0229 – Ensembles de danses et de chants polonais à Heusden-Zolder

écrit par Elisabeth, Jef et Piotr Rozenski et Zosia Król

Depuis la 2e guerre mondiale, plusieurs formations de danses et de chants se sont succédé au sein de la communauté polonaise de « Heusden-Zolder » ( nom utilisé par les Polonais locaux longtemps avant la fusion officielle de 1977 des deux communes voisines de Heusden et de Zolder, de sorte qu’il n’était pas rare de devoir récupérer les invités égarés dans les forêts car désorientés devant des panneaux « Heusden » à gauche et « Zolder » à droite … Pour les plus jeunes : le GPS n’existait pas encore ).

Un premier groupe s’est constitué dans les années 50. Mais c’est vers le milieu des années 60 que la vie culturelle prend un véritable essor. C’est notamment en 1966 que les Polonais du « Związek Polaków w Belgii oddział Heusden-Zolder » ont inauguré leur propre centre culturel, baptisé « Millenium » en l’honneur de la célébration du millénaire de la chrétienté en Pologne.

À cette occasion, Pelagia Bednarek ( mariée Nowicka, mère de Betty, Annie, Józiu, Eric et Eddy, mieux connue comme « Pani Pela », ou tout simplement « Pela » ) fonde un premier groupe de KSMP à Heusden-Zolder. « Pani Pela » incarnait à elle seule le KSMP local, y tenant toutes les fonctions : présidente, trésorière, directrice artistique ou encore chorégraphe. Accompagnée sur l’accordéon par son fils Józiu, elle a appris à danser à toute une génération de jeunes.

L’ensemble prit une telle ampleur ( les familles Nowicki, Król et Cucup y contribuant de façon substantielle ) qu’à la fin des années 60 il y avait même deux groupes : les petits enfants et les plus grands. Outre la participation aux festivals classiques des KSMP en Belgique ( vers le milieu des années 70, c’était au tour de Heusden-Zolder d’en organiser un à Lummen-Genebos ), les ensembles ont été régulièrement invités à différentes occasions, y compris à l’étranger ( e.a. à la Rochelle en France ). Un spectacle qui est particulièrement resté gravé dans les mémoires, c’est leur apparition fin des années 60 dans l’émission télévisée « Nonkel Bob », programme hebdomadaire pour les jeunes, immensément populaire à l’époque en Flandre.

Les enfants étant devenus des adultes vers la fin des années 70, il n’y avait plus assez d’adhérents pour continuer les activités de danse et de chant de sorte que, pendant quelques années, il n’y avait plus d’ensemble à Heusden-Zolder.

C’est vers 1980 qu’à l’initiative de Zosia Król, quelques anciens, devenus de jeunes adultes entre 20 et 30 ans, se sont retrouvés pour créer un nouvel ensemble prenant le nom « Millenium ». Tout est à reconstruire mais l’entraide fonctionne. N’ayant pas encore les moyens de s’acheter leurs propres costumes, ils font appel, pour les premières représentations, aux voisins de « Wisła » afin de les dépanner. Zosia prend des cours de danses folkloriques à Lublin en Pologne, d’où elle revient les valises remplies de serdaki et de kierpce. Les femmes se mettent alors à coudre les fameuses jupes, les tabliers et pantalons « zbójnickie » sur lesquels elles passent des heures à broder les décorations typiques ( parzenice ). Au milieu des années 80, l’ensemble a entre autres participé aux festivals internationaux d’Anvers et de Moerbeke-Waas.

Quand les études pour les uns et le rhumatisme pour les autres empêchaient de continuer l’activité, c’étaient les enfants des membres qui, pendant quelques années jusqu’en 1990, ont pris le relai sous la direction de Zosia, puis de Helcia Cucup.

23/06/2019 – Elisabeth, Jef et Piotr Rozenski et Zosia Król

1753
1.753 : KSMP Heusden – Zolder : Debout : Pelagia Bednarek ; Wanda Popis ; Helcia Cucup ; Tereska ? ; Edith Koslowski ; Genia Goraj ; Mirusia Czajka ; Accroupis : Margot Lewkin ; Hela Pawlowski ; Genia Piekarczyk ; Halinka Niemiec.
1754
1.754 : KSMP Heusden – Zolder – 1966 / 1967 : Debout : Irena Niemiec ; Emilia Sajdak ; Mirusia Czajka ; Halinka Niemiec ; Genia Goraj ; Lala Kuczwalski ; Edith Koslowski ; Helcia Cucup ; Betty Nowicki ; Pelagia Bednarek ; Wanda Popis ; Accroupis : Wieslaw Król ; Józiu Piekarczyk ; Annie Nowicki ; Jan Król ; Kazik Cucup ; Heniek Cucup ; Józiu Nowicki.
1755
1.755 : – KSMP Heusden – Zolder : Pelagia Bednarek ; Halinka Niemiec ; Eddy Zielinski ; Margot Lewkin ; Józiu Piekarczyk ; Mirusia Czajka ; Kazik Cucup ; Genia Goraj ; Wiesiu Król ; Edith Kozlowski ; Wanda Popis ; Helcia Cucup ; Józiu Nowicki ; et Annie Nowicki, devant.
1756
1.756 : KSMP Heusden – Zolder – 1967 /1968 : Debout : Edith Kozlowski ; Jan Król ; Emilia Sajdak ; Eddy Zielinski ; Pelagia Bednarek ; Wanda Popis ; Józiu Piekarczyk ; Helcia Cucup ; Heniek Cucup ; Mirusia Czajka ; Kazik Cucup ; Les deux enfants au milieu : Annie Nowicki ; Betty Nowicki ; Accroupis : Wiesiu Król ; Margot Lewkin ; Lala Kuczwalski ; Halinka Niemiec ; Helena Tutak ; Józiu Nowicki.
1757
1.757 : KSMP Heusden – Zolder – 1980 / 1981 : Millenium : Debout : Richard Pawlik ; Pierre Rozenski ; Wiesiu Król ; Jef Rozenski ; Kazik Danko ; Heniu Cucup ; Kazik Cucup ; Eddy Pawlowski ; Accroupis : Annie Cucup ; Hella Pawlowski ; Anna Proszowski ; Anna Di Turri ; Zosia Król ; Elisabeth Rozenski ; Marysia Pawlowski ; Helcia Cucup ; Annemarie Poelmans ; Roza Czubacki.
1758_Festival_KSMP_Beringen_1967
1.758 : BERINGEN – 1967 : Festival des KSMP : ( ? ) ; Mme Nowicki, Pelagia Bednarek ; Betty Nowicki ; Ks Repka ; Ks Kurzawa.

 

0222 – Festivals des KSMP

Autre grand moment de communion folklorique, culturelle et amicale … nos Festivals des KSMP … Chaque année, à la même époque, c’était le rendez-vous de la Jeunesse Catholique Polonaise de Belgique ! Cette grand-messe était organisée alternativement dans les différentes régions où les polonais étaient implantés … comme pour souligner l’unité d’une communauté dispersée aux quatre coins du pays.

Pour fixer la date de l’événement, et la région qui relèverait une fois de plus le défi, une réunion se tenait annuellement à Bruxelles, chez le Recteur … dans cette grande salle, moitié rez-de-chaussée, moitié cave. L’ambiance y était excellente, la bonne humeur générale et il ne manquait jamais de courageux volontaires qui se proposaient d’organiser l’événement chez eux. Parfois même, il y avait compétition … tant la fierté de rapporter, dans son fief, le privilège d’être la région à l’honneur agitait les participants.

Par contre, une fois rentré – l’euphorie faisant place au réalisme – on se rendait compte de l’ouvrage ! Parce qu’en y réfléchissant bien – à tête reposée – ce n’était pas une mince affaire que de réunir tout le monde, de gérer les innombrables détails et de « rivaliser » dans l’excellence. Parce que … bien sûr … il fallait faire mieux que l’année d’avant, mieux plus que la région d’à côté, mieux que la dernière fois que l’on avait organisé soi-même. Mais cette rivalité, teintée de chauvinisme, demeurait malgré tout bon enfant. Tout au plus y trouvions-nous l’énergie de nous surpasser. Restait plus qu’à relever les manches.

Il fallait tout d’abord trouver la salle qui conviendrait le mieux. C’est-à-dire un endroit qui devait être suffisamment grand, pour accueillir tout le monde … suffisamment équipé, pour nourrir toutes ces bouches affamées et … assoiffées … suffisamment accessible, pour ceux qui venaient de si loin … suffisamment agréable, pour satisfaire les plus difficiles.

Il fallait prévoir assez de coulisses pour que tous les KSMP puissent trouver leur aise pour se préparer, assez de parking pour tous les autocars, assez de programmes, assez de « bigos ». Il fallait organiser la cérémonie, définir l’ordre de passage, estimer la durée des prestations, décider qui prendrait la parole, sans frustrer les uns, ni saouler les autres, et n’oublier ni la messe, ni le protocole, ni l’orchestre pour le bal … tout en tenant compte des sensibilités et des susceptibilités. Vaste programme !

Mais le défi était avant tout humain. Il consistait à rassembler, autour du projet, suffisamment de personnes de bonne volonté pour le mener à bien. Parce qu’il en fallait des bénévoles pour remplir la grille des tâches, déjà définies sur papier, mais qui n’attendaient qu’à être attribuées. De ceux qui géreraient les tickets d’entrée, ceux qui piqueraient les petites cocardes bicolores au revers des vestons, en passant par les vendeurs de tombola, les cuisinières, les garçons de salle, les ramasseurs de verres vides et ceux qui les laveraient … aux responsables de tout genre, c’est une armée de volontaires désintéressés qui, le moment venu, grouillerait dans tous les sens pour essayer de contenter le plus grand nombre. Toutes ces personnes étaient importantes, essentielles.

Penser à tout ! Ne rien oublier ! Faire preuve d’humilité ! Ne pas hésiter à faire appel aux anciens, pour leur expérience … même si on ne partageait pas toujours les mêmes avis … composer … rassembler … faire ensemble. C’est là – j’en suis persuadé – que nous avons donné le meilleur de nous … gratuitement.

La tâche était d’autant plus compliquée qu’à l’époque, souvenez-vous, il n’y avait ni GSM, ni mail, ni Facebook, ni réseaux sociaux … quant au téléphone, rares étaient ceux qui en possédaient. Et pourtant, miracle, nous parvenions à communiquer ! J’ai même l’impression qu’à l’époque nous communiquions mieux … plus souvent … plus simplement … plus complètement. Nous pouvons être fiers. Dans l’euphorie, on ne s’en rendait sans doute pas compte, mais avec le recul … quelle fierté !

Aujourd’hui, il reste le souvenir … et encore … lentement il se dissipe. La preuve : qui peut encore nous dire avec certitude que cette année-là, c’était cette région-là qui organisait ? Pas simple. Si on veut compléter cette liste, il faudra qu’on s’y mette tous … comme jadis … comme quand il suffisait de lancer le projet pour que toutes les bonnes volontés suivent … comme quand nous donnions le meilleur de nous … sans compter.

1961 : Binche
1962 :
1963 : Mons – à Tertre
1964 : Châtelineau
1965 :
1966 :
1967 :
1968 : Bruxelles
1969 :
1970 :
1971 :
1972 : Liège
1973 : Lummen-Genebos ( merci Jef )
1974 :
1975 : Mons
1976 : Liège
1977 :
1978 : Binche
1979 : Liège – 14/09/1979
1980 : Binche ???
1981 :

06/05/2019 – JP Dz

1682_1976
1.682 : Festival du KSMP – 1976 : Liège : Programme.
1683_1968_1976
1.683 : Festival du KSMP – 1968 et 1976 : Bruxelles et Liège : Programme.
1684_1964
1.684 : Festival du KSMP – 1964 : Châtelineau : Programme.
1685_1975
1.685 : Festival du KSMP – 1975 : Mons : Programme.
1686_1975_b
1.686 : Festival du KSMP – 1975 : Mons : Programme.
1687_1975_c
1.687 : Festival du KSMP – 1975 : Mons : Programme.
1688_1995
1.688 : Festival du KSMP – 1995 : Charleroi : Programme.
1689_1961_Festival_KSMP_Binche
1.689 : Festival du KSMP – 1961 : Binche Les 3ème et 4ème en partant de la gauche, Thérèse Ogonowski et Marysia Swiderski ; les autres ( ? ) ; … ; ( ? ).
1690_1969_KSMP_Liège
1.690 : Festival du KSMP – 1969 : KSMP de Liège : A l’avant et de droite à gauche, Gaby Stefanski ; Irène Jamka ; Mirka Patalas ; Krystiane Wochen ; Régine Paluszkiewicz ; Helena Wochen ; Irène Ostaszewski ; Danusia Nieglos ; Haline Sereda. Derrière, Elzunia Krutul ; Mieciu Musial ; Edmond Walczak ; Pani Majewska ; Wacek Pawlak ; Ryszard Migon ; César Napora.
1691_1978_KSMP_Mons
1.691 : Festival du KSMP – 19 ??? : KSMP Mons : Marek Bujanowski ; Christian Wala ; Zdzisław Blaszka ; Isabella Cosaro ; Micheline Zwierzyk ; ( ? ) ; Ursula Twardowska ; Anne-Marie Mazgaj.

 

0213 – The show must go on …

Sous titre : Bourdes, gaffes, bévues, gags, boulettes … sur scène !

Si nous gardons un excellent souvenir de nos spectacles folkloriques respectifs, il faut bien l’admettre … parfois … il y a eu des « dérapages ». Même préparés avec beaucoup de minutie, nos représentations ont, parfois, dû faire face à l’impondérable. Dans ces cas-là, nos bourdes, gaffes, bévues, gags et boulettes se sont donné le mot pour aggraver des situations déjà très compliquées. Et les fous rires, des uns et des autres, n’ont fait qu’augmenter notre difficulté à poursuivre le spectacle. Paradoxalement, ce sont ces anecdotes humoristiques qui nous reviennent en premier lieu ; elles sont le reflet de notre bonne humeur et d’un enthousiasme communicatif qui ne craignait ni la compétition, ni … les « embardées ».

Parfois, ça « cafouillait » dès le départ. Le KSMP de Ressaix ne dansait pas toujours avec un orchestre. Quand les musiciens n’étaient pas disponibles, c’est une cassette préenregistrée qui accompagnait les danseurs.
Ce jour-là, c’était le cas. Les danseurs étaient prêts à s’élancer pour leur fameux Krakowiak. Ils étaient tous dans les starting-blocks … une main en l’air … la jambe tendue … le chapeau à plume de paon fixé sur la tête … il ne manquait plus que la musique. Mais … dès que le préposé a appuyé sur « Start », c’est un tonitruant « Hey ! Manhattan » du chanteur C. Jérôme qui a retenti, en lieu et place du Krakowiak ! À l’époque, les cassettes avaient deux faces ; c’était la mauvaise. Inutile de dire que le public était hilare. Ça commençait déjà bien.

Parfois, ce sont les accessoires qui n’en faisaient qu’à leur tête … et quand la tête ne leur revenait pas …
Je laisse Francine Załobek vous raconter elle-même son moment de « dé-tresse » :

Petite anecdote au KSMP de Liège : Au cours des différents spectacles, il est parfois arrivé des incidents techniques : un élastique de pantalon qui craque ou un jupon qui se répand sur le sol … J’ai fait plus original et je ne pense pas que ce soit arrivé à quelqu’un d’autre. Notre « chorégraphe » de l’époque ( Évelyne ) tenait à ce qu’on forme un ensemble ; pas de bijoux apparents, pas de lunettes ( pratique ! ) et des tresses pour les filles.

 Dans les cheveux longs, ou mi-longs, pas de problème. Or j’avais des cheveux très courts. C’était donc une savante construction à base d’épingles et une tonne de laque. Vint un jour où, à la fin de la première partie, cet échafaudage s’écroula. En virevoltant gaiement, une tresse se détacha et vola dans les pieds du public. Moment de stupeur, puis de panique, les gens croyant avoir vu un rat. À la fin de la danse, honteuse et confuse, j’ai récupéré l’objet du délit ( Georges, hilare, me laissant seule devant mes responsabilités ). Je ne me souviens pas si j’ai terminé le spectacle avec une ou deux tresses, mais je sais qu’on en a rigolé très longtemps dans les chaumières.

Francine Załobek

À d’autres moments, ce sont les équipements mis à notre disposition qui n’était pas à la hauteur. Je me souviens, comme si c’était hier, d’un spectacle donné par le KSMP de Mons, fin des années soixante, à Baisieux ! J’étais alors trop jeune pour danser et j’ai donc assisté à la scène à quelques mètres du podium. Donc, ce jour-là, il n’y avait pas de chapiteau, seulement un podium installé – peut-être un peu trop vite – en plein air. Il semblait solide et stable. Mais c’était sans compter sur l’enthousiasme des danseurs …

Il faut dire que les Oberek, Mazur et autre Krakowiak sont particulièrement rythmés. Les danseurs sont obligés de compter leurs pas pour garder le tempo et être synchronisés. Régulièrement, au bout des huit mesures, il convenait de marquer le pas. Ça permet de donner un certain effet et surtout de se resynchroniser.

C’est ce qu’on appelle le « tąpanie ». Cette tradition polonaise a perduré tout au long de l’histoire des KSMP ; avec par moments plus … d’intensité. Ça permettait aussi à certains danseurs mâles d’affirmer leur virilité. Dans l’euphorie de l’instant et, pour certains d’entre eux, à cause d’une … très très légère surcharge pondérale, ils n’hésitaient pas à « frapper fort ».

Ce jour-là donc, dès les premiers pas sur scène des huit couples de danseurs … on a vu le podium commencer à se balancer. On aurait dit qu’ils étaient sur un radeau à un mètre du sol … Mais ce n’était pas le plus grave ! Aux premiers « tąpanie », c’est le plancher qui s’est demandé ce qui lui arrivait ! Évidemment, et très vite, un des garçons a percé la planche sur laquelle il claquait son pied … puis un autre … puis encore un autre ! A ce moment-là, plus personne n’avait de doute … ce plancher-là ne supporterait pas sa charge ! Mais la danse était loin d’être finie … et on n’arrête pas un polonais qui danse ! Du coup ( si j’ose dire ) certains garçons se sont dévoués pour « reclouer » des planches qui se relevaient dangereusement … à coup de talon, en rythme et parfois même, pas en rythme.

À la fin de la danse, le plancher était plein de trous ; on se serait cru sur une autoroute wallonne ! Le kiosque était inutilisable. Les organisateurs locaux ont dû finalement se résoudre à déplacer la représentation vers une salle voisine … C’est une réalité : le sol tremble souvent sous l’enthousiasme des polonais.

Je suis sûr que vous aussi, vous avez d’innombrables anecdotes du genre. C’est le moment de les partager.

04/03/2019 – JP Dz

En ce qui concerne le KSMP de Ressaix, effectivement cela s’est passé je pense à La Louvière, avec mon enregistreur à bande double piste et non à cassettes (qui servait aussi à toutes les répétitions du KSMP) où j’avais bien demandé au technicien de la scène de n’appuyer que sur le bouton START au moment voulu mais il est parvenu à changer de piste sur laquelle était enregistrée tout à fait autre chose. Vous devinez quelle était ma colère, nom de D… !

Cela me rappelle une autre anecdote que confirmera Gieniu Perzyna : lors d’une représentation à Marcinelle, peut-être un festival KSMP, lorsque le responsable-électricien de la salle branchait les spots de la scène, l’intensité du courant diminuait sur le circuit sur lequel était branché mon enregistreur à bande et celui-ci donc ralentissait au point que Gieniu Perzyna, avec un doigt, essayait tant bien que mal, à faire tourner la bande. Je vous laisse deviner le résultat : l’horreur !

Casimir Nowicki

1591_KSMP_Liège
1.591 : The show must go on … : KSMP Liège : Georges Załobek ; Francine Załobek.
1592_KSMP_Liège
1.592 : KSMP Liège : Premier rang : Helena Wochen ; Gaby Stefanski ; Francine Załobek ; Aline Bień ; Deuxième rang : ( ? ) ; ( ? ) ; ( ? ) ; Troisième rang : ( ? ) ; ( ? ) ; ( ? ) ; Quatrième rang : Madame Bień ; ( ? ) ; ( ? ).
1593_KSMP_Liège
1.593 : KSMP Liège : Elizabeth ? ; Valérie ? ; Mirka Patalas ; ? Paluszkiewicz ; Christiane Switon ; Aline Bien ; Aline Jarosz ou Evelyne ( derière le micro ) et enfin Brigitte ….
1594_KSMP_Ressaix
1.594 : KSMP Ressaix : Bernadette Marzalkowski ; Daniel Kowal ; Eveline Ogonowski ; Irène Sitarz ; André Cornut ; ( ? ) ; ( ? ) ; Dominique Ogonowski.
1595_KSMP_Ressaix
1.595 : KSMP Ressaix : ( ? ) ; ( ? ) ; Danièle Perzyna ; Jean-Michel Deputat ; Simone Wattiez ; Daniel Kowal ; Vital Kciuk ; Danièle Czajkowski ; Dominique Gebka ; Dominique Ogonowski.
1596_KSMP_Ressaix
1.596 : KSMP Ressaix : Simone Wattiez ; Jean-Michel Deputat ; Casimir Nowicki ; André Cornut ; Daniel Kowal ; Bernadette Marzalkowski ; Vital Kciuk ; Halina Ogonowski.
1597_KSMP_Ressaix
1.597 : ( ? ) ; Lokietek ; Gieniu Perzyna ; ( ? ).
Cette photo a été prise à Rome en 1966, à l’ occasion du Millénaire de la Pologne. Ks. Rektor Repka avait choisi les étudiants de l’Université de Louvain pour représenter la jeunesse de Belgique. J’ai fait partie du groupe à la demande de Robert Domecki ( devenu aussi médecin ), du fait qu’ au dernier moment il y a eu un désistement d’un étudiant. Si mes souvenirs sont bons, outre les Polonais de l’ Europe de l’ouest, il y avait le pape Paul VI. Gieniu Perzyna

1598_KSMP_Mons

1.598 : KSMP Mons : ( ? ) ; ( ? ) ; … ; Zygmund Mielcarek ; ( ? ) ; Stéphanie Goch ; Serge Préat.

1599_KSMP_Mons
1.599 : KSMP Mons : Serge Préat ; ( ? ) ; Stéphanie Goch ; … ; Ewa Dudziak ; …
1600_KSMP_Mons
1.600 : KSMP Mons : Didier Chmielecki ; … ; Nadine Kucharzewski ; Serge Préat ; Richard Chmielecki ; Urszula Twardowska.
1601_KSMP_Mons
1.601 : KSMP Mons : Michel Mielcarek ; Didier Chmielecki ; Nadine Kucharzewski ; Stéphanie Goch ; Serge Préat.

 

0208 – À nos couturières

Quand on pense au « folklore », n’est-ce pas un tourbillon de notes de musique, de chants et de couleurs qui nous envahit de prime abord ? Il y a certes bien des définitions savantes, des analyses fouillées sur ce que représentent les pratiques culturelles propres à chaque société traditionnelle mais, quand il s’agit de folklore, point besoin de dictionnaire, on peut faire confiance à notre ressenti, à la perception de nos sens et dans le folklore polonais, la richesse des costumes, leurs mille et une couleurs nous en mettent plein la vue …

Que serait en effet, notre folklore sans nos costumes ?
Et que seraient nos costumes sans nos … costumières ?

Il est grand temps de rendre hommage à ces petites fées dévouées et efficaces, ingénieuses et si discrètes …

Dans chacun de nos groupements, il y en avait une ou plusieurs. Elles s’appelaient Róża, Marie-José, ou … Madame Dudzik. Elles étaient omniprésentes, toujours souriantes, toujours prêtes. Une aiguille serrée entre les dents, un bout de fil dans une main, une épingle de nourrice dans l’autre, elles rafistolaient, réparaient, camouflaient, nous préparaient pour entrer en scène.

À force, de nous chouchouter, de nous manipuler dans tous les sens, elles connaissaient tout de nous … tous nos petits secrets, nos grandes angoisses, nos tics et nos tocs … et les respectaient. Toujours sereines et bienveillantes, elles avaient l’art de nous rassurer, de nous rendre confiance surtout quand c’était l’heure de monter sur scène et qu’on avait subitement l’impression d’avoir tout oublié sous l’effet du trac …

Nos costumes si colorés et chatoyants, c’était un peu comme la pointe émergée d’un iceberg dont la partie cachée était la somme de travail accompli par toutes nos couturières et costumières qui restaient dans l’ombre, cachées derrière le rideau …

Mais quand les spectateurs se mettaient à applaudir à notre entrée en scène, alors qu’on n’avait encore rien fait, je suis certain que c’est avant tout à nos beaux costumes qu’ils rendaient hommage !

Et je suis sûr qu’à ce moment-là, nos costumières et nos couturières devaient avoir un petit pincement au cœur car c’était leur dévouement et leur engagement sans bornes qui étaient célébrés. Elles pouvaient bien être fières ! Merci Mesdames.

Je laisse à Jean Dalgan le plaisir de vous parler de Mme Dudzik :

À nos couturières : Souvenirs de Mme Dudzik, notre couturière au KSMP de Châtelineau :

J’avais pour Mme Dudzik, le plus grand respect ! Vous l’a reconnaîtrez sur la photo 1.429, à droite, presque cachée. Il faut dire qu’elle était discrète et réservée, comme toutes les couturières qui pensaient que la gloire revenait uniquement à ceux qui étaient sur scène … alors qu’elles participaient grandement à la réussite du spectacle. Je l’ai connue, grâce à ses enfants, Henry et Christiane Dudzik. Ils étaient inscrits à l’école polonaise de Taillis-pré « Châtelineau » où mes frères et moi-même étions inscrits.

Au moment où notre association « KSMP » a été créée, nous nous sommes tous retrouvés pour nous inscrire et en faire partie … Une nouvelle aventure nous attendait. Le but de notre jeune association : prolonger notre acquis appris à l’école Polonaise, continuer à faire vivre tout notre folklore « danses, chants et théâtres » et l’histoire Polonaise des régions, que nos parents ont dû quitter.

Dès le début, nous étions à la recherche des différentes personnes qui pourraient nous apporter leur aide et leur savoir « professeur de danse, de chant, musicien, et couturière …

C’est grâce à notre aumônier, le père Paul Adamski qui officiait dans plusieurs paroisses « Châtelineau, Châtelet, Gilly, Farciennes et Pironchamps » et grâce au bouches à oreilles, que nous avons appris que Mme Dudzik, était une excellente couturière.

Avec quelques membres, et accompagné du père Adamski, nous nous sommes rendus chez elle, pour lui exposer notre démarche, et lui demander si elle accepterait de devenir notre couturière, et l’associer ainsi à notre mouvement.

Sans hésiter, sa réponse « un grand oui », c’est ainsi que tout a commencé !

Ce ne fut pas chose facile pour Mme Dudzik ! Mais son courage et sa volonté, ont brisé tous les obstacles. Quelle ne fut pas notre surprise de voir, les premières robes et costumes, qu’elle avait préparés pour nous.

Nous lui devons tout ! C’est elle qui se chargeait, d’aller au tram à Charleroi, pour acheter les différents tissus qu’elle avait besoin ; c’est elle qui passait des journées et soirées entières à coudre ! Quel courage. Elle avait le souci que tout ce travail soit prêt pour notre première fête.

C’est encore elle, lors de nos déplacements, qui préparait les valises remplies de robes et de costumes, et qui les repassait après chaque représentation chez nous, où en déplacement.

Mme Dudzik, était de tous les voyages et apportait un soin particulier, à ce que tout soit parfait, elle ne demandait jamais rien en échange, qu’un peu de chaleur et d’amour de ces jeunes qu’elle considérait comme ses enfants.

C’est chez elle, après notre réunion du samedi, que l’on se retrouvait pour lui exposer nos futurs projets, et profiter de l’excellente tasse de café qu’elle nous offrait.

Elle était notre deuxième « Maman », son sourire, sa gentillesse, sa bonne humeur, resteront gravés à tout jamais dans notre mémoire. Merci Maman pour tous ce que tu as fait pour nous, nous te remercions du fond du cœur – « Drzenkuje Mamo ».

Jean Dalgan

1429_ksmp_chatelineau
1.429 : KSMP Châtelineau : 1ère rangée : Malinska Wanda ; Wac Czesław ; Zaroda Henry ; Palamaruk Joseph ; Dalgan Paul ; Goga Victor ; Markowski Victor ; Gossens Jean-Claude ; Dudzik Henry ; 2ème rangée : Howath Wanda ; Sienkiewiec Maria ; Dudzik Christiane ; Celner Thérèse ; Leyssen Maryvonne ; Palamaruk Sophie ; Ribicka Irène ; 3ème rangée : Jakowski Richard ; ( ? ) ; … ; Losa Théodor ; sur la droite près de la porte, Mme Dudzik.
1551_ksmp_chatelineau
1.551 : KSMP Châtelineau : Dudzik Christiane.
1552_ksmp_chatelineau
1.552 : KSMP Châtelineau : Wac Czesław ; Gossens Jean-Claude ; Sienkiewiec Maria.
1553_ksmp_chatelineau
1.553 : KSMP Châtelineau : Zaroda Henry ; Howath Wanda ; Palamaruk Sophie.
1554_ksmp_chatelineau
1.554 : KSMP Châtelineau : Ribicka Irène.
1555_ksmp_chatelineau
1.555 : KSMP Châtelineau : Palamaruk Joseph ; Palamaruk Sophie ; Sienkiewiec Maria ; Howath Wanda ; Gossens Jean-Claude.
1556_ksmp_chatelineau_malinska vanda
1.556 : KSMP Châtelineau : Malinska Wanda.
1557_ksmp_chatelineau_sophie palamaruk
1.557 : KSMP Châtelineau : Palamaruk Sophie.
1558_ksmp_chatelineau
1.558 : KSMP Châtelineau : Dudzik Christiane ; Gossens Jean-Claude ; Dudzik Henry ; Goga Victor.
1559_ksmp_chatelineau
1.559 : KSMP Châtelineau : Père Paul Adamski ; ( ? ) : ( ? ) ; ( ? ) ; ( ? ) ; Dalgan Jean ; ( ? ) ; ( ? ) ; ( ? ) ; Palamaruk Joseph ; Dudzik Christiane ; ( ? ) ; Mme Dudzik ; Dudzik Henry.

 

0204 – Racontez-nous … racontez-vous

Comme vous avez pu le constater, depuis quelque temps, nous avons entamé une nouvelle rubrique « Nos exploits folkloriques ». L’objectif de ce nouveau chapitre est de partager nos souvenirs des moments magiques que nous avons passés, ensemble, à représenter sur scène notre culture polonaise. Et si ce partage nous permet de retrouver les gens avec qui nous avons vécu ces heures heureuses, c’est tant mieux. Ce sont les deux seuls buts que nous poursuivons.

Il n’est donc pas question ici, de se servir de ces matériaux pour réécrire l’histoire à sa façon ou combler de quelconques  frustrations personnelles. Je vous rappelle que les Anciens de Comblain sont une communauté de souvenirs – je dirais même une communauté de « bons » souvenirs – et non pas une communauté de ragots, de « j’ai entendu dire que » et encore moins de règlements de compte façon « cour de récréation ». Nous ne voulons pas mettre en concurrence ni juger et classifier les performances. C’est tout le contraire.

Du coup, ce qui nous importe ce sont Vos témoignages, Vos vécus, Vos souvenirs. Personnellement, je ne peux m’exprimer que sur les choses que j’ai vécues de l’intérieur ( comment peut-on faire autrement ? ). Je peux vous parler des KSMP de Mons et de celui de Ressaix, puisque j’ai largement participé aux 2 formations. Pour les autres ensembles, je n’ai que des souvenirs épisodiques des rencontres que nous avions soit à Comblain, soit lors des festivals ou des pèlerinages. Donc, nous avons besoin de vous pour nous raconter vos aventures.

Ne laissez pas à d’autres le monopole d’écrire votre histoire … et parfois d’écrire n’importe quoi.

Dans le même ordre d’idée, vous ne vous étonnerez pas d’apprendre que je possède des photos en nombre des deux formations auxquelles j’ai participé … et très peu de photos des KSMP de Liège, de Charleroi, du Limbourg, du groupe Wisla, des Harcerze, des spectacles organisés par les Związek Polaków, des groupes qui existaient avant l’apparition des KSMP, des formations de danses de Gilly, de … qui – même si nous ne partagions pas forcément les mêmes valeurs – représentaient aussi la culture polonaise. Aujourd’hui, il est temps de faire fi de toutes les spécificités ( dont nous n’étions même pas conscients à l’époque ) et de fêter, tous ensemble, le plaisir d’avoir été la Pologne de Belgique.

Ceci dit, j’attends donc avec impatience vos photos, vos témoignages, vos anecdotes. Que vous ayez été plutôt de droite ou de gauche … ou du centre … que votre participation s’est limitée à quelques apparitions sur scène … que vous ayez oublié le nom de vos partenaires … que vos rhumatismes vous empêchent aujourd’hui de reproduire les figures que vous adoriez faire à 18 ans … que vous vous êtes éloignés de tout ça depuis tellement longtemps … C’EST LE MOMENT de rajeunir !

Alors, sortez les vieux cartons à chaussures … il y a là, c’est sûr, des trésors qui, une fois publiés, feront le bonheur de ceux qui se reconnaîtront. Aidez-nous aussi à reconnaître ceux qui sont trop timides ou qui pensent, à tort, que tout ça n’est pas important !

Et pour finir, je vous souhaite, pour ce soir, un très bon réveillon et, pour 2019, une année exceptionnelle !

31/12/2018 – JP Dz

1520_KSMP_Bois_du_Luc
1.520 : KSMP ( ? ) de BOIS-DU-LUC – 1966 /1967 : Lors d’une représentation, photo prise devant la chapelle de Saint-Vaast, en face des « Buissonnets » : Monsieur Krenc ; Casimir Swiderski ; Janek Perzyna ; Wioleta Kielbowicz ; Pan Bardo ; Hélène Golebiowski ; Georges Kiełbowicz ; Alice Bardo ; Kazimir Kiełbowicz ; Jozia ( Josée, Lalunia ) Zawadzki ; Franek Klimanowicz ; Pawel Kondraszuk ; Janek Jozwiak.
1521_KSMP_Charleroi
1.521 : KSMP CHARLEROI – 12/04/1964.
1522_KSMP_Charleroi
1.522 : KSMP CHARLEROI : ( ? ) ; ( ? ) ; ( ? ) ; Anne-Marie Kantyka ; ( ? ) ; ( ? ) ; ( ? ) ; ( ? ) ; ( ? ).
1523_KSMP_Chatelineau
1.523 : KSMP CHÂTELINEAU : Gossens Jean-Claude ; Palamaruk Sophie ; Palamaruk Joseph ; Godzicka Barbara ; Dalgan Paul ; Lewendowska Sabine ; Dudzik Henry ; Markowski Gustave ; Malinska Vanda.
1524_KSMP_Liège
1.524 : KSMP LIÈGE
1525_KSMP_Liège
1.525 : KSMP LIÈGE : André Paterka ; Michel Bomok ; Jean Paluszkiewicz.
1526_KSMP_Mons
1.526 : KSMP MONS : Maria Dudziak ; Serge Préat ; Każa Dudziak ; Bogdan Konarski ; Genevieve Halcuk ; Edward Kucharzewski ; Ingrid Walasiak ; Jean-Pierre Blaszka. Derrière, on devine : … ; Zygmund Mielcarek ; Anne-Marie Mazgaj ; Zdzisław Blaszka.
1527_KSMP_Mons
1.527 : KSMP MONS : Les garçons : Pierre Front ; Michel Mikolajczyk ; Czesiu Kucharzewski. Les filles ?
1528_KSMP_Ressaix
1.528 : KSMP RESSAIX : Dominique Ogonowski ; Eveline Ogonowski ; Thérèse Ogonowski ; ( ? ) …
1529_Wesele na Mazowcze
1.529 : ZWIĄZEK POLAKÓW BOUSSU-BOIS : Représentation de « Wesele mazowieckie » en 1967 ; ( ? ) …. ; Anne-Marie Gilson ; … ; Henryk Tomczak ; … ; ( , ).

 

0201 – KSMP Centre « Orlęta » – de Ressaix

Voici quelques photos du KSMP Centre « Orlęta » de Ressaix. Avant d’évoquer ce sympathique ensemble folklorique, permettez-moi d’ouvrir une petite parenthèse personnelle. Ne soyez pas surpris de voir votre serviteur danser tantôt avec le KSMP de Mons et, à d’autres moments, avec le KSMP de Ressaix … c’est normal. Et je ne suis pas un cas unique, loin de là. Les « transferts » entre KSMP ont toujours existé … pour différentes raisons.

Pour ma part, quand j’ai frappé à la porte du KSMP de Ressaix, dans les premiers jours de 1978, ce n’était pas pour demander l’asile politique. Je n’étais menacé par personne. Je ne craignais pas pour mon intégrité physique. Seulement, après 10 ans de bons et loyaux servir au KSMP de Mons – dont quatre et demi comme président – l’heure était venue pour moi de fonder famille. C’est donc l’asile « sentimental » que j’ai demandé à Ressaix. Mon transfert n’a fait l’objet d’aucune transaction ; il faut dire que les danseurs sont beaucoup moins cotés que les joueurs de football !

Mon implication à Ressaix s’est poursuivie de janvier 1978 à octobre 1981. Et finalement, Eveline – qui a toujours été une membre très active, et même présidente pendant 3 ans – et moi avons quitté ce groupe fin 81.

Mais, dès le début de 1982, nous nous sommes rendu compte que l’ambiance des KSMP nous manquait terriblement. L’envie de danser était plus forte que tout. C’est comme ça que nous sommes revenus vers la région de Mons et rejoint le KSMP local. Pendant un an, nous avons retrouvé ce plaisir indicible d’être sur scène avec des amis. Fin 1982, nos obligations professionnelles nous ont obligés à quitter définitivement l’ambiance joyeuse des KSMP. Et voilà 36 ans que nous sommes … « en manque ».

Mais revenons au KSMP Orlęta. La première chose qui m’a touché quand j’ai débarqué à Ressaix : c’est l’accueil et la simplicité. Je connaissais déjà un peu tout le monde, mais sans vraiment connaître personne. Pourtant, spontanément, les jeunes du KSMP m’ont … « adopté ». Plus tard, j’ai compris que je n’étais pas une exception. A Ressaix, la convivialité, c’était une seconde nature, et les portes ouvertes, ce n’était pas seulement une métaphore … les portes étaient vraiment ouvertes. Et j’ai découvert là des personnalités très attachantes. Toutes méritent d’être mises en lumière … je vais commencer par trois d’entre elles :

Tout d’abord, Danielle Perzyna ( sur les photos 1.492, 1.494, 1.495, 1.500 et 1.501 ) … voilà bien quelqu’un qui mérite toute notre admiration, et pas seulement parce que sa personnalité, timide et effacée, ne lui a pas suffisamment permis de briller comme elle le méritait. C’est sa gentillesse qui éclatait dès qu’elle se mettait à sourire. Sa joie de vivre était communicative. Mais là où elle était extraordinaire, c’est en dansant.

Danielle est « malentendante ». La musique est sans doute pour elle un mystère. Tout ce qui permet aux autres de suivre le rythme, d’être synchronisés, lui est inconnu. Pourtant, elle danse avec une justesse inouïe. Pour avoir souvent dansé avec elle, je peux affirmer que ce fut, à chaque fois, un plaisir. Je ne comprends toujours pas son secret. J’imagine qu’elle arrive à capter les vibrations de son partenaire ?

J’ai envie aussi de parler de ces deux demoiselles ( photo 1.495 ) que nous avons vu débarquer pour la première fois lors d’une répétition. Elles nous ont expliqué qu’elles étaient italiennes et passionnées par la danse folklorique polonaise. Leur souhait … tout simplement intégrer le KSMP de Ressaix. Elles ne connaissaient personne. Elles voulaient juste danser. Cette démarche et cette spontanéité nous ont touchés.

Aujourd’hui, je suis désolé d’avoir oublié leurs noms. Par contre, Je n’ai pas oublié le plaisir que j’ai ressenti à leur apprendre à danser. Elles ont fait un bout de chemin avec nous. Ce fut un bout de chemin très agréable.

Ces exemples, à eux seuls, illustrent parfaitement le formidable pouvoir d’attraction et l’irrésistible envie de participer que le folklore polonais projette. Nous avons eu le privilège de tomber dedans dès notre enfance.

Nous avons eu la chance d’avoir des parents qui nous ont poussés dans cette direction et un environnement culturel qui était déjà organisé et qui n’attendait que nous pour poursuivre son but. Tout ceci explique que nous soyons, encore aujourd’hui, aussi nostalgiques de cette période.

10/12/2018 – JP Dz

1491_KSMP_Centre
1.491 : RESSAIX : KSMP Centre Orlęta – 1959 / 1979 : Autocollant commémoratif des 20 ans d’existence.
1492_KSMP_Centre
1.492 : RESSAIX : KSMP Centre Orlęta – Ośrodek Św. Maksymiliana Kolbe : Debout : Malvina Rusowicz ; Vital Kciuk ; Michel Spiewak ; Danièle Czajkowski ; Danièle Perzyna ; Thérèse Spiewak ; Marilyne Desmet ; Eveline Ogonowski ; Simone Wattiez ; Olek Jelen ; Dominique Ogonowski ; Janeczko Marcin. Accroupis : Freddy ? ; Jean-Michel Deputat ; André Walasczyk ; Jean-Pierre Dziewiacien ; Daniel Kowal.
1493_KSMP_Centre_1977
1.493 : RESSAIX : KSMP Centre Orlęta – 01/05/1977 – Ośrodek Św. Maksymiliana Kolbe : Spectacle pour la bénédiction du drapeau des Dames du Rosaire de Ressaix : Simone Wattiez ; Daniel Kowal ; Irène Sitarz ; Casimir Nowicki ; Bernadette Marszalkowski ; Claude Soulas ; Dominique Ogonowski ; Vital Kciuk ; Eveline Ogonowski ; Jean-Michel Deputat ; Loretta Barbarossa ; Janek Perzyna.
1494_KSMP_Centre
1.494 : RESSAIX : KSMP Centre Orlęta : Debout : Eveline Ogonowski ; Thérèse Ogonowski ; Georges Kiełbowicz ; Christiane Marszalkowski ; Danièle Perzyna ; Nathalie Haine. Accroupis : Janek Perzyna ; Nadine Deputat.
1495_KSMP_Centre
1.495 : RESSAIX : KSMP Centre Orlęta – Ośrodek Św. Maksymiliana Kolbe : Debout : ( ? ) ; Danièle Perzyna ; Thérèse Spiewak ; ( ? ) ; ( ? ). Accroupis : Jean-Pierre Dziewiacien ; Michel Spiewak ; Jean-Michel Deputat ; Dominique Gebka.
1496_KSMP_Centre
1.496 : RESSAIX : KSMP Centre Orlęta : Marilyne Desmet ; Thérèse Spiewak.
1497_KSMP_Centre
1.497 : RESSAIX : KSMP Centre Orlęta : Irène Sitarz ; Bernadette Marszalkowski ; Simone Wattiez ; Dominique Ogonowski ; Eveline Ogonowski.
1498_KSMP_Centre
1.498 : RESSAIX : KSMP Centre Orlęta : A l’avant plan : Bernadette Marszalkowski et Daniel Kowal ; juste derrière : Irène Sitarz et André Cornut ; ….
1499_KSMP_Centre
1.499 : RESSAIX : KSMP Centre Orlęta : A l’avant plan : Eveline Ogonowski et Jean-Michel Deputat ; Irène Sitarz et Vital Kciuk.
1500_KSMP_Centre
1.500 : Sous un chapiteau : KSMP Centre Orlęta : André Walasczyk et Danièle Perzyna ; Vital Kciuk et Danièle Czajkowski ; Michel Spiewak et Marilyne Desmet ; Dominique Gebka et Dominique Ogonowski ; à l’arrière : Olek Jelen.
1501_KSMP_Centre
1.501 : Sous un chapiteau : KSMP Centre Orlęta : Debout : Dominique Ogonowski ; Marilyne Desmet ; Simone Wattiez ; Danièle Perzyna ; Eveline Ogonowski ; Malvina Rusowicz. Accroupis : Jean-Michel Deputat ; Daniel Kowal ; André Walasczyk ; Michel Spiewak ; Jean-Pierre Dziewiacien ; Vital Kciuk.

 

0194 – KSMP Wisła de Châtelineau

Écrit par Jean Dalgan

 Début de l’année 1962, à l’initiative d’un groupe de parents Polonais – dont Monsieur Lewendowski, Monsieur Jean Grzelak, et notre aumônier Pawel Adamski – une association de jeunes catholiques polonais a vu le jour ; elle sera soutenue par l’Église catholique Polonaise. Son but ? Perpétuer la langue et les traditions du folklore polonais. Le KSMP Châtelineau était né … il s’appellera : « Wisła ».

Avant la création de l’association, il existait dans notre ville une association de scouts polonais qui fut dissoute faute d’animateurs. Le 18/03/1962 a eu lieu la désignation des membres de notre premier comité … j’ai été choisi comme premier président. Je ne réalisais pas encore la tâche qui m’attendait !

J’avais reçu la responsabilité de former un comité, à partir du vote des membres inscrits, il sera composé d’une vice-présidente, d’une où d’un secrétaire, d’un trésorier, et de deux contrôleurs. Il me restait à faire appliquer les articles qui régissent notre mouvement dont voici la composition.

La vice-présidente s’appelait Sabine Lewendowski, le trésorier était Paul Dalgan, la secrétaire s’appelait Jean Grzelak, et les deux contrôleurs étaient, Henry Zaroda et Zdzisław Markowski. Sans oublier notre aumônier, qui était le responsable spirituel et garant de l’épanouissement de cette belle jeunesse. Le professeur de danse s’appelait Monsieur Tadeusz Oruba, il travaillait comme délégué au syndicat Chrétien de Charleroi. Le professeur de chant était Monsieur Teodor Losa de Châtelineau. En ce qui concerne le théâtre, nous étions toujours à la recherche d’un talent issu de l’école polonaise de Taillis-Pré. Nous étions : « Prêt à servir la cause » – « Sprawie służ ».

Après deux années d’existence, nous avons réussi à constituer une équipe homogène. Lors de la réunion des KSMP à Bruxelles, nous avons accepté de relever le plus grand défi de notre existence : organiser une rencontre entre les différents KSMP, le merveilleux festival de la jeunesse catholique polonaise de Belgique.

Ceci ne fut pas chose facile, mais grâce à notre enthousiasme, à notre Père Adamski, nos parents, amis proches, nous avons réussi ce défi … et quel merveilleux souvenir reste dans nos mémoires. Merci à toutes les familles qui nous ont aidés, à notre couturière Madame Dudzik, à nos musiciens, à notre professeur de chants et de danse.

Lors des quatre années que j’ai passées à l’association, je me suis attaché à donner à notre jeunesse, une autre vision de la vie qui les attendait, l’espoir qu’il était possible de réussir même si nous étions des enfants issus de l’émigration. Les contacts avec nos parents, nos amis, nos professeurs et le monde qui nous entourait leur ont permis d’avoir l’audace de prouver que les associations étaient un vecteur de réussite dans la vie de chacun. 

Aujourd’hui encore, je dis « Merci à nos parents, à nos amis à toutes les familles Polonaises pour ce bel héritage que vous nous avez laissé, et aux pères et aux mères qui se sont sacrifiés pour nous ».

C’est en 1966 que l’aventure s’est terminée … Nous n’avions plus de local pour nous réunir. L’âge de nos jeunes leur permettait de commencer à aller travailler et de vivre leur vie … Certains ont intégré le KSMP de Charleroi, avec pour bagage tous nos costumes et notre enthousiasme. Moi, j’ai quitté en 1966 et suis parti travailler en Flandre, les contacts sont devenus plus rares. Mon blog m’a permis de retrouver certains d’entre eux, et de les revoir lors de mes visites dans la région de Charleroi.

Sur ce blog, vous trouverez des documents qui racontent les voyages, organisés par notre association, les représentations, et les pèlerinages sur les lieux saints et les cimetières où reposent nos soldats qui ont combattu pendant la seconde guerre. Mais aussi des documents qui témoignent de notre implication, celle des KSMP, dans tout le système des organisations libres polonaises de l’époque, aussi bien à Bruxelles qu’à Comblain-la-Tour. Je vous invite à visionner mon blog pour en savoir plus : http://jeandalgan.wordpress.com.

 Au début, au KSMP Wisła de Châtelineau, nous étions 39 membres inscrits. C’est grâce au livre du trésorier que l’on a pu retracer leurs dates d’entrée en fonction et de sortie, et leurs histoires :

Dalgan Paul                   : février 1962 à décembre 1966 ;
Dalgan Jean                   : février 1962 à février 1965 ;
Dudzik Henry                 : février 1962 à juin 1964 ;
Dudzik Christiane          : février 1962 à septembre 1965 ;
Grzelak Janek                : février 1962 à juillet 1965 ;
Gobzicka barbare           : février 1972 à septembre 1962 ;
Howath Vanda               : février 1962 à octobre 1964 ;
Kruszynski Léon             : février 1962 à février 1963 ;
Kruszynski Walerian      : février 1962 à février 1963 ;
Levendowski Sabine       : février 1962 à mai 1963 ;
Markowski Zdzisław       : février 1962 à mai 1965 ;
Okrzesik Michiel             : février 1962 à juin 1962 ;
Papieź Stanis                  : avril 1964 à mai1964 ;
Ribicka Irèna                  : février 1962 à février 1965 ;
Sienkiewicz Maria          : février 1962 à septembre 1964 ;
Sienkiewicz Jadwiga      : février 1962 à mars 1963 ;
Wąs Czesław                   : novembre 1963 à mai 1964 ;
Zaroda Henry                 : février 1962 à septembre 1965 ;
Malinska Vanda             : février 1962 à octobre 1965 ;
Markowska Zofia           : février 1962 à juin 1962 ;
Palamaruk Sophie         : février 1962 à octobre 1965 ;
Palamaruk Joseph         : février 1962 à mai 1965 ;
Stonczewski Jean           : avril 1962 à juin 1962 ;
Leysen Maryvonne         : mai 1962 à septembre 1962 ;
Kubiak Agniella             : mai 1962 ;
Rosik Zdzisław                : mai 1962 à juin 1962 ;
Celner Thérésa               : juillet 1962 à septembre 1962 ;
Eder Danancha              : juin 1962 septembre 1962 ;
Kruszynski Hélène          : janvier 1963 à février 1963 ;
Goga Victor                    : novembre 1962 à novembre 1964 ;
Cecchi Anna                   : janvier 1963 à juillet 1963 ;
Lykowski Christian        : janvier 1963 à septembre 1963 ;
Kulczycka Jadza             : janvier 1963 à janvier 1964 ;
Goessens Jean Claude   : janvier 1963 à décembre 1964 ;
Tomala Patricia              : janvier 1963 à mars 1964 ;
Lipczyński Bogdan         : avril 1963 à août 1964 ;
Skryzpyzk Vanda            : avril 1963 à janvier 1964.
Vikolin Thérèse              : mai 1963 à août 1963 ;
Majdany Barbara           : juin 1963 à février 1965 ;
Jackowski Bruno           : octobre 1963 à janvier 1964 ;
Zaroda Christine            : janvier 1964 à septembre 1965 ;
Pelek Jean                      : janvier 1964 à juin 1964 ;
Wajtkow Edward            : mars 1964 à avril 1964 ;
Sikorski Stanys               : juin 1964 à juillet 1965 ;
Goga Henry                    : mai 1964 à novembre 1964 ;
Krzysztofik Thérèse        : octobre 1964 à décembre 1965 ;
Toba Christine                : janvier 1965 à mars 1965.
Jackowski Richard et Sałtys Edward : nos deux musiciens ( nasi dwa muzykanczy ) ;
Oruby Tadeusz : professeur de dance ;
Losa Teodor : professeur de chant.

Et en 1965, nous n’étions plus que dix-huit …

22/10/2018 : Jean Dalganhttp://jeandalgan.wordpress.com

Nous reviendrons prochainement sur ce sympathique KSMP, surtout pour situer la ville de Châtelineau et pour évoquer un peu son histoire. On ne manquera pas, non plus de parler des écoles polonaises et des personnes qui ont contribué à cette scolarité.

1427_Chatelineau
1.427 : KSMP CHÂTELINEAU : Debout : Paul Dalgan ; Gustave Markowski ; Léon Kruszynski ; ( ? ) ; ( ? ) ; Henry Zaroda ; Walérian Kruszynski ; Henry Dudzil ; Dalgan Jean ; Accroupis : Maryvone Leysen ; Sophie Palamaruk ; Wanda Howarth ; ( ? ) ; Christiane Dudzik.
1428_Chatelineau
1.428 : KSMP CHÂTELINEAU : Jean-Claude Goessens ; Victor Goga ; Henry Zaroda ; Christiane Dudzik ; Sophie Palamaruk ; ( ? ) ; Vanda Howath ; ( ? ) ; Irène Ribicka ; ( ? ) ; ( ? ).
1429_Chatelineau
1.429 : KSMP CHÂTELINEAU : ( ? ) ; Henry Zaroda ; Joseph Palamaruk ; Paul Dalgan ; ( ? ) ; Gustave Markowski ; Victor Goga ; Henry Dudzik ; Madame Dudzik « notre couturière » ; ( ? ) ; ( ? ) ; Vanda Howath ; ( ? ) ; Christiane Dudzik ; ( ? ) ; ( ? ) ; Sofie Palamaruk ; Irène Ribicka. A genoux : ( ? ) ; ( ? ) ; Théodor Losa.
1430_Chatelineau
1.430 : KSMP CHÂTELINEAU : Debout : ( ? ) ; ( ? ) ; ( ? ) ; Christiane Dudzik ; Paul Dalgan ; Vanda Howath ; Victor Goga ; ( ? ) ; Joseph Palamaruk ; Accroupis : Sofie Palamaruk ; Gustave Markowski ; ( ? ) ; Henry Zaroda ; Irène Ribicka ; ( ? ) ; ( ? ).
1431_Chatelineau
1.431 : KSMP CHÂTELINEAU : Irène Ribicka ; Vanda Howath ; Sophie Palamaruk ; ( ? ) ; ( ? ) ; ( ? ) ; ( ? ) ; Henry Zaroda ; Victor Goga ; Jean-Claude Goessens ; ( ? ).
1432_Chatelineau
1.432 : KSMP CHÂTELINEAU : ( ? ) ; Paul Dalgan ; Gustave Markowski ; ( ? ) ; Henry Zaroda ; Victor Goga ; Joseph Palamaruk ; ( ? ) ; ( ? ) ; Irène Ribicka ; Vanda Howath ; ( ? ) ; Sophie Palamaruk ; ( ? ) ; ( ? ) ; Christine Dudzik.
1433_Chatelineau
1.433 : KSMP CHÂTELINEAU : Jean-Claude Goessens ; Henry Zaroda ; Victor Goga ; ( ? ) ; 1ère ligne : Sophie Palamaruk ; Irène Ribicka ; Vanda Howath ; ( ? ) ; Christine Dudzik ; 2ème ligne : ( ? ) ; ( ? ) ; ( ? ).
1434_Chatelineau
1.434 : KSMP CHÂTELINEAU : ( ? ) ; ( ? ) ; ( ? ) ; Paul Dalgan ; Gustave Markowski ; ( ? ) ; Henry Zaroda ; Victor Goga ; Joseph Palamaruk ; ( ? ). Sophie Palamaruk ; ( ? ) ; Christiane Dudzik ; Irène Ribicka ; Joseph Palamaruk ; Paul Dalgan ; ( ? ) ; Jean Dalgan .
1435_Chatelineau
1.435 : KSMP CHÂTELINEAU : Paul Dalgan.
1436_Chatelineau
1.436 : KSMP CHÂTELINEAU : ( ? ) ; Paul Dalgan ; ( ? ) ; Henry Zaroda ; Victor Goga ; Joseph Palamaruk ; ( ? ) ; Irène Ribicka ; Vanda Howath ; ( ? ) ; Sophie Palamaruk ; ( ? ) ; ( ? ) ; Christine Dudzik.