0190 – Nous, l’autre pont de Comblain !

Sous les ponts de Comblain-la-Tour
Coulent l’Ourthe et nos amours …

Je suis sûr qu’Apollinaire ne m’en voudra pas de paraphraser son célèbre poème pour commencer cette petite évocation. Saviez-vous qu’Apollinaire – qui est largement considéré comme l’un des poètes français les plus importants du début du xxe siècle – était polonais ? Moi, je l’ignorais. Je l’ai appris récemment en lisant un texte très intéressant écrit sur lui par Anne-Marie Gilson, Ancienne de Comblain, et historienne à ses heures. Je vous encourage à lire ses textes sur le blog du SPK Mons-Borinage.

Vous vous demandez peut-être pourquoi j’ai débuté ces quelques lignes par « Sous les ponts de Comblain-la-Tour … » alors que tout le monde sait qu’il n’y a, à Comblain-la-Tour, qu’un seul pont ? Vous vous dites peut-être que JP a abusé de ces substances qui avaient déjà inspiré Apollinaire au point que le poème dont il est question aujourd’hui est tiré d’un recueil intitulé « Alcools ». Rassurez-vous … je n’ai pas pris l’apéro ! Si j’ai volontairement parlé « des » ponts, c’est que je pense profondément qu’à Comblain d’autres ponts existent.

Nous, les Anciens de Comblain, nous sommes un de ces ponts !

À l’heure où, un peu partout, on s’est mis à construire, à reconstruire des murs, des clôtures, à installer des cadenas et des barbelés …, où certains se sentent à l’abri dans des tranchées d’un autre âge …, d’autres continuent inlassablement à entretenir des ponts. L’actualité récente a montré, une fois de plus, ce qui pouvait arriver comme tragédie quand on néglige cet entretien. Non seulement les ponts s’effondrent, mais rives ne sont plus reliées … elles s’écartent … elles s’isolent … se retranchent sur elles-mêmes … s’appauvrissent.

Alors oui, nous sommes un pont ! Un pont entre le passé et le présent … une passerelle entre deux générations … un viaduc même entre deux mondes, entre plusieurs manières de regarder notre histoire et d’envisager notre futur … un ouvrage d’art fait de tolérance, de patience et d’espoir. Voilà pourquoi c’est tellement important de continuer à venir à Comblain. Pour entretenir ce pont-là.

Ce week-end, nous y étions, évidemment. Et nous reviendrons infatigablement.

Comme tous les ponts du monde, nous avons nos fondations. Elles sont profondes, solides, durables. Elles sont à Comblain, mais aussi ailleurs. Comme tous les ponts du monde, nous avons nos piliers, et nous prenons plaisir à rafraîchir régulièrement le souvenir du rôle qu’ils ont joué et qu’ils jouent toujours. Comme tous les ponts du monde, nous avons nos ancrages, nos contraintes et nos fragilités. Mais, malgré les difficultés, nous essaierons toujours de maintenir cette libre circulation des courants et des idées, sans tabou, sans exclure, sans interdire et sans péage.

N’en déplaise à certains qui voudraient nous faire croire que le Polonais est unique, qu’il est prêt, le doigt sur la couture, à attendre l’ordre et l’interprétation qu’on s’apprête à lui dicter, nous, sur notre pont, on encourage la mobilité des différences, la mixité des sentiments, des émotions … la liberté d’expression … la légèreté du ton.

Alors, n’hésitez plus à nous rejoindre. Et n’ayez crainte … notre pont à nous est résistant.
Que vienne la nuit … que sonne l’heure,
Les jours s’en vont, les Anciens de Comblain demeurent.

 24/09/2018 – JP Dz

1387
1.387 : COMBLAIN-LA-TOUR – 22/09/2018 : La montée des couleurs : Zuhal Gunal ; Pierre Front.
1388
1.388 : COMBLAIN-LA-TOUR – 22/09/2018 : A table : Regina Gymza ; Katty Swiderski ; Michel Pietka.
1389
1.389 : COMBLAIN-LA-TOUR – 22/09/2018 : La sortie par l’arrière du parc.
1390
1.390 : COMBLAIN-LA-TOUR – 22/09/2018 : La traversée du bois.
1391
1.391 : COMBLAIN-LA-TOUR – 22/09/2018 : Un petit coin de paradis … : Zuhal Gunal ; Pierre Front.
1392
1.392 : COMBLAIN-LA-TOUR – 22/09/2018 : Une des nombreuses haltes : Christine Piech ; Janusz Latkowski ; Michel Pietka ; Betty Nowicki ; Dorota Druszcz ; Hélène Piech.
1393
1.393 : COMBLAIN-LA-TOUR – 22/09/2018 : Une des nombreuses haltes : Christine Piech ; Janusz Latkowski ; Michel Pietka ; Betty Nowicki ; Hélène Piech et TYKA.
1394
1.394 : COMBLAIN-LA-TOUR – 22/09/2018 : Ognisko : François Chwoszcz ; Krystiane Wochen ; Georges Persich.
1395
1.395 : COMBLAIN-LA-TOUR – 22/09/2018 : Ognisko : Louise-Marie Dupont ; André Karasiński ; Jean-Pierre Dziewiacien.
1396
1.396 : COMBLAIN-LA-TOUR – 22/09/2018 : Sous le tilleul : L’équipe presqu’au complet … quelques-uns sont déjà sous la douche.

 

Publicités

0189 – L’épisode X

Une fois n’est pas coutume … aujourd’hui, il n’y aura pas de photo, ni de texte, mais un diaporama musical ! Alors, mettez le son au maximum, et laissez-vous aller à ce petit moment de pure poésie … : Episode_X

Vous pouvez aussi télécharger le diaporama et l’écouter tranquillement chez vous en cliquant sur le lien :

https://anciensdecomblain.files.wordpress.com/2018/09/episode_x1.pps

Vous pouvez enfin le visionner sous forme de vidéo en cliquant sur le lien :

https://dai.ly/k5I269oECqvSqFrVz5o

NB : Sur la vidéo, il n’y a pas de son … c’est très dommage … ce n’est pas faute d’avoir essayé …

17/09/2018 – JP Dz

Les jeux interdits
Les jeux interdits

Diapositive2Diapositive3Diapositive4Diapositive5Diapositive6Diapositive7Diapositive8Diapositive9Diapositive10Diapositive11Diapositive12Diapositive13Diapositive14Diapositive15Diapositive16Diapositive17Diapositive18Diapositive19

Cocorico !

Les Anciens de Comblain ont brillé ce week-end à Comblain-au-Pont !
En effet, durant ce mois de juillet 2018, le Musée du Pays d’Ourthe Amblève, à Comblain-au-Pont, organisait un concours de photographie intitulé : « Surprenez-nous ! Exposition de photos insolites sur le thème : Nature & Patrimoine en Ourthe-Vesdre-Amblève ». Nous avons participé à ce concours.

La photo que nous avons envoyée au musée pour concourir est une photo prise par Casimir Nowicki en 2015, lors de notre première rencontre des Anciens. C’était le dimanche matin, donc le lendemain de notre passage, tous ensemble, au cimetière. Et donc, Casimir est reparti, tôt le matin, au cimetière pour couper au sécateur les mauvaises herbes qui envahissaient la tombe de Pan Jan. En arrivant au cimetière, il est tombé, nez à nez ( ou plutôt nez à museau ) avec un renard paisible qui se reposait là nonchalamment sur une des tombes !

Cette photo, qui est en annexe, correspondait parfaitement aux critères du concours « nature & Patrimoine ». Elle a plu au jury qui a décidé de la sélectionner, de l’exposer et de nous convier au vernissage de l’exposition ce dimanche 9 septembre. L’ambiance était très « chouette ».

Bravo à Casimir qui a su capter ce petit moment de poésie dans un endroit si singulier.

L’exposition est accessible du 7 septembre au 7 octobre 2018, du mardi au dimanche de 10 h à 17 h au Musée du Pays d’Ourthe Amblève, Place Leblanc ( c’est la place du marché ), n° 1 & 7 à Comblain-au-Pont.

Nous y passerons peut-être lors de notre week-end des Anciens les 22 et 23 septembre. N’oubliez pas de réserver …

12/09/2018 – JP Dz

1_Le_renard_paisible
Le renard paisible
2_annonce
Annonce
3_infos
Infos
4_animation
L’animation
5_animation
L’animation
6_Félicitation
Félicitation
7_remise_du_prix
Remise du prix
8_Devant_la_photo
Devant la photo
9_Photo_commentaire
La photo et le commentaire

 

0188 – Purpere Duivel

Pas plus tard que la semaine dernière, j’évoquais le passage à Comblain-la-Tour d’un « sex-symbol » Roger Moore, alias « Le saint » ! Mais l’illustre acteur n’est pas le seul Don Juan qui ait hanté les rues du petit village ardennais. Que nenni … il y en a eu d’autres … Bien sûr, tous n’ont pas été surnommés « Le saint » … parfois c’était même le contraire ! Celui dont il est question aujourd’hui était surnommé : « Purpere Duivel », le diable pourpre ! ? !

Malgré de longues recherches et d’inlassables questionnements, je ne suis pas en mesure aujourd’hui d’expliquer pourquoi Czesiu Kucharzewski a été rebaptisé le « Purpere Duivel » de Comblain. Je pense que lui non plus ne le sait pas. Nous en sommes donc réduits aux conjectures. Et puisqu’il nous faut envisager différentes hypothèses … allons-y. Je me régale déjà …

Tout d’abord les faits : bien que je m’honore d’être un proche de Czesiu, je n’avais jamais entendu parler, durant les colonies, de ce surnom. Pourtant il était connu et largement utilisé par les filles. La preuve : lors de notre première rencontre, en septembre 2015, c’est la première chose que ces dames du Limbourg – Zosia, Regina, Monica et Elisabeth – ont rappelée ! Pour se souvenir, après 40 ans, d’un détail aussi précis à propos de quelqu’un … il faut que cette personne ait marqué durablement les esprits. Le moins qu’on puisse dire, c’est que le type ne laissait pas indifférent et n’est pas passé inaperçu ! Mais pourquoi le Diable pourpre ?

Je pense qu’on peut d’emblée rejeter une quelconque ressemblance avec le personnage de « Simon Templar » de la série télévisée. L’un est un intrépide cascadeur … l’autre moins. De là à prétendre que c’est tout le contraire, et que donc c’est normal d’opposer le Saint au Diable, c’est un paralogisme que je me refuse d’envisager. D’autant plus que Roger et Czesiu ont quand même des points communs … ils sont tous les deux aussi sympathiques que beaux gosses !

Peut-être faudrait-il essayer de trouver l’explication en commençant par la couleur parce qu’il est bien question ici de la couleur « pourpre » et non pas « rouge » … la nuance est précise ! « Rode duivel » aurait été bien plus simple, on aurait pu penser à la politique ou au sport !

Le pourpre, c’est la couleur des cardinaux. On en revient à quelque chose qui évoque la sainteté. Et donc, associer la couleur du Vatican au pire ennemi de l’Église, n’est-ce pas une manière de mettre en lumière l’ambivalence du personnage ? Ou de décomposer le spectre de lumière qui s’en dégage ? D’autant plus que la couleur pourpre est absente dans l’arc-en-ciel … le saviez-vous ?

Alors bien sûr, les plus pragmatiques d’entre vous ne me suivront pas si loin et opteront plutôt pour une explication plus basique … Le pourpre est la teinte la plus proche du mauve, avec qui il partage d’ailleurs cette exception grammaticale … celle des adjectifs de couleurs qui proviennent de noms de choses, mais qui s’accordent quand même. On dira : « des robes marron », et non pas « des robes « marronnes », mais pourpres s’accorde, donc : « les culottes sont pourpres ». J’ignore si Czesiu portait des culottes pourpres ?

Mais si c’est le cas, qui – et dans quelles circonstances – aurait pu dévoiler cette petite fantaisie vestimentaire ? L’information serait alors passée de bouches à oreilles et aurait traversé les années sans qu’on puisse se souvenir comment elle aurait filtré ? Mais ce n’est qu’une hypothèse, bien sûr. Peut-être que d’ici quelques jours, lors de notre week-end de septembre, nous pourrions vérifier ?

Le mauve est aussi la couleur de club de football d’Anderlecht qui avait, à l’époque, la faveur de Czesiu … c’est aussi une explication possible, mais beaucoup moins poétique. Mais je préfère la précédente.

Pour le reste, il faut bien admettre qu’avec sa « petite gueule d’ange » et son humour « démoniaque », Czesiu était inclassable … à part dans la catégorie « mi-ange – ni-démon ». Son côté « petit diable », n’échappait à personne. On aurait pu lui donner le bon Dieu sans confession et en même temps, on préférait échapper à ses reparties qui pouvaient parfois être cinglantes.

Pour en avoir le cœur net, j’ai analysé plus en détail les photos sur lesquels il est présent, et … en y regardant de plus près … j’ai constaté qu’un détail m’avait échappé jusqu’ici… voyez vous-même. Je n’ai fait qu’augmenter la sensibilité des clichés…

10/09/2018 – JP Dz

1358_Le_Saint
1.358 : Roger Moore, alias « Le Saint ».
1359_L'autre_Saint
1.359 : COMBLAIN-LA-TOUR : Purpere Duivel : Czesiu Kucharzewski, alias le « Purpere Duivel » ; Richard Konarski ; Freddy Fuitowski ; Jerzy Bardo.
1360
1.360 : COMBLAIN-LA-TOUR : Dans le parc : Czesiu Kucharzewski, « Purpere Duivel », entouré de Annie Borowski ; ( ? ) ; Zosia Król ; Hélène Borowski ; Annie Wisła ; Micheline Zwierzyk ; Betty Nowicki ; Alexandre Persich ; Isabella Cosaro ; Annie Nowicki ; Zuhal Gunal ; ( ? ) ; Eric Nowicki.
1361
1.361 : COMBLAIN-LA-TOUR : Ognisko : Edward Kucharzewski ; ( ? ) ; … ; Lydia Młynarski ; Zuhal Gunal ; Annie Wisła ; Mme Martha Dziewiacien ; ( ? ) ; … ; Czesiu Kucharzewski ; Richard Konarski ; Georges Persich, debout ; Jerzy Bardo ; Pierre Bartnik ; Ks Józek, le séminariste ; Helena Wochen ; Eveline Ogonowski ; Ks Kazik, le séminariste ; Henri Bogdanski ; ( ? ) ; … ; Mr Załobek ; Mme Załobek ; Mr Józef Rzemieniewski.
1362
1.362 : En spectacle avec le KSMP de Mons : Pierre Front ; Czesiu Kucharzewski ; à l’arrière, Pascal Łagocki ; Freddy Motała ; Giovani Cortelletti.
1363
1.363 : Quelque part, au bord d’un lac : Zuhal Gunal ; Czesiu Kucharzewski.
1364
1.364 : Quelque part, au bord d’un lac : Pierre Front ; Michel Brzezicha ; Pascal Łagocki ; Czesiu Kucharzewski ; Didier Boucheï ; Freddy Motała ; Giovani Cortelletti ; Martine Brzezicha ; Lydia Hantson ; Patricia Dudziak ; Sylvie Motała ; Zuhal Gunal ; ( ? ) ; ( ? ) ; ( ? ) ; ( ? ).
1365
1.365 : COMBLAIN-LA-TOUR – 2015 : Au retour de la promenade à Hamoir : Jean-Pierre Dziewiacien ; Czesiu Kucharzewski.
1366
1.366 : COMBLAIN-LA-TOUR – 2016 : Spectacle commun de Spotkanie et Wisła : Czesiu Kucharzewski, entouré des danseuses de Spotkanie.
1367
1.367 : COMBLAIN-LA-TOUR – 2017 : Au bord de l’Ourthe : Czesiu Kucharzewski, enfin apaisé …

0187 – 1965 – Jazz à Comblain-la-Tour : l’année de Roger Moore

Cette année-là, a été marquée par la présence au festival de Roger Moore. En 1965, il était déjà une immense vedette de la télévision. Son rôle dans le feuilleton « Ivanhoé », diffusé dès 1959, avait déjà fait de lui le héros de toute une génération d’enfants et d’adolescents. Mais c’est surtout son interprétation de « Simon Templar, le Saint », entre 1962 et 1969, qui en a fait une célébrité internationale. C’est un Roger Moore au sommet de sa gloire qui débarque donc à Comblain, auréolé de son statut de star internationale et de sex-symbol.

Plus tard, il sera encore le Brett Sinclair dans « Amicalement vôtre », au côté de Tony Curtis, entre 1971 et 1972, et surtout James Bond 007. Entre 1973 et 1985, il incarnera 7 fois le rôle du plus connu des agents secrets de sa majesté ( Vivre et laisser mourir ; L’homme au pistolet d’or ; L’espion qui m’aimait ; Moonraker ; Rien que pour vos yeux ; Octopussy ; Dangereusement vôtre ).

À Comblain-la-Tour, Roger Moore sera logé Rue du Parc … non, pas à la Maison polonaise, mais à l’Hostellerie Saint-Roch. Madame Dernouchamps, la propriétaire de l’hôtel, nous a raconté cette visite inoubliable. Les fans étaient tellement avides d’apercevoir l’immense vedette, qu’il a fallu héberger l’artiste dans la partie privée de l’établissement pour le ménager. Mais rien ne décourageait les groupies. Au point qu’une des vitres du restaurant a été brisée sous la pression de ces dames, poussées par leur insatiable curiosité …

C’est ainsi qu’Eveline – elle n’avait que 8 ans à l’époque – se souvient parfaitement d’avoir vu passer la voiture, de la vedette, devant le Centre Millennium. Le véhicule tentait d’échapper aux fans qui le poursuivaient en criant : « C’est le Saint … c’est le Saint ». Imaginez assister à l’apparition d’un « Saint » … une telle vision avait de quoi marquer l’esprit d’une enfant de 8 ans !

La Ford Mustang descendait la Rue du Parc. Elle est passée devant Eveline et tous les autres enfants, qui s’apprêtaient à sortir par la grande barrière de l’entrée, pour s’engouffrer, à toute vitesse, en dessous du pont et disparaître dans les rues étroites du village. C’était déjà une course-poursuite à la James Bond … Cette célébrité n’a pas évité à Roger Moore d’être copieusement bombardé de légumes et de projectiles de tous genres quand il s’est présenté sur la scène du festival. Ce petit épisode cocasse a dû être bien désagréable et déstabilisant pour l’artiste : adulé comme un dieu par les uns et décrié, par les autres …

En fait, cette petite mésaventure illustre bien l’adage « on ne peut pas plaire à tout le monde », mais elle est également représentative des diverses tendances, voire des antagonismes qui ont prévalu durant le festival de jazz.

D’un côté, les « jazzeux » purs et durs qui n’accepteront jamais la présence, l’intrusion, dans « Leur » festival, d’opportunistes qui n’étaient en rien liés au monde du jazz. De l’autre côté, ceux qui appréciaient également la variété en général et pour qui, la venue à Comblain-la-Tour de vedettes de la chanson et du cinéma était aussi un événement en soi … D’autre part encore, les petites formations musicales et autres groupes de jeunes venus là pour tenter leur chance et se faire connaître. Et enfin, les comblinois, fiers de la soudaine célébrité de leur petit village, et les commerçants pour qui le nombre de visiteurs était une réelle aubaine. Chacune de ces différentes catégories, mues par des attentes et des intérêts différents, défendra « sa » vision de « Son » festival… Comme autant de strates, chacun venait qui, chercher la confirmation de sa gloire, qui, la reconnaissance de son talent et grappiller quelques miettes de célébrité, qui, faire des affaires …

En ce 1er août 1965, les stars de la seconde soirée seront Nina Simone et John Coltrane. Cet immense saxophoniste jouera avec à ses côtés, le pianiste, McCoy Tyner, Elvin Jones, à la batterie et Jimmy Garrison à la contrebasse.

Mais, il y aura des belges, comme John Van Rymenant, l’organiste André Brasseur et le pianiste Léo Fléchet, mais aussi Woody Herman. Et beaucoup d’autres comme la fidèle Lilian Terry.

Sur le podium des jeunes, les groupes amateurs se sont succédé. C’est « Les Tell-Stars » qui ont remporté le concours de la « Chouette d’Or ». Ce trophée récompensait le meilleur groupe qui se produisait dans la tente des jeunes, c’est-à-dire la scène qui était réservée aux « espoirs » qui n’avaient pas encore la notoriété suffisante pour se mélanger à l’élite mondiale. À cette occasion, ils ont gagné l’enregistrement d’un 45 tours.

Aujourd’hui, de tous ces hauts faits du festival, il reste d’immenses souvenirs, inoubliables, incroyables et inaltérables … Roger Moore, lui est décédé le 23/05/2017. S’il était revenu à Comblain, on aurait presque pu le croiser lors d’une de nos sorties d’anciens et je crois alors, qu’on aurait tous crié aussi : « C’est le Saint, c’est le Saint !!! ».

https://www.youtube.com/watch?v=-tLomNuuJ7E

https://www.youtube.com/watch?v=L5jI9I03q8E

03/09/2018 – JP Dz

1347_jazz_1965
1.347 : COMBLAIN-LA-TOUR : 1965 : Jazz à Comblain-la-Tour : Chacun à sa place.
1348_jazz_1965
1.348 : COMBLAIN-LA-TOUR : 1965 : Jazz à Comblain-la-Tour : Affiche.
1349_jazz_1965
1.349 : COMBLAIN-LA-TOUR : 1965 : Jazz à Comblain-la-Tour : Un public attentif.
1350_jazz_1965
1.350 : COMBLAIN-LA-TOUR : 1965 : Jazz à Comblain-la-Tour : Roger Moore ; ( ? ).
1351_jazz_1965
1.351 : COMBLAIN-LA-TOUR : 1965 : Jazz à Comblain-la-Tour : Roger Moore ; ( ? ).
1352_jazz_1965
1.352 : COMBLAIN-LA-TOUR : 1965 : Jazz à Comblain-la-Tour : Roger Moore ; Joe Napoli ; ( ? ).
1353_jazz_1965
1.353 : COMBLAIN-LA-TOUR : 1965 : Jazz à Comblain-la-Tour : Roger Moore interviewé sur la terrasse de l’Hostellerie Saint-Roch.
1354_jazz_1965_John_Coltrane
1.354 : COMBLAIN-LA-TOUR : 1965 : Jazz à Comblain-la-Tour : John Coltrane et son orchestre.
1355_jazz_1965_Nina_Simone
1.355 : COMBLAIN-LA-TOUR : 1965 : Jazz à Comblain-la-Tour : Nina Simone.
1356_jazz_1965
1.356 : COMBLAIN-LA-TOUR : 1965 : Jazz à Comblain-la-Tour : Le festival vu du haut du rocher de la Vierge.
1357_Echos_Comblain_juillet_1965
1.357 : COMBLAIN-LA-TOUR : 1965 : Jazz à Comblain-la-Tour : Extrait des Echos de Comblain – Juillet 1965.