ( ? ) ; Mr Jean Czajkowski ; ( ? ) ; Ks Kurzawa ; Monseigneur Szczepan Wesoły ; ( ? ).

1670
1.670 : Ressaix – Ośrodek Św. Maksymiliana Kolbe : Messe : ( ? ) ; ( ? ) ; ( ? ) ; Ks Kurzawa ; Monseigneur Szczepan Wesoły ; ( ? ) ; ( ? ) ; Ks Pożoga ; ( ? ) ; ( ? ) ; Ks Okroj ; les enfants de cœur : ( ? ) ; ( ? ).

1671
1.671 : Rome – 1979 : Audience Papale et Dominicale : Jean-Paul II ; Monseigneur Szczepan Wesoły ; Dominique Ogonowski.