Quiz n° 04, 05 et 06 :

On joue ?

Allez, on change de région. Avec ces trois-là, on a encore l’impression d’être à Comblain-la-Tour. Vous les reconnaissez ?

Quiz_04
Quiz n° 04 :  Elisabeth Rozenski ; Jef Rozenski ; Piotr Rozenski ; Les enfants devant, peut-être Claudia et Davy Krol ; les sœurs Danko ; Tamara Pawlowski ?
Quiz_05
Quiz n° 05 : RESSAIX : Accroupis, Denis Haine ; Katty Swiderski ; Beata Kotara ; Frédéric Swiderski ; Freddy Kieltyka ; Annie Kielltyka ; ? Stachura ; debout, Isabelle Swiderski ; Michel Spiewak ; ? Stachura ; Richard Szymczak ; Thérèse Spiewak ; Nathalie Swiderski ; Véronique Swiderski ; et Ks Kurzawa.
Quiz_06_Anne_Wuidar
Quiz n° 06 : Anne Wuidar ; ( ? ).

 

Publicités

0195 – Pan Robert Wojda

« Le bonheur ne fleurit bien que dans la pénombre ». Cette citation d’Arthur Masson colle parfaitement au personnage auquel j’ai envie aujourd’hui de rendre hommage : Pan Robert Wojda.

Ne cherchez pas dans le dictionnaire, ni sur Wikipédia, vous ne le trouverez pas. Et si malgré tout vous persistez à chercher, vous en trouverez quelques-uns qui portent le même nom … mais ce n’est pas lui. Celui dont il est question aujourd’hui est le plus discret des hommes. Pourtant, il mérite largement que nous lui consacrions quelques lignes. Je m’excuse déjà, auprès de lui, de le mettre ainsi à la lumière …

Tous ceux qui sont passés, comme ça à l’improviste, par Comblain-la-Tour il y a quelques années – je veux parler des environs des années 2010 – en ont gardé un sentiment particulier … presque désagréable. C’est surtout le souvenir d’une odeur, forte, acre et déplaisante qui s’exhalait du parc. L’ail des ours avait envahi la totalité des lieux … on ne distinguait plus où étaient les allées, on ne savait plus où commençaient les pelouses … Et pour célébrer encore mieux sa victoire, l’ail empestait sa plus mauvaise haleine. C’en était presque écœurant. Du coup, notre merveilleux parc faisait pâle figure ; on aurait dit qu’il avait abandonné la partie !

Aujourd’hui, il est redevenu magnifique. Que s’est-il passé entre-temps ? Qui a pris sa défense ? Qui a relevé ce défi fou de rendre sa splendeur au « petit paradis » de notre enfance ? C’est Monsieur Robert Wojda.

Quand vous viendrez à Comblain-la-Tour, je vous encourage à flâner à travers ce havre de paix, à prendre du temps pour redécouvrir les lieux, à vous émerveiller devant tel arbre ou telles fleurs et surtout … à méditer sur l’incroyable travail qu’il a fallu pour rendre, à ce jardin, son lustre d’antan.

À présent, l’ail des ours a disparu. Elle n’a pas fait le poids devant la détermination du jardinier. Et ce n’est pas, non plus, un été caniculaire, plus une sécheresse historique et encore une tornade mémorable qui vont décourager ce travailleur acharné. À chacun sa manière de s’exprimer ! Mais rendre les choses plus belles – et parfois plus belles qu’elles ne le sont vraiment dans la vie ou dans la nature – n’est-ce pas la manière la plus altruiste de répandre le bonheur autour de soi ?

Inutile de chercher Pan Robert pour le féliciter. D’ailleurs, vous aurez beaucoup de mal à le trouver … sa discrétion est si importante pour lui, qu’il semble presque invisible. Si vous voulez vraiment le voir, cherchez le tracteur, il sera dessus ou à côté … il aura des outils en main … il sera en train de ratisser, de tailler, de tondre, de planter, de récolter, … Car en plus de l’avoir rendu « beau », il l’a rendu aussi « utile ». Aujourd’hui, des petits potagers, particulièrement bien implantés, fournissent les légumes avec lesquels les cuisinières font des merveilles et dont les enfants raffolent.

Et si par hasard, vous croisez quand même Pan Robert, n’allez pas le déranger … vous le mettriez mal à l’aise. Faites-lui un sourire et un petit signe de la main pour lui montrer votre gratitude. Il en sera ému et ne demande pas plus.

Pour qu’un jardin devienne un « Versailles », il suffit qu’il trouve Son jardinier … avec Pan Robert, nous, on a trouvé Le Nôtre.

29/10/2018 – JP Dz

PENTAX DIGITAL CAMERA
1.437 : COMBLAIN-LA-TOUR : Dans le parc : Le tracteur.
PENTAX DIGITAL CAMERA
1.438 : COMBLAIN-LA-TOUR : Dans le parc : Monsieur Robert Wojda, sur son tracteur.
1439
1.439 : COMBLAIN-LA-TOUR : Dans le parc : Monsieur Robert Wojda, au secours des arbres après la tornade.
1440
1.440 : COMBLAIN-LA-TOUR : Dans le parc : Lutek Kurek et Robert Wojda.
1441
1.441 : COMBLAIN-LA-TOUR : Le parc.
1442
1.442 : COMBLAIN-LA-TOUR : Le parc.
1443
1.443 : COMBLAIN-LA-TOUR : Le parc.
1444
1.444 : COMBLAIN-LA-TOUR : Le parc.
1445
1.445 : COMBLAIN-LA-TOUR : Le parc.
1446
1.446 : COMBLAIN-LA-TOUR : Le parc.

Quiz 02 et 03 :

Je vous rappelle le nom du jeu : « Cette photo n’a pas été prise à Comblain … pourtant, elle aurait pu … tellement les figurants sont tous associés, dans notre mémoire, à Comblain. Vous reconnaissez qui ? ». Et comme promis … on change de région : Quiz n° 02 :

Quiz_02
Quiz 02 :  KSMP LIEGE : Au premier rang : Richard Chwoszcz ; Georges Załobek ; le frère de Christiane Switon ; le grand Jacques ( Jacek ) Brych. Deuxième rang : Wladzia Birbalo ; Marysia Knoll ; Aline Jarosz ; Mirka Patalas ; Fabienne Laffut ; Béatrice Laffut. Au troisième rang : Christiane Switon ; Brigitte Witecki ; Francine Załobek ; Monique Kiełtyka.
Quiz_03_juin_1967
Quiz 03 :  KSMP MONS : Anne-Marie Mazgaj ; Urszula Twardowska ; André Karasiński ; Zdzisław Blaszka ; Zygmund Mielcarek ; Edward Kucharzewski ; Mr Walentyn Chmielecki.

0194 – KSMP Wisła de Châtelineau

Écrit par Jean Dalgan

 Début de l’année 1962, à l’initiative d’un groupe de parents Polonais – dont Monsieur Lewendowski, Monsieur Jean Grzelak, et notre aumônier Pawel Adamski – une association de jeunes catholiques polonais a vu le jour ; elle sera soutenue par l’Église catholique Polonaise. Son but ? Perpétuer la langue et les traditions du folklore polonais. Le KSMP Châtelineau était né … il s’appellera : « Wisła ».

Avant la création de l’association, il existait dans notre ville une association de scouts polonais qui fut dissoute faute d’animateurs. Le 18/03/1962 a eu lieu la désignation des membres de notre premier comité … j’ai été choisi comme premier président. Je ne réalisais pas encore la tâche qui m’attendait !

J’avais reçu la responsabilité de former un comité, à partir du vote des membres inscrits, il sera composé d’une vice-présidente, d’une où d’un secrétaire, d’un trésorier, et de deux contrôleurs. Il me restait à faire appliquer les articles qui régissent notre mouvement dont voici la composition.

La vice-présidente s’appelait Sabine Lewendowski, le trésorier était Paul Dalgan, la secrétaire s’appelait Jean Grzelak, et les deux contrôleurs étaient, Henry Zaroda et Zdzisław Markowski. Sans oublier notre aumônier, qui était le responsable spirituel et garant de l’épanouissement de cette belle jeunesse. Le professeur de danse s’appelait Monsieur Tadeusz Oruba, il travaillait comme délégué au syndicat Chrétien de Charleroi. Le professeur de chant était Monsieur Teodor Losa de Châtelineau. En ce qui concerne le théâtre, nous étions toujours à la recherche d’un talent issu de l’école polonaise de Taillis-Pré. Nous étions : « Prêt à servir la cause » – « Sprawie służ ».

Après deux années d’existence, nous avons réussi à constituer une équipe homogène. Lors de la réunion des KSMP à Bruxelles, nous avons accepté de relever le plus grand défi de notre existence : organiser une rencontre entre les différents KSMP, le merveilleux festival de la jeunesse catholique polonaise de Belgique.

Ceci ne fut pas chose facile, mais grâce à notre enthousiasme, à notre Père Adamski, nos parents, amis proches, nous avons réussi ce défi … et quel merveilleux souvenir reste dans nos mémoires. Merci à toutes les familles qui nous ont aidés, à notre couturière Madame Dudzik, à nos musiciens, à notre professeur de chants et de danse.

Lors des quatre années que j’ai passées à l’association, je me suis attaché à donner à notre jeunesse, une autre vision de la vie qui les attendait, l’espoir qu’il était possible de réussir même si nous étions des enfants issus de l’émigration. Les contacts avec nos parents, nos amis, nos professeurs et le monde qui nous entourait leur ont permis d’avoir l’audace de prouver que les associations étaient un vecteur de réussite dans la vie de chacun. 

Aujourd’hui encore, je dis « Merci à nos parents, à nos amis à toutes les familles Polonaises pour ce bel héritage que vous nous avez laissé, et aux pères et aux mères qui se sont sacrifiés pour nous ».

C’est en 1966 que l’aventure s’est terminée … Nous n’avions plus de local pour nous réunir. L’âge de nos jeunes leur permettait de commencer à aller travailler et de vivre leur vie … Certains ont intégré le KSMP de Charleroi, avec pour bagage tous nos costumes et notre enthousiasme. Moi, j’ai quitté en 1966 et suis parti travailler en Flandre, les contacts sont devenus plus rares. Mon blog m’a permis de retrouver certains d’entre eux, et de les revoir lors de mes visites dans la région de Charleroi.

Sur ce blog, vous trouverez des documents qui racontent les voyages, organisés par notre association, les représentations, et les pèlerinages sur les lieux saints et les cimetières où reposent nos soldats qui ont combattu pendant la seconde guerre. Mais aussi des documents qui témoignent de notre implication, celle des KSMP, dans tout le système des organisations libres polonaises de l’époque, aussi bien à Bruxelles qu’à Comblain-la-Tour. Je vous invite à visionner mon blog pour en savoir plus : http://jeandalgan.wordpress.com.

 Au début, au KSMP Wisła de Châtelineau, nous étions 39 membres inscrits. C’est grâce au livre du trésorier que l’on a pu retracer leurs dates d’entrée en fonction et de sortie, et leurs histoires :

Dalgan Paul                   : février 1962 à décembre 1966 ;
Dalgan Jean                   : février 1962 à février 1965 ;
Dudzik Henry                 : février 1962 à juin 1964 ;
Dudzik Christiane          : février 1962 à septembre 1965 ;
Grzelak Janek                : février 1962 à juillet 1965 ;
Gobzicka barbare           : février 1972 à septembre 1962 ;
Howath Vanda               : février 1962 à octobre 1964 ;
Kruszynski Léon             : février 1962 à février 1963 ;
Kruszynski Walerian      : février 1962 à février 1963 ;
Levendowski Sabine       : février 1962 à mai 1963 ;
Markowski Zdzisław       : février 1962 à mai 1965 ;
Okrzesik Michiel             : février 1962 à juin 1962 ;
Papieź Stanis                  : avril 1964 à mai1964 ;
Ribicka Irèna                  : février 1962 à février 1965 ;
Sienkiewicz Maria          : février 1962 à septembre 1964 ;
Sienkiewicz Jadwiga      : février 1962 à mars 1963 ;
Wąs Czesław                   : novembre 1963 à mai 1964 ;
Zaroda Henry                 : février 1962 à septembre 1965 ;
Malinska Vanda             : février 1962 à octobre 1965 ;
Markowska Zofia           : février 1962 à juin 1962 ;
Palamaruk Sophie         : février 1962 à octobre 1965 ;
Palamaruk Joseph         : février 1962 à mai 1965 ;
Stonczewski Jean           : avril 1962 à juin 1962 ;
Leysen Maryvonne         : mai 1962 à septembre 1962 ;
Kubiak Agniella             : mai 1962 ;
Rosik Zdzisław                : mai 1962 à juin 1962 ;
Celner Thérésa               : juillet 1962 à septembre 1962 ;
Eder Danancha              : juin 1962 septembre 1962 ;
Kruszynski Hélène          : janvier 1963 à février 1963 ;
Goga Victor                    : novembre 1962 à novembre 1964 ;
Cecchi Anna                   : janvier 1963 à juillet 1963 ;
Lykowski Christian        : janvier 1963 à septembre 1963 ;
Kulczycka Jadza             : janvier 1963 à janvier 1964 ;
Goessens Jean Claude   : janvier 1963 à décembre 1964 ;
Tomala Patricia              : janvier 1963 à mars 1964 ;
Lipczyński Bogdan         : avril 1963 à août 1964 ;
Skryzpyzk Vanda            : avril 1963 à janvier 1964.
Vikolin Thérèse              : mai 1963 à août 1963 ;
Majdany Barbara           : juin 1963 à février 1965 ;
Jackowski Bruno           : octobre 1963 à janvier 1964 ;
Zaroda Christine            : janvier 1964 à septembre 1965 ;
Pelek Jean                      : janvier 1964 à juin 1964 ;
Wajtkow Edward            : mars 1964 à avril 1964 ;
Sikorski Stanys               : juin 1964 à juillet 1965 ;
Goga Henry                    : mai 1964 à novembre 1964 ;
Krzysztofik Thérèse        : octobre 1964 à décembre 1965 ;
Toba Christine                : janvier 1965 à mars 1965.
Jackowski Richard et Sałtys Edward : nos deux musiciens ( nasi dwa muzykanczy ) ;
Oruby Tadeusz : professeur de dance ;
Losa Teodor : professeur de chant.

Et en 1965, nous n’étions plus que dix-huit …

22/10/2018 : Jean Dalganhttp://jeandalgan.wordpress.com

Nous reviendrons prochainement sur ce sympathique KSMP, surtout pour situer la ville de Châtelineau et pour évoquer un peu son histoire. On ne manquera pas, non plus de parler des écoles polonaises et des personnes qui ont contribué à cette scolarité.

1427_Chatelineau
1.427 : KSMP CHÂTELINEAU : Debout : Paul Dalgan ; Gustave Markowski ; Léon Kruszynski ; ( ? ) ; ( ? ) ; Henry Zaroda ; Walérian Kruszynski ; Henry Dudzil ; Dalgan Jean ; Accroupis : Maryvone Leysen ; Sophie Palamaruk ; Wanda Howarth ; ( ? ) ; Christiane Dudzik.
1428_Chatelineau
1.428 : KSMP CHÂTELINEAU : Jean-Claude Goessens ; Victor Goga ; Henry Zaroda ; Christiane Dudzik ; Sophie Palamaruk ; ( ? ) ; Vanda Howath ; ( ? ) ; Irène Ribicka ; ( ? ) ; ( ? ).
1429_Chatelineau
1.429 : KSMP CHÂTELINEAU : ( ? ) ; Henry Zaroda ; Joseph Palamaruk ; Paul Dalgan ; ( ? ) ; Gustave Markowski ; Victor Goga ; Henry Dudzik ; Madame Dudzik « notre couturière » ; ( ? ) ; ( ? ) ; Vanda Howath ; ( ? ) ; Christiane Dudzik ; ( ? ) ; ( ? ) ; Sofie Palamaruk ; Irène Ribicka. A genoux : ( ? ) ; ( ? ) ; Théodor Losa.
1430_Chatelineau
1.430 : KSMP CHÂTELINEAU : Debout : ( ? ) ; ( ? ) ; ( ? ) ; Christiane Dudzik ; Paul Dalgan ; Vanda Howath ; Victor Goga ; ( ? ) ; Joseph Palamaruk ; Accroupis : Sofie Palamaruk ; Gustave Markowski ; ( ? ) ; Henry Zaroda ; Irène Ribicka ; ( ? ) ; ( ? ).
1431_Chatelineau
1.431 : KSMP CHÂTELINEAU : Irène Ribicka ; Vanda Howath ; Sophie Palamaruk ; ( ? ) ; ( ? ) ; ( ? ) ; ( ? ) ; Henry Zaroda ; Victor Goga ; Jean-Claude Goessens ; ( ? ).
1432_Chatelineau
1.432 : KSMP CHÂTELINEAU : ( ? ) ; Paul Dalgan ; Gustave Markowski ; ( ? ) ; Henry Zaroda ; Victor Goga ; Joseph Palamaruk ; ( ? ) ; ( ? ) ; Irène Ribicka ; Vanda Howath ; ( ? ) ; Sophie Palamaruk ; ( ? ) ; ( ? ) ; Christine Dudzik.
1433_Chatelineau
1.433 : KSMP CHÂTELINEAU : Jean-Claude Goessens ; Henry Zaroda ; Victor Goga ; ( ? ) ; 1ère ligne : Sophie Palamaruk ; Irène Ribicka ; Vanda Howath ; ( ? ) ; Christine Dudzik ; 2ème ligne : ( ? ) ; ( ? ) ; ( ? ).
1434_Chatelineau
1.434 : KSMP CHÂTELINEAU : ( ? ) ; ( ? ) ; ( ? ) ; Paul Dalgan ; Gustave Markowski ; ( ? ) ; Henry Zaroda ; Victor Goga ; Joseph Palamaruk ; ( ? ). Sophie Palamaruk ; ( ? ) ; Christiane Dudzik ; Irène Ribicka ; Joseph Palamaruk ; Paul Dalgan ; ( ? ) ; Jean Dalgan .
1435_Chatelineau
1.435 : KSMP CHÂTELINEAU : Paul Dalgan.
1436_Chatelineau
1.436 : KSMP CHÂTELINEAU : ( ? ) ; Paul Dalgan ; ( ? ) ; Henry Zaroda ; Victor Goga ; Joseph Palamaruk ; ( ? ) ; Irène Ribicka ; Vanda Howath ; ( ? ) ; Sophie Palamaruk ; ( ? ) ; ( ? ) ; Christine Dudzik.

 

Quiz 01 :

Et si on jouait ?

Le jeu s’appelle : « Cette photo n’a pas été prise à Comblain … pourtant, elle aurait pu … tellement les figurants sont tous associés, dans notre mémoire, à Comblain. Vous reconnaissez qui ? ».

Oui, je sais, le titre est un peu long … mais l’avantage, c’est qu’une fois qu’on a lu le titre … on a déjà compris le principe et la règle. Voici le quiz n° 01 :

Quiz_01
Quiz n° 01 : voir réponse plus bas.
Quiz_01__bis
Quiz 01 : KSMP CHARLEROI : 1 = ( ? ) ; 2 = Isabelle Celczynski ; 3 = Alain Kisiel ; 4 = ( ? ) ; 5 = ( ? ) ; 6 = Barbara Trytko ; 7 = André Celczynski, frère d’isabelle ; 8 = ( ? ) ; 9 = ( ? ) ; 10 = Cathy Cieslik, la nièce de Annick Majchrowski ; 11 = Dominique Stefanski ; 12 = Christine Piech ; 13 = Hélène Piech ; 14 = Anna Mazur ( épouse Wojcik ), la chorégraphe ; 15 = Sabine ? ; 16 = Christine Stefanski ; 17 = Annick Majchrowski ; 18 = Anne-marie kantyka ; 19 = ( ? ) ; 20 = Ks Müller.

0193 -Revisitons Comblain ( 20 ) : Les carrières

On a du mal à s’imaginer aujourd’hui que Comblain-la-Tour ait pu avoir un passé industriel ! Déjà quand nous étions enfants, lors de nos promenades à travers le village, nous ne supposions pas que Comblain puisse être autre chose que ce paisible et accueillant petit coin des Ardennes.

Bien sûr, çà et là, on voyait bien des vestiges de quelques bâtiments abandonnés, des trous et des monticules qui n’avaient rien de naturels, des décombres, des amoncellements de pierres … Mais le décor grandiose qui enveloppait tout ça, rendait le tableau si harmonieux qu’aucun d’entre nous n’osait penser qu’ici – quelques années plus tôt – c’était une zone d’exploitation industrielle ! Nous sommes sur la route entre la gare et le camp des gitans.

Imaginez-vous ici, avant la 1ère guerre mondiale ou juste après … De chaque côté de la rivière, des centaines d’ouvriers s’activant sur les versants des collines … un bruit de machines permanent, ponctué par des explosions de mines … un charroi incessant de tombereaux remplis de pierres … des wagonnets chargés se dirigeant vers la gare, d’autres vides remontant les pentes vers les lieux d’extraction, d’autres encore suspendus au-dessus de l’Ourthe … Qui mieux que Mr Fernand Dussart pourrait vous décrire l’animation qui régnait alors ; voici ce qu’il raconte dans les Échos de Comblain de 1969 et 1970 :
« Du matin au soir, la vallée retentissait de bruits divers : le halètement des moteurs des concasseurs, le broyage du grès par les grosses lames d’acier, le chargement des pierres dans les wagonnets en tôle forte, le sifflement des locomotives, la détonation de mines. 1 ».

« Toutes ces carrières, la Heid de Géromont, la Heid Keppenne, Lawé ( la famille Pirotton ), les 2 sièges des Hayîres, la Niblonheid ( Mr Hody ), La Batterie ( Mr Spineux ), couvraient une superficie de plusieurs hectares, formaient un secteur industriel actif et prospère, et procuraient du travail à un grand nombre d’ouvriers ».

« À l’approche de l’explosion d’une mine, le dirigeant de la carrière devait parfois interrompre toute la circulation. Les gens qui se rendaient d’un Comblain à l’autre ( le plus souvent à pied ) soit par la grand-route, soit par le chemin du Fond de Lawé se trouvaient tout à coup devant un carrier brandissant un drapeau rouge : cet ouvrier maintenait les passants à distance respectable du lieu de l’explosion, tandis qu’un autre carrier, par des coups brefs et répétés de son cornet d’alarme, invitait ses compagnons de travail à se mettre à l’abri. L’attente durait quelques minutes, puis, c’était la déflagration, avec un bruit sourd et, dans un gros nuage de poussière, une partie du rocher s’affaissait, cependant que ces pierres étaient projetées dans toutes les directions. Cette opération procurait du travail au personnel pour plusieurs semaines. 1 ».

« Les principaux puits d’extraction se trouvaient au sommet de la montagne, les marchandises étaient descendues au moyen de plans inclinés installés à même la colline. Ces plans se composaient d’une voie de chemin de fer à écartement réduit sur laquelle circulaient les berlines. Celles-ci étaient tirées ou retenues selon le cas par un solide câble d’acier tressé s’enroulant sur un treuil installé au faîte de la ligne. La circulation s’effectuait automatiquement en ce sens que la berline chargée à la descente assurait la remontée de la berline vide. Ces berlines se croisaient au centre de la ligne au moyen d’un morceau de voie supplémentaire raccordée à la voie principale par des aiguillages fonctionnant, eux aussi, automatiquement. »

Difficile d’évoquer ici, en détail, chacune des exploitations. J’en évoquerai seulement quelques-unes.
Rive droite, sur le chemin vers le camp des gitans, il y avait les deux sièges des Hayires, dont les déblais remplissaient l’ancienne carrière de la Heid Dronette. Jusque 200 ouvriers, dont des anciens de la construction du chemin de fer y travailleront. Avant la première guerre mondiale, les Hayires exploitaient aussi un puits de l’autre côté de l’Ourthe, derrière les maisons Rollin et Pierrard. Les produits de la rive gauche étaient alors acheminés vers la rive droite ( et le concasseur ) par un chemin de fer aérien ( bennes suspendues à un câble ). Après 1919, l’aérien ne sera plus remis en service … des tombereaux tirés par des chevaux prendront la relève.
1924, verra la mise en service d’un gros compresseur du type Awans-François, un concasseur granulateur et un gros concasseur primaire.

En 1944, les Américains réquisitionnèrent les débris de la Heid Dronette afin de colmater les trous causés par leur charroi sur les routes du ravitaillement du front. Les Hayires seront exploitées jusqu’en 1956.
Ses dernières fournitures serviront à la réparation des digues hollandaises rompues par les marées violentes de l’hiver 1953.

De l’autre côté de l’Ourthe : on exploitait le Trou Bodson dont la production était acheminée par « l’aérien » vers le concasseur des Hayires, jusqu’en 1914. Rappelons que sur cette rive gauche, il y avait aussi la Batterie ( de chanvre ) qui était le lieu de lavage du minerai de fer descendu de Géromont. Voilà pourquoi, la route qui va à Comblain-au-Pont s’appelle la Rue de la Batterie … eh non, ça n’a rien à voir avec le festival de jazz …
À Géromont, on exploitait aussi des carrières de grès, d’abord à ciel ouvert, ensuite en sous-terrain en s’enfonçant dans le flanc de la colline.

Quant à la carrière du Chirmont, elle fut abandonnée lors de la disparition des « betchètes » qui évacuaient sa production. Enfin, la Carrière du Lawé, ses ouvriers posent ici sur la photo 1.426. À l’extrême droite, Félix Pirotton mort à 53 ans de la silicose, comme beaucoup d’autres.

Tout ce petit monde cohabitait et peinait à la tâche souvent bien rude, mais n’oubliait cependant pas de se réjouir et s’amuser quand l’occasion se présentait, ce qui  nécessitait la présence d’estaminets où on pouvait venir boire  un verre et oublier les aléas de l’existence …
« Les cabarets abondaient à l’époque ( 1920 ). On en trouvait deux à Pod là ( Flagothier et Colson ), deux sur le Wez ( Bougelet et Coquay ), deux au Tram ( Dadoumont et Demarteau ), deux au village ( Célestine Pirotton et Victor Dadoumont )… + celui d’Eugène Storder … Sur la route de l’École, il y avait encore 2 maisons où l’on vidait la goutte ( Léonie Pirotton et Marie Voisin ). Le quartier des hauteurs était aussi très bien alimenté avec le café Théophile Poncin au Batty, celui d’Alfred Paulus ( Darville ) et celui d’Alphonsine Rouvroy ( maison de Mme Marie Brasseur ). » 2. Si vous comptez bien, ça en fait … 14 ! 

En plus, « Chaque dimanche, la petite salle de danse de l’établissement Bougelet ( Rue du Parc ) était ouverte aux amateurs. Pour 25 centimes, la « Musique » ( li wigne ) ( ? ) vous dispensait le morceau de votre choix. Aux jours de fête, des bals étaient organisés non seulement dans les salles mais aussi dans plusieurs cafés. Et déjà, on commençait à délaisser nos vieilles « polkas et autres mazurkas » pour les danses dites modernes. » 2.
Pas mal pour un petit village modeste, calme et tranquille … 

Aujourd’hui, Comblain c’est un peu la « Belle au grès dormant » … mais comme il n’est pas de prince ( capitaine d’industrie ) qui puisse la tirer de sa torpeur par un doux baiser ( beau projet ), il n’en reste pas moins le Centre Millenium dont l’animation et les soirées valent bien l’ambiance de quelques estaminets …

15/10/2018 – JP Dz

Pour revoir tous les épisodes précédents : https://anciensdecomblain.com/

1 : Extrait des Échos de Comblain de novembre 1969 ; page 84
2 : Extrait des Échos de Comblain d’octobre 1970 ; page 77

1419
1.419 : COMBLAIN-LA-TOUR : Les carrières : Vue sur les Hayires.
1420
1.420 : COMBLAIN-LA-TOUR : Les carrières.
1421
1.421 : COMBLAIN-LA-TOUR : Les carrières.
1422
1.422 : COMBLAIN-LA-TOUR : Les carrières.
1423
1.423 : COMBLAIN-LA-TOUR : Les carrières.
1424
1.424 : COMBLAIN-LA-TOUR : Les carrières.
1425
1.425 : COMBLAIN-LA-TOUR : Les carrières.
1426
1.426 : COMBLAIN-LA-TOUR : Les carrières : Les ouvriers de la carrière du Lawé. A l’extrême droite, Félix Pirotton, mort à 53 ans de la silicose, comme tant d’autres.

Janek Konarski

C’est la loi des séries … des mauvaises séries ! Je dois, à nouveau, vous annoncer une très mauvaise nouvelle : notre ami Janek Konarski vient de décéder subitement des suites d’un AVC. Janek était un Ancien de Comblain et un Ancien du KSMP de Mons.

Nous avons eu le privilège de le rencontrer régulièrement quand nous étions adolescents. Son amitié nous était chère et on appréciait tant sa bonne humeur que son sérieux.

Même si nous nous étions perdus de vue depuis de nombreuses années, son souvenir nous était agréable. J’ai donc été très heureux de le retrouver, ce 15 septembre 2018, lors d’une fête de famille ou presque toute la famille Konarski était présente. C’est à eux que je pense aujourd’hui, à son épouse, ses enfants et petits-enfants, à sa maman, ses sœurs Christiane et Danielle, ses frères Bogdan, Richard et Michel, ainsi qu’à toute la famille.

Au nom des Anciens de Comblain, je vous présente nos plus sincères condoléances.

Jean-Pierre Dziewiacien

0035
35 : COMBLAIN-LA-TOUR : Quelque part dans les bois : Freddy Fiutowski ; Janek Konarski.
571_1975
571 : COMBLAIN-LA-TOUR – 1975 : Cours de moniteurs : Au premier rang : Martine Brzezicha ; Zuhal Gunal ; Micheline Zwierzyk ; Alexis Łagocki ; Deuxième rang : Ks Kurzawa ; Thérèse Dudziak ; ( ? ) ; Dominique Ogonowski ; Isabella Cosaro ; Géniu Bujanowski ; Troisième rang : ( ? ) ; ( ? ) ; ( ? ) ; ( ? ) ; ( ? ) ; ( ? ) ; ( ? ) ; Zosia Król ; Jean-Pierre Dziewiacien ; Pierre Front ; ( ? ) ; Edward ( ? ) d’Allemagne ; Dernier rang : Mr Rusowicz ; ( ? ) ; Mr Franek Bujanowski ; Mr Bardo ; Janek Konarski ; Regina Gymza ; Mr Léon Czak ; Marek Bujanowski ; Malvina Rusowicz ; ( ? ) ; ( ? ), ces 2 derniers d’Allemagne aussi, c’était la première fois qu’il y avait des allemands pour les cours de moniteurs.
603
603 : BINCHE : Devant l’hôtel de ville, pour un festival des KSMP : Accroupis : Annie Nowicki ; Zuhal Gunal ; Micheline Zwierzyk ; Czesiu Kucharzewski ; Debouts : Regina Gymza ; Annie Borowski ; Hélène Borowski ; Isabella Cosaro ; Annie Wisła ; Zosia Król ; Janek Konarski.
731
731 : COMBLAIN-LA-TOUR : Dans le parc, en couleur : Le moniteur Janek Konarski ; ( ? ) ; … ; derrière, Alexis Łagocki ; ( ? ) ; ( ? ).
1030
1.030 : COMBLAIN-LA-TOUR : A la gare : Accroupis : Lydia Młynarski ; Jean-Pierre Dziewiacien ; Alexandre Persich ; Micheline Zwierzyk ; Czesiu Kucharzewski ; Franca Fisher. Debouts : ( ? ) ; Janek Konarski ; Zosia Król ; Monica Nauschutz ; Michel Konarski ; Richard Konarski ; Patrick Madaj ; Regina Gymza ; ( ? ) ; Isabella Cosaro ; ( ? ) ; Alexis Łagocki ; Hélène Borowski ; Zuhal Gunal ; Igor Gymza ; Georges Persich ; Danielle Konarski ; ( ? ).
Ce_15_septembre_2018
RESSAIX – 15/09/2018 : Aux 60 ans de Pierre Front : Debout : Bogdan Konarski ; Christiane Konarski ; Jean-Pierre Dziewiacien ; Pierre Front ; Janek Konarski ; Assis : Richard Konarski ; Eveline Ogonowski ; Danielle Konarski.