0277 – Comblain-la-Tour à l’heure du Jamboree

Voici encore des photos du fameux jamboree de 1982 à Comblain-la-Tour. Ces photos retracent quelques moments forts de ce rassemblement mondial. En même temps … j’ai l’impression que durant ces quatorze jours de fête, il n’y a eu QUE des moments forts ! À chaque instant il se passait quelque chose ! C’était tantôt sur le terrain de football, tantôt dans les rues du village, tantôt sur le chemin vers la petite église. Ici … personne ne s’est ennuyé … ni les innombrables participants … ni les comblinois.

J’aime beaucoup les 2 photos où ces demoiselles de couleur sont les vedettes … la Pologne n’est jamais aussi belle que quand elle accueille la diversité !

Et comme à chaque fois … tout s’est terminé par un immense ognisko … celui-ci a eu lieu dans le Parc Biron. Souvenirs inoubliables et renommée qui ont largement dépassé les frontières du royaume de Belgique.

18/05/2020 – JP Dz

2292
2.292 : COMBLAIN-LA-TOUR – 1982 : À l’heure du Jamboree : Sur le terrain de football : ( ? ) ; … ; ( ? ) ; Dr Rudolf Wilczek ; ( ? ) ; … ; Mr Edward Pomorski ; Mr Mieczysław Dulak ; ( ? ) ; … ; Mr Stefan Paterka ; …
2293
2.293 : COMBLAIN-LA-TOUR – 1982 : À l’heure du Jamboree : Sur le terrain de football : ( ? ) ; … ; ( ? ).
2294
2.294 : COMBLAIN-LA-TOUR – 1982 : À l’heure du Jamboree : Sur le terrain de football : ( ? ) ; … ; ( ? ).
2295
2.295 : COMBLAIN-LA-TOUR – 1982 : À l’heure du Jamboree : Dans le parc du centre Millennium : ( ? ) ; … ; ( ? ).
2296
2.296 : COMBLAIN-LA-TOUR – 1982 : À l’heure du Jamboree : Sur le terrain de football : ( ? ) ; … ; ( ? ).
2297
2.297 : COMBLAIN-LA-TOUR – 1982 : À l’heure du Jamboree : Sur le terrain de football : ( ? ) ; … ; ( ? ).
2298
2.298 : COMBLAIN-LA-TOUR – 1982 : À l’heure du Jamboree : ( ? ) ; … ; ( ? ) .
2299
2.299 : COMBLAIN-LA-TOUR – 1982 : À l’heure du Jamboree : ( ? ) ; … ; ( ? ) .
2300
2.300 : COMBLAIN-LA-TOUR – 1982 : À l’heure du Jamboree : Sur le terrain de football : ( ? ) ; … ; ( ? ) ; Monseigneur Szczepan Wesoły ; ( ? ).
2301
2.301 : COMBLAIN-LA-TOUR – 1982 : À l’heure du Jamboree : Sur le terrain de football : ( ? ) ; … ; ( ? ).
2302
2.302 : COMBLAIN-LA-TOUR – 1982 : À l’heure du Jamboree : ( ? ) ; … ; ( ? ).
2303
2.303 : COMBLAIN-LA-TOUR – 1982 : À l’heure du Jamboree : Place du Wez : ( ? ) ; … ; ( ? ) ; Monseigneur Szczepan Wesoły ; ( ? ).
2304
2.304 : COMBLAIN-LA-TOUR – 1982 : À l’heure du Jamboree : Rue des Ecoles : ( ? ) ; … ; ( ? ).
2305
2.305 : COMBLAIN-LA-TOUR – 1982 : À l’heure du Jamboree : Rue des Ecoles : ( ? ) ; … ; ( ? ).
2306
2.306 : COMBLAIN-LA-TOUR – 1982 : À l’heure du Jamboree : Rue des Ecoles : ( ? ) ; … ; ( ? ).
2307
2.307 : COMBLAIN-LA-TOUR – 1982 : À l’heure du Jamboree : Rue des Ecoles : ( ? ) ; … ; ( ? ).
2308
2.308 : COMBLAIN-LA-TOUR – 1982 : À l’heure du Jamboree : Ognisko dans le parc Biron : ( ? ) ; … ; ( ? ) ; Monseigneur Szczepan Wesoły.
2309
2.309 : COMBLAIN-LA-TOUR – 1982 : À l’heure du Jamboree : Ognisko dans le parc Biron : ( ? ) ; … ; ( ? ) ; Monseigneur Szczepan Wesoły.
2310
2.310 : COMBLAIN-LA-TOUR – 1982 : À l’heure du Jamboree : Ognisko dans le parc Biron : ( ? ) ; … ; ( ? ).
2311
2.311 : COMBLAIN-LA-TOUR – 1982 : À l’heure du Jamboree : Ognisko dans le parc Biron : ( ? ) ; … ; ( ? ).
2312
2.312 : COMBLAIN-LA-TOUR – 1982 : À l’heure du Jamboree : Ognisko dans le parc Biron : ( ? ) ; … ; ( ? ).
2313
2.313 : COMBLAIN-LA-TOUR – 1982 : À l’heure du Jamboree : Ognisko dans le parc Biron : ( ? ) ; … ; ( ? ).
2314
2.314 : COMBLAIN-LA-TOUR – 1982 : À l’heure du Jamboree : Carte postale commémorative.

 

0258 – Ce n’était donc pas un feu de paille

C’est par ces mots : « Ce n’était donc pas un feu de paille » ( Nie słomiany więc to był ogień ) que Mr Rzemieniewski terminait son article du 17 juillet 1975 dans le journal Narodowiec. Sa rubrique des Nouvelles de Belgique était consacrée ce jour-là à la traditionnelle « Majówka » de Comblain-la-Tour.

Une fois de plus, le document – en annexe – est essentiel … non seulement parce que c’est un témoignage d’époque, mais aussi et surtout parce qu’il illustre parfaitement et l’ambiance du moment et les préoccupations qui ont guidé le journaliste durant toute sa vie.

Il profite ici du discours qu’il prononce lui-même, sous le chapiteau dressé sur le terrain de volley-ball, pour réaffirmer sa foi dans l’immense œuvre de bonne volonté qui anime toutes les personnes qui participent à l’aventure du Centre de vacances de Comblain. Il ne manque pas de souligner que des divergences politiques ou philosophies existent au sein de cette communauté, mais s’empresse d’affirmer que ces divergences n’enrayent en rien la marche du projet commun : «  … ce Centre est un exemple convaincant que, les Polonais laissés à eux-mêmes, savent se gouverner eux-mêmes, qu’il y a différents courants politiques, et que l’existence de ceux-ci ne devrait pas être surprenante, car c’est un phénomène naturel là où la liberté n’est pas un vain mot, mais qu’ils sont capables d’unir leurs forces pour atteindre un but commun … ».

Fidèle à lui-même, il poursuit son article en énumérant et en nommant individuellement les bénévoles qui travaillent ce jour-là, et qui ont travaillé les jours d’avant, pour tout préparer, comme les jours d’après, pour tout nettoyer. Ils avaient préalablement pris soin de noter patiemment les noms des courageux, en sachant combien ils seraient fiers de voir leurs noms apparaître, quelques jours plus tard, dans le Narodowiec.

S’efforçant de n’oublier personne, il va jusqu’à remercier cette brave dame qui, ne pouvant plus participer elle-même aux préparatifs de la fête et des colonies, se fait un devoir d’offrir chaque année « … quelques kilos de sucre et quelques bocaux de confitures … » pour participer quand même ! Pour Mr Rzemieniewski, il n’y a pas de petits ou de grands engagements … tout est important … tout mérite d’être souligné … tous méritent d’être remerciés. Voilà bien une preuve – s’il en fallait une – de la grandeur d’âme d’un Grand Monsieur !

Pour le reste, vous avez raison Mr Rzemieniewski … « Ce n’était donc pas un feu de paille » ! C’était déjà vrai quand vous avez écrit ces mots, en 1975, c’est-à-dire 15 ans après l’achat du Centre Millennium, mais c’est encore vrai aujourd’hui … 45 ans plus tard. La preuve : nous, qui étions déjà là dans les années soixante, nous sommes toujours là. Et en plus, la relève aussi est là. Donc, ce feu sacré – celui que vous avez allumé – n’est pas prêt à s’éteindre.

Cette semaine, nous allons célébrer en même temps, le 105ème anniversaire de la naissance de Mr Rzemieniewski et le 28ème anniversaire de son décès ( 14/01/1915 – 16/01/1992 ) ! C’est l’occasion d’avoir une pensée émue pour cet humaniste visionnaire.

13/01/2019 – JP Dz

 https://www.dailymotion.com/video/x7pjlcx

 Nouvelles de Belgique du 17 juillet 1975 :
Écho de la « Majówka » annuelle de Comblain-la-Tour

 Le dimanche 29 juin, près de 1.000 personnes, en comptant les enfants et la jeunesse se sont retrouvées à nouveau à Comblain-la-Tour au Centre de vacances de la Macierz. Elles se sont rassemblées là à l’occasion du déplacement annuel. Étaient représentés toute la Belgique mais également des invités de Pologne. La coutume veut que lors d’un séjour en Belgique, les hôtes ne privent pas leurs invités d’un détour par le Centre de vacances de Comblain-la-Tour. Ils montrent ainsi, avec une certaine fierté, comme témoignage, que le patriotisme de l’émigration polonaise en Belgique ne se limite pas aux mots.

 Le programme de ce rassemblement annuel à Comblain-la-Tour ne faisait l’objet, en principe, d’aucun changement majeur depuis des années. En premier lieu la messe. C’est Ks H. Repka, le recteur, qui l’a concélébrée en compagnie du Doyen de Bielsko-Biała. Ks H. Repka a également prononcé un sermon spécial consacré au rôle du Pape dans l’église à l’occasion de la fête du pape Paul VI. Les chants étaient dirigés par Ks K. Szymurski qui était entouré par la chorale du KSMP de Liège.

Après la messe, interruption pour le dîner ; ensuite, sous le chapiteau, l’orchestre joue, les danses commencent. Pour permettre aux danseurs et à l’orchestre de respirer, entrent sur scène les enfants des écoles polonaises de la région de Liège ainsi que le KSMP « Polska Wiosna » de la même région.

 Préalablement, au nom du comité de la Macierz Szkolna, prenait la parole Mr J. Rzemieniewski pour accueillir les invités présents, Ks Repka, le recteur, pour le remercier pour la célébration de la messe, accueillir les représentants des organisations polonaises de Belgique, et toutes étaient représentées. Il dirigeait aussi des mots chaleureux à l’adresse des compatriotes de Pologne. Il expliquait brièvement ce qu’est ce Centre pour les polonais de Belgique, comment il est né, pour à la fin, certifier que ce Centre est un exemple convaincant que, les Polonais laissés à eux-mêmes, savent se gouverner eux-mêmes, qu’il y a différents courants politiques, et que l’existence de ceux-ci ne devrait pas être surprenante, car c’est un phénomène naturel là où la liberté n’est pas un vain mot, mais qu’ils sont capables d’unir leurs forces pour atteindre un but commun. Et puis les enfants et la jeunesse se sont présentés avec des chants et des danses. Et chaque prestation a été applaudie par le public.

 Mr J. Rzemieniewski a remercié également la jeunesse et les enfants pour l’embellissement du programme en rappelant que ce qui a été vu et entendu ici est le résultat d’un effort constant des jeunes, qui se manifeste par des réunions, des répétitions, deux ou trois fois par semaine et cela depuis de nombreuses années.

 Il a profité aussi de l’opportunité pour dire que des membres d’un autre groupe, le KSMP de la région de Mons, ont travaillé deux semaines durant à la mise en ordre du Centre pour le préparer à l’arrivée des enfants en colonies de vacances. C’était Marek Bujanowski, Jean-Pierre Dziewiacien, Max Mitka et Freddy Fuitowski. Ils ont travaillé sous la direction de Mr Franek Bujanowski.

 Là où on parle de la jeunesse du KSMP, il n’est pas permis d’oublier son directeur général Ks K. Szymurski pour lui témoigner nos remerciements. C’est parce qu’il y a beaucoup, dans tout ça, son mérite, sa capacité à établir le contact avec les jeunes.

 Mais, pour que les uns puissent s’amuser, d’autres devaient travailler pour rendre la fête agréable ; certains déjà depuis quelques jours et cela tout à fait bénévolement. Difficile de les citer tous, parce que c’est près de 40 personnes qu’il convient de compter. Il faut néanmoins de ne pas les oublier ; spécialement ceux de la cuisine. Il a fallu servir près de 200 dîners et cela dans une atmosphère où chacun aurait voulu être le premier servi. À aucun moment les préposés bénévoles n’ont perdu leur sourire. C’est par une tempête d’applaudissements que les participants à la majówska leur ont exprimé leur gratitude.

Ensuite encore, place à la musique et cela jusqu’à 22 h quand les dernières autos ramènent les invités. Demain, c’est un jour de travail.

 Toutefois, certains devaient rester. Il convenait naturellement de ranger la tente, le buffet, les équipements, nettoyer la maison, car le lendemain, c’est-à-dire le mardi 1er juillet, les enfants arrivaient pour les colonies. Et quand ils ont débarqué dans le Centre, tout était prêt à les recevoir.

 Ont participé à ce travail, comme chaque année, Mr Leon Czak, aidé par Mr J. Poraj – tous les deux étaient présents toute la semaine, ensuite Mr W. MarkiewiczJean-Pierre Dziewiacien est arrivé pour les aider. Sont restés sur place Mme Miętkowa, Mme Nowicka, Mme Wojasowa avec son mari, Mme Piętkowa, Mme Kawecka, etc. Ils sont tous restés « volontaires ».

 Puisqu’on parle de bonne volonté, il est impossible de ne pas se rappeler de ceux qui ne peuvent pas aider personnellement mais qui s’efforce d’aider autrement le Centre. Un exemple particulièrement parlant Mme P. Szydłowska de Chapelle-lez-Herlaimont qui, offre depuis de nombreuses années, quelques kilos de sucre, quelques bocaux de confitures pour la mission que s’est fixée la Macierz en matière de colonies pour honorer ainsi la mémoire de son époux, décédé, connu comme actif dans la communauté.

De cette façon, le Centre de vacances est assuré qu’à l’avenir il y aura toujours des personnes de bonne volonté qui seront là constamment pour lui venir en aide. Ce n’était donc pas un feu de paille.

 n. ( Mr Jóseph Nikodem Rzemieniewski )

2060_KSMP_Mons
2.060 : COMBLAIN-LA-TOUR – 197?? : Sous le chapiteau, le KSMP Mons : Christiane Bierczyk ; Annie Borowski ; Hélène Borowski ; Micheline Zwierzyk ; ( ? ) ; …
2061_KSMP_Mons
2.061 : COMBLAIN-LA-TOUR – 197?? : Sous le chapiteau, le KSMP Mons : Annie Borowski ; Marek Bujanowski ; ( ? ) ; Zuhal Gunal ; Jean-Pierre Dziewiacien ; ( ? ).
2062_KSMP_Liège
2.062 : COMBLAIN-LA-TOUR – 197?? : Sous le chapiteau, le KSMP Liège : ( ? ) ; … ; ( ? ).
2063_Wisla_Spotkanie
2.063 : COMBLAIN-LA-TOUR – 2016 : Sous le préau, Wisła + Spotkanie + les Anciens de Comblain.
2064_2019
2.064 : COMBLAIN-LA-TOUR – 2016 : À la cuisine : Madame Grazyna Kazberuk ; Madame Ładomirski ; Madame ( ? ) ; Madame ( ? ).
2065_2019
2.065 : COMBLAIN-LA-TOUR – 2019 : La relève : Les enfants de la colonie.
2066_2019
2.066 : COMBLAIN-LA-TOUR – 2019 : La relève : Les enfants de la colonie.
2067
2.067 : COMBLAIN-LA-TOUR : Les présidents successifs de la « Macierz Szkolna Wolnych Polaków w Belgii » : Ksiadz Karol Kubsz ; Monsieur Tadeusz Plater-Zyberk ; Docteur Rudolf Wilczek ; Monsieur Józef Rzemieniewski ; Monsieur Dulak.
2068_Józef Rzemieniewski
2.068 : COMBLAIN-LA-TOUR : Monsieur Józef Rzemieniewski.
2069
2.069 : COMBLAIN-LA-TOUR : Au cimetière.
2070
2.070 : COMBLAIN-LA-TOUR : Wiadomości z Belgii – 17 juillet 1975.
2071
2.071 : COMBLAIN-LA-TOUR : Wiadomości z Belgii – 17 juillet 1975.

 

 

0226 – Le road-book

Si c’est le mot « effervescence » qui vient en premier à l’esprit quand on évoque le Jamborée de Comblain-la-Tour, l’idée qui s’impose toute de suite après, c’est : « Quelle organisation ! » …

En effet, ils – les organisateurs – avaient pensé à tout. De la sécurité à la logistique, de l’intendance au bien-être des participants, de leur bonne information à leur divertissement, tout était minutieusement ordonné et judicieusement aménagé. C’est d’autant plus étonnant, que ces organisateurs n’étaient pas des professionnels de ce qu’on appelle aujourd’hui « l’évènementiel » … au contraire. Tous étaient des amateurs, des bénévoles, mais tous étaient aussi des passionnés … en un mot, ils étaient Scouts. Ce qui explique le petit côté ordonnancement quasi militaire, mais d’une efficacité parfaite.

La meilleure preuve de cette rigueur, c’est le road-book que chaque participant avait reçu. Ils y ont trouvé exactement tout ce qu’ils devaient savoir quand ils débarquaient des U.S.A, du Canada, d’Australie, ou d’ailleurs, sur les terres de Comblain.

Ils ne connaissaient rien de la Belgique ? Pas de problème, le road-book, situait la Belgique et ses caractéristiques ( voir la page 1.726 a ) :

« La Belgique :

Le Royaume de Belgique se situe au croisement des chemins des voyageurs d’Europe centrale. La Belgique fait partie du Benelux, au même titre que la Hollande et le Luxembourg, et en même temps, est un membre de l’Union Économique Européenne dont le siège est à Bruxelles. Ses habitants sont Flamands au nord, parlant en néerlandais, et Wallons au sud, parlant en français. En tout, il y a en Belgique 9,8 millions d’habitants.

 La capitale est Bruxelles – plus d’un million d’habitants – et les plus grandes villes sont : les ports d’Anvers et d’Ostende, Gand, Charleroi et Liège, ancienne principauté épiscopale. Le pays se divise en provinces : Anvers, Brabant, Flandre, Limbourg, au nord, et Hainaut, Liège, Luxembourg, Namur, au sud. La province de Liège est sise sur la limite du vieux massif montagneux des Ardennes – la plus haute altitude se trouve à Botrange : 692 m. Et c’est ici précisément, dans la vallée de l’Ourthe, sur les rochers, que nous avons installé les tentes du 3ème rassemblement mondial des Scouts.

 L’histoire de la Belgique se mélange, depuis le début, avec l’histoire de la Pologne car, quand fut déclarée en 1830 l’indépendance de la Belgique, l’armée belge fut soutenue par les officiers polonais, qui devaient quitter la Pologne après le soulèvement de novembre et qui ont aidé ensuite à la formation de l’armée belge.

 Aujourd’hui, la Belgique, même petite, constitue un des plus importants États d’Europe. Elle a une solide industrie de transformation, conduit commerce énergique et possède une agriculture efficace ».

Ils ignoraient où se nichait Comblain-la-Tour ? Le Road-book se chargeait, en quelques mots, de présenter le petit village et ses alentours ( page 1.726 b ) :

« Comblain-la-Tour

« Combleng » est semble-t-il l’ancien nom celtique de la localité de Comblain-la-Tour. Aujourd’hui, peu des 800 habitants de ce petit village silencieux se rappellent de ces histoires anciennes, mais ils se souviennent certainement du célèbre festival de jazz qui a été organisé entre 1959 et 1966, et que rappelle le monument aux « trois joueurs de jazz », près du pont qui enjambe l’Ourthe.

 Est-ce qu’un monument sera érigé pour commémorer notre rassemblement ? Sans doute que non. Par contre, nous nous efforcerons de laisser derrière nous la meilleure image du Scoutisme Polonais aux habitants de Comblain qui nous ont si chaleureusement accueillis.

 Le petit village de Comblain-la-Tour se situe à 35 Km au sud de Liège et constitue un point de départ idéal pour de nombreuses promenades. Pour ceux qui aiment flâner, il existe la vieille « Route Buissonnière ».

 Dans les alentours, il y a des énormes grottes et lacs souterrains à Remouchamps, un beau château à Xhoris, des ruines à Aywaille, une vieille église à Xhignesse, un parc de jeux à Hamoir et un plus grand parc à Esneux, des curieux monuments à Durbuy et Harzé et, évidemment des bois et des montagnes.

 Au-dessus du village, sur le rocher, une statue de la Sainte Vierge veille sur les bateliers qui naviguent sur la rivière. Prions, en passant par là, pour la réussite de notre travail de scout et pour notre patrie, la Pologne. »

Ils ne savaient rien du Centre Millénium ? Le road-book, se plaisait à les informer ( page 1.731 b ) :

« Centre de vacances Millennium

La maison « Millennium » de Comblain-la-Tour, c’est encore un petit coin de la Pologne sur une terre, étrangère, mais néanmoins hospitalière. Cet immeuble a été acheté en 1960 par la Macierz Szkolna des Polonais libres de Belgique.

Depuis ce temps, grâce aux soins et aux efforts de nombreux polonais, la maison a été rénovée, le jardin rendu agréable, les salles et chambres adaptées aux besoins de la Macierz et aujourd’hui constitue un centre de vie polonaise en Belgique.

 Ici sont organisées, par la Macierz Szkolna, des vacances pour les enfants de Belgique, d’Allemagne, de Hollande. Ici se déroulent des camps et des colonies scouts. Ici sont organisées des vacances pour les retraités par le cercle des Anciens Scouts. Ici affluent des polonais de tous les coins de la Belgique pour des rencontres et du repos.

 Cette année, Macierz Szkolna a accordé l’aimable hospitalité au centre Millennium à l’Union des Scouts Polonais pour son rassemblement mondial. Nous les remercions et souhaitons à nos hôtes de nombreuses années de réussite dans leur projet. »

 Mais le road-book va encore plus loin, il présente le programme détaillé du séjour et des feux de camp, le planning journalier ( 1.722 b ) ; il présente le staff, la hiérarchie, les responsables ( 1.723 a ) ; il accueille les participants, propose des chansons, des jeux, des concours, mais aussi des informations sur la Patrie, le scoutisme, … ; il encourage à profiter du séjour pour acquérir de nouvelles capacités ; il présente le plan d’installation des différents campements dans Comblain-la-Tour ( 1.727 a ) ; il offre la possibilité de rédiger ses propres notes de voyage ; il aborde, enfin, des aspects plus pragmatiques, comme la traduction de quelques phrases simples, comme l’adresse postale, le taux de change, etc.

Avouez que c’est, pour le moins, un précieux sésame pour un séjour réussi. Ce fascicule témoigne de l’extraordinaire sens de l’organisation des scouts et est un précieux ouvrage de référence pour tous ceux qui souhaitent en savoir plus sur le Jamborée de 1982 à Comblain-la-Tour.

03/06/2019 – JP Dz

1721_a
1.721 a : COMBLAIN-LA-TOUR – 1982 : 3ci Światowy Zlot ZHP : le road-book.
1721_b
1.721 b : COMBLAIN-LA-TOUR – 1982 : 3ci Światowy Zlot ZHP : le road-book.
1722_a
1.722 a : COMBLAIN-LA-TOUR – 1982 : 3ci Światowy Zlot ZHP : le road-book.
1722_b
1.722 b : COMBLAIN-LA-TOUR – 1982 : 3ci Światowy Zlot ZHP : le road-book.
1723_a
1.723 a : COMBLAIN-LA-TOUR – 1982 : 3ci Światowy Zlot ZHP : le road-book.
1723_b
1.723 b : COMBLAIN-LA-TOUR – 1982 : 3ci Światowy Zlot ZHP : le road-book.
1724_a
1.724 a : COMBLAIN-LA-TOUR – 1982 : 3ci Światowy Zlot ZHP : le road-book.
1724_b
1.724 b : COMBLAIN-LA-TOUR – 1982 : 3ci Światowy Zlot ZHP : le road-book.
1725_a
1.725 a : COMBLAIN-LA-TOUR – 1982 : 3ci Światowy Zlot ZHP : le road-book.
1725_b
1.725 b : COMBLAIN-LA-TOUR – 1982 : 3ci Światowy Zlot ZHP : le road-book.
1726_a
1.726 a : COMBLAIN-LA-TOUR – 1982 : 3ci Światowy Zlot ZHP : le road-book.
1726_b
1.726 b : COMBLAIN-LA-TOUR – 1982 : 3ci Światowy Zlot ZHP : le road-book.
1727_a
1.727 a : COMBLAIN-LA-TOUR – 1982 : 3ci Światowy Zlot ZHP : le road-book.
1727_b
1.727 b : COMBLAIN-LA-TOUR – 1982 : 3ci Światowy Zlot ZHP : le road-book.
1728_a
1.728 a : COMBLAIN-LA-TOUR – 1982 : 3ci Światowy Zlot ZHP : le road-book.
1728_b
1.728 b : COMBLAIN-LA-TOUR – 1982 : 3ci Światowy Zlot ZHP : le road-book.
1729_a
1.729 a : COMBLAIN-LA-TOUR – 1982 : 3ci Światowy Zlot ZHP : le road-book.
1729_b
1.729 b : COMBLAIN-LA-TOUR – 1982 : 3ci Światowy Zlot ZHP : le road-book.
1730_a
1.730 a : COMBLAIN-LA-TOUR – 1982 : 3ci Światowy Zlot ZHP : le road-book.
1730_b
1.730 b : COMBLAIN-LA-TOUR – 1982 : 3ci Światowy Zlot ZHP : le road-book.
1731_a
1.731 a : COMBLAIN-LA-TOUR – 1982 : 3ci Światowy Zlot ZHP : le road-book.
1731_b
1.732 b : COMBLAIN-LA-TOUR – 1982 : 3ci Światowy Zlot ZHP : le road-book.
1732_a
1.732 a : COMBLAIN-LA-TOUR – 1982 : 3ci Światowy Zlot ZHP : le road-book.
1732_b
1.732 b : COMBLAIN-LA-TOUR – 1982 : 3ci Światowy Zlot ZHP : le road-book.

 

0221 – Płynie Ourtha, płynie

L’année passée, en septembre, lors de notre week-end des Anciens de Comblain, l’Ourthe a fait assaut de modestie … Loin de son humeur tumultueuse coutumière, elle se l’est joué timide … presque timorée. Là où jadis son débit impressionnant couplé à une hauteur d’eau significative nous imposaient crainte et respect, elle est apparue discrète, dévoilant d’antiques secrets qu’elle ne nous avait pas permis de connaître et d’observer jusqu’alors.

Entre cet excès de retenue et ses débordements épisodiques, que nous avons déjà évoqués précédemment, la rivière souhaite probablement nous démontrer qu’elle aussi, elle existe et occupe  une place à part entière dans cet environnement que nous chérissons tant. N’est-ce pas un peu elle qui s’imposait à nous, n’est-ce pas elle que nous évoquions quand, assis dans l’herbe du parc, nous chantions tous ensemble :

Płynie Wisła, płynie
Po polskiej krainie 

Considérer le Domaine de Comblain-la-Tour comme un appendice de notre lointaine patrie d’origine n’est pas une hérésie. D’ailleurs, à plusieurs reprises, de la terre venue de Pologne y a été déposée … marquant ainsi symboliquement le lien étroit qui lie cet îlot de polonitude avec le pays de nos ancêtres. Comblain-la-Tour, c’est un peu notre Gibraltar à nous … accroché entre les rochers et les flots. Aussi, associer, dans un même esprit, la Vistule ( Wisła ) et l’Ourthe apparaît comme une évidence. C’est même tout naturel …

D’ailleurs, pour marquer plus encore,  l’assimilation de la rivière à la terre polonaise quand elle traverse le parc  ne l’a-t-on pas rebaptisée : « Ourtha » ? Et finalement chanter : « Płynie Ourtha, płynie, po polskiej krainie » n’a rien d’anachronique. Tout au plus pourrait-on nous reprocher une vision trop romantique de la chose … et alors ?

Vous me direz que les humeurs de l’Ourthe s’apparentent plutôt à celle du Mississippi. C’est vrai. Nous avons déjà signalé que la petite maison où logent à présent les cuisinières – celle qui servait d’habitation à Pan Jan, puis à Mr Paterka – est désormais désignée par l’appellation : « Villa Mississippi ». Mais cette proximité d’humeur ne doit pas cacher qu’à chaque débordement ce fut un drame pour ceux qui ont été victimes.

Wisła, de son côté connaît également des crues historiques mais elle continue d’incarner un symbole de force et de pérennité ; son évocation est synonyme de cet attachement profond  et de l’amour inconsidéré qu’on lui porte :

A dopóki płynie,
Polska nie zaginie
.

Fort de ce qui précède, et sourd aux critiques des puristes, moi, je continuerai à chanter l’Ourtha à ma manière. Et si vous, vous doutez encore de l’affection que la rivière porte à notre petit bout de terre polonaise, regardez bien les photos en annexe qui datent de 1993 … Alors ? C’est pas une étreinte çà ? C’est pas de l’amour ?

Zobaczyła Comblain,
Wnet go pokochała,
A w dowód miłości,
Wstęgą opasała.

Comment comparer sérieusement Wisła qui est un fleuve de 1.047 kms à l’Ourthe qui est une rivière  de 165 kms ? Et bien, si vous regardez sur Via Michelin, Comblain-la-Tour et Cracovie sont distantes de 1.226 kms, soit à peu près la longueur de Wisła et Ourtha conjuguées, n’est-ce pas … un signe ????

Aussi, je pense qu’il est grand temps d’officialiser ces noces … et donc, d’unir Ourtha à Wisła dans un jumelage officiel, dans des épousailles symboliques qui seraient le reflet de notre attachement égal à ces deux figures de légende ! Ceci n’est pas un poisson d’avril … ni la conséquence d’un apéro prolongé. Je suis parfaitement sérieux ! C’est même une idée séduisante. J’imagine déjà les autorités polonaises en charge de la Wisła et ceux, wallonnes, en charge de l’Ourthe, se congratulant autour d’un bon verre de wódka, dans le parc de Comblain-la-Tour, après une courte cérémonie protocolaire qui scellerait un jumelage en bonne et due forme.

Cette idée n’est pas aussi saugrenue qu’il n’y paraît. D’autres canaux, ou rivières, ont déjà été jumelés parce qu’ils avaient des points communs. Le « Canal du Centre », par exemple, a été jumelé le 09/05/84 avec le « Trent and Mersey Canal » ( England ) et avec le « Canal de Neuffossé » ( France ). Alors … pourquoi pas nous ? N’avons-nous pas suffisamment de points communs ?

Je lance donc, par l’intermédiaire de cet appel, une bouteille ( de wódka ) à la mer … ou plutôt à la rivière. Avec un peu de chance, la bouteille redescendra la rivière jusqu’à Liège, puis rejoindra la Mer du Nord … et si des vents favorables s’en mêlent, elle pourrait même rejoindre la Mer Baltique. On peut rêver ! Il y a une phrase de Marcel Pagnol que j’aime beaucoup : « Tout le monde savait que c’était impossible. Il est venu un imbécile qui ne le savait pas et … qui l’a fait ». Et puis, de toute façon, « Impossible », c’est toujours provisoire … c’est comme « parfait » ou « extrême », mais ce n’est pas comme « horizon », ni comme « rêve ».

Je croise les doigts pour que mon appel soit entendu, relayé et soufflé dans les oreilles de ceux qui ont le pouvoir d’infléchir le sens des vents, le cours des marées et somme toute, de l’histoire …

29/04/2019 – JP Dz

1672
1.672 : COMBLAIN-LA-TOUR – 1993 : Płynie Ourtha, płynie : Inondation du Centre Millennium.
1673
1.673 : COMBLAIN-LA-TOUR – 1993 : Płynie Ourtha, płynie : Inondation du Centre Millennium.
1674
1.674 : COMBLAIN-LA-TOUR – 1993 : Płynie Ourtha, płynie : Inondation du Centre Millennium.
1675
1.675 : COMBLAIN-LA-TOUR – 1993 : Płynie Ourtha, płynie : Inondation du Centre Millennium.
1676
1.676 : COMBLAIN-LA-TOUR – 1993 : Płynie Ourtha, płynie : Inondation du Centre Millennium.
1677
1.677 : COMBLAIN-LA-TOUR : Płynie Ourtha, płynie : Cave du Centre Millenium avec l’indication de la hauteur atteinte par l’eau, lors de l’inondation de 1993.
1678
1.678 : COMBLAIN-LA-TOUR : Płynie Ourtha, płynie : Cave du Centre Millenium avec l’indication de la hauteur atteinte par l’eau, lors de l’inondation de 1993.
1679
1.679 : COMBLAIN-LA-TOUR – 1993 : Płynie Ourtha, płynie : Inondation sous le pont.
1680
1.680 : COMBLAIN-LA-TOUR – 1993 : Płynie Ourtha, płynie : Inondation Place du Wez.
1681
1.681 : COMBLAIN-LA-TOUR – 1993 : Płynie Ourtha, płynie : Inondation Rue des Ecoles.

 

0200 – « Millennium »

Pour désigner la maison polonaise de Comblain-la-Tour, j’ai régulièrement utilisé les termes : « Centre Millennium » … C’est le nom officiel du bâtiment. Pour ceux qui l’ignorent – ou qui l’auraient oublié – le mot « Millennium » fait référence à un épisode crucial de l’Histoire de la Pologne contemporaine. En effet, en 1966 ( c’est-à-dire 5 ans à peine après les premières colonies ), la Pologne tout entière célébrait ses 1.000 ans de chrétienté …

Les commémorations de cet évènement ont marqué toute la nation polonaise … et ont largement débordé à l’extérieur des frontières d’un pays qui, rappelons-le, était encore, à ce moment-là, administré par un régime communiste. Dans toute la Pologne, ce n’était que des rassemblements gigantesques ( photo 1.483 ). Les Polonais, dans leur immense majorité, voulaient ainsi affirmer leur foi et revendiquer la liberté d’un culte millénaire.

Monseigneur le Cardinal Stefan Wyszyński ( archevêque de Varsovie et de Gniezno, et Primat de Pologne de 1948 à 1981 – photo 1.484 ), qui a présidé toutes ses manifestations, a payé un lourd tribut pour défendre ses engagements … il avait été jeté en prison de 1953 à 1956.

Dix ans plus tard, en 1966, l’occasion était trop belle pour prouver au régime, et au monde entier, que les polonais étaient résolument catholiques. Le Millennium fut en même temps un acte de foi et une gigantesque démonstration de force. Sans doute peut-on voir là, sans se tromper, le premier épisode du combat qui mènera à la chute du rideau de fer et à la résurrection d’une Pologne indépendante en 1989. On sait aujourd’hui le rôle que joua le Vatican dans ces évènements.

En 1966, Comblain-la-Tour n’a pas échappé à ce raz-de-marée qui s’est répandu à travers toute la Pologne ( Varsovie, Cracovie, Toruń, Lublin, Gdańsk, Pozńan, Gniezno, Kielce, Wrocław, Częstochowa sur la photo 1.485, …) et à l’extérieur, en Belgique ( photo 1.486 ), France ( photo 1.487 et 1.488 ), Grande-Bretagne, Italie, … jusqu’aux États-Unis. La maison polonaise de Comblain fut rebaptisée « Centre Millennium » et le pape y a envoyé son délégué, le nonce apostolique Monseigneur Silvio Oddi, pour bénir les lieux. Sur la photo 1.489, on le voit sortir du bâtiment en compagnie de Ks Repka, recteur de la Mission Catholique Polonaise du Benelux.

À peine 13 ans plus tard, en 1979, c’est le pape lui-même qui est venu à la rencontre d’Anciens de Comblain. Sur la photo 1.490, on peut voir Sa Sainteté Jean-Paul II – Karol Józef Wojtyła – en grande discussion avec Dominique Ogonowski et Monseigneur Szczepan Wesoły ( en charge de l’immigration et des réfugiés polonais et des prêtres polonais à l’étranger ). Tout ça dans une joyeuse ambiance. Pas de doute, entre ces deux dates, entre ces deux dernières photos, le monde avait commencé à basculer …

La photo 1.489, est extraite d’un livre luxueux : Millennium Poloniae Christianae ( Millénaire de la Pologne chrétienne ) qui relate les commémorations du Millennium à travers le monde. Comblain-la-Tour y trouve tout naturellement sa place dans l’Histoire. Ce livre nous – les Anciens de Comblain – nous l’avons offert au centre Millennium lors de notre traditionnel week-end de septembre 2018. Il est le symbole de la petite histoire de ces lieux … celle que nous tentons inlassablement de vous raconter … celle qui commence beaucoup plus tôt, quand une poignée de bénévoles a décidé d’acheter un vieux château pour en faire un tremplin pour des générations futures de petits polonais.

La photo 1.490, n’est finalement que la suite logique de ce pari fou. En effet, un certain nombre d’enfants ayant séjourné à Comblain se sont vus proposer de continuer l’aventure à Loreto … le destin a fait le reste !

03/12/2018 – JP Dz

1483
1.483 : Millennium – Manifestations à LUBLIN.
1484
1.484 : Millennium – POZNAŃ : Le Cardinal Stefan Wyszyński, le chanoine Goździewicz et Monseigneur Baraniak, Archevêque de Poznań.
1485
1.485 : Millennium – CZĘSTOCHOWA : Sanctuaire de Notre-Dame à Jasna Góra : Couverture du livre.
1486
1.486 : Millennium – MONTAIGU : Sanctuaire de Notre-Dame de Montaigu. A gauche, Edmond Budzinski ; … ; ( ? ) ; … ; à droite, Zdzisław Blaszka.
1487
1.487 : Millennium – LENS : Consécration de l’église polonaise.
1488
1.488 : Millennium – VAUDRICOURT : Congrès de la jeunesse catholique polonaise.
1489
1.489 : Millennium – COMBLAIN-LA-TOUR – 1966 : Devant la porte d’entrée principale : Le Nonce apostolique Monseigneur Silvio Oddi bénit le centre Millennium ; Kz Repka ; …
1490
1.490 : ROME – 1979 : Audience papale : Dominique Ogonowski ; le pape, Jean-Paul II ; Monseigneur Szczepan Wesoły.

 

Mini-tornade … maxi-dégâts !

L’orage violent qui s’est invité à Comblain-la-Tour dans la nuit de jeudi à vendredi – le 17/08/2018 vers 3 heures du matin – laissera des souvenirs et des séquelles … Qualifié par les autorités de « mini-tornade », il a mobilisé toutes les énergies, flanqué une fameuse pagaille, déclenché la phase communale d’urgence, nécessité l’intervention des pompiers, du service des travaux, des techniciens de la société d’électricité … et surtout fait quelques blessés.

Pour les blessés, ils sont à dénombrer de chaque côté de l’Ourthe. Dans notre parc un arbre est tombé sur une des tentes des scouts. Bilan : le petit-fils de Stefania Ludwikowski et de Lutek Kurek a le poignet cassé, son père s’en tire avec 3 côtes cassées … Ce bilan aurait pu être infiniment plus grave … Dans le camping du Rocher de la Vierge, une dame s’est fracturé le bassin, et quelques autres personnes sont également touchées.

Compte tenu de la violence du vent et du spectacle de désolation qu’on peut voir un peu partout … c’est presque miraculeux ! Nous souhaitons un prompt rétablissement à tous les blessés.

La nuit a été agitée, c’est le moins que l’on puisse dire. Réveillés en pleine nuit par les éléments en furie, les malheureux scouts du groupe Wisła, installés dans le parc pour leur traditionnel camp de vacances, ont eu la peur de leur vie … surtout les plus jeunes d’entre eux. Et il y avait de quoi paniquer. On imagine le bruit sinistre des grosses branches qui se cassaient et tombaient tout autour du campement. Et quand des gros arbres, à leur tour, se sont couchés, le tout dans une obscurité totale, que seuls des éclairs effrayants venaient interrompre comme pour montrer un décor de plus en plus affolant, et qu’aux cris de panique ont succédé les cris de douleur … on devine l’atmosphère et on frissonne d’émotion.

Le parc aussi se souviendra de cette nuit ! Quelques arbres sont à terre ! Des grosses branches ont craqué et menacent toujours d’entraîner les arbres auxquels elles ne sont plus attachées que par hasard ! Il faudra couper. Des milliers de branches gisent un peu partout, par terre, sur le toit du préau, … La foudre a fendu certains arbres dans le sens de la longueur … c’est impressionnant ! Il urge maintenant d’expertiser pour savoir ce qui restera et ce qui doit malheureusement être abattu. Le travail est gigantesque.

Depuis vendredi matin, des bénévoles sont à pied d’œuvre pour essayer d’effacer les traces de cette « zabawa » infernale que l’orage a organisée à Comblain-la-Tour en invitant ses amis le vent, la tempête, la foudre, la tornade, … J’espère qu’ils se sont bien amusés et … qu’ils ne reviendront plus jamais !

https://www.tvl.be/nieuws/genks-danskamp-zwaar-getroffen-door-mini-tornado-in-luik-63955

19/08/2018 – JP Dz

Tornade_017
Le parc de Comblain-la-Tour, le 18/08/2018.
Tornade_18
Le parc de Comblain-la-Tour, le 18/08/2018.
Tornade_19
Le parc de Comblain-la-Tour, le 18/08/2018.
Tornade_20
Le parc de Comblain-la-Tour, le 18/08/2018.
Tornade_21
Le parc de Comblain-la-Tour, le 18/08/2018.
Tornade_22
Le parc de Comblain-la-Tour, le 18/08/2018.
Tornade_23
Le parc de Comblain-la-Tour, le 18/08/2018.
Tornade_24
Le parc de Comblain-la-Tour, le 18/08/2018.
Tornade_25
Le parc de Comblain-la-Tour, le 18/08/2018.
Tornade_26
Le parc de Comblain-la-Tour, le 18/08/2018.

 

0184 -Imaginez l’effervescence …

Imaginez l’effervescence … 1.280 personnes qui débarquent à Comblain-la-Tour, qui s’installent dans des camps et des infrastructures disséminées un peu partout dans le village … 1.280 personnes qu’il faut nourrir, désaltérer, guider … 1.280 personnes qui se retrouvent, le soir venu, autour d’un feu de camp … 1.280 personnes qui parlent, qui chantent en polonais, qui s’amusent, qui visitent, qui se promènent, qui achètent des souvenirs.

À ce moment précis, il y avait là, dans le village, plus de polonais que d’autochtones, plus de vacanciers que de résidents. Quant à la moyenne d’âge … elle a, tout d’un coup, fait  une extraordinaire cure de jouvence … C’est la langue polonaise qu’on entendait le plus dans toutes les rues … c’est l’uniforme des scouts qui était devenu la référence … c’est leur mode de fonctionnement qui était devenu la norme … et le village tout entier s’était mis à l’heure du Jamborée.

C’était en 1982. Cet événement, à Comblain, est resté unique et a laissé, à tous les participants, le souvenir d’une incroyable exaltation. Pour les comblinois aussi, ces quelques jours resteront gravés dans leur mémoire. Aujourd’hui encore, on en parle comme d’un évènement extraordinaire. Des habitants de Comblain-la-Tour m’ont interpellé récemment pour me demander d’évoquer et d’expliquer, à tous ceux qui n’ont pas eu la chance d’y être, cette rencontre unique.

Personnellement, j’ai raté ce rendez-vous et je le regrette bien. Heureusement, un certain nombre d’Anciens de Comblain étaient présents. L’enthousiasme avec lequel ils en parlent fait naître, rétrospectivement bien des regrets. Je voudrais remercier plus particulièrement Elizabeth et Piotr Rozenski qui, non seulement ont fourni tous les documents et infos concernant le Jamborée, mais m’ont transmis le virus. Voici comment Piotr me l’a présenté :

« Il n’y a eu qu’UN seul jamborée à Comblain. C’était en 1982, il s’est tenu après nos colonies, du 29 juillet au 11 août plus précisément. Il s’agissait d’une réunion mondiale des scouts polonais ( zlot harcerski ), c’est-à-dire issus de la Polonia ( les polonais vivant hors de Pologne ), avec des participants du monde entier, des États-Unis, du Canada, d’Australie, du Royaume-Uni, etc … Ce genre de jamborées étaient organisés tous les 6 ans seulement. Celui de Comblain-la-Tour était le 3e après Monte Cassino, en 1969 et le Canada en 1976 et avant les US en 1988 et le Royaume-Uni en 1994.

 On a du mal à imaginer l’envergure de l’organisation et les contraintes de logistique ! Tout le village était mobilisé et impliqué. Les agriculteurs, par exemple, mettaient à disposition leurs champs, car tout le monde ( sauf les commandants … ) dormait sous tente. D’autres prêtaient leurs tracteurs et leurs équipements pour conduire, tous les matins, suffisamment d’eau à chaque lieu d’implantation. »

L’animateur principal, et celui qui a œuvré pour que le jamborée se tienne à Comblain, c’était Mieczysław Dulak ; mais il est loin d’être le seul à s’être investi … parmi les autres scouts belgo-polonais de la première heure, je citerai Mr Jean Stefanski, le Monsieur à la petite moustache grise stylée. Il a écrit un ( ou plusieurs ? ) article pour la presse locale, en français et néerlandais. Je me souviens qu’il m’avait demandé de corriger son texte. J’ignore dans quels journaux les articles ont été publiés, peut-être La Meuse ?

Pour l’occasion a été reconstitué un groupe ( hufiec ) de scouts belges, uniquement des filles ( ! ) sous la direction de Stefania Lutwikowska et Irena Malek, et composé de filles venant d’un peu partout, mais surtout de Maasmechelen ; il y avait là, ma soeur Elisabeth, Cécile Danielewski, Monika, la fille de Stefka, Carine Malek, la fille d’Irena, Claudia … mais aussi les soeurs Osiadacz, Elzunia et Danusia, Joanna Skowron, Elisabeth Czuk, …

 Je ne sais pas pourquoi les garçons n’ont pas formé de groupe. En revanche, nous, Ryszard Chwoszcz, Georges Zalobek, Heniu Zapalowski, moi, étions « réquisitionnés » pour la logistique, c’est-à-dire l’approvisionnement en eau potable notamment. Pour cette tâche, nous étions encadrés par Lutek Kurek. J’ai quelque part une photo de la citerne qu’on attelait à une vieille jeep Willy de la 2e Guerre Mondiale, qui après quelques jours était tombée en panne. Je me souviens aussi que Ryszard lui aussi, après quelques jours était « out », ayant reçu la citerne d’eau sur son pied. Mais bien entendu, on n’a pas pu s’empêcher d’intervenir dans l’organisation. Le soir, par exemple, on divertissait les commandants qui dormaient au château. Ça les amusait tellement que finalement, ils nous ont demandés, à nous les logisticiens, d’animer un ognisko devant un millier de participants, qui s’est tenu dans le parc du château Biron… Inutile d’ajouter qu’on a assuré !!! ».

Merci Piotr. Décidément … j’aurai vraiment voulu y être.

13/08/2018 – Piotr Rozenski et accessoirement JP Dz

1322
1.322 : COMBLAIN-LA-TOUR – 1982 : Jamborée : Henri Zapałowski ; Mr Wacek Bień ; Richard Chwoszcz ; Mr Jean Stefanski ; Georges Załobek ; Mr Stefan Paterka ; Piotr Rozenski ; ( ? ) ; ( ? ).
1323
1.323 : COMBLAIN-LA-TOUR – 1982 : Jamborée : ( ? ) ; ( ? ) ; ( ? ) ; ( ? ) ; ( ? ) ; ( ? ) ; ( ? ) ; ( ? ) ; ( ? ) ; Joanna Skowron ; Elisabeth Kciuk ; ( ? ) ; ( ? ) ; ( ? ) ; ( ? ) ; ( ? ) ; Elisabeth Rozenski.
1324
1.324 : COMBLAIN-LA-TOUR – 1982 : Jamborée : Elisabeth Rozenski ; ( ? ) ; … ; Irène Malek ; ( ? ).
1325
1.325 : COMBLAIN-LA-TOUR – 1982 : Jamborée : Elisabeth Rozenski ; ( ? ) ; … ; Irène Malek ; ( ? ).
1326
1.326 : COMBLAIN-LA-TOUR – 1982 : Jamborée : Toute la troupe se rend à l’église.
1327
1.327 : COMBLAIN-LA-TOUR – 1982 : Jamborée : Délégation du Canada.
1328
1.328 : COMBLAIN-LA-TOUR – 1982 : Jamborée : Richard Chwoszcz ; Georges Załobek ; …
1329
1.329 : COMBLAIN-LA-TOUR – 1982 : Jamborée : Georges Załobek ; ( ? ) ….
1330
1.330 : COMBLAIN-LA-TOUR – 1982 : Jamborée.

 

0172 – 22 mai, l’anniversaire de Marie

Ce 22 mai, c’est l’anniversaire de Marie …

Je n’ai pas pour habitude de trahir l’âge de nos sympathisants … et encore moins quand ce sont des dames ! Mais aujourd’hui, c’est un peu particulier car le 22 mai, c’est l’anniversaire de Marie.

Marie est, parmi tous les Anciens de Comblain, la figure la plus connue, la plus représentative et certainement, la plus respectée … Du haut de ses 69 ans, elle est le symbole de Comblain-la-Tour, son originalité, son patrimoine. Aussi, comment pourrions-nous résister et ne pas lui dédier un « Sto lat » ?

Rien d’étonnant du coup, si c’est sa photo qui a été la première à être publiée sur le blog des Anciens de Comblain ( voir photo n° 0 ).

Rien d’étonnant, si c’est elle qui a pris la parole, la première pour se réjouir de notre retour sur les lieux de notre enfance, voir : article_0001_du 21_06_2015.

Vous l’aurez deviné … il s’agit de Marie, la Vierge du Rocher de la Vierge …

Avant elle, le Rocher de la Vierge portait déjà ce nom. L’origine de cette appellation remonte très loin. Il faut savoir qu’en pénétrant sur le territoire de Comblain-la-Tour, l’Ourthe voyait sa largeur se réduire fortement. Coincée à gauche par le « Chirmont » et à droite par les « Tartines », la rivière manifestait sa mauvaise humeur par d’incroyables tourbillons aussi dangereux qu’inattendus. Les bateliers – les Oûtelîs – étaient conscients des risques que ces remous pouvaient engendrer. Pour se protéger, ils avaient installé sur le rocher une petite statue de la Vierge. C’est cette statue qui donnera son nom au rocher.

Bien plus tard, lors des travaux de construction du chemin de fer, il a bien fallu se résoudre à créer un passage pour le train. Une partie des « Tartines » a été sacrifiée pour permettre la pose des rails. Lors du dynamitage, la petite statue a disparu … nous étions en 1866.

Un Rocher de la Vierge sans Vierge, c’est plus que les Comblinois ne pouvaient supporter. Du coup, quand l’Abée Defossez s’est décidé à porter un projet de réinstallation d’une nouvelle vierge, l’adhésion a été totale. Dès 1937, des collectes furent organisées, chaque dimanche, dans le but d’ériger une nouvelle statue. Mais il a fallu encore attendre. C’est finalement sous l’impulsion de l’Abée Gielen que le projet a été finalisé.

Un plan fut établi, dès 1947, par Mr Omer Davin, architecte à Comblain-au-Pont, et l’emplacement le plus favorable fut repéré.

C’est le sculpteur parisien J. Martin qui réalisa la statue en marbre blanc d’Italie. Elle était haute de 2 mètres et coûtait à l’époque, rendue à Comblain-la-Tour, la somme de 26.500 francs.

Elle arriva sur place en mars 1949. Son installation sur le Rocher débuta le 20 avril … jusqu’au 25, c’est-à-dire du mercredi après Pâques au lundi suivant. C’est la firme Galère et Colin de Chanxhe qui se chargea de cette installation à environ 80 mètres au-dessus du niveau de la rivière. L’inauguration fut fixée au dimanche 22 mai 1949 dans la soirée.

La cérémonie débuta à 20 h, en l’église de Comblain-la-Tour ou la « cantate pour l’érection d’une statue de la Sainte Vierge » de Vidal fut exécutée par la chorale paroissiale en présence de 10 prêtres. La procession s’organisera ensuite vers le pré « Fontaine », au tournant de la route de Xhoris. Sur place, il y eut encore un sermon, par le doyen de Ferrières, la bénédiction, une nouvelle prestation de la chorale, soutenue par l’harmonium amené sur place et un splendide feu d’artifice.

Depuis … Notre Vierge du Rocher veille sur Comblain, sur ses habitants, sur le Centre Millennium et … sur nous.

Marie a plusieurs fêtes inscrites au calendrier : le 15 août, le Lundi de Pentecôte, le 8 septembre, le 22 août, … et j’en oublie très certainement.

Pour ma part, je propose d’ajouter le 22 mai à notre petit calendrier rien qu’à nous, enfin, au calendrier de tous ceux pour qui le nom de Comblain a eu une consonance particulière. Je propose que dorénavant chaque 22 mai, nous ayons une pensée émue pour cette Marie qui nous a protégés, souvent contre nous-même et notre propre impétuosité, qui nous a aidés à grimper, sans encombre, jusqu’à elle.

Et qui nous a appris qu’ensemble, on pouvait aller plus haut, très haut même et je pourrais ajouter aussi « très longtemps » !

21/05/2018 – JP Dz

0000
Photo n° 0 : La Vierge de Comblain-la-Tour
0203
0203 : COMBLAIN-LA-TOUR : Le rocher de la Vierge : Carte postale.
0207
0207 : COMBLAIN-LA-TOUR : Le rocher de la Vierge : Pierre Rozenski ; ( ? ) ; ( ? ) ; ( ? ) ; ( ? ) ; ( ? ).
0208
0208 : COMBLAIN-LA-TOUR : Le rocher de la Vierge. : La Vierge et l’enfant. Cette photo a été prise par Jef Rozenski.
1224
1.224 : COMBLAIN-LA-TOUR : Les Rochers.
1225
1.225 : COMBLAIN-LA-TOUR : Rochers de la Vierge : Vue du sommet.
1226
1.226 : COMBLAIN-LA-TOUR : Sous le rocher de la Vierge.
1227
1.227 : COMBLAIN-LA-TOUR : Le rocher de la Vierge : Carte postale de 1913 … sans la Vierge.
1228
1.228 : COMBLAIN-LA-TOUR – 2017 : Le rocher de la Vierge : Vue à partir du parc.
1229
1.229 : COMBLAIN-LA-TOUR – 2017 : Le rocher de la Vierge : Vue à partir du pied du rocher.
1230_Echos_de_Comblain_mai_1949
1.230 : COMBLAIN-LA-TOUR : Installation de la Vierge : Extrait des « Echos de Comblain » de 1949.

 

0169 – Inondation 2002

Piotr Rozenski nous a expliqué, avec beaucoup de romantisme, la crue de 1980 à Comblain ( article n° 50 :  inondation_1980 ). Malheureusement, ce ne fut pas la seule année où l’Ourthe s’est amusée à perturber nos vacances.

Les photos en annexe illustrent un autre épisode des fureurs de la rivière … en 2002. Ce qui n’était d’ailleurs une surprise pour personne.

Si vous regardez le document 1.196 – extrait d’une carte « Application inondations » de la Région Wallonne – vous constaterez que la maison et le parc sont clairement en zone inondable, en rouge sur le document.
Ces prévisions sont nettement confirmées par les autres photos qui montrent que l’Ourthe « préfère » sortir. Elle est même sortie à plusieurs reprises … et ce ne fut pas sans conséquence.

Mr Paterka, qui avait remplacé Pan Jan comme concierge, s’était installé dans la petite maison au bord de la rivière. C’est lui qui a été, à chaque fois, la première victime des humeurs de l’Ourthe. Au bout de quelques inondations, il a fini par jeter l’éponge ( c’est le cas de le dire ) et déménager.

Savez-vous comment les gestionnaires actuels du Centre appellent, avec beaucoup d’humour, cette petite maison ? « La villa Mississippi ».

En 2002, une fois de plus, les pompiers d’Hamoir sont venus à la rescousse. Ils avaient amené avec eux matériel et embarcations pour évacuer tout le monde.

Comme vous pouvez le constater sur les images, cette évacuation s’est très bien passée. Il n’y a eu ni blessé, ni précipitation, ni panique … au contraire. Les enfants installés dans les barques donnent même l’impression de s’amuser comme des petits fous. Pour eux, c’était une animation comme une autre … peut-être même mieux réussie que les autres. Vive l’insouciance de l’enfance.

Les barques ont été poussées, par les pompiers, vers le fond du parc où l’eau était moins haute. La gentillesse des pompiers et leur professionnalisme n’ont laissé que de bons souvenirs aux « rescapés ».

J’en viens même à me dire … connaissant bien quelques-unes de mes contemporaines … qu’elles aussi auraient été candidates à se faire … « évacuer » par ces pompiers-là … J’imagine déjà la scène …

Les photos du parc sous eau datent du 13 février 2002. Il ne s’agissait donc pas des colonies de vacances de juillet / août, mais des vacances de carnaval. Ce qui est d’ailleurs attesté par les tenues chaudes que les enfants portent.

Dieu merci, une fois de plus, tout finira bien. Les enfants ont eu, cette année-là un épisode de plus à raconter à leurs parents.

30/04/2018 – JP Dz

1196
1.196 : COMBLAIN-LA-TOUR : Inondations : Extrait de « l’Application inondations » de la Région wallonne. En rouge, les zones inondables.
1197_2002
1.197 : COMBLAIN-LA-TOUR – 13/02/2002 : Inondations : Notre terrain de volley … transformé en piscine.
1198_2002
1.198 : COMBLAIN-LA-TOUR – 13/02/2002 : Inondations : L’Ourthe déborde.
1199_2002
1.199 : COMBLAIN-LA-TOUR – 13/02/2002 : Inondations : Balançoires et toboggans sous eau.
1200_2002
1.200 : COMBLAIN-LA-TOUR – 13/02/2002 : Inondations : Les pompiers d’Hamoir à la rescousse.
1201_2002
1.201 : COMBLAIN-LA-TOUR – 13/02/2002 : Inondations : Embarquement vers le fond du parc.
1202_2002
1.202 : COMBLAIN-LA-TOUR – 13/02/2002 : Inondations : Embarquement vers le fond du parc.

 

0136 – Mijn Jamboree 1982

door Elisabeth Rozenski :

In 1982 vond in Comblain-la-Tour een belangrijk evenement plaats … een Jamboree.

Het woord Jamboree, dat door Baden-Powell werd gebruikt, duidt op een bijeenkomst van scouts. De bedoeling van een Jamboree is om met een geweldig feest de scouts van heel de wereld rond een en hetzelfde vuur, symbool van de grote verbondenheid tussen de scouts, te verenigen. In juli 1982, organiseerde de ZHP ( Związek Harcerstwa Polskiego, vereniging van Poolse scouts buiten Polen ) zijn Jamboree, die gehouden werd in … Comblain-la-Tour.

Mijn Jamboree 1982 door Elisabeth Rozenski :

Tijdens de zomerkolonie van juli 1982 werden de voorbereidingen volop getroffen voor de jamboree van Poolse scouts ( buiten Polen ) ZHP ( Związek Harcerstwa Polskiego ) in Comblain-la-Tour.

Ik was dat jaar monitrice van de oudste groep meisjes ( van 11 tot 14 jaar ). Ook Irena Malek was in Comblain en het was vooral zij die vond dat er ook een Belgische groep scouts op de jamboree niet mocht ontbreken. Doch in die tijd bestonden er geen actieve groepen Poolse scouts in België meer, dus begon het idee te groeien om zelf een groepje op te richten.

Al snel hadden we een aantal meisjes uit mijn groep warm gemaakt om samen het scoutsleven te verkennen. Irena had ergens patronen en stof vast gekregen om uniformen te ontwerpen en eenmaal thuisgekomen zetten we onze moeders aan het naaien om er als een volwaardige scout de jamboree te kunnen meemaken.

Het resultaat mocht er zijn : we vormden uiteindelijk een groepje met een 20-tal leden. Op de foto herken ik Elzbieta en Danuta Osiadacz, Carine Malek ( dochter van Irena ), Monika Kurek, Cécile Danielewski, Elisabeth ( achternaam Kciuk ? ) van Luik. Ik denk dat er ook een paar van Frankrijk of Duitsland zich bij onze groep hadden aangesloten.

Anderzijds zocht men nog vrijwilligers voor de logistiek zoals de bedeling van het water op het scoutskamp. Hiervoor hadden een aantal monitoren zich kandidaat gesteld nl. Piotr Rozenski, Heniek Zapalowski, Georges Załobek, Richard Chwoszcz.

Uiteraard sliepen en leefden we de hele tijd als echte scouts in tenten op het scoutskamp. Het ontbijt was een Engels ontbijt ( spek met eieren, bonen, Cornflakes… ) daar het merendeel van de scouts uit Engeland kwam. Het toilet was een afbakening in het bos, met in het midden een diep gat.
We kregen een spoedcursus in morse tekens en sjorren. Ieder kreeg een totemnaam, maar ik herinner mij niet meer dewelke.

Het weer viel toen niet echt mee. Het had veel geregend. We hadden moeite om onze kleren droog te houden. Gelukkig hadden we de juiste connecties in het huis beneden ( Rue du Parc ), zodat we daar terecht konden om ons op te warmen aan een tas soep, te douchen en ook niet onbelangrijk, naar een deftige toilet te gaan.

Wat mij het meest is bijgebleven zijn de kampvuren. Iedereen zong vol passie mee en vooral het lied « Góralu czy ci nie żal » was een « kippevel »-moment. Dit lied werd opgedragen aan de toenmalige Poolse paus Karol Wojtyła, die als echte « góral » zijn vaderland verlaten had om paus te worden in Rome.

Op een zondag was het bezoekdag en werd er een groot kampvuur georganiseerd samen met de lokale bevolking. Wij hadden ons toen verkleed als de boerinnekes van destijds. Kleren die we trouwens van de plaatselijke bewoners gekregen hadden. Wij kregen toen hoog bezoek namelijk van de bisschop Szczepan Wesoły.

Verder hebben wij ook een aantal uitstappen gedaan zoals naar een militair kerkhof nabij Arnhem waar ook Poolse soldaten begraven liggen.

Op een bepaald moment was er ook iets te doen op het voetbalveld in Comblain. Op de foto’s te zien moesten we toen stickers proberen te verkopen.

Het werd een onvergetelijke vakantie. Achteraf hebben we nog de eed afgelegd tijdens het jaarlijkse scoutsweekend, dat plaats had in september in Comblain. Maar dat was dan meteen ook een afsluiter en einde van mijn scoutservaring.

18/09/2017 – Elisabeth Rozenski

Et voici la traduction par Piotr Rozenski :

En 1982, à Comblain-la-Tour s’est déroulé un évènement considérable … un Jamboree.

Le mot Jamboree, utilisé par Baden-Powell, désigne un rassemblement de scouts. Le Jamboree se veut être une fête extraordinaire, rassemblant tous les scouts du monde, autour d’un même feu, symbole de la grande fraternité scoute. En juillet 1982, le ZHP ( Związek Harcerstwa Polskiego, l’association des scouts polonais hors Pologne ) a organisé son Jamboree qui se tiendra à … Comblain-la-Tour.

Lors de la colonie de juillet 1982, le ZHP ( Związek Harcerstwa Polskiego, scouts polonais hors Pologne ) avait entamé les préparatifs pour leur jamboree qui allait se tenir à Comblain-la-Tour.

Cette année-là, j’étais monitrice des filles ainées ( 11-14 ans ). Irena Malek s’est également retrouvée à Comblain et c’est surtout elle qui était d’avis qu’un groupe de scouts belges devait être présent au jamboree. Comme à l’époque, en Belgique, il n’existait plus d’unités de scouts polonais actives, l’idée a commencé à germer de créer notre propre groupe.

Nous avons vite réussi à enthousiasmer plusieurs filles de mon groupe pour explorer ensemble la vie de scouts. Irena a trouvé quelque part des modèles et des tissus pour fabriquer des uniformes. Rentrées à la maison, nous avons mis nos mères à la couture afin qu’on puisse participer au jamboree en vrais scouts.

On n’avait pas à rougir du résultat. Finalement on a pu constituer un groupe d’une vingtaine de membres. Sur la photo je reconnais Elzbieta et Danuta Osiadacz, Carine Malek ( fille d’Irena ), Monika Kurek, Cécile Danielewski, Elisabeth ( Kciuk ? ) de Liège. Il me semble que plusieurs filles de France ou d’Allemagne sont venues renforcer l’équipe.

Par ailleurs, on cherchait encore des candidats pour effectuer des tâches logistiques, comme la distribution de l’eau dans les camps de scouts. Plusieurs moniteurs se sont portés volontaires : Piotr Rozenski, Heniek Zapalowski, Georges Załobek, Richard Chwoszcz.

Il va de soi qu’en vrais scouts, on dormait et on vivait dans des tentes qui avaient été montées dans un des camps de scouts. Comme une bonne partie des participants venait du Royaume-Uni, le matin on nous servait un English breakfast ( œufs avec bacon, haricots, Cornflakes… ). Pour les toilettes, ils avaient aménagé une espèce d’enclos dans les bois, avec un grand trou au milieu.

On a eu droit à un cours accéléré en morse et en travaux de pionnier, on a tous reçu un nom de totem, mais je ne me rappelle plus lequel.

La météo n’était pas vraiment au beau fixe. Il avait beaucoup plu et on avait du mal à garder nos vêtements au sec. Heureusement nous avions de bonnes relations avec le château ( Rue du Parc ), où on pouvait se réchauffer avec un bol de soupe, prendre une douche et, chose importante, aller aux toilettes dignes de ce nom.

Ce qui m’a le plus marqué l’esprit, c’est les feux de camp. Tout le monde chantait en se donnant à fond, surtout la chanson « Góralu czy ci nie żal » était à chaque fois un moment d’émotion intense. Cette chanson était dédiée au pape polonais de l’époque, Karol Wojtyła, qui, étant un vrai « góral », avait quitté sa patrie pour devenir pape à Rome.

Un dimanche – c’était le jour des visites – un grand feu de camp a été organisé avec la population locale. A cette occasion on s’est déguisées en paysannes d’antan, avec des habits qu’on a reçus des habitants du village. Un des dignitaires invités n’était pas moins que l’évêque Szczepan Wesoły.

On a participé à plusieurs excursions avec entre autres une visite au cimetière militaire d’Arnhem où se trouvent plusieurs tombes de soldats polonais. A un moment donné, il y avait un évènement sur le terrain de foot de Comblain. Comme on peut le voir sur une des photos, on était missionnés pour vendre des autocollants.

Bref, c’étaient des vacances inoubliables. Après coup, en septembre, on a prêté serment lors d’un weekend de scouts organisé à Comblain. C’était une dernière expérience et en même temps la fin de ma carrière de scout.

18/09/2017 – Elisabeth Rozenski

0906
0906 : COMBLAIN-LA-TOUR – 1982 : Jamboree : L’affiche officielle.
0907
0907 : COMBLAIN-LA-TOUR – 1982 : Jamboree : In het midden : Claudia ( ? ) ; zittend : Elisabeth Rozenski ; Cécile Danielewski ; ( voor hen : Carine Malek ) ; Irena Malek ; Ksiadz Kazimierz Szymurski. Au milieu : Claudia ( ? ) ; assises : Elisabeth Rozenski ; Cécile Danielewski ; ( devant elles : Carine Malek ) ; Irena Malek ; Ksiadz Kazimierz Szymurski, aumônier auprès des colonies des Ecole polonaises libres à Comblain ( à l’époque l’Aumônier faisait automatiquement partie du Comité de Direction ) et aussi aumônier des Scouts polonais.
0908
0908 : COMBLAIN-LA-TOUR – 1982 : Jamboree : In het midden : Claudia ( ? ) ; zittend : Elisabeth Rozenski ; Cécile Danielewski ; Irena Malek ; Monika Kurek ; Carine Malek ; Ksiadz Kazimierz Szymurski. Au milieu : Claudia ( ? ) ; assises : Elisabeth Rozenski ; Cécile Danielewski ; Irena Malek ; Monika Kurek ; Carine Malek ; Ksiadz Kazimierz Szymurski.
0909
0909 : COMBLAIN-LA-TOUR – 1982 : Jamboree : Elisabeth Rozenski ; Cécile Danielewski ; Irena Malek ; ( ? ).
0910
0910 : COMBLAIN-LA-TOUR – 1982 : Jamboree : Elisabeth Rozenski ; Piotr Rozenski ; Cécile Danielewski ; Heniu Zapalowski.
0911
0911 : COMBLAIN-LA-TOUR – 1982 : Jamboree : Mgr Szczepan Wesoły.
0912
0912 : COMBLAIN-LA-TOUR – 1982 : Jamboree : Bernard Angowski ; Bogdan Van Hemelrijck – Stefański ; Georges Załobek ; Henri Zapałowsi ; Janek Stefański ( le petit monsieur derrière Heniu ) ; Piotr Rozenski ; ( ? ) ; face à Wacek Bień et son accordéon : des membres de Wisła, dont Robert.
0913
0913 : COMBLAIN-LA-TOUR – 1982 : Jamboree : ( ? ) ; Irena Malek ; Lucie ( Nieduziak ? met vaandel ) ; Joanna Skowron ; Elisabeth Rozenski ; Monika Kurek ; Cécile Danielewski ; Carine Malek ; ( ? ). ( ? ) ; Irena Malek ; Lucie ( Nieduziak ? avec le drapeau ) ; Joanna Skowron ; Elisabeth Rozenski ; Monika Kurek ; Cécile Danielewski ; Carine Malek ; ( ? ).
0914
0914 : COMBLAIN-LA-TOUR – 1982 : Jamboree : Cécile Danielewski ; Irena Malek ; Danusia Osiadacz ; Monika Kurek ; Elisabeth Rozenski.
0915
0915 : COMBLAIN-LA-TOUR – 1982 : Jamboree : Cécile Danielewski ; Elisabeth Rozenski.
0916
0916 : COMBLAIN-LA-TOUR – 1982 : Jamboree : Elisabeth Rozenski.
0917
0917 : COMBLAIN-LA-TOUR – 1982 : Jamboree : ( rechtstaand ? ) ; Elisabeth Rozenski ; Cécile Danielewski. ( debout ? ) ; Elisabeth Rozenski ; Cécile Danielewski.