Śpiewnik – 035 – Kwiat paproci

https://www.youtube.com/watch?v=aMVSyDrg6sk

https://www.youtube.com/watch?v=buSdkKspW6Q

Przybądź do mnie, dam ci kwiat paproci,
Zerwany w borze o nocnej porze.
On jak słońce życie twe ozłodzi,
Wyciągnij ręke po szczęścia kwiat.

Tak daleko szukasz go co noc i co dnia,
A szukając, nie wiadomo kto ci go da.
Przybądź do mnie, bo ten kwiat paproci
To moje serce, to miłość ma.

Tak daleko szukasz go co noc i co dnia,
A szukając, nie wiadomo kto ci go da.
Przybądź do mnie, bo ten kwiat paproci
To moje serce, to miłość ma.

Najmilsza w życiu jest mi Mama.
Ta moja Mama, ta ukochana,
Co się za mnie tyle poświęciła,
Mnie wychowała, ja kocham ją.

Nie płacz-że już moja Mamo, otrzyj z oczu łzy.
Ja przy tobie tu zostanę, przy mnie będziesz ty.
A gdy wspomnę, że nas Bóg rozłaczy,
To moje serce aż bólu drży.

Nie płacz-że już moja Mamo, otrzyj z oczu łzy.
Ja przy tobie tu zostanę, przy mnie będziesz ty.
A gdy wspomnę, że nas Bóg rozłaczy,
To moje serce aż bólu drży.

 

0059 : L’Hôtel du Parc ( 5 )

Décidément… sur chacune des faces du bâtiment, on peut lire le nom de l’hôtel ( photos 329, 330, 332 ).

Ce qui surprenait sur la photo 292, c’était la longueur du réfectoire… il semblait… trop court.

Au rez-de-chaussée, il n’y avait que 4 fenêtres ; au premier, une seule fenêtre, à côté du grand écriteau. L’ensemble se terminait par une gouttière.

En comparaison, les photos 329, 330 et 332 – beaucoup plus récentes – montrent au rez-de-chaussée 7 fenêtres et au premier, côté Ourthe, 3 fenêtres. Sur cette même photo 332, l’ancienne gouttière n’a pas changé. Elle est toujours à la même place, mais le bâtiment lui, s’est allongé.

La photo 331 permet de voir la serre dans toute sa beauté ; un petit chemin est d’ailleurs aménagé entre la grille d’entrée et la serre. On peut voir aussi le perron plus aéré et plus décoratif.

Sur la photo 332, le perron et la balustrade sont dans le même état qu’aujourd’hui… plus robuste… pourtant, c’est encore l’hôtel du parc.

La photo 333, envoyée en 1955, montre le bâtiment dans les années cinquante – soixante, comme nous l’avons connu. Elle permet de comparer les différentes évolutions.

Visiblement, le réfectoire, les chambres du premier étage et le perron sont restés comme du temps de l’Hôtel du Parc. La photo 334 montre le bâtiment en 1960.

C’est à cette époque que la communauté polonaise achète la maison et le parc.

25/04/2016 – Jean-Pierre Dziewiacien ( Merci à Piotr Rozenski pour son aide ).

0329
0329 : COMBLAIN-LA-TOUR : Hôtel du Parc.
0330
0330 : COMBLAIN-LA-TOUR : Hôtel du Parc.
0331
0331 : COMBLAIN-LA-TOUR : Hôtel du Parc.
0332_1949
0332 : COMBLAIN-LA-TOUR – 1949 : Hôtel du Parc.
0333_1955
0333 : COMBLAIN-LA-TOUR – 1955 : Hôtel du Parc.
0334_1960
0334 : COMBLAIN-LA-TOUR – 1960 : Hôtel du Parc.

 

 

La Majówka s’annonce exceptionnelle

La Majówka s’annonce exceptionnelle cette année, surtout le dimanche 26 juin.

L’ensemble Spotkanie y donnera son spectacle. C’est une première.

C’est la première fois de Spotkanie dansera à Comblain.

L’ensemble vient de fêter ses 43 ans. Les photos en annexe ont été prises lors de cet anniversaire ce samedi 9 avril à Hautrage. Au début du mois de juin, il participera – comme chaque année – au festival mondial du folklore de Saint-Ghislain, où il tient sa place au milieu des autres ballets nationaux venus de tant de pays différents. Ce succès et cette longévité ne s’expliquent que par la qualité de leurs prestations.

Si vous n’avez jamais vu Spotkanie sur scène : ne ratez pas la Majówka.

Si vous êtes déjà des fans, venez les applaudir dans le parc de Comblain.

Maxime, qui est en même temps le chorégraphe de Spotkanie et un merveilleux danseur de Mazowsze, sera présent à Comblain. Ça aussi, c’est une première… c’est un peu de Mazowsze qui sera parmi nous.

Et c’est pour notre plus grand plaisir.

L’ensemble Wisła présentera également son spectacle.

Si le groupe Wisła est un habitué de la Majówka ( ils sont là à chaque fois ), c’est la première fois que les 2 formations danseront ensemble et partageront la vedette sur une scène. Et ça se passera chez nous, à Comblain-la-Tour, le dimanche 26 juin.

La qualité et la longévité de Wisła méritent – à elles seules – d’être récompensées par un maximum d’applaudissements de notre part. Sa fidélité à la Majówka, qui ne s’est jamais démentie, mérite toute notre reconnaissance. Quant à Robert, le chef historique de cette bande de joyeux polonais, il est le plus jeune et le plus dynamique de nous tous.

Si après tout ça, vous ne tenez plus en place, si vos jambes dansent toute seule, si la musique vous entraîne sur la piste, pas de problème, l’Orchestre « Echo » enchaînera par un bal polonais comme on les aime.

Si vous regrettez de ne pas entendre assez souvent nos chants polonais résonner dans le parc de Comblain, venez nous rejoindre.

Si vous avez connu – et apprécié – les Majówka d’antan… quand sous le grand chapiteau, tous les KSMP venaient s’affronter dans une joyeuse compétition, ne ratez pas celle-ci, elle sera exceptionnelle.

Tous ensemble on fera une photo de groupe au pied du perron pour marquer le début d’une nouvelle époque.

Préparez vos appareils photo… munissez-vous de grands objectifs, très larges… ça va se bousculer sur ces photos-là.

On vous attend. On a hâte de vous embrasser. Et n’oubliez pas de réserver.

Coordonnées pour réserver : 043/69.13.89 ou Madame Ludwikowska : 089/76.11.01 ; Barbara Wojda : 0477/83.85.02 ; Paulette Hoferlin : 0491/74.13.54.

21/04/2016 – Dominique et Jean-Pierre et merci à Henryk Tomczak et Kazimierz Miksiewicz pour les photos

Spotkanie_1
Spotkanie_1
Spotkanie_2
Spotkanie_2
Spotkanie_3
Spotkanie_3
Spotkanie_4
Spotkanie_4
Spotkanie_5
Spotkanie_5
Spotkanie_6
Spotkanie_6
Spotkanie_7
Spotkanie_7
Wisla_1
Wisla_1
Wisla_2
Wisla_2
Wisla_3
Wisla_3

 

0058 – Galerie 1

Depuis le début de nos nouvelles aventures, nous nous efforçons de rassembler – et de partager – les souvenirs et les témoignages de nos années Comblain. C’est loin d’être facile. Nos mémoires sont si poreuses …

Parfois, l’évocation d’une anecdote, qui a marqué plus durablement l’un d’entre nous, réveille chez d’autres, comme en écho, le souvenir agréable qu’on a partagé ensemble ; parfois une anecdote en rappelle une autre, sans qu’on sache pourquoi. Les photos qui illustrent ces anecdotes ont un rôle très important. C’est souvent elles qui déclenchent le processus de mémoire. On y reconnaît untel … on se souvient vaguement de celui-ci … par contre, celui-là, ne nous dit plus rien … pourtant, il a laissé tant de souvenirs aux autres.

L’Histoire de Comblain est écrite à l’intérieur de chacun de nous … dans une mémoire collective.

Et nous avons le choix : la laisser doucement s’éteindre, au rythme de nos trous de mémoire, ou lui donner une deuxième jeunesse, un deuxième souffle. Nous, on a choisi.

Ce n’est pas « vivre dans le passé » que de vouloir sourire tendrement à son enfance.

Bien sûr, Comblain n’a été qu’une parenthèse – ou plutôt une série de parenthèses – dans nos vies respectives. On a aussi été heureux ailleurs … à d’autres moments … avec d’autres gens …

Mais Comblain symbolise si bien la légèreté, l’insouciance, l’adolescence. Il concentre tant d’énergie positive, tant d’espoirs, de promesses, de douceur, d’amitié. Il irradie de tant d’amour.

Nous avons la chance d’avoir un « espace tendresse » où poser nos bagages d’adolescent, un terrain de jeu où on peut réinventer tout ce qu’on a oublié, ou réécrire ce qu’on aurait voulu vivre autrement, et le privilège de pouvoir y revenir à chaque fois que le besoin s’en fait sentir. Profitons-en.

« Le monde a la beauté du regard qu’on y pose » chantait Duteil. Celui que nous posons sur Comblain est sans doute déformé. Il y a eu aussi des cris, des pleurs, des drames et des conflits. Mais ce n’est pas ce qu’on retiendra. Ce qu’on retiendra, c’est ce terreau fertile à tant d’amitié … ce sont ces moments magiques propices à tant d’émotions … ces instantanés-bonheur qu’on n’imaginait pas si fragiles.

En voici quelques-uns. Ils n’ont pas besoin de commentaires. Ils témoignent.

Ils sont des fragments de vie … des parcelles d’un tout… les tableaux d’une galerie … les trésors cachés d’un musée qu’il nous faut créer … ensemble.

Aidez-nous à faire de Comblain ce musée de la mémoire.

18/04/2016 – Jean-Pierre Dziewiacien

0321
0321 : COMBLAIN-LA-TOUR : Devant le perron : Helcia Garsztka ; Danielle Mironczyk ; Monia Krasowska ; ( ? ) ; ( ? ) ; Christine Mironczyk ; Irena Goch ? ; Christine Konarski ? ; ( ? ) ; ( ? ) ; ( ? ) ; Elźbieta Kowalska ; ( ? ) ; Basia ? ( belle-soeur de Leon Brocki ) ; ( ? ) ; Mirka ( Mirusia ) Tschaika.
0322
0322 : COMBLAIN-LA-TOUR : Devant le réfectoire : Debout : Zbyszek ( Jean-Pierre ) Blaszka ; ( ? d’ Haine St Paul ) ; Richard Chmielecki ; Madame Rose Łagocki ; Edmond Łagocki – Chef moniteur ; Bernard Lukasczczyk ; Ks Kurzawa ; Helcia Garsztka ; Monique ( Monia ) Krasowski ; Danielle Gruszczynski ; Stéphanie Goch ; Accroupis : Raymond Mielcarek ; ( Stefan ? ) ; ( Leszek ? ) ; Henryk ( Heniek ) Kurek ; ( ? ).
0323
0323 : COMBLAIN-LA-TOUR : Sur le petit escalier de l’entrée : François Chwoszcz ; Krystiane Wochen ; Mirka ( ? ) du Limbourg ; Wanda ( ? ) de Charleroi ; …….. ; Madame Bardo ; … ; tout au dessus : Alice Bardo.
0324
0324 : COMBLAIN-LA-TOUR – 1979 : Devant le nouveau bâtiment : Accroupis : ( ? ) ; Monsieur Paterka ; Debout : ( ? ) ; Pani Duszowa de Pologne  ; ( ? ) ; ( ? ) il venait de Krakow … en Fiat 500 ; Madame Bardo ; ( ? ) ; Madame Koldziejka ; ( ? ).
0325
0325 : COMBLAIN-LA-TOUR : Devant le perron : Ks Kurzawa ; … ; Georges Bardo ; … ; et la moitié de la tête de Dominique Ogonowski ; …
0326
0326 : COMBLAIN-LA-TOUR : Devant le perron : Accroupis : ( ? ) ; Heniek Kurek ; Zdzisław Blaszka ; Debout : Bernard Pytel ; ( ? ) ; Serge Préat ; Richard Materna ; ( ? ) ; Basia Czarny-Karas ? (a nglaise ) ; André Karasinski ; ( ? ) ; Bogdan Konarski ; ( ? ) ; ( ? ) ; Monsieur Rzeznik. ( collection Zdzisław Blaszka ).
0327
0327 : COMBLAIN-LA-TOUR : Entre la maison et l’Ourthe : La famille Swiderski et leurs amis … dans le désordre nous pouvons reconnaître : Beata Kotara ; Richard Szymczak ; Liliane Kieltyka ; Isabelle Swiderski ; Marcel Swiderski ; Nathalie Swiderski ; Ema Swiderski ; Madame Kieltyka ; Annie Kieltyka ; Fredy Kieltyka ; Jeanine Leracz ; katty et Christophe Swiderski ; ….
0328
0328 : COMBLAIN-LA-TOUR : Isabelle Malec ; Michel Konarski ; Hélène Piech ; Piotr Rozenski ; Cécile Danielewski.

 

Śpiewnik – 034 – Płynie Wisła, płynie

https://www.youtube.com/watch?v=0oPokemvQ90

https://www.youtube.com/watch?v=lyqVtLaID58

Płynie Wisła, płynie
Po polskiej krainie,
Po polskiej krainie,

A dopóki płynie,
Polska nie zaginie.
A dopóki płynie,
Polska nie zaginie.

Zobaczyła Kraków,
Wnet go pokochała,
Wnet go pokochała,

A w dowód miłości,
Wstęgą opasała.
A w dowód miłości,
Wstęgą opasała.

Nad moją kolebką
Matka się schylała,
Matka się schylała,

I pacierz po polsku 
Mówić nauczała
I pacierz po polsku 
Mówić nauczała.

« Ojcze nasz » i « Zdrowaś »
I « Skład Apostolski »,
I « Skład Apostolski »,

Bym do samej śmierci
kochał Naród polski.
Bym do samej śmierci
kochał Naród polski.

Bo ten Naród polski
Ma ten urok w sobie,
Ma ten urok w sobie,

Kto go raz pokochał,
nie zapomni w grobie.
Kto go raz pokochał,
nie zapomni w grobie.

 

0057 – Pourquoi « La-Tour » ?

Nous avons déjà vu pourquoi Comblain s’appelait Comblain ? Mais pourquoi Comblain-la-Tour ?

Vous avez déjà vu une tour à Comblain-la-Tour, vous ? Moi pas. La seule que nous connaissons, c’est la Tour Saint-Martin … mais elle est à Comblain-au-Pont, au-dessus de la place du marché.

Et pourtant, il y avait bien une tour qui a donné son nom à Comblain-la-Tour … mais c’était il y a longtemps.

Ce n’était d’ailleurs pas une tour isolée, mais une espèce de « maison / ferme / fortifiée » qui comprenait, à l’origine, une tour fortifiée, haute de quatre étages et coiffée d’un clocheton. L’ensemble des bâtiments était entouré d’eau et disposé en carré autour d’une cour centrale.

L’édifice aurait été construit vers l’an 1000. Il semble que le village – fief de Comblinay – doive sa naissance à l’érection de cette « tour ». En tout cas, on en fait déjà mention en 1440.

Plus tard, en 1537, Robert de la Marck s’en empare de force et s’y établi avec son épouse Cathérine Lardinois.

En 1800, la tour qui était devenue un bien de l’abbaye de Stavelot, fut vendue, lors de la révolution française, au maire Monsieur Thys. Sa famille y habita jusqu’en 1890.

Déjà à cette époque, la tour n’avait plus que trois étages et avait perdu son clocheton.

D’autres travaux y seront entrepris … qui conduiront à sa destruction.

En effet, en voulant agrandir la surface habitable, il fut décidé de procéder à l’amincissement d’un mur …

Le 10 juin 1889, à six heures du matin, la tour s’écroula et Maria, la fille qui dormait tout en haut, atterrit saine et sauve, toujours dans son lit.

La tour ne fut jamais reconstruite. Durant des années, les ruines de l’édifice s’offraient aux regards des curieux ( photos 314 à 318 ). En 1908, enfin, les ouvriers qui construisaient la ligne du vicinal vers Manhay détruisirent les pans de murs restant afin d’y faire passer les rails du vicinal. Photo 320.

Une des filles Thys de la tour, épousa un médecin, Monsieur Biron, de Filot. Celui-ci restaura la ferme et fit bâtir cette belle demeure contiguë à la grange. La Villa Biron.

Et comme déjà expliqué, Maître Detienne, qui a construit le château qui deviendra la maison polonaise ( Centre Millennium ), était le beau-fils de Monsieur Biron.

Ce qui reste de la ferme et de la tour se trouve actuellement derrière le restaurant « Grill Kasprowy ».

En résumé, c’est une tour, construite en l’an 1000, qui a donné son nom à l’endroit où – presque 1000 ans plus tard – des polonais décident d’établir le Centre Millennium, baptisé ainsi pour honorer les 1000 ans de chrétienté en Pologne. On dira que c’est le hasard. Einstein disait : « Le hasard, c’est quand Dieu décide de passer quelque part incognito ».

Je ne peux m’empêcher de penser que notre Centre Millennium a été, aussi, une sorte de Tour … de Babel.

Combien de langues différentes pouvait-on entendre durant les colonies ? Le polonais, le français, le néerlandais, l’allemand, l’anglais étaient les langues les plus courantes. Mais nous avons aussi chanté des refrains en italien, et même… en turc.

Mais à l’inverse de ce qui s’est passé à Babel, nous, quand on est arrivé, on se comprenait difficilement, mais très vite, tout le monde a parlé le même langage : celui de la tendresse.

Aussi, il est inutile d’expliquer pourquoi Nous, on l’appelait, chacun à son tour, « Comblain-l’Amour ».

11/04/2016 – Jean-Pierre Dziewiacien

0314
0314 : COMBLAIN-LA-TOUR : La tour construite en l’an 1000.
315
0315 : COMBLAIN-LA-TOUR : La tour construite en l’an 1000.
0316
0316 : COMBLAIN-LA-TOUR : La tour construite en l’an 1000.
0317
0317 : COMBLAIN-LA-TOUR : La tour construite en l’an 1000.
0318
0318 : COMBLAIN-LA-TOUR : La tour et la ferme.
0319
0319 : COMBLAIN-LA-TOUR : Vers la tour.
0320
0320 : COM BLAIN-LA-TOUR : La vieille tour et la ferme : A l’avant plan, la ligne du vicinal vers Manhay.

Śpiewnik – 033 – Zasiali górale owies

https://www.youtube.com/watch?v=ztr_dK0gWPA

https://www.youtube.com/watch?v=WV57FDY8tBs

https://www.youtube.com/watch?v=3j7uYL3alGY

Zasiali górale owies, owies,
Od końca do końca, tak jest, tak jest ;
Zasiali górale żytko, żytko,
Od końca do końca brzydkobrzydko.

Poszła panna do ogrodu
Z motyką, z motyką,
Spotkała się z najmileszym
Nad rzeką, nad rzeką.

Pocóżeś się wydawała,
Kiejś mała, kiejś mała
Będzie z ciebie gospodyni
Niedbała, niedbała.

Zasiali górale owies, owies,
Od końca, do końca, tak jest, tak jest ;
Zasiali górale żyto, żyto,
Od końca, do końca wszystko, wszystko !

A mom ci ja mendelicek,
W domu dwa, w domu dwa
U sąsiadki śwarnych dzieuch
Gromada, gromada.

A mom ja ci trzy mendele
W domu dwa, w domu dwa
Zadna mi się nie podoba
Tylko ta, tylko ta !

 

 

0056 – Pourquoi « Comblain » ?

Est-ce que vous vous êtes déjà demandé pourquoi Comblain s’appelle Comblain ?
Et pourquoi, Comblain-la-Tour et Comblain-au-Pont ?

Comblain-la-Tour, et sa voisine Comblain-au-Pont, étaient autrefois orthographiées : « Comblen ».
Ce nom vient du latin « confluentes » qui signifie « confluent ».
C’est-à-dire : « Endroit où deux cours d’eau se rejoignent ».
« Comblen » est devenu à la longue « Comblain ». Bon, d’accord, mais confluent de quoi ?

Pour Comblain-au-Pont, c’est évident … c’est là que l’Amblève se jette dans l’Ourthe.
Pour Comblain-la-Tour, c’est beaucoup moins évident … et pourtant, Comblain-la-Tour est bien le confluent de deux cours d’eau : l’Ourthe et le « Ry du Boé » ou « Ruisseau du Boé ».

Ce nom vous dit quelque chose ? Évidemment, c’est aussi le nom d’une rue : celle qui part du pont, vers la droite, précisément dans la direction du ruisseau. Durant nos innombrables balades à travers le village, nous avons croisé et longé ce ruisseau des quantités de fois … sans savoir qu’il s’appelait comme ça, ni que c’est à cause de lui que Comblain porte ce nom-là. Sans doute avions-nous d’autres choses en tête …

Vous ne vous en souvenez pas ? Pourtant, quand on lit la description que fait Wikipédia du ruisseau, on a l’impression de connaître tous ces lieux, d’être – presque – chez nous :

« Le ruisseau prend source à l’ouest d’Awan ( commune d’Aywaille ) à l’orée du bois Julienne. Ensuite, il coule toujours vers l’ouest dans une vallée devenant de plus en plus encaissée, passe au nord du château de Fanson ( à Xhoris dans la commune de Ferrières ) et au sud du hameau de Hoyemont ( prononcez Oimont ) dans la commune de Comblain-au-Pont. Après un parcours essentiellement boisé, le Boé passe au pied du hameau de Comblinay, ses maisons et fermes en pierre calcaire ( commune de Hamoir ) et rejoint Comblain-la-Tour à travers les prairies le long de la Rue de Comblinay, du Clos du Boé et de la Rue du Boé pour se jeter dans l’Ourthe via un souterrain sous la Rue du Vicinal et sous la ligne de chemin de fer Liège – Jemelle, non loin de la gare ferroviaire », tout près du pont.

« Le Boé a un cours assez bref de 5,5 km et une largeur de 1 à 4 mètres. Sa source se situe à une altitude de 260 m. Il se jette dans l’Ourthe à une altitude de 105 m. Mais la donnée la plus marquante est l’impressionnante déclivité de ses versants. Près de Hoyemont, la profondeur de la vallée est de 155 m et la déclivité du versant nord dépasse les 30 %. »

Tous ces lieux ont jalonné nos aventures et ont été témoins de nos émois. Le Ry du Boé nous a accompagnés régulièrement ; il nous a rafraîchi souvent ( photo 308, 309, 310 ) … et pas seulement nous ( photos 311 et 312 ).

Juste une petite parenthèse ( S’il vous plaît, à part le ruisseau, ne cherchez pas d’autres points communs entre les photos 308, 309, 310 d’une part, les photos 311, 312 d’autre part. Eveline ( Jean-Lou ), mon épouse, Dominique, ma belle-sœur et Francine, mon amie, sont des êtres sensibles. Je m’en voudrais de les jeter en pâture…).

Maintenant, vous savez que c’est grâce au Ry du Boé que Comblain s’appelle « Comblain ».

Mais je sais ce que vous allez me dire : « En regardant ces photos, on a plus l’impression de voir un « petit pipi » qu’un véritable « cours d’eau ». C’est vrai. En temps normal, le Ry du Boé n’a rien d’impressionnant ; au contraire. Mais sachez qu’en période de cru … il peut vite gonfler et s’avérer dangereux.

J’en veux pour preuve l’attention dont il fait l’objet par la Région wallonne. Sur le document 313 – Applications inondations de la Région wallonne – le Ry du Boé est largement représenté. Il doit contribuer largement aux débordements de l’Ourthe.

Notez, au passage, que sur le même document, on peut voir qu’Hamoir est aussi au confluent de deux cours d’eau : l’Ourthe et le Néblon … pourtant, le village s’appelle Hamoir et pas Comblain ! ! !

Sans doute que deux Comblains c’était assez.

Pour être complet, il faudrait évoquer aussi « Comblain-Fairon ». Sachez que cette appellation ne devrait plus être utilisée depuis 1977.  En 1977, lors de la fusion générale des communes, Fairon et Comblain-la-Tour ont été intégrées à l’entité d’Hamoir. Cette fusion annulant la précédente, elles ont retrouvé leur nom d’origine.

L’appellation Comblain-Fairon n’a donc été que provisoire… même si on la retrouve encore par-ci par-là comme sur le document 313.

Fairon est aussi un confluent, puisque c’est là que le ruisseau de Bloquay se jette dans l’Ourthe.

La suite au prochain épisode – 04/04/2016 – Jean-Pierre Dziewiacien

0308
0308 : COMBLAIN-LA-TOUR : Le ruisseau du Boé : Eveline ( Jean-Lou ) Ogonowski.
0309
0309 : COMBLAIN-LA-TOUR : Le ruisseau du Boé : Dominique Ogonowski
0310
0310 : COMBLAIN-LA-TOUR : Le ruisseau du Boé : Eveline ( Jean-Lou ) Ogonowski ; Francine Załobek
0311
0311 : COMBLAIN-LA-TOUR : Le ruisseau du Boé
0312
0312 : COMBLAIN-LA-TOUR : Le ruisseau du Boé
0313
0313 : COMBLAIN-LA-TOUR : Applications inondations de la Région wallonne

 

0055 : C’était le poisson d’Avril 2016

Une fois n’est pas coutume … je sais que nous ne sommes pas lundi, mais je ne résiste pas au plaisir de partager avec vous la bonne nouvelle. Ça y est, nous tenons notre « activité » principale pour notre prochaine rencontre de septembre 2016.

Rappelez-vous, la dernière fois – en septembre 2015 – le défi était de faire « Comblain-la-Tour / Hamoir » aller et retour, en longeant l’Ourthe pour l’aller et en traversant les bois pour le retour. Et nous l’avons fait ! Facilement. Donc, il fallait trouver quelque chose de plus ardu. Quitte à prendre un peu de hauteur.

Nous avons donc pris contact avec une société d’escalade, qui connaît bien le Rocher de la Vierge, et qui a accepté de nous aider à l’escalader … par la face nord … c’est-à-dire à la verticale. Les photos en annexe illustrent parfaitement ce projet.

Ne vous inquiétez pas, ils ont l’habitude. L’important, c’est de bien rester collé à la paroi. Si vous faites comme sur les photos, il n’y aura pas de problèmes. En plus, ce n’est QUE 60 mètres … pas de quoi fouetter un chat.

Nous grimperons par grappe de 5 personnes.

En général, on peut aller jusque 8, mais vu notre manque d’expérience et la très légère « surcharge pondérale moyenne », les spécialistes préfèrent que nous montions 5 par 5.

Les grappes seront mixtes. Donc, mesdames, évitez de mettre des jupes … ça pourrait distraire les suivants.

On a prévu deux boîtes de secours : Eveline s’occupera des sparadraps, des bandages et du flexion gel. Czésiu s’occupera de la Wyborowa, de la Żubrówka, de la Wiśniówka et de la Stella … comme d’habitude.

D’ailleurs, avant l’escalade, on nous conseille de boire « une saké » et ensuite … banzaï.

Pour ceux qui ont encore une légère crainte, rassurez-vous, il sera possible de souscrire une petite assurance ( pas obligatoire ). Cette police d’assurance ( 9 € / personne ) couvrira tous les frais en cas de chute ; y compris les frais relatifs aux dégâts que des chutes pourraient causer au domaine de la SNCB.

L’assurance couvre également les chutes partielles ( dentiers, prothèses, … ).

Avant de se lancer, nous aurons droit à un petit cours théorique qui comprend : l’ABC de l’escalade à la verticale, les bons gestes à acquérir, le maniement des cordes et des mousquetons et la descente en rappel.

Les particularités du Rocher de la Vierge seront également expliquées avec moult détails. Vous trouverez déjà, en annexe, un petit schéma pour vous familiariser.

Ah oui, encore un détail, avant de grimper, il faudra manger léger, donc le repas principal sera organisé après la descente ; avant, nous n’aurons qu’un « en-cas ». Par contre, l’apéritif sera prolongé.

Voilà, j’espère que tout le monde appréciera cette initiative qui permettra de nous éclater en plein air… Je suis sûr qu’on va beaucoup s’amuser. J’en connais qui ont déjà hâte d’y être.

Premier avril 2016 – JP Dz

0300
0300 : L’activité que nous avons prévue pour vous en septembre 2016
0301
0301 : L’activité que nous avons prévue pour vous en septembre 2016
0302
0302 : L’activité que nous avons prévue pour vous en septembre 2016
0303
0303 : L’activité que nous avons prévue pour vous en septembre 2016
0304
0304 : L’activité que nous avons prévue pour vous en septembre 2016
0305
0305 : L’activité que nous avons prévue pour vous en septembre 2016
0306
0306 : L’activité que nous avons prévue pour vous en septembre 2016
0307
0307 : COMBLAIN-LA-TOUR : Rocher de la vierge.