0290 : Księga protokółów

Tout doucement, des pans entiers de notre histoire commune remontent à la surface … Des documents qu’on croyait disparus à jamais réapparaissent … Ceux qui en avaient la charge, les ont conservés précieusement – comme des reliques – en attendant le jour où ils pourraient les ressortir et les partager … en attendant le bon moment ! Et le bon moment est arrivé.

C’est ainsi qu’on vient de nous remettre la « Księga protokółów du KSMP de Ressaix », attendez par là : le livre des procès-verbaux ; autrement dit, la bible … l’ouvrage dans lequel on a scrupuleusement acté et retranscrit, au fur et à mesure, les réunions, les décisions, les compositions des différents comités et tout l’historique du KSMP. Ce document est évidemment essentiel. Il était à l’abri. Ce sont les 2 derniers responsables du KSMP de Ressaix, Elisabeth Kciuk, la présidente et son mari Vincent Latour, le secrétaire qui avaient pris soin de préserver le livre dans l’espoir de le transmettre un jour, et aussi, peut-être … pourquoi pas, lui redonner l’importance qu’il mérite. Merci Elisabeth et Vincent pour votre confiance.

Ce livre a donc rejoint l’Album pamiątkowy du même KSMP que nous avions déjà récupéré et feuilleté ensemble. Ces deux documents sont complémentaires. L’un illustre l’autre, l’autre explique le premier.

Nous avions, par ailleurs, déjà retrouvé les costumes folkloriques du KSMP de Ressaix. Ceux-ci, après avoir été « reconditionnés », sont allés rejoindre l’ensemble Spotkanie … dans l’espoir de servir encore. Ainsi, se reforme, peu à peu, le puzzle de nos sagas. Les pièces dispersées retrouvent leurs places … s’emboîtent parfaitement … et redessinent les contours de toute une époque. C’est l’unique objectif de notre communauté de souvenir.

Évidemment, je me suis plongé dans ce livre … évidemment, nous allons en partager les meilleurs moments ! Mais ce qui m’a frappé pour commencer, c’est l’écriture … la calligraphie devrais-je dire. Waouh ! C’était un temps où on savait écrire … un temps où on prenait le temps de faire les choses. Quand j’évoquais, il y a quelques semaines, la chanson « Écrire pour ne pas mourir » d’Anne Sylvestre, je pensais surtout au fond. Ici, il y a le fond et la forme. On sent bien que les secrétaires s’appliquent à rendre la lecture agréable. On admire la technique … on s’extasie devant les circonvolutions des majuscules. Bravo.

La deuxième chose qui m’a frappé, c’est la filiation ! La première page du livre débute par le compte rendu de la première réunion … celle où le KSMP de Ressaix est né. Nous sommes 17 février 1959. Et déjà, des noms de famille se distinguent : Marcel Swiderski sera le premier président, son frère, Casimir Swiderski sera le directeur technique ( le chorégraphe ). Leur épouse, Emma Marzec et Marysia Perzyna sont déjà présentes aussi. Ils sont entourés d’autres dont les noms de famille se retrouveront tout au long de l’histoire de la communauté polonaise de Ressaix : Chudzicki, Wazbinski, Saweruk, Ogonowski, Leracz, Gębka, …

Le livre se termine par la réunion du 13 septembre 1986 … la dernière réunion générale ! Si vous vous attardez sur la liste des membres présents, vous lirez : Katty Swiderski et Frédéric Swiderski, les enfants de Marcel et Emma, mais aussi Dorothée Swiderski et Vincent Swiderski, les enfants de Casimir et Marysia … C’est extraordinaire … 27 ans plus tard, ce sont les enfants des fondateurs ! Quelle filiation ! Et bien sûr, ils sont entourés d’autres : Malvina Rusowicz et son mari André Walasczyk, d’Alice Golusinski, l’épouse de Vincent, de Joanna Skowron, l’épouse de Frédéric, d’Elisabeth Kciuk, de Janek Perzyna, de son frère Gieniu, mais aussi de Sébastien, le fils de Gieniu, de Jean-Michel Deputat, et encore quelques autres … Ce sont deux générations qui sont ici mélangées, mais c’est avant tout une grande et merveilleuse histoire de famille !

Et bien sûr, tous ceux-là, mais aussi leurs frères, sœurs et cousins … sont des habitués de Comblain !

10/08/2020 – JP Dz

2462_Premières_pages
2.462 : Księga protokółów du KSMP de RESSAIX : Couverture et première page.
2463_a
2.463 : Księga protokółów du KSMP de RESSAIX : Premier compte-rendu : Réunion du 17 février 1959.
2464_b
2.464 : Księga protokółów du KSMP de RESSAIX : Premier compte-rendu : Liste du premier comité et des premiers membres.
2465_a
2.465 : Księga protokółów du KSMP de RESSAIX : Premier compte-rendu : Clôture de la réunion. Signature du président et du secrétaire.
2466_a
2.466 : Księga protokółów du KSMP de RESSAIX : Dernier compte-rendu : Réunion du 13 septembre 1986. Liste des membres présents.
2467_b
2.467 : Księga protokółów du KSMP de RESSAIX : Dernier compte-rendu : Suite.
2468_a
2.468 : Księga protokółów du KSMP de RESSAIX : Dernier compte-rendu : Suite.
2469_b
2.469 : Księga protokółów du KSMP de RESSAIX : Dernier compte-rendu : Suite.
2470
2.470 : Księga protokółów du KSMP de RESSAIX : Dernier compte-rendu : Suite.
2471_1892_KSMP_Ressaix
2.471 : KSMP de RESSAIX – 1959 : Première photo de l’album pamiątkowy : ( ? ) ; Casimir Swiderski ; Danuta Koper ; Ks Kurzawa ; … ; Thérèse Ogonowski ; Edouard Rozlach ; Bogdan Pietraszek ; …; Elisabeth Saweruk ; Janka Miklusiak ; Emma Marzec ; Lydie Białecka ; … ; Bolek Piotrowski ; Mr Młynarczyk ; Pierre Pietraszek ; Marcel Swiderski ; … ; Pan Lelonek ; … ; Ks Okrój ; Mr Stepien. Mais aussi à gauche, Edouard Janowski ; Lino Mestriner ; Tadek sołtisyk ; Richard Janowski, l’époux de Barbara Kubarek qui est à l’arrière, à gauche de Mr Młynarczyk.
2472_Quiz_11
2.472 : KSMP RESSAIX – 1986 : À PÉRONNES-LEZ-BINCHE, Rue Defuisseaux : Lors d’une fête de la Communauté italienne : Danièle Czajkowski ; Frédéric Swiderski ; Elisabeth Kciuk ; Vincent Latour.
2473_Quiz_11_bis
2.473 : KSMP RESSAIX – 1986 : À PÉRONNES-LEZ-BINCHE, Rue Defuisseaux : Lors d’une fête de la Communauté italienne : Danièle Czajkowski ; Frédéric Swiderski ; Elisabeth Kciuk ; Vincent Latour.
2474
2.474 : KSMP RESSAIX – 1986 : À PÉRONNES-LEZ-BINCHE, Rue Defuisseaux : Lors d’une fête de la Communauté italienne : Agnes Golusinski ; Dorothée Swiderski ; Danièle Czajkowski ; Elisabeth Kciuk et Jean-Franco.
2475
2.475 : KSMP RESSAIX – 1986 : À PÉRONNES-LEZ-BINCHE, Rue Defuisseaux : Lors d’une fête de la Communauté italienne : Agnes Golusinski avec Vincent Swiderski ; Dorothée Swiderski avec Sébastien Perzyna ; Danièle Czajkowski avec Frédéric Swiderski ; Elisabeth Kciuk  avec Vincent Latour ; et en bas, Jean-Franco surveillait le plancher dont les panneaux s’écartaient dangereusement, sous les coups de talons. Quelle frayeur !
2476_0327
2.476 : COMBLAIN-LA-TOUR : Entre la maison et l’Ourthe : La famille Swiderski et leurs amis … dans le désordre nous pouvons reconnaître : Beata Kotara ; Richard Szymczak ; Liliane Kiełtyka ; Isabelle Swiderski ; Marcel Swiderski ; Nathalie Swiderski ; Emma Marzec ; Madame Kiełtyka ; Annie Kiełtyka ; Fredy Kiełtyka ; Jeanine Leracz ; katty Swiderski et Christophe Swiderski ; ….

 

0288 – Mr Edmond Łagocki

Que serait une communauté sans ses leaders ? Que serait une passion sans ses emblèmes ? Celui sur qui j’ai envie de braquer les projecteurs aujourd’hui fait partie de ces monstres sacrés … de ces fous de folklores qui ont marqué notre histoire commune.

Dans la région de Mons, Mr Edmond Łagocki, c’est LE chorégraphe mythique du KSMP « Echo Ojczyste » … mais sa réputation a, depuis longtemps, dépassé les frontières du Borinage. Durant plusieurs décennies, il a mis toutes ses forces et toute son énergie dans un seul engagement : celui de défendre et de propager le folklore polonais …

Pour atteindre son objectif, il n’a pas ménagé sa peine. Il lui en a fallu du courage, pour traverser toutes ces années où les problèmes, les polémiques et les conflits n’ont pas manqué ! Tout le monde sait que là où il y a 2 polonais, il y a au moins 4 comités différents. Lui, il souhaitait juste partager sa passion pour les danses polonaises. Il ne voulait pas autre chose que transmettre aux générations futures ce qu’il avait appris. Qu’elles ont dû être lourdes, pour lui, ces querelles d’ego, stériles et contre-productives. Lui, sa vocation ce n’était pas de régler les conflits des « vieux » … lui, il ne se sentait bien qu’entouré de la jeunesse … Pourtant, il a dû affronter des montagnes de contrariétés … mais jamais il n’a abandonné … jamais nous ne l’avons senti découragé !

Il lui en a fallu du dévouement pour s’occuper de plusieurs générations d’adolescents, des années 60 aux années 90. Et Dieu sait combien, durant ces années-là, les mentalités évoluaient vite, combien les mœurs changeaient radicalement, combien la société se transformait en profondeur. Il a dû faire preuve de psychologie, d’ouverture, d’adaptation, de compréhension. Et nous, fidèles à nos statuts d’ados … nous ne lui avons pas vraiment rendu la tâche facile. J’ai encore en mémoire des débats animés, des revendications aussi farfelues qu’éphémères, des combats « juste-pour-gagner » … Je ne me souviens pas d’avoir vu Mr Łagocki s’énerver … Et même quand il était coincé entre les « normes » dictées par les « instances supérieures » et nos aspirations naturelles, il a toujours pris le parti de la jeunesse.

Il lui en a fallu de l’abnégation pour régler les « détails » … Pour contenir, par exemple, les musiciens … entre l’appétit féroce des uns et la fragilité des autres … entre la suffisance des uns et l’excès d’humilité des autres … Il a fallu constamment rassurer ceux-ci, canaliser ceux-là … Parfois, il fallait trancher, quitte à perdre en qualité musicale, du moment que l’intérêt général et l’esprit de la jeunesse, qu’il incarnait, triomphaient.

Mr Łagocki est le seul adulte que je tutoyais et que j’appelais par son prénom. Je pense que nous étions assez nombreux dans le cas. Pas par manque de respect … bien au contraire ! On avait l’impression qu’Edmond avait notre âge … il avait l’âge de tous ceux qu’il a formés, tant dans les années 60 que dans les années 80 … C’est sans doute le secret de sa longévité au sein du KSMP : il « était » la jeunesse. Si les autres adultes avaient voulu nous imposer telle ou telle chose, nous aurions en chœur rejeté, par principe, toute ingérence dans notre sacro-sainte liberté, lui … il faisait à peu près ce qu’il voulait de nous. Il a su, en toutes circonstances, tiré le meilleur de chacun d’entre nous !

Souvent dans l’ombre, toujours dans les coulisses, son plaisir à lui, c’était les applaudissements que nous recevions … Il a vécu le succès par procuration. Aujourd’hui, avec le recul, nous mesurons tous le bonheur d’avoir connu cette époque si heureuse et nous reconnaissons tous le rôle essentiel qu’Edmond y a joué. Et même si la vie a fait que naturellement nous nous sommes quelque peu distancés des rives de nos adolescences, chaque fois que nous tournons la tête vers l’arrière, on finit toujours par revoir cette douce lumière qui nous a guidés, protégés … tel un phare inaltérable … cette douce lumière d’une passion que Monsieur Łagocki a voulu partager avec nous.

27/07/2020 – JP Dz

Voici une courte biographie écrite par Raymond Mielcarek :

Mr Edmond Łagocki est né en Belgique en 1932, il habite Ghlin, et il est l’un des cinq enfants de la famille Łagocki : Jeanine, Monique, Edmond, Henri et Régine. Son papa, Waclaw Łagocki ( 1901 – 1947 ), fut président national de « Związek Polaków » en Belgique, à l’époque, il faisait les déplacements aux réunions à vélo !

Edmond fait partie des jeunes scouts polonais, et puis, comme d’autres polonais de Ghlin, la famille Łagocki quitte Ghlin et vient s’installer à la Cité Wauters à Tertre. À la cité Wauters, ils retrouvent beaucoup de polonais. Sa maman, Maria, sera également longtemps responsable de Matki Różańcowej de Tertre. Dans les années cinquante, il va goûter au folklore polonais avec les autres polonais de la Cité Wauters. On apprend, entre adultes polonais, à danser les danses folkloriques polonaises pour une festivité prévue au terrain de football de Tertre ( voir photos ). Mais Edmond ne s’arrête pas là, il va s’inscrire au cercle polonais d’Hautrage « Koło Solskie », et va jouer des pièces de théâtre ( voir photos ).

Début des années soixante, l’abbé Woryna crée le KSMP « Echo Ojczyste » et fait appel à Edmond pour remplir le rôle de chorégraphe de ce réputé KSMP ! Son épouse Rosalie Wierus, va l’aider dans la besogne en assumant durant de longues années le rôle de costumière du KSMP. En 1966, on retrouve Edmond à Comblain-la-Tour, cette fois-ci comme Chef moniteur ( voir photos ) il aidera alors Ks Kurzawa à la tête de la colonie de vacances. Par après, Edmond jouera encore un autre rôle, car en panne d’instituteurs polonais, il lui est demandé de s’occuper de l’école polonaise d’Hautrage, et enfin et surtout il a passé un temps considérable au centre culturel polonais « Ośrodek Kulturalno Oświatowej » d’Hautrage-Etat et ce jusqu’en 2010 ! On ne peut passer sous silence aussi le rôle joué par son épouse Rosalie qui toujours présente à ses côtés est encore aujourd’hui présidente active de Matki Różańcowy d’Hautrage ainsi que son fils Alexis qui fut membre du comité du KSMP.

Petit détail amusant … Edmond et Rosalie habitent depuis de nombreuses années … la Rue de Varsovie à Tertre.

Raymond Mielcarek

2436_Edmond_Lagocki
2.436 : TERTRE : Photo symbolique au pied du terril : C’était déjà Mr Edmond Łagocki qui avait contacté des personnes qu’il connaissait – amis et famille – pour faire des danses polonaises. Il y avait là : Mr Dzierzgowski Antoine et son épouse Mélanie Bachowski ; mais aussi la sœur d’Edmond, Régine Łagocki avec Mr Stephane Blaszka ( le papa des 2 frères ) ; ensuite Rózia Ranocha avec Zbyszek Kożlowski ; et également, une cousine d’Edmond, avec lui, Sabine Łokietek. L’accordéoniste est Mr Edziu Ranocha qui a joué par après avec le KSMP Echo Ojczyste à ses débuts !
2437
2.437 : HAUTRAGE-ETAT : Koło teatralne imienia Ludwiga Solskiego : Mr Edmond Łagocki entouré d’autres artistes.
2438
2.438 : HAUTRAGE-ETAT : Koło teatralne imienia Ludwiga Solskiego : Mr Edmond Łagocki entouré d’autres artistes.
2439
2.439 : KSMP Echo Ojczyste de Mons : Sur le terrain de football du RFC Hautrage, à côté du salon du charbonnage : Devant : Mr Edmond Łagocki ; Zbyszek Blaszka ; Genia Grzeszkowiak ; Jeanine Krasowska ; Jeanine Wawrzeniak ; Thérèse Mielcarek ; Mme Hélène Menes ( la maman de Pascal et Michel Łagocki ) ; Danièle Gruszczynski ; Dorotka  Kapelczak ; Irène Grzegorzewski ; Richard Chmielecki ; derrière : Mr Henri Łagocki ; Richard Duszak ; ? Zuraszek ; Ghislain Zwierczyk ; Zygmund Mielcarek ; Zdzisław Blaszka ; ( ? ) ; Zenon Grzeszkowiak, entre les 2 filles ; tout devant : Alexis Łagocki ; Zdzisław Chmielecki.
2440
2.440 : KSMP Echo Ojczyste de Mons : Devant : ( ? ) ; … ; Mr Henri Łagocki ; ( ? ) ; Derrière : Mr Edmond Łagocki ; … ; Mme Hélène Menes ; ( ? ).
2441
2.441 : COMBLAIN-LA-TOUR : Devant le réfectoire : Debout : Zbyszek Blaszka ; Christine Karasik d’ Haine St Paul ; Richard Chmielecki ; Madame Rose Łagocki ; Edmond Łagocki – Chef moniteur ; Bernard Lukasczczyk ; Ks Kurzawa ; Helcia Garsztka ; Monique ( Monia ) Krasowski ; Danielle Gruszczynski ; Stéphanie Goch ; Accroupis : Raymond Mielcarek ; Stefan Broniecki ; ( Leszek ? ) ; Henryk ( Heniek ) Kurek ; ( ? ).
2442_1274
2.442 : BINCHE – 1974 : K.S.M.P. Echo Ojczyste de Mons : Accroupis : Alfred Materna – Max Mitka – Marek Bujanowski – Alexis Łagocki – Richard Konarski. 2ème rangée : Mr Edmond Łagocki ( chorégraphe ) – Mr Léon Warchulski ( violoniste ) – Annie Wisła – Christina Nahorniak – Martine Mazgaj – Thérèse Dudziak – Pascal Łagocki – René Sarpette ( guitariste ). 3ème rangée : Zuhal Gunal – Isabella Cosaro – Martine Brzezicha – Thérèse Taporski – Stéphanie Goch – Patricia Młynarski – Jeanine Dudziak. 4ème rangée : Lydia Młynarski – Franca Fisher – Monia Krasowska – Annie Borowski – Micheline Zwierzyk – Hélène Borowski 5ème rangée : Czesław Kucharzewski – Pierre Front – Jean-Pierre Dziewiacien – Richard Pawlak – Géniu Bujanowski – Mr Henri Łagocki – Michel Mikołajczyk – Janek Konarski.
2443
2.443 : BINCHE – 1978 : Festival des KSMP : Mr Edmond Łagocki, dans les coulisses, entouré des musiciens ; sur scène, le KSMP de Mons.
2444_Edmond_Alexis
2.444 : Mr Edmond Łagocki et son fils Alexis.
2445
2.445 : HAUTRAGE-ETAT : Groupe folklorique des années 1950 : Mme Stasia Bachowski avec Mr Zygmunt Kaczorowski ; Mme Sophie Mielcarek et César Mielcarek ; Mme Kazia Lyskawska – Bujanowska ( la maman de Géniu et Marek ) et son frère Tadek Lyskawski ; dernier couple ?.
2446
2.446 : HAUTRAGE-ETAT : Groupe folklorique des années 1950.
2447
2.447 : HAUTRAGE-ETAT : Groupe folklorique des années 1950.
2448
2.448 : HAUTRAGE-ETAT : Groupe folklorique des années 1950.

 

 

 

0286 – 1972 : Un festival pas comme les autres

En 1972, le festival des KSMP de Belgique s’est déroulé à Liège. C’était déjà la 11ème édition … et elle fut exceptionnelle. En effet, cette année-là, non seulement tous les KSMP étaient présents – Liège, Châtelineau, Mons, Heusden-Zolder, Waterschei-Genk, Ressaix / Centre – mais on a pu aussi y applaudir le groupe des scouts « Wisła » de Winterslag … et c’était leur première présence au festival.

Il faut dire que cette manifestation, qui s’est déroulée le 24 septembre, était le premier festival qui suivait le fameux cours de danse à Comblain-la-Tour. Madame Olga Żeromska, notre chorégraphe britannique, souhaitait distribuer à quelques participants des diplômes et des certificats de formateur aux danses folkloriques. Ces lauréats se comptaient dans tous les KSMP mais aussi parmi les danseurs de « Wisła ». Leur présence sur scène était donc indispensable. Dommage que leur présence aux festivals n’est pas été plus nombreuse !

Monseigneur Szczepan Wesoły était également de la fête, ainsi qu’une délégation venue de France et une autre de Grande-Bretagne. Durant la messe, l’évêque a donné le sacrement de la confirmation à quelques enfants de la paroisse de Ks Müller. Cette célébration a été rehaussée par l’exécution, par le KSMP Liège, de la très belle « Messe de Maklakiewicz » – œuvre difficile, magnifique et dynamique, la Messe de Maklakiewicz est une œuvre contemporaine ; elle est parue seulement après la guerre.

Après la messe, tout le monde s’est retrouvé dans la salle St. Louis qui était bourrée à craquer. Ce sont les hymnes nationaux polonais et belge qui ont débuté les festivités. Ensuite, chaque groupe a montré ce qu’il savait faire. On a eu droit, tout d’abord, à une « polonaise » par le KSMP de Châtelineau, puis, par les mêmes, à une mise en scène, entrecoupée d’une chanson intitulée « Charleroi świętuje » et en « Pologne ».

C’est l’opérette « Słowiczku », interprétée par des jeunes liégeois, qui a suivi, ainsi que leur « mazur ». Ce fut le tour ensuite d’Heusden-Zolder, dont la prestation comprenait des chants et une « wiązanka » ; puis de Waterschei-Genk, qui a marqué les esprits par son interprétation d’une danse de « Podhale » ; et pour clôturer la première partie, « Echo Ojczyste » de Mons a dansé son « Cyganski ».

La deuxième partie du programme a également débuté par le KSMP de Mons, par des chants et un « oberek » ; les scouts de « Wisła » ont enchaîné par leur « oberek » et quelques chansons ; c’est ensuite un KSMP de Ressaix ( Centre ) fraîchement reconstitué qui a suivi par son programme. Et c’est Liège qui a clôturé le spectacle tout d’abord par un solo d’E. Walczak et enfin, par sa « łowiczanka ».

Il ne restait plus qu’à distribuer les diplômes d’instructeur de danses aux lauréats, ce que Mme Olga Żeromska s’est empressée de faire sous les applaudissements d’un public conquis, et c’était déjà l’heure du grand bal animé par l’orchestre de Mr Wacek Bień.

On a eu droit, ce jour-là aussi – et c’est une tradition polonaise – à beaucoup de discours, de remerciements et de congratulations … La presse s’est fait largement l’écho de cette manifestation. Les journaux « La cité », « La libre Belgique », « La Meuse », « La Wallonie », ont publié des articles élogieux … ils sont annexés à ce texte. Mais c’est notre sympathique journaliste du « Narodowiec » Mr Jóseph Nikodem Rzemieniewski – merveilleux narrateur – qui a le mieux exprimé le contentement général de cet agréable moment. Il a, comme à son habitude pris des notes dans son calepin tout au long de la journée. Le récit qu’il en a fait dans le journal du 11 octobre 1972 est extrêmement complet. Vous trouverez une traduction complète de son article ci-dessous, juste après les photos. Il a merveilleusement décrit une formidable journée qui s’inscrit parfaitement dans une formidable époque.

13/07/2020 – JP Dz

2414_Narodowiec_1972_10_11
2.414 : LIEGE – 24/09/1972 : Festival des KSMP : Narodowiec du 11/10/1972 : Wiadomości z Belgii.
2415_Narodowiec_1972_10_11
2.415 : LIEGE – 24/09/1972 : Festival des KSMP : Narodowiec du 11/10/1972 : Wiadomości z Belgii.
2416_Narodowiec_1972_10_11
2.416 : LIEGE – 24/09/1972 : Festival des KSMP : Narodowiec du 11/10/1972 : Wiadomości z Belgii.
2417_Narodowiec_date_inconnue
2.417 : LIEGE – 24/09/1972 : Festival des KSMP : Narodowiec date inconnue : Wiadomości z Belgii.
2418_La_Cité_1972_09_28
2.418 : LIEGE – 24/09/1972 : Festival des KSMP : Journal La Cité du 28/09/1972.
2419_La_Libre_Belgique_1972_09_22
2.419 : LIEGE – 24/09/1972 : Festival des KSMP : Journal La Libre Belgique du 22/09/1972.
2420_La_Meuse_1972_09_23
2.420 : LIEGE – 24/09/1972 : Festival des KSMP : Journal La Meuse du 23/09/1972.
2421_La_Wallonie_1972_09_23
2.421 : LIEGE – 24/09/1972 : Festival des KSMP : Journal La Wallonie du 23/09/1972.
2422_Narodowiec_1972_09_14
2.422 : LIEGE – 24/09/1972 : Festival des KSMP : Narodowiec 14/09/1972 : Invitation au festival.
2423_0764_bis
2.423 : LIEGE – 24/09/1972 : Festival des KSMP : Mme Olga Zeromska, distribue les « Swiadectwo Instruktora tańców ludowych » aux participants du cours de danse de Comblain ; sur la photo, Lydia Młynarski ; ( ? ) ; Alexis Łagocki ; ( ? ) ; Stéphanie Goch ; Eveline Ogonowski ; Malvina Rusowicz ; ( ? ) ; et encore quelques autres …

Nouvelles de Belgique : 11ème festival KSMP de Belgique

Narodowiec du 11/10/1972

La jeunesse polonaise de toute la Belgique s’est rassemblée. Sont venus, ce qui n’a pas toujours été le cas, toutes les composantes du KSMP, ainsi que l’unité des scouts de Winterslag. Ils se sont réunis à Liège le 24 septembre, car cette année, c’était au tour du KSMP liégeois d’organiser le festival. Derrière la jeunesse, les plus âgés ont également suivi, les invités belges n’ont pas été déçus. Dans la salle, qui n’était pourtant pas petite, il manquait de place.

Messe

Cette année, le festival a également bénéficié de la présence de Monseigneur S. Wesoły. Ce qu’il fait pour la jeunesse polonaise au niveau européen est largement connu. Pas étonnant qu’il veuille voir de ses propres yeux si son effort n’est pas vain. Il a donc profité du festival pour voir de ses propres yeux la jeunesse polonaise en Belgique. L’évêque a célébré la messe dans l’église Saint-Louis, assisté par le recteur H. Repka et père J. Olszewski. Auparavant, de l’autel, le père K. Szymurski, assistant général du KSMP en Belgique, a accueilli l’invité de marque en prononçant des paroles sincères au nom des hôtes, et a également exprimé sa gratitude ainsi qu’au père H. Repka pour sa présence.

Pendant la messe, l’évêque a donné le sacrement de la confirmation aux enfants de la paroisse du père A. Müller, qui milite pour obtenir le plus possible que les premières communions se fassent dans un environnement polonais, il a donc profité de l’occasion pour que ses enfants reçoivent le sacrement de la confirmation des mains de l’évêque polonais. Il est agréable de constater qu’il y a aussi des parents qui facilitent l’accomplissement de ce souhait du père Müller.

Monseigneur S. Wesoły a également prononcé le sermon du jour. Se référant aux paroles de l’évangile selon lesquelles l’hôte payait le même salaire à tous, quelle que soit la durée du travail dans sa vigne, il fait remarquer que tous ceux qui se considèrent comme des serviteurs de Dieu seront jugés de la même manière.

S’adressant aux jeunes du KSMP, il a souligné que, conscient de son appartenance à une organisation catholique, il doit confirmer son engagement par les actes. Les rangs de cette organisation devraient être ouverts au plus grand nombre possible de jeunes. Et à ceux qui ont reçu le sacrement de confirmation, il a répété qu’ils devaient se souvenir que, de cette façon, ils étaient devenus chevaliers de Dieu et avaient fait vœu d’être fidèles à Lui.

Durant la Sainte Messe, c’est le chœur du KSMP de Liège qui a chanté. C’était un chant parfait.

L’autel était entouré par les drapeaux des organisations polonaises de la région de Liège, qui a formé également une haie d’honneur pour l’évêque quand celui-ci se dirigeait vers l’autel. De nombreux fidèles, dont un groupe important de jeunes, ont pris part à la communion. Le chant commun de « Boże coś Polskę » a mis fin à la partie religieuse de la cérémonie.

Partie artistique du festival

Après la messe, tout le monde s’est rassemblé dans la grande salle du cercle St. Louis. La salle était pleine. Les invités ont d’abord été accueillis en polonais par M. Musiał, au nom des hôtes.

Il a souhaité la bienvenue à Monseigneur S. Wesoły, au recteur Ks. H. Repka, à Ks. K. Szymurski, assistant général du KSMP en Belgique, aux prêtres présents, à Mr Fr. Gałazka, président de l’Association chrétienne des Polonais libres en Belgique, aux président et présidente d’honneur du KSMP Lidia Białecka et Edmund Budziński, aux représentants de toutes les organisations polonaises, au représentant de journal « Narodowiec » ainsi qu’aux délégations venues de l’étranger : le père Fr. Wałensa, assistant général des KSMP de France avec une délégation de cette organisation composée de : G. Garson, T. Małecka, J. Major, A. Jaskulski ;

venant de Grande-Bretagne, Mme O. Żeromska, qui dirigeait le cours de danse folklorique à Comblain-la-Tour, ainsi que T. Mundzielowicz et A. Zarembianka du groupe de jeunes du nom de O. Kolberg,

et parmi les invités belges, le Père Maunier, représentant du diocèse de Liège, Monseigneur G. M. Van Zuylen, le père E. Dejardin, délégué de l’épiscopat belge pour les immigrés, directeur du Collège de Saint-Louis, etc.

En français, c’est Mademoiselle Mirka Patalas qui s’est adressée aux invités.

Au nom du comité général des KSMP, c’est Mademoiselle Krysia Wocheń qui a déclaré que les jeunes nés en Belgique font par nature partie de la société belge. Mais, ils ne veulent pas entrer les mains vides en profitant de l’héritage culturel du pays d’implantation, ils veulent y apporter ces valeurs dont la nation polonaise est également fière. Ce festival est l’une des manifestations de cette volonté.

Mademoiselle Stefcia Goch présente en quelques mots les principes idéologiques du KSMP ; parce que son activité ne se résume pas seulement en danses et en chants, pour ensuite appeler les parents à faire preuve de compréhension et de soutien envers les jeunes, et aux jeunes qui demandent à être intégrés dans les rangs du KSMP.

Le dernier des jeunes orateurs était le président du KSMP de Belgique, Mr Franek Klimanowicz. Se référant au fait qu’il s’agissait déjà de la 11e édition du festival, il a souligné que ceux qui avaient émis l’idée de cette initiative peuvent en être fiers. Il est également bon que les jeunes aient inclus le maintien des traditions folkloriques dans leur programme d’activités. Ils reflètent l’âme de la nation, son caractère et sa saine joie de vivre, le sens de la beauté.

Spectacle des groupes

Madame. J. Musialska a gracieusement présenté en polonais et en français les différents groupes de jeunes et donné quelques explications. Tout d’abord, les personnes présentes ont écouté les hymnes nationaux, polonais et belge, joués au piano. Ensuite, le programme artistique commence par le groupe KSMP de Châtelineau avec une polonaise très digne. Puis, nous regardons toujours ce groupe dans une mise en scène, entrecoupée d’une chanson intitulée « Charleroi świętuje » et en « Pologne ».

L’opérette « Słowiczku » interprétée par des jeunes liégeois a déjà été mentionnée ici. Cette opérette a de nouveau été mise en scène par les jeunes dans le programme du festival avec une distribution inchangée, recevant beaucoup d’applaudissements, ainsi que pour le mazur dansé à son tour.

Le public s’est manifesté par un tonnerre d’applaudissement pour la performance du groupe de Heusden-Zolder, composé seulement de filles, et très jeunes. La petite B. Nowicka a été particulièrement ovationnée pour avoir suivi et tenu le rythme de ses congénères plus âgées qu’elle, ainsi que pour Z. Król, pour le fait d’avoir persévéré, même si à un moment donné, fatiguée, sa voix s’est cassée. Cette « wiązanka » de danses « śłaskich » était vraiment agréable.

Ensuite, c’est le KSMP de Waterschei-Genk qui a présenté ses chants et ses danses. En ce qui concerne le chant, les voix sont pures naturelles et donc très agréables à l’oreille. Il ne manquait pas de dynamisme pour cette danse de « Podhale ». Ils étaient tous bons, mais je pense que le plus applaudi a été H. Ferdyn.

Dans cette partie du programme, l’ensemble « Echo Ojczyste » de Mons s’est également produit. Ce groupe possède déjà sa « marque » et, bien qu’il doive surmonter de nombreuses difficultés, il reste à son niveau. Lorsque les plus âgés partent, il y a toujours des plus jeunes à leur place. Il n’y a donc pas de pénurie dans les rangs.

La deuxième partie du programme a également débuté par le KSMP de Mons. Au début, ils ont brillé par une danse « tsigane » aussi romantique que très vivante, puis dans un oberek et par des chants. Les applaudissements ont été bien mérités. Il est important d’exprimer avec satisfaction le souci de la direction de choisir les bons costumes.

Une tempête d’applaudissements a également récompensé la performance de l’équipe de scouts « Wisła » de Winterslag. L’oberek, en particulier, a suscité beaucoup d’enthousiaste dans la salle. Les musiciens ont également été très applaudis, en particulier le tout jeune violoniste. Il faut souligner que le groupe a parfaitement maîtrisé les paroles des chansons, tout comme Heusden.

Une agréable surprise a été l’apparition d’un nouveau KSMP venu de la région du Centre. Depuis quelque temps, il y avait là un ralentissement des activités. Il s’avère qu’il ne faut jamais désespérer. Les efforts de Ks Dr Kurzawa et de ceux qui l’aident constamment commencent à porter leurs fruits. On a pu constater le soin apporté à l’exécution des danses et à la préparation des chansons.

Bien sûr, il y avait aussi E. Walczak de Liège. Son solo de chant est toujours un ajout agréable au programme.

Comme le veut la tradition, le festival de danse s’est terminé par une représentation de Liège, d’abord par sa chorale, puis par sa « łowiczanka ». Un soin particulier a été apporté pour montrer les costumes authentiques de Łowicz. Leurs couleurs et la bonne préparation technique des danseurs et des danseuses ont rendu la danse vraiment charmante. Cette prestation convenait parfaitement au final.

Discours des invités

Pendant les entractes, les invités ont pris la parole. Tout d’abord, Monseigneur S. Wesoły. Il a exprimé son appréciation pour le travail de chacun et a encouragé à la persévérance. Il a souligné que la prise de conscience accrue de son origine nationale ne fait que contribuer à l’enrichissement de la personnalité des jeunes, les rendant plus riches dans l’environnement dans lequel ils vivent.

Le révérend Meunier, représentant de Monseigneur G.M. Van Zuylen, a parlé de l’attitude bienveillante de l’épiscopat belge envers les étrangers, de l’attitude digne de la nation polonaise, de sa religiosité, des réalisations polonaises qui devraient servir de modèle. Il a exprimé son appréciation pour le travail des prêtres polonais en exil.

Le père E. Dejardin, délégué de l’épiscopat belge pour les immigrés, a exprimé son admiration pour ce qu’il avait vu, soulignant que la préparation de ce programme a nécessité de nombreuses heures de travail, et donc de la persévérance. Il est donc évident qu’une nation qui possède une jeunesse aussi dynamique peut envisager l’avenir avec confiance.

Ks recteur H. Repka a tout d’abord remercié Monseigneur S. Wesoły d’être venu et d’avoir participé à cette manifestation. La visite de l’évêque est toujours très agréable pour les fidèles. Surtout quand l’évêque montre autant d’intérêt pour les jeunes et les soutient sans ménager ses efforts. Le recteur a également remercié les prêtres et tous ceux qui ont, non seulement contribué à l’organisation de ce festival, mais aussi servi la jeunesse depuis tant d’années. Sans eux, sans leur sacrifice, comme par exemple Mr. E. Łagocki et Mme P. Nowicka, ces beaux spectacles ne pourraient pas être regardés. Il a tenu également à remercier Mme O. Żeromska, pour avoir dirigé le cours de danse folklorique à Comblain-la-Tour.

Quelques commentaires

Ce festival était une preuve de plus que ces jeunes sont vraiment polonais, qu’ils veulent le rester et qu’ils le manifestent. Sinon comment expliquer autrement le sacrifice et la persévérance dont ils font preuve, par exemple, dans la préparation du programme du festival. Et pourtant, leurs activités ne se résument pas seulement à cela. Bien sûr, beaucoup de choses dépendent des dirigeants. Les prêtres ont beaucoup de mérite à cet égard, mais aussi les personnes déjà mentionnées et d’autres : Czerwiec, Patalas, Wocheń, Klimanowicz, Pasternak, Musiał, Perzyna et ce groupe de personnes plus âgées qu’il n’est pas possible d’énumérer ici.

Que chacun sache que leurs efforts ne sont pas vains.

Ces représentations étaient en effet soigneusement préparées, elles n’étaient pas vues comme des corvées. On peut en être convaincu, ne serait-ce que par l’assurance avec laquelle les jeunes sont apparus sur scène, leur souci de la performance. Tout cela nous touche et nous émeut.

Avant le festival, un cours de danse folklorique de dix jours a été organisé. Les bénéfices de ce cours étaient déjà visibles sur scène durant le festival. Il était facile pour tout le monde de deviner quel groupe avait envoyé des participants à ce cours, et quel autre n’avait pas envoyé de représentants. Dans le cadre de ce cours, il convient d’ajouter qu’à la fin du festival, Mme O. Żeromska a remis des diplômes et des certificats de formateur aux danseurs, qui ont obtenu les meilleurs résultats. Ces diplômes ont été obtenus grâce aux efforts de Mme M. Szymańska.

Il convient également d’ajouter que pendant les entractes, les hôtes de la fête ont reçu leurs invités avec un verre de vin, et que celle-ci était organisée sous le patronage de Monseigneur G.M. Zuylen et de Monseigneur S. Wesoły. Un comité d’honneur a également été créé qui était composé de Polonais et de Belges.

En ce qui concerne l’aspect technique de l’organisation du festival, il faut souligner qu’il a été efficace. Et en disant cela, il faut rendre hommage à ceux qui ont participé à la préparation de son organisation et aux nombreuses activités qu’elle a impliqué avant le spectacle, pendant et après, qu’elles soient visibles ou non, comme au buffet ou à la cuisine. Leur contribution n’est pas non plus négligeable.

Le festival s’est terminé par une soirée dansante aux sons de l’orchestre de Mr W. Bień.

( j. n. )
Mr Jóseph Nikodem Rzemieniewski

0282 – Mazur

De toutes les danses traditionnelles polonaises, celle que j’ai toujours préféré danser c’est le Mazur ! Pourtant dans le Mazur … tout est si compliqué !

Je me rappelle l’apprentissage … J’étais encore un gamin à l’époque. J’avais tout au plus 13 ans à tout casser. Les autres, les grands du KSMP de Mons, maîtrisaient parfaitement ce pas de Mazur qui me semblait à moi en même temps si léger, si élégant … mais si difficile. J’essayais de le comprendre et dans les coulisses, quand j’étais tout seul, pour ne pas être ridicule, je m’efforçais de le reproduire. C’était pas gagné. Plus tard, on a commencé à m’apprendre à danser. Et tout naturellement, l’apprentissage a commencé par les danses les plus simples comme le Krakowiac, l’Oberek, … et moi j’attendais impatiemment d’être capable … enfin … d’apprendre le Mazur.

Et quelle fierté le jour où le déclic a eu lieu ! Franchement, je ne sais plus qui s’est proposé de m’initier, ni combien de fois il ou elle a dû recommencer l’explication, ni combien de temps il a fallu … mais moi j’avais compris. Après ça, j’avais l’impression qu’aucune autre danse ne me résisterait. J’étais tellement content de moi que j’ai commencé à donner des conseils aux autres … quel prétentieux !

Quand les « nouveaux » membres du KSMP ont commencé à venir … la relève … j’ai pris beaucoup de plaisir à les « coacher ». « Transmettre » ce n’était pas seulement une tradition, c’était avant tout une nécessité … mais dans le cas du Mazur, c’était pour moi un vrai bonheur. J’y ai passé beaucoup de temps. Ce pas là est vraiment compliqué. Pour rassurer les novices, je me souviens que je leur expliquais mes débuts et mes difficultés. Certains de mes « élèves » ont compris plus vite que moi … d’autres ont mis plus de temps. Tout cet apprentissage s’est fait sous l’œil avisé et les conseils permanents de notre infatigable chorégraphe Mr Edmond Łagocki. Edmond, qui a formé toutes les générations de danseurs du KSMP de Mons, avait l’art de rendre les choses tellement naturelles que je ne connais personne qui a abandonné … Il avait l’art de donner confiance. Avec Edmond, on n’avait pas l’impression d’apprendre … on savait juste à un moment donné qu’on avait compris !

En 1972, quand la chorégraphe londonienne Olga Zeronska avait relevé le défi de donner le premier cours de danses à Comblain-la-Tour – et que nos « looks » ne correspondaient pas vraiment à ses attentes – c’est par ce même pas de Mazur qu’elle a souhaité débuter son cours … histoire de voir ce qu’on était capables de faire … et très vite, elle s’est rendu compte que nous avions déjà un sérieux bagage. Tout le reste de la formation n’était plus que du plaisir.

Mais il n’y a pas seulement le pas du Mazur qui est compliqué … le costume aussi ! Au KSMP de Mons, on avait résolu le problème en faisant le minimum syndical … pour les garçons, c’était les fameuses bottes rouges, le pantalon ligné rouge et blanc, une chemise blanche et un petit boléro noir … On était loin du costume d’apparat qui convenait pour cette danse prestigieuse de la cour. On avait tout misé sur l’excellence de la prestation des danseurs. Plus tard, quand j’ai dansé le Mazur avec le KSMP de Ressaix, les garçons étaient revêtus d’un long manteau blanc … voir les photos en annexe. C’est très bien … même si nous étions loin du costume idéal. On faisait le mieux possible avait ce qu’on avait.

Quant à vous expliquer le pas, l’origine de la danse, la différence entre le Mazur et la Mazurka … j’ai essayé … mais j’ai renoncé … trop compliqué pour moi. Et que dire des Mazurka de Chopin … à part qu’elles sont très belles, mais indansables ! Si l’un ou l’une d’entre vous souhaite relever le défi, j’en serais très heureux.

En attendant, voici trois sites qui étancheront votre soif d’en savoir plus sur le Mazur :

https://www.youtube.com/watch?v=bUvQAa24Ycw

http://www.tance.edu.pl/pl/dances/show/category/0/dance/720

https://www.youtube.com/watch?v=H5D46aHhRDM

22/06/2020 – JP Dz

2357_KSMP_Ressaix
2.357 : KSMP Ressaix – 1978 : Festival de Binche : A l’avant plan : ( ? ) ; Gieniu Perzyna ; Les danseurs : Casimir Nowicki ; Janek Perzyna ; Richard Szymczak ; Vital Kciuk ; Jean-Pierre Dziewiacien ; André Walasczyk ; Jeanine Szabera ; Danièle Perzyna ; Isabelle Swiderski ; ( ? ) ; ( ? ) ; Malvina Rusowicz.
2358_KSMP_Ressaix
2.358 : KSMP Ressaix – 1978 : Festival de Binche : Casimir Nowicki ; Janek Perzyna ; Richard Szymczak ; Vital Kciuk ; Jean-Pierre Dziewiacien ; André Walasczyk ; Jeanine Szabera ; Danièle Perzyna ; Isabelle Swiderski ; ( ? ) ; ( ? ) ; Malvina Rusowicz.
2359_KSMP_Ressaix
2.359 : KSMP Ressaix – 1978 : Festival de Binche : Casimir Nowicki ; Janek Perzyna ; Richard Szymczak ; Vital Kciuk ; Jean-Pierre Dziewiacien ; André Walasczyk ; Jeanine Szabera ; Danièle Perzyna ; Isabelle Swiderski ; ( ? ) ; ( ? ) ; Malvina Rusowicz ; à l’accordéon, Daniel Pietka.
2360_KSMP_Ressaix
2.360 : KSMP Ressaix : « Idzie Maciek przez wieś z bijakiem za pasem » : Casimir Nowicki ; Vital Kciuk ; Janek Perzyna ; ( ? ) ; Claude Soulas ; Jean-Michel Deputat ; ( ? ).
2361_KSMP_Ressaix
2.361 : KSMP Ressaix : Mazur : Malvina Rusowicz ; Bernadette Marszalkowski ; Michel Spiewak ; Casimir Nowicki ; Irène Sitarz ; Janek Perzyna.
2362_KSMP_Ressaix
2.362 : KSMP Ressaix : Mazur : Dominique Ogonowski ; Eveline Ogonowski ; Halina Ogonowski ; Jeanine Szabera ; Irène Sitarz ; Bernadette Marszalkowski ; André Cornut ; Jean-Michel Deputat ; ( ? ) ; ( ? ) ; Vital Kciuk ; Casimir Nowicki.
2363_KSMP_Ressaix
2.363 : KSMP Ressaix : Sous un chapiteau dressé dans la cour de l’Ośrodek Św. Maksymiliana Kolbe : Ks Kurzawa ; Les enfants : ( ? ) ; … ; Isabelle Swiderski ; Gieniu Perzyna ; Les grands ; Eveline Ogonowski ; Nadine Deputat ; Irène Sitarz ; Bernadette Marszalkowski ; Dominique Ogonowski ; Thérèse Ogonowski ; ( ? ) ; … ; Edouard Nowicki ; Janek Perzyna ; Antosz Kiełbowicz ; et tout à fait à droite, avec son appareil de photo sur les genoux, Mr Jóseph Rzemieniewski.
2364_KSMP_Ressaix
2.364 : KSMP Ressaix : Devant l’église dédiée à Św. Maksymiliana Kolbe : Accroupis : Antosz Kiełbowicz ; ( ? ) ; Janek Perzyna ; Edouard Nowicki ; Casimir Nowicki ; Vital Kciuk ; Jean-Michel Deputat ; Debout : Nadine Deputat ; Bernadette Marszalkowski ; Thérèse Ogonowski ; Irène Sitarz ; Eveline Ogonowski ; Dominique Ogonowski.
2365_KSMP_Ressaix
2.365 : KSMP Ressaix : Sous chapiteau : Jean-Pierre Dziewiacien ; Eveline Ogonowski ; Michel Spiewak ; Danièle Czajkowski ; Vital Kciuk ; Danièle Perzyna ; Janek Perzyna ; Simone Wattiez ; Jean-Michel Deputat ; Marilyne Desmet ; André Walasczyk ; Malvina Rusowicz.
2366
2.366 : Costumes de mazur.
2367
2.367 : Costumes de mazur.

 

0280 – Liège en spectacle

Il y a 42 ans, en 1978, ( le 17/09/1978 pour être précis ) le festival des KSMP se déroulait à Binche … à deux pas du « Musée International du masque » … eh oui, en Belgique on a un musée du masque … mais pas de stock !

J’ai déjà publié quelques photos de l’évènement. Vous les retrouverez facilement sur le blog sous le n° 185 : « Spotkanie » entre le passé et l’avenir. Les photos d’aujourd’hui sont entièrement consacrées aux prestations scéniques du jour du KSMP de Liège.

Nous avons déjà retrouvé plusieurs documents reprenant les programmes des festivals, mais pour cette année-là, nous ne l’avons pas ( encore ). Donc, nous ne pouvons nous fier qu’à nos mémoires … Je pense ne pas trop m’égarer en disant que ce jour-là, Liège nous a offert un Trojak, un Kujawiak, un Krakowiak et … évidemment un récital. J’appelle les membres du KSMP de Liège à confirmer ou à infirmer. Ils connaissaient mieux que moi leurs costumes et les danses qu’ils interprétaient dans ces costumes.

Ceci dit, quel plaisir de revoir ces photos et de redécouvrir tels ou telles artistes. C’est aussi l’occasion de se souvenir – et je me suis pourtant juré de ne pas comparer les prestations des uns et des autres – des points forts de chaque KSMP … mais il nous faut bien admettre que la chorale de Liège … Je mettrais aussi un triple AAA ( c’est très à la mode ) à la manière d’occuper l’espace.

Pour le reste … je laisse la parole aux jeunes et aux « moins jeunes » de Liège … et on vous autorise ( pour une fois ) à faire preuve de chauvinisme …

Par contre, comme toutes ces photos sont consacrées à un seul ensemble, on devrait pouvoir retrouver les noms de tous les membres du KSMP de Liège qui étaient présents ce jour-là à Binche et en faire une liste ?
Allez … je vous écoute !

08/06/2020 – JP Dz

Les artistes du KSMP de Liège ce jour-là étaient : Par ordre alphabétique :

Jacques Brych
Mr. Bolesław Chwoszcz
Richard Chwoszcz
Stanislas Debski
Eveline Ghion
Wieslaw Jakubowski
Aline Jarosz
Monique Kieltyka
Marysia Knol
Mme Laffut
Béatice Laffut
Fabienne Laffut
Chirstine Paluszkiewicz
Edouard Paluszkiewicz
Jean Paluszkiewicz
Régine Paluszkiewicz
Mirka Patalas
Chistiane Switon
le fère de Christiane Switon
Elizabeth Stempniewicz
Brigitte Witecki
Edward Witecki
Helena Wochen
Fabiola Wojas
Francine Zalobek
Valérie ???

Commentaires :

Edward Witecki : Polka, Trojak, Krakowiak, Oberek, Polonez, Lowiczanka, que de belles danses que nous avons données en spectacle ce jour-là.

2333_KSMP_Liège

2.333 : Festival à BINCHE – 1978 : Polska wiosna – Le printemps polonais : KSMP de Liège : Pour le nom des artistes, voir la liste plus haut.

2334
2.334 : Festival à BINCHE – 1978 : Polska wiosna – Le printemps polonais : KSMP de Liège.
2335_KSMP_Liège
2.335 : Festival à BINCHE – 1978 : Polska wiosna – Le printemps polonais : KSMP de Liège.
2336_KSMP_Liège
2.336 : Festival à BINCHE – 1978 : Polska wiosna – Le printemps polonais : KSMP de Liège.
2337_KSMP_Liège
2.337 : Festival à BINCHE – 1978 : Polska wiosna – Le printemps polonais : KSMP de Liège : Jean Paluszkiewicz avec Eveline Ghion ; Wieslaw Jakubowski avec Monique Kieltyka.
2338_KSMP_Liège
2.338 : Festival à BINCHE – 1978 : Polska wiosna – Le printemps polonais : KSMP de Liège.
2339_KSMP_Liège
2.339 : Festival à BINCHE – 1978 : Polska wiosna – Le printemps polonais : KSMP de Liège.
2340_KSMP_Liège
2.340 : Festival à BINCHE – 1978 : Polska wiosna – Le printemps polonais : KSMP de Liège.
2341_KSMP_Liège
2.341 : Festival à BINCHE – 1978 : Polska wiosna – Le printemps polonais : KSMP de Liège.
2342_KSMP_Liège
2.342 : Festival à BINCHE – 1978 : Polska wiosna – Le printemps polonais : KSMP de Liège.
2343_KSMP_Liège
2.343 : Festival à BINCHE – 1978 : Polska wiosna – Le printemps polonais : KSMP de Liège.
2344_KSMP_Liège
2.344 : Festival à BINCHE – 1978 : Polska wiosna – Le printemps polonais : KSMP de Liège.
2345_Présentation
2.345 : Festival à BINCHE – 1978 : Polska wiosna – Le printemps polonais : KSMP de Liège.

 

0276 – Pela

Il y a des personnalités que, quand on pense à elle, on se demande comment on aurait fait sans elle … Pela fait partie de ces gens.

Madame Pelagia BednarekPani Nowicka – est l’incarnation de ces bénévoles « fous de folklore » qui ont tout donné pour transmettre et diffuser leur passion pour la culture polonaise … sans jamais compter ni leur temps, ni leur énergie.

Rien d’étonnant de toujours la trouver, sur les photos, entourée par des enfants ou des ados habillés de costumes traditionnels. Ne vous étonnez pas non plus, de voir son nom figurer sur tellement d’articles écrits dans le Narodowiec … Elle était partout. Elle a formé plusieurs générations de danseurs ; elle a donné le goût du folklore à tant de jeunes ; elle a transmis le virus si souvent.

Dans son fief, à Heusden – Zolder, c’était la « Madame à tout faire » … et à tout faire bien ! Mais son implication dépassait largement les frontières de son Limbourg. De Montaigu à Banneux, pour les pèlerinages, de Bruxelles à Comblain-la-Tour, pour les réunions et les manifestations importantes, comme partout ailleurs où il était question de danses folkloriques … son sourire et sa détermination bousculaient les obstacles. Elle a marqué de son empreinte toutes les scènes de tous les festivals de KSMP.

J’ai eu le privilège de la connaître et la chance de la croiser régulièrement … toujours avec autant de plaisir. Et j’avoue que j’étais toujours impressionné par son opiniâtreté. À ce propos, laissez-moi vous raconter cette anecdote tout à fait authentique :

Ce jour-là, nous avions organisé un spectacle suivi d’un bal au Salon du Charbonnage à Hautrage-Etat … sans doute était-ce pour fêter un des nombreux anniversaires de notre KSMP de Mons.

J’ai vu arriver Pani Pela avec sa fille Annie. Elles arrivaient toutes les deux directement d’Heusden en voiture. Madame Nowicka avait le bras droit dans le plâtre jusqu’au-dessus du coude … et je savais qu’Annie était trop jeune pour conduire l’auto. Je me suis donc inquiété de savoir comment elles avaient fait pour venir de si loin ? Surtout qu’à l’époque, il n’y avait pas encore d’autoroute et il s’agissait là de traverser toute la Belgique. Madame Pelagia m’a souri et m’a simplement répondu : « J’ai conduit avec la main gauche et c’est Annie qui changeait les vitesses ». Je ne sais pas si vous mesurez l’exploit ! Moi, j’étais soufflé !

Ce jour-là, j’ai compris que, quand Pela avait décidé … rien ne pouvait l’arrêter.

11/05/2020 – JP Dz

Commentaires :

Monique Kieltyka : On pourrait résumer « à cœur vaillant, rien d’impossible ». Ça aurait pu être la devise de beaucoup de nos « Anciens », qui pensaient plus à la collectivité et aux générations futures. Un devoir de survie de la mémoire et de la fierté de nos origines … Ceux qui avaient dû quitter le « confort » de leur pays pour diverses raisons et qui ne pouvaient pas « oublier » leurs identités, leurs « âmes » …

2280
2.280 : Madame Pelagia Bednarek – Pani Nowicka : Annie Nowicki ; ( ? ) ; … ; ( ? ) ; Regina Gymza ; Pelagia Bednarek ; ( ? ) ; Betty Nowicki.
2281
2.281 : Madame Pelagia Bednarek – Pani Nowicka : ( ? ) ; … ; ( ? ) ; Pelagia Bednarek.
2282
2.282 : Madame Pelagia Bednarek – Pani Nowicka : Pelagia Bednarek ; Carine Prekowski ; Eric Nowicki ; ( ? ) ; … ; ( ? ).
2283
2.283 : Madame Pelagia Bednarek – Pani Nowicka : Accroupis : Halinka Niemiec ; Margot Lewkin ; Mirusia Czajka ; Genia Goraj ; Edith Kozlowski ; Helcia Cucup ; Annie Nowicki. Debout : Pelagia Bednarek ; Eddy Zielinski ; Józiu Piekarczyk ; Kazik Cucup ; Wiesiu Król ; Wanda Popis ; Józiu Nowicki.
2284
2.284 : Madame Pelagia Bednarek – Pani Nowicka : ( ? ) ; … ; Pelagia Bednarek ;… ; ( ? ) ; et la toute petite devant, Betty Nowicki.
2285
2.285 : Madame Pelagia Bednarek – Pani Nowicka : ( ? ) ; ( ? ) ; ( ? ) ; Pelagia Bednarek ; Betty Nowicki.
2286
2.286 : Madame Pelagia Bednarek – Pani Nowicka : Mr Mikolaj Król, le papa de Zosia ; Pelagia Bednarek.
2287
2.287 : Madame Pelagia Bednarek – Pani Nowicka à Montaigu : Wanda Popis ; Helcia Cucup ; Brigitte Prekowski ; Annie Nowicki ; Betty Nowicki ; Pelagia Bednarek.
2288
2.288 : – Madame Pelagia Bednarek – Pani Nowicka à Montaigu : (? ) ; … ; ( ? ) ; Wanda Popis ; Helcia Cucup ; Brigitte Prekowski ; Annie Nowicki ; Betty Nowicki ; Pelagia Bednarek.
2289
2.289 : Madame Pelagia Bednarek – Pani Nowicka à Montaigu : ( ? ) ; … ; ( ? ) ; Annie Nowicki ; Betty Nowicki ; Pelagia Bednarek.
2290
2.290 : Madame Pelagia Bednarek – Pani Nowicka.
2291
2.291 : Madame Pelagia Bednarek – Pani Nowicka à Comblain-la-Tour : ( ? ) ; … ; ( ? ) ; Betty Nowicki ; Pelagia Bednarek ; ( ? ).

 

0272 – Wisła ( 2 )

Faisant suite à l’article de la semaine passée consacré à l’ensemble Wisła, voici le second volet du document que Madame Barbara Wojda, présidente de la Macierz Szkolna, a présenté, lors de l’exposition au Parlement Européen à Bruxelles. Ce second volet, explique les différentes facettes de l’action de l’ensemble Wisła et les distinctions honorifiques qu’il a déjà obtenues pour ces actions. Quant à notre ami Robert, il mérite amplement la « Croix de Chevalier » que lui a remise le président de la République de Pologne. C’est un honneur qui rejailli sur tous les polonais de Belgique.

Écrit par Madame Barbara Wojda

 Un groupe de chant et de danse Wisła

 En plus des spectacles de danse, le groupe organise également des expositions, des défilés et d’autres évènements. Conformément à la tradition et à un passé de scoutisme de Wisła, des camps d’été annuels sont organisés dans le centre de Comblain-la-Tour, acquis en 1960 par le Comité Central des Écoles des Polonais de Belgique. Seuls les jeunes ont pris part aux premiers camps. Actuellement, des familles entières des membres de l’équipe « Wisła » y participent. Cela montre un lien fort avec la Polska Macierz Szkolna en Belgique et les responsables du Centre « Millennium ».

Au regard de ses racines catholiques, le groupe n’a jamais cherché à coopérer avec les autorités communistes de l’époque. Depuis 1993, l’équipe dépose des fleurs au cimetière polonais de Lommel, lors des célébrations organisées par le consulat de la République de Pologne à Bruxelles en coopération avec l’Union des Polonais de Belgique, branche du Limburg.

Le 23/10/1993, lors de la représentation effectuée pour la journée des enseignants, les membres de l’équipe ont reçu la « Médaille d’argent des lieux de retraite du Souvenir national ». La décoration suivante a été remise le 21/03/2015 à Robert De Loenen par le président de la République de Pologne. Il a reçu la « Croix de chevalier » pour mérites envers la République de Pologne.

Le 17/10/2017, M. Artur Orzechowski, ambassadeur de Pologne en Belgique, et le président du Conseil des polonais de Belgique Józef Ptaszyński, ont remis le prix du « Polonais de l’année 2017 » en Belgique. Ces deux prix récompensent 50 années de travail sur le maintien des valeurs culturelles polonaises au sein de la communauté polonaise, dirigées par l’ensemble polonais de chants et danses Wisła.

 

Napisane przez panią Barbarę Wojda :

 Zespół pieśni i tańca Wisła

Zespół pieśni i tańca Wisła oprócz występów tanecznych zespół organizuje również wystawy, pochody i inne wydarzenia. Zgodnie z tradycją i harcerską przeszłością Wisły organizowane są coroczne obozy letnie na terenie Ośrodka Comblain-la-Tour, zakupionego w 1960 roku przez stowrzyszenie Polska Macierz Szkolna w Belgii. W pierwszych obozach tam organizowanych brała udział tylko młodzież. Obecnie uczestniczą w nich całe rodziny członków zespołu Wisła. Świadczy to o silnej więzi z Polską Macierzą Szkolną w Belgii i osobami odpowiedzialnymi za Ośrodek Millenium.

Katolickie korzenie zespołu spowodowały, że zespół nigdy nie szukał współpracy z ówczesnymi władzami komunistycznymi. Od 1993 r. zespół składa kwiaty na polskim cmentarzu Lommel, podczas obchodów organizowanych przez Konsulat RP w Brukseli we współpracy ze Związkiem Polaków w Belgii oddział Limburgia.

W dowód uznania w dniu 23 października 1993 roku, podczas występu z okazji Dnia Nauczyciela, członkowie zespołu za zasługi otrzymali Srebrny Medal Opiekuna Miejsc Pamięci Narodowej. Następnym dowodem uznania dla zespołu było odznaczenie nadane 21 marca 2015 roku przez Prezydenta RP dla Roberta De Loenen. Został on odznaczony Krzyżem Kawalerskim za zasługi dla Rzeczypospolitej Polskiej.

W dniu 17 października 2017 roku J.E Ambasador Polski w Królestwie Belgii Pan Artur Orzechowski wspólnie z prezesem Rady Polonii Belgijskiej Józefem Ptaszyńskim – wręczyli panu Robertowi De Loenen statuetkę Polak Roku 2017 w Belgii nagroda specjalna. Te dwa odznaczenia są uznaniem za 50-letnią pracę nad utrzymaniem polskich wartości kulturowych w społeczności polskiej, prowadzoną przez Polski Zespół Pieśni i Tańca Wisła.

Barbara Wojda

2221
2.221 : L’ensemble Wisła : ( ? ) ; … ; ( ? ).
2222
2.222 : L’ensemble Wisła : ( ? ) ; … ; Robert De Loenen ; … ; ( ? ).
2223
2.223 : COMBLAIN-LA-TOUR : L’ensemble Wisła : ( ? ) ; … ; ( ? ).
2224
2.224 : L’ensemble Wisła.
2225
2.225 : L’ensemble Wisła.
2226
2.226 : COMBLAIN-LA-TOUR : L’ensemble Wisła.
2227
2.227 : COMBLAIN-LA-TOUR : L’ensemble Wisła.
2228
2.228 : COMBLAIN-LA-TOUR : L’ensemble Wisła.
2229
2.229 : COMBLAIN-LA-TOUR : L’ensemble Wisła.
2230
2.230 : Cimetière polonais de LOMMEL : L’ensemble Wisła.
2231
2.231 : Cimetière polonais de LOMMEL : L’ensemble Wisła.
2232
2.232 : Cimetière polonais de LOMMEL : L’ensemble Wisła.
2233
2.233 : L’ensemble Wisła.

 

0271 – Wisła ( 1 )

L’ensemble de danses folkloriques Wisła se caractérise par son origine et par sa longévité. En effet, ce n’est pas un KSMP comme les autres ; il puise, au contraire, ses origines dans le mouvement scout, et plus particulièrement la branche des scouts polonais de Winterslag. Créé par des passionnés dès 1968, il continue inlassablement à propager le folklore polonais et la bonne humeur … ce qui fait de lui le groupe folklorique polonais le plus ancien en activité de Belgique. Madame Barbara Wojda, présidente de la Macierz Szkolna, lui a rendu un hommage bien mérité en présentant, lors d’une exposition au Parlement Européen à Bruxelles, deux panneaux expliquant l’histoire du groupe. Voici le contenu du premier panneau :

Écrit par Madame Barbara Wojda

Un groupe de chant et de danse Wisła :

En septembre 1968, la branche Winterslag de l’Association des Polonais de Belgique fêtait son 45ème anniversaire. Pour cette occasion, il a été demandé à d’anciens membres d’une unité de scouts polonais d’exécuter une danse. Un groupe de passionnés dirigé par Krzysztof Czerwiec s’est alors lancé dans cette entreprise. Ce fut la première danse réalisée par le groupe de chant et de danse « Wisła ». Krzysztof Czerwiec en était le dirigeant et le chorégraphe.

Les membres et les fondateurs du groupe étaient des enfants d’immigrés polonais, dont la majorité était arrivée à la colonie polonaise de Winterslag encore avant le début de la seconde guerre mondiale. Krzysztof Czerwiec dirigeait le groupe jusqu’en 1976. Son successeur fut Robert De Loenen, un ancien scout polonais de Belgique.

Au fil du temps, s’ajoutaient au groupe des enfants d’immigrés polonais de 2ème, 3ème, puis 4ème génération. Les membres du groupe étaient des enfants d’immigrés polonais. Au cours du temps, Wisła devenait un groupe spontané et ouvert avec une ambiance familiale, où des personnes d’autres nationalités sont les bienvenues. Son répertoire est composé de chants et danses traditionnelles. Le répertoire du groupe comprenait, entre autres, les danses suivantes : krakowiak ( de Cracovie ), Oberek ( Kujawy ), danse de Lublin ( Lublin ), Podhale ( Tatras ), Silésie et polka. Les figures de danse ont été combinées avec des chansons folkloriques de toutes les régions de la Pologne. Les représentations du groupe ont toujours lieu dans des costumes appropriés, achetés par les propres moyens des membres.

La première représentation du groupe eut lieu en septembre 1968 à Winterslag, où on commémora le 45ème anniversaire de « l’Union polonaise ». Ensuite, des spectacles de danse ont été organisés régulièrement pour l’Association des Femmes Polonaises à Winterslag et se sont étendus de Genk aux polonais se trouvant partout au Limbourg. La première représentation à l’étranger était une performance au début des années 70, pour les soldats belges stationnés en Allemagne. Une coopération fructueuse avec de nombreux groupes et associations de danse flamands a conduit à plus de représentations au fil du temps, non seulement en Belgique, mais aussi aux Pays-Bas, en France et même en Irlande.

Des émissions des performances du groupe ont également été diffusées à la télévision. La visite du pape Jean-Paul II en Belgique et la rencontre qui s’est déroulée le 20 mai 1985 au stade de Louvain ont été une expérience formidable pour l’équipe. Au cours de cette réunion, Wisła a eu l’honneur de comparaître devant le pape.

Au fil des années, le groupe a eu pour tradition d’effectuer une performance aux évènements « Bienvenue à l’été » au Centre polonais « Millennium » à Comblain-la-Tour ou l’évènement Genk Danst. Malgré de nombreuses performances à l’étranger, le groupe ne s’est jamais produit en Pologne.

Barbara Wojda

2209
2.209 : COMBLAIN-LA-TOUR – 2019 : Powitanie lata : Madame Barbara Wojda ; Robert De Loenen ; à l’avant, les 2 panneaux, réalisés par Madame Barbara Wojda, qui ont été exposés lors d’une exposition au Parlement Européen à Bruxelles.
2210
2.210 : L’ensemble Wisła : ( ? ) ; ( ? ) ; ( ? ).
2211
2.211 : L’ensemble Wisła : ( ? ) ; Robert De Loenen ; Krzysztof Czerwiec ; Jerzyk Szymczak ; Stasiu Kieronski, à l’accordéon.

Commentaire :

Regina Gymza : Zbyszek m’écrivait : « Je me souviens bien : 1974 – Performance Wisła au musée à ciel ouvert à Bokrijk. Je n’y suis pas, mais c’est mon frère Krzysztof et aussi Robert De Loenen, notre bon ami Stasiu Kieronski ( accordéon ) – en retard, ce petit garçon est Jerzyk Szymczak.

2212
2.212 : COMBLAIN-LA-TOUR : L’ensemble Wisła : ( ? ) ; … ; ( ? ) ; à l’extrême droite, Robert De Loenen.
2213
2.213 : COMBLAIN-LA-TOUR : L’ensemble Wisła : ( ? ) ; … ; au milieu, Piotr Filipkowski ; ( ? ).
2214
2.214 : COMBLAIN-LA-TOUR : L’ensemble Wisła : ( ? ) ; … ; Violetta Falba ; ( ? ) ; Anne Wuidar ;… ; Robert De Loenen ;…
2215
2.215 : COMBLAIN-LA-TOUR : L’ensemble Wisła + l’ensemble Spotkanie.
2216
2.216 : COMBLAIN-LA-TOUR : L’ensemble Wisła.
2217
2.217 : COMBLAIN-LA-TOUR : L’ensemble Wisła.
2218
2.218 : COMBLAIN-LA-TOUR : L’ensemble Wisła.
2219
2.219 : COMBLAIN-LA-TOUR : L’ensemble Wisła.
2220
2.220 : L’ensemble Wisła.

Wisła ( 1 )  – version en polonais

Napisane przez panią Barbarę Wojda :

 Zespół pieśni i tańca Wisła

We wrześniu 1968 roku Związek Polaków w Belgii oddział Winterslag obchodził swoje 45 urodziny. Z tej okazji poproszono byłych członków polskiej drużyny harcerskiej o wykonanie tańca. Grupka entuzjastów z drużynowym Krzysztofem Czerwcem na czele podjęła się tego zadania. Taniec ten był pierwszym w wykonaniu później powstałego zespołu pieśni i tańca Wisła. Krzysztof Czerwiec był prowadzącym i choreografem zespołu.

Członkowie i założyciele grupy byli dziećmi polskich imigrantów, których większość przybyła do polskiej kolonii w Winterslag jeszcze przed wybuchem II Wojny Światowej. Krzysztof Czerwiec przewodził zespołowi do 1976 roku. Jego nastepcą został Robert De Loenen, były harcerz drużyny polonijnej w Belgii. Z biegiem lat do grupy dołączała druga, trzecia i czwarta generacja Polaków mieszkających w Belgii. Członkami zespołu były dzieci polskich imigrantów.

Z upływem lat Wisła stawała się spontaniczną i otwartą grupą z rodzinną atmosferą, gdzie inne narodowości były mile widziane. Repertuar zespołu to pieśni i tańce ludowe. Repertuar zespołu obejmował między innymi następujące tańce : Krakowiak ( z Krakowa ), oberek ( ziemia kujawska ), taniec lubelski ( Lublin ), podhalański ( pogórze tatrzańskie), śląskie i polkę. Figury taneczne były łączone z pieśniami ludowymi z   wszystich zakątków Polski. Występy zespołu odbywają się zawsze w stosownych strojach zakupionych z własnych środków.

Pierwszy występ zespołu odbył się we wrześniu 1968 roku w Winterslag, gdzie uświetnił 45-lecie istniena Unii Polskiej. Następnie organizowane były regularnie występy taneczne dla Związków Kobiet Polskich w Winterslag, a teren występów stopniowo rozszerzał się z Genku na Polonię w całej Limburgii. Pierwszym zagranicznym występem był występ, na początku lat 70-tych, dla żołnierzy belgijskich stacjonujących w Niemczech. Owocna współpraca z wieloma flamandzkimi zespołami tanecznymi i stowarzyszeniami doprowadziła z biegiem czasu do występów nie tylko w Belgii, ale również w Holandii, Francji, a nawet w Irlandii. Transmisje z występów zespołu pokazywane były również w telewizij. Wielkim przeżyciem dla zespołu była wizyta papieża Jana Pawla II w Belgii i spotkanie, które odbyło się 20 maja 1985 roku na stadionie sportowym w Lowanium. W trakcie tego spotkania Wisła miała zaszczyt wystąpić przed Papieżem.

Z biegiem lat do tradycji zaczęły należeć niektóre stałe występy, jak « Powitanie lata » w polskim Ośrodku Millenium w Comblain-la-Tour, czy happening Genk Danst, który corocznie odbywa się w kwietniu. Pomimo wielu zagranicnych występów zespół nigdy nie wystąpił w Polsce.

Barbara Wojda  

0269 – Hej, do apelu stańmy wraz

Combien de fois n’avons-nous pas chanté Hej, do apelu ? C’était l’hymne des KSMP. C’était notre façon à nous d’appeler de nos vœux un monde meilleur …

Hej, do apelu stańmy wraz
Pour cet appel, levons-nous ensemble
Budować Polskę Nową.
Construire une Pologne Nouvelle.
Ojczyzna droga woła nas,
La chère patrie nous appelle,
Do pracy ręką, głową.
Pour travailler avec nos mains, nos têtes.
Nie wydrze nam jej żaden wróg,
Aucun ennemi ne nous retiendra,
Tak nam dopomóż Bóg.
Que Dieu nous vienne en aide.

Avons-nous réussi à rendre le monde meilleur qu’il ne l’était avant notre arrivée ? Pas sûr … Mais en tout cas on a essayé. Et Comblain-la-Tour peut être fier de ce que nous sommes devenus. Ces bambins qui couraient dans le parc, ces garnements qui grimpaient dans l’arbre aux singes, ces ados qui rêvaient d’escalader l’échelle de secours, sont devenus des hommes et des femmes … des parents et des grands-parents.

La génération de nos parents a trouvé sa place … la nôtre ne s’est pas contenté de trouver la sienne … elle a imposé sa différence … cette façon toute particulière de s’intégrer parfaitement dans son environnement tout en gardant notre âme polonaise. Et c’est une réussite totale.

Aujourd’hui, ces enfants-là sont devenus docteurs, juges, avocats, ingénieurs, enseignants, infirmières, … On les retrouve à des postes importants dans la police, dans la justice et dans les ministères belges et régionaux. Ils sont chefs d’entreprise, cadres, secrétaires, techniciens, responsables, ouvriers qualifiés, … D’autres ont choisi de s’épanouir dans des domaines artistiques et s’y sont révélés. D’autres enfin, ont choisi de concentrer toutes leurs forces pour s’occuper exclusivement de leur famille et l’inonder de tendresse et d’affection. Tous nos talents ont explosé. Toutes nos prédispositions se sont affirmées. Aujourd’hui, nous sommes partout et tellement bien intégrés qu’on ne nous voit nulle part. Seuls nos patronymes parfois nous trahissent … et encore … ils sont souvent synonymes de compétence et gage de sérieux.

Et même si nous avons un peu perdu des finesses de la langue de Mickiewicz … même si quelques mots parfois nous échappent, surtout quand vous parlez trop vite en polonais … ou « trop bien » … rassurez-vous … nos pieds s’agitent toujours à chaque fois que nous entendons quelques mesures de musique polonaise, nos glandes salivent toujours quand on sent l’odeur des gołąbki ou des kluski, nos yeux s’illuminent encore quand on voit des couples de Krakowiak entrer en scène … et les paroles des chansons qu’on a apprise à Comblain ne s’effaceront jamais de nos mémoires. Nos gènes polonais sont indestructibles.

Chaque fois que je regarde des photos de nous, jeunes, en costumes folkloriques – et quelle que soit l’organisation à laquelle nous appartenions – je pense à ces vers de Verlaine : « Qu’as-tu fait, ô toi que voilà pleurant sans cesse, dis qu’as-tu fait, toi que voilà de ta jeunesse ? ». Eh bien nous … notre jeunesse, on en a fait ça ! Oui, Comblain-la-Tour devrait être fier de ce que nous sommes devenus.

30/03/2020 – JP Dz

2193
2.193 : KSMP Echo Ojczyste de MONS : Martine Brzezicha ; Thérèse Taporski ; Annie Wisła ; Thérèse Dudziak ; Franca Fischer ; Christine Nahorniak ; Isabella Cosaro ; Stéphanie Goch ; Zuhal Gunal ; Annie Borowski ; Micheline Zwierzyk ; Martine Mazgaj ; Léon Warchulski.
2194
2.194 : KSMP Echo Ojczyste de MONS : Martine Brzezicha ; Thérèse Taporski ; Annie Wisła ; Thérèse Dudziak ; Franca Fischer ; Christine Nahorniak ; Isabella Cosaro ; Zuhal Gunal ; Annie Borowski ; Micheline Zwierzyk ; Martine Mazgaj ; Léon Warchulski. A l’arrière, Freddy Fuitowski ; … ; Alexis Łagocki.
2195
2.195 : KSMP Echo Ojczyste de MONS : ( ? ) ; ( ? ) ; ( ? ) ; Patricia Młynarski ; Patricia Dudziak ; ( ? ) ; Zuhal Gunal ; Michel Brzezicha ; Didier Bouchéï ; Philippe Rouls ; Freddy Motała ; Czesiu Kucharzewski.
2196
2.196 : KSMP Echo Ojczyste de MONS : ( ? ) ; Patricia Młynarski ; Patricia Dudziak ; ( ? ) ; Zuhal Gunal ; Lydia Hantson ; ( ? ) ; Michel Brzezicha ; Didier Bouchéï ; Philippe Rouls ; Freddy Motała ; Czesiu Kucharzewski ; Géniu Bujanowski ; Pascal Łagocki.
2197
2.197 : KSMP Echo Ojczyste de MONS : Anne-Marie Mazgaj ; Micheline Zwierzyk ; Ursula Twardowska ; Lucie Matusiewicz ; Martine Brzezicha ; ( ? ) ; Isabella Cosaro.
2198
2.198 : KSMP Echo Ojczyste de MONS : Au premier rang : Patricia Młynarski ; Bernadette Bierczyk ; ( ? ) ; Martine Mazgaj ; Annie Skop ; ( ? ) ; Martine Brzezicha ; Lydia Młynarski ; Christiane Bierczyk ; Micheline Zwierzyk. À l’arrière : Hélène Borowski ; Annie Borowski ; ( ? ) ; … ; Zdzisław Blaszka ; …
2199
2.199 : KSMP Echo Ojczyste de MONS : Au premier rang : Patricia Dudziak ; Sylvie Motała ; ( ? ) ; ( ? ) ; Martine Brzezicha ; Lydia Hantson ; ( ? ) ; Zuhal Gunal. À l’arrière : Tino Walczynski ; Géniu Bujanowski ; Freddy Motała ; Michel Brzezicha ; Pascal Łagocki ; Czesiu Kucharzewski.
2200
2.200 : KSMP Echo Ojczyste de MONS : Au premier rang : Martine Brzezicha ; Lydia Hantson ; … ; ( ? ) ; Zuhal Gunal ; ( ? ). À l’arrière : ( ? ) ; … ; Pascal Łagocki ; Czesiu Kucharzewski ; Pierre Front.
2201
2.201 : KSMP Echo Ojczyste de MONS : De dos, Géniu Bujanowski ; Giovanni Cortelletti ; Czesiu Kucharzewski ; ( ? ) ; ( ? ) ; Patricia Dudziak ; ( ? ) ; …
2202
2.202 : KSMP Echo Ojczyste de MONS : ( ? ) ; … ; Ursula Twardowska.
2203
2.203 : KSMP Echo Ojczyste de MONS : Zuhal Gunal ; Freddy Motała ; Sylvie Warzeniak ; Pierre Front.
2204
2.204 : KSMP Echo Ojczyste de MONS : Au premier rang : Patricia Dudziak ; ( ? ) ; Sylvie Motała ; ( ? ) ; Zuhal Gunal ; Martine Brzezicha. À l’arrière : Jean-Pierre Dziewiacien ; … ; Didier Bouchéï ; Géniu Bujanowski ; ( ? ).

Commentaires :

Milczanowski Véronique : Oui Jean-Pierre, nous pouvons être fiers de ce que nous sommes devenus … Et nos parents le sont aussi tellement … Où qu’ils soient …

André Karasinski : Beau texte, Jean-Pierre, comme d’habitude. Tu es parvenu avec des mots justes et des phrases précises et pudiques à traduire ce que ressentent beaucoup des Polonais belges ou Belges polonais nés en Belgique après la guerre.

Anne Wuidar : André Karasinski a très bien résumé ma pensée, encore merci Jean-Pierre !

Christine Mironczyk : Belle expression, idée profonde et sincère.

 

0265 – Oto idzie pierwsza para …

Corrigez-moi si je me trompe : nous dansions bien « le » Polonez ? Ce qui en français se traduit par « la » Polonaise ! C’est bizarre d’ailleurs qu’en traduisant le mot, il change de genre ! Mais nous aussi – quand nous « le » dansions – nous changions de genre … en quelque sorte.

Mais si, rappelez-vous … et tout d’abord, parce que toutes nos autres danses étaient plus rapides, plus sautillantes. Dans le Polonez, nos pas étaient lents, majestueux, solennels … c’était presque une marche … ça tranchait avec le reste du spectacle. Ici, ce n’est pas tellement un sourire éclatant qu’il fallait arborer, mais plutôt une sorte de distinction et de froideur altière.

Nous changions de genre aussi parce que le Polonez n’est pas vraiment une danse « populaire » … c’est la danse de la cour, celle de la noblesse et de l’armée dans ce qu’elle a de plus gradé … ce n’était pas vraiment notre quotidien. Mais quel plaisir … Il n’y avait plus alors de Jean-Michel, de Kazik et de Vounia, nous devenions – l’espace d’une danse – la comtesse Evelina Ogonowskaïa – le chevalier Deputowski et ou le général Nowiczek. Bref … la classe … la fine fleur de l’aristocratie polonaise … l’espace d’une dance. Et se faire accompagner par le grand Chopin lui-même ne nous aurait pas paru disproportionné. Nous le valions bien ! On peut toujours rêver …

Par contre quand nous montions en scène, d’un pas solennel et militaire, au son de : « Oto idzie pierwsza para » … nous n’avions pas vraiment toutes les paroles de la chanson en tête ! Heureusement !

Alors pour combler celle lacune, voici le texte de la chanson et sa traduction … Je pense qu’il serait vain de chercher le moindre rapport entre le texte et le prestige de la chorégraphie …

02/03/2020 – JP Dz

2144_Polonez
2.144 : Oto idzie pierwsza para …
2145_KSMP_Ressaix
2.145 : KSMP Orlęta Centre / Ressaix – Festival de Binche 1978 : Polonez : Casimir Nowicki et Jeanine Czabera ; Daniel Kowal et Simone Wattiez ; Michel Spiewak et Eveline Ogonowski ; Vital Kciuk et Malvina Rusowicz ; Dominique Gebka et Liliane Kiełtyka ; Jean-Pierre Dziewiacien et Dominique Ogonowski.
2146_KSMP_Ressaix
2.146 : KSMP Orlęta Centre / Ressaix – Festival de Binche 1978 : Polonez : Casimir Nowicki et Jeanine Czabera ; Daniel Kowal et Simone Wattiez ; Michel Spiewak et Eveline Ogonowski ; Vital Kciuk et Malvina Rusowicz ; Dominique Gebka et Liliane Kiełtyka ; Jean-Pierre Dziewiacien et Dominique Ogonowski.
2147_KSMP_Ressaix
2.147 : KSMP Orlęta Centre / Ressaix – Festival de Binche 1978 : Polonez : Michel Spiewak ; Jean-Pierre Dziewiacien ; Daniel Kowal ; Vital Kciuk ; Casimir Nowicki ; Dominique Gebka ; Simone Wattiez ; Dominique Ogonowski ; Eveline Ogonowski.
2148_KSMP_Ressaix
2.148 : KSMP Orlęta Centre / Ressaix – Festival de Binche 1978 : Polonez : Eveline Ogonowski ; Dominique Ogonowski ; Simone Wattiez ; Malvina Rusowicz ; Jeanine Czabera ; Liliane Kiełtyka ; Michel Spiewak ; Jean-Pierre Dziewiacien ; Daniel Kowal ; Vital Kciuk ; Casimir Nowicki ; Dominique Gebka.
2149_KSMP_Ressaix
2.149 : KSMP Orlęta Centre / Ressaix : Polonez : Irène Sitarz ; Claude Soulas ; Jean-Michel Deputat ; Eveline Ogonowski.
2150_KSMP_Ressaix
2.150 : KSMP Orlęta Centre / Ressaix : Polonez : ( ? ) ; ( ? ) ; Dominique Ogonowski ; Daniel Kowal ; Malvina Rusowicz.
2151_KSMP_Ressaix
2.151 : KSMP Orlęta Centre / Ressaix : Polonez : Janek Perzyna ; Nadine Deputat ; Vital Kciuk ; Bernadette Marszalkowski ; Irène Sitarz.
2152_KSMP_Ressaix
2.152 : KSMP Orlęta Centre / Ressaix : Polonez : Eveline Ogonowski ; Dominique Ogonowski ; Nadine Deputat ; Irène Sitarz ; Bernadette Marszalkowski ; Malvina Rusowicz.
2153_KSMP_Ressaix_1977
2.153 : RESSAIX : KSMP Centre Orlęta -1/05/1977 – Ośrodek Św. Maksymiliana Kolbe : Spectacle pour la bénédiction du drapeau des Dames du Rosaire de Ressaix : Simone Wattiez ; Daniel Kowal ; Irène Sitarz ; Casimir Nowicki ; Bernadette Marszalkowski ; Claude Soulas ; Dominique Ogonowski ; Vital Kciuk ; Eveline Ogonowski ; Jean-Michel Deputat ; Loretta Barbarossa ; Janek Perzyna.
2154_KSMP_Ressaix
2.154 : Sous un chapiteau : KSMP Centre Orlęta : Debout : Dominique Ogonowski ; Marilyne Desmet ; Simone Wattiez ; Danièle Perzyna ; Eveline Ogonowski ; Malvina Rusowicz. Accroupis : Jean-Michel Deputat ; Daniel Kowal ; André Walasczyk ; Michel Spiewak ; Jean-Pierre Dziewiacien ; Vital Kciuk.
2155_KSMP_Ressaix
2.155 : KSMP Orlęta Centre / Ressaix – Ośrodek Św. Maksymiliana Kolbe : Debout : Malvina Rusowicz ; Vital Kciuk ; Michel Spiewak ; Danièle Czajkowski ; Danièle Perzyna ; Thérèse Spiewak ; Marilyne Desmet ; Eveline Ogonowski ; Simone Wattiez ; Olek Jelen ; Dominique Ogonowski ; Janeczko Marcin. Accroupis : Freddyno ? ; Jean-Michel Deputat ; André Walasczyk ; Jean-Pierre Dziewiacien ; Daniel Kowal.