André Warchulinski.

J’ai l’immense tristesse de vous annoncer qu’à nouveau un des nôtres nous a quittés. André Warchulinski est décédé ce matin des suites d’une longue maladie.

Nous avons eu la chance de partager avec lui des moments inoubliables. Il n’y a pas encore si longtemps, tous ensemble, nous célébrions ses 60 ans lors du bal Kubiak.

Il était un Anciens de Comblain de la première heure. Aucun d’entre nous n’oubliera ni son humour, ni son plaisir de célébrer l’amitié et la fraternité à la manière polonaise.

André est allé rejoindre Georges, Lydia, Anne-Marie et tant d’autres. Il laisse derrière lui un vide qui sera impossible à combler.

Nous partageons avec toi, Christine, un chagrin qu’aucun mot ne serait réconforter. Nous avons juste envie de te serrer dans nos bras et de pleurer avec toi. Sois certaine de notre profonde amitié, et n’oublie jamais que nous sommes là, juste derrière toi … et qu’à chaque fois que tu en auras besoin, tu n’auras qu’à te retourner.

Repose en paix Andrzej.

Les heures que nous avons passées en ta compagnie resteront parmi les plus heureuses.

31/07/2018 – Pour les Anciens de Comblain – Jean-Pierre Dziewiacien

André_Warchulinski_1
André Warchulinski.
André_Warchulinski_2
André Warchulinski.
André_Warchulinski_3
André Warchulinski.
André_Warchulinski_4
André Warchulinski.
André_Warchulinski_5
André Warchulinski.

 

Publicités

0182 – Xhoris par les bois … comme autrefois …

Xhoris par les bois … comme autrefois … c’est ça qu’on vous propose cette année comme promenade lors de notre week-end de septembre.

Cette année-ci, nous ne sortirons pas par la grille d’entrée … on suivra le même itinéraire que jadis et donc, c’est par la petite grille du fond du parc que notre balade 2018 commencera. Nous emprunterons ce petit chemin entre le remblai du chemin de fer et l’Ourthe, vers « la source ». Nous l’avons fait tant de fois …

Nul doute qu’en passant devant « la source » nous aurons une petite pensée pour cet endroit si singulier et chargé de tant de souvenirs. L’eau était-elle toujours potable ? Pourtant … nous l’avons souvent consommée. Ça faisait partie des « risques » que nous prenions en toute innocence.

Au bout du chemin, au lieu-dit « le tourniquet » ( ou encore « le trou Lucas » ), en face des quelques chalets qui subsistent, nous passerons en dessous du pont. Attendez-vous à y trouver de la boue. Personne n’est jamais passé par là sans se salir les souliers … c’est presque une tradition. Il faut dire que ce point bas récolte toute l’eau du ruisseau de la Hé d’Ourthe qui descend du Bois de Bléron.

C’est d’ailleurs dans cette direction qu’on va se diriger … tout droit. On s’engagera sur le petit sentier sinueux qui longe le ruisseau de la Hé d’Ourthe et qui monte vers Xhoris à travers le bois. Le décor est magnifique. Je suis sûr que vous vous en rappelez. Pendant trois quarts d’heure, nous allons nous fondre dans une nature quasi vierge. Vous apprécierez la fraîcheur de l’ombre sous les arbres, le parfum des plantes, et surtout le … silence.

On passera évidemment devant la fameuse croix qui nous impressionnait tant quand nous étions enfants ( photo 1.304 ). On ne pouvait pas s’empêcher d’imaginer, à l’époque, que le promeneur qui était mort, à cet endroit, avait succombé d’épuisement … Du coup, nous, on se sentait fort, parce que nous « on marchait toujours » et en même temps, ça nous faisait quand même « un p’tit peu peur » parce qu’on avait besoin d’avoir « un p’tit peu peur ».

À la sortie du bois, nous atterrirons « Rue Fond des Vaux ». Là, la nature prend une autre forme. La forêt fait place à de larges prairies très vallonnées. La vue se dégage. On peut voir jusque de l’autre côté des creux. C’est le royaume des moutons et des chèvres. Nous serons heureux de retrouver une voie carrossable … surtout que ce sera là que Czesiu, sa voiture-balai et surtout son coffre rempli de boissons, nous attendront.
Quel plaisir de revoir Notre Czesiu … et surtout son coffre ! Ce sera la première halte.

Après que nous nous soyons sustentés, nous aborderons la deuxième étape de notre périple. Mais rassurez-vous, le plus ardu sera derrière nous. Il restera encore quelques centaines de mètres avant de tourner à gauche sur la « Route de Hamoir ». Et nous voici déjà au centre du village de Xhoris. Comme chaque année, une pause plus importante, avec toilettes et tout confort, est prévue tout près de l’église. Cette fois-ci nous nous installerons sur la terrasse du « Relaxhoris » ( photo 1.311 ). L’endroit est très agréable et à découvrir pour tous ceux qui ne le connaissent pas.

Pour le retour, on longera le cimetière, on se glissera à travers de petites barrières pour piétons, on traversera quelques prairies, on se laissera inonder par des paysages grandioses, on s’arrêtera quelques instants au pied du « Tilleul des Lognards » pour méditer sur le sort de ces malheureux qui étaient pendus là, haut et court, on croisera peut-être d’autres résidents ( photo 1.310 ), et on redescendra vers Comblinay ; ce sera l’occasion de redécouvrir l’autre chemin qui mène vers Comblain. Czesiu nous attendra à l’entrée du Ranch Little Creek, comme l’année dernière, pour notre dernière libation.

Voilà. Reste plus qu’à venir. Ce sera le samedi 22 septembre 2018 après le dîner. Si vous n’êtes jamais venus à une de nos rencontres de septembre, demandez à ceux qui connaissent … ils sont devenus accros et ne rateraient ça pour rien au monde. On vous attend … à bientôt.

30/07/2018 – JP Dz

1301
1.301 : COMBLAIN-LA-TOUR : En route vers Xhoris : Le petit chemin vers « la source ».
1302
1.302 : COMBLAIN-LA-TOUR : En route vers Xhoris : La « source » et tout au fond le pont.
1303
1.303 : COMBLAIN-LA-TOUR : En route vers Xhoris : De l’autre côté du pont, le ruisseau de la Hé d’Ourthe et le chemin à travers le Bois de Bléron.
1304
1.304 : COMBLAIN-LA-TOUR / XHORIS : Dans le bois : La croix.
1305
1.305 : XHORIS : La sortie du bois : Rue Fond des Vaux.
1306
1.306 : XHORIS : Sentier après le cimetière.
1307
1.307 : XHORIS : Le Tilleul des Lognards.
1308
1.308 : XHORIS : Retour vers COMBLAIN-LA-TOUR : Vue sur Xhoris et son cimetière.
1309
1.309 : XHORIS : Retour vers COMBLAIN-LA-TOUR : Panorama.
1310
1.310 : XHORIS : Retour vers COMBLAIN-LA-TOUR : Rencontre inattendue.
1311
1.311 : XHORIS : RelaXhoris.

Commentaire de Raymond Mielcarek :

Cette photo a été faite lors de la halte de la promenade de Xhoris par les bois … Jean-Pierre, Pierre Front, Jerzy Bardo, Francis Leleu, Alice Bardo et Bernard Pytel sont bien présents avec leur moniteur de l’époque qui est au fond, au centre, près d’une jolie fille … !!!! ( c’est évidemment Raymond Mielcarek).

C’était ma promenade préférée. On était à l’ombre, par le bois … et on donnait rendez-vous au groupe des filles pour se retrouver dans une prairie où on organisait des jeux.

Cette promenade était répertoriée dans le petit fascicule que nous avions à notre disposition et qui était à l’époque édité par le Syndicat d’initiative.

Raymond Mielcarek

0090
0090 : COMBLAIN-LA-TOUR – Halte dans les bois : Devant, Francis Leleux ; allongé aux pieds d’Alice Bardo, Jean-Pierre Dziewiacien ; à la droite d’Alice, Bernard Pytel ; au fond, au centre Raymond Mielcarek, avec à sa droite Pierre Front et à sa gauche, Mirka Tchajka
0025
0025 – Fascicule pour organiser les promenades – Carte et détails

 

0181 – Nos accordéonneux

À part le site de Comblain-la-Tour, la Communauté polonaise de Belgique n’a pas « accumulé » de nombreux patrimoines immobiliers. Si dans le passé, plusieurs immeubles ou infrastructures étaient des biens propres, à l’heure actuelle, on ne peut citer que quelques exemples : le site des « Baraques » à Ressaix, la « swietlica » de Heusden-Zolder et celle de Beringen … peut-être que j’en oublie quelques-uns. C’est peu par rapport à la multitude d’initiatives et d’implantations polonaises à travers toutes les régions où ils s’étaient installés. Sans doute que l’essentiel n’était pas là.

La gestion de ces biens est une charge conséquente, souvent source de tracas et parfois de conflits. Si on ne peut que féliciter ceux qui en étaient – ou qui en sont encore – les gestionnaires, on peut aussi se réjouir de n’être pas « encombré » par de telles responsabilités. Qu’aurions-nous fait de toutes ces infrastructures ? Comment pourrions-nous entretenir cet héritage ? Le plaisir de s’y rencontrer aurait-il justifié pareil dépense d’énergie ? Personnellement, je suis très heureux de la situation actuelle. Notre patrimoine à nous est ailleurs … il est plus léger, plus incorporel.

Notre patrimoine, c’est l’ensemble de tous ces moments d’infinis plaisirs que nous avons partagés, c’est l’ensemble des milliers d’éclats de rire qui résonnent encore dans nos mémoires, l’ensemble des émotions qui nous ont fait vibrer … ce sont toutes ces chansons que nous fredonnons encore aujourd’hui, ce sont ces traditions que nous perpétuons, ce sont tous ces airs d’accordéon qui nous donnaient tant de joie …

Notre Communauté de souvenirs des Anciens de Comblain se veut la gardienne de ce patrimoine-là.

Aussi, à l’instar de l’UNESCO qui revendique le droit de définir et d’élire les éléments dignes de figurer dans la liste des patrimoines matériels et immatériels du monde à protéger, nous vous proposons d’établir notre propre liste. Pourquoi pas ? Et pourquoi pas commencer tout de suite ? Je propose donc que nous inscrivions sur notre liste comme premier élément de notre patrimoine immatériel : tous les airs d’accordéon entendus à Comblain et ailleurs.

Rappelez-vous, c’était un temps où il ne se passait jamais très longtemps sans un « p’tit air » d’accordéon.
On ne savait jamais vraiment d’où il sortait, ni comment il était arrivé là … et d’ailleurs personne ne se posait la question ; ça nous paraissait naturel qu’il soit là, pile au moment où on avait envie de faire la fête.

Il y avait toujours un « accordéonneux » qui sentait avant les autres que c’était le bon moment … Il y avait toujours, dans un coffre de voiture, un accordéon qui attendait son heure …

Alors, deux notes de musique, un accord connu … et c’était « zabawa ». L’accordéon commençait à s’étirer sous les doigts magiques du musicien. Il se mettait à respirer et pour nous c’était « U cha cha ». On en venait même à oublier que derrière l’instrument il y avait quelqu’un qui actionnait les touches. La personne et l’accordéon ne faisaient qu’un. C’est du plaisir qui sortait

Très vite, nos coudes, dans un élan spontané, se croisaient avec les coudes des voisins, pour ne plus former qu’une guirlande de coudes enlacés dans laquelle nous n’étions plus qu’un maillon balancé de droite à gauche. Comment résister ? Les polonais peuvent résister à tout … sauf à la fête.

On chantait à tue-tête les premières strophes de chaque chanson. Et quand les paroles commençaient à manquer, on inventait des mots improbables et des « lala la » … l’important ce n’était pas les mots mais l’émotion, le partage … l’harmonie. Merci à vous, Messieurs et Mesdames les accordéonneux. Merci pour tous ces moments de pur bonheur.

Je suis d’accord avec Georges Brassens quand le poète chantait :

« C’est une erreur
Mais les joueurs
D’accordéon
Au grand jamais
On ne les met
Au Panthéon
 ».

Les nôtres … ceux qui nous ont fait chanter et danser à Comblain comme ailleurs … méritent amplement leur place au Panthéon de notre reconnaissance éternelle. J’ai envie de crier : « Vas-y Franek, vas-y Wacek, vas-y Józek, vas-y Olek, et toi aussi Stasiu, Michał, Henrik, et tous les autres d’hier et d’aujourd’hui ».

On ne vous a pas suffisamment dit combien vous étiez important … mais il n’est jamais trop tard …

S’il vous plaît, aidez-nous, aujourd’hui, à graver leurs noms sur l’obélisque de notre gratitude … qu’ils s’élèvent vers le ciel comme tous leurs « p’tits airs » d’accordéon et qu’à travers eux, tous les autres musiciens, qu’ils soient violonistes, trompettistes, guitaristes, …, sachent qu’ils sont pour nous les parfaits synonymes du mot « plaisir ».

Hommage à tous nos « accordéonneux » d’hier et d’aujourd’hui :

Mr Józef Karasiński – Mr Wacek Bień
Mr Franek Klimanowicz – Mr Olek Jelen
Mr Henryk Tomczak – Mr Józek Nowicki
Mr Witold Pasternak – Mr Stasiu Kieronski
Mr Michel Pająk – Mr Daniel Pietka
Mr Zygfrid Drebkowski – Mr Guy Niepotolowicz
Mr Janusz Stepien – Mr Slawko Teljega
Mr François Lachowicz – Mr Jules Dominianczyk

J’en oublie certainement … aidez-moi à compléter la liste.

23/07/2018 – JP Dz

1289
1.289 : COMBLAIN-LA-TOUR : Nos accordéonneux : Stasiu Jozwiak ; Gieniu Perzyna ; Franek Klimanowicz ; Bronek Sitarz. Derrière debout, Henryk Modliszewski. Il s’agit de l’orchestre « KSMP Melodia Ojczysta » qui changera de nom dès que le KSMP de Ressaix choisira de s’appeler « KSMP ORLĘTA ».
1290
1.290 : COMBLAIN-LA-TOUR : Nos accordéonneux : Au violon, Mr Janek Stempniewicz ; à l’accordéon, Mr Wacek Bień ; à la contrebasse, Mr Zenon Wójcik.
1291
1.291 : COMBLAIN-LA-TOUR : Nos accordéonneux : Pan Jan ; ( ? ).
1292_1979
1.292 : COMBLAIN-LA-TOUR – 1979 : Nos accordéonneux : A l’accordéon, Michel Pająk ; Ks Kurzawa ; … ; Michel Wolodimiroff ; ( ? ) ; Mr Léon Czak ; … ; le séminariste, Kz Kazik Rzymowski ; …
1293
1.293 : COMBLAIN-LA-TOUR : Nos accordéonneux : ( ? ) ; …
1294
1.294 : COMBLAIN-LA-TOUR – 1972 : Nos accordéonneux : Dans le désordre : Mme Veronika Załobek ; Mme Olga Zeromska ; Ks Kurzawa ; Franek Klimanowicz ; Géniu Bujanowski ; Alfred Materna ; François Lachowicz ; Jean-Pierre Dziewiacien ; Bernadette Lachowicz ; Franca Fisher ; Lydia Młynarski ; Lodzia Baum ; Thérèse Dudziak ; Alexis Łagocki ; … ; ( ? ) … ; à l’accordéon, Witold Pasternak.
1295
1.295 : Quelque part … en coulisse : Nos accordéonneux : Mr ( ? ) Lis ; Mr Janusz Stepien ( le beau-frère de Freddy Fuitowski ) ; Mr Léon Warchulski ; ( ? ).
1296_1990
1.296 : COMBLAIN-LA-TOUR – 1990 : Nos accordéonneux : ( ? ) ; …
1297_2001
1.297 : COMBLAIN-LA-TOUR – 2001 : Nos accordéonneux : L’accordéoniste : Stasiu Kieronski ( du groupe limbourgeois Wisła ) ; Heniu Zapałowski et Aniela Paterka ( épouse de Stasiu ).
1298_2008
1.298 : COMBLAIN-LA-TOUR – 2008 : Nos accordéonneux : Jola Blazejczyk, à l’occasion de son anniversaire ; Mr Piotr Ladomirski ; Barbara Wojda ; ( ? ) ; …
1299_2008
1.299 : COMBLAIN-LA-TOUR – 2008 : Nos accordéonneux : Jola Blazejczyk, à l’occasion de son anniversaire ; Mr Piotr Ladomirski ; Barbara Wojda ; ( ? ) ; …
1300_2016
1.300 : COMBLAIN-LA-TOUR – 2017 : Nos accordéonneux : Notre Józek Nowicki.

0180 – Comblain-la-Tour Jazz 1964

Comme presque chaque année depuis 1959, la pluie est encore au rendez-vous pour accueillir les nombreux fans de jazz au Festival de Comblain-la-Tour, édition 1964. Cette année, la grande star du week-end sera l’immense Ray Charles

Comme déjà évoqué, ce n’est pas la première fois que Ray Charles vient à Comblain. Il était déjà venu en 1961, mais à l’époque il n’était pas encore la grande vedette qu’il deviendra ensuite. En 1961, il a même logé au Centre Millennium. Ce n’est plus le cas en 1964 … C’est d’ailleurs entouré de gendarmes qu’il atteindra le podium pour un concert de 50 minutes. Son chœur, les « Raelets », ne l’accompagnera que pour les 3 dernières chansons. Malheureusement, la prestation de Ray Charles ne sera pas filmée.

Par contre, d’autres musiciens seront filmés, c’est le cas de notre compatriote, le polonais du Zbigniew Namysłowski et son quintet. Dans la petite vidéo, on peut admirer la prestation de cet ensemble qui se produit pour la première fois en Belgique. « Ce quintet est l’un des plus connu dans les pays de l’Est. Mr Namysłowski est un musicien qui compte plusieurs années d’expérience. Il a commencé son histoire musicale dans la Warsaw Philarmonic. De cette musique, il s’est lancé sur le Jazz » ( extrait des Echos de Comblain – juin 1964 ). https://www.youtube.com/watch?v=3xQls2L_ROA

Il faut dire que les télévisions, belges et internationales, étaient là en nombre. « Le programme du samedi 8 août sera transmis en direct par les postes de télévision ci-après : Norvège, T. V. ; Portugal, T.V. ; Allemagne : Z.D.F. ( 2è chaîne ) ; Hollande, N.T.S. ; France : R.T.F. ; Suisse ( allemande ) : S.R.G. ; Belgique : R.T.B. ( d‘expression française ) et B.R.T. ( émission flamande ). C’est la toute première fois dans l’histoire du festival de Comblain-la-Tour que ces postes de télévision enregistreront en direct. Le festival de 1963 avait été transmis par les T.V. française, canadienne et yougoslave. ». ( extrait des Échos de Comblain – août 1964 ).

À 23 h 30, commença la partie du programme retransmisse en Eurovision.

Comme chaque année, les noms les plus prestigieux du Jazz sont là ; citons Memphis Slim, Bill Evans, Tany Golan, et les habitués que sont Jacques Pelzer, René Thomas, Jacques Tolot et Benoît Quersin … et tant d’autres encore.

Mais mon attention a été attirée, plus particulièrement, par un article des Échos de Comblain du mois de juillet 1964. En effet, l’auteur de l’article commence son texte par ces mots : « Vous aurez sûrement remarqué le nombre impressionnant de drapeaux différents qui flottent sur Comblain-la-Tour ». Nous, durant nos colonies, nous avons toujours vu des drapeaux de tous les pays flotter sur le pont de l’Ourthe. Pour nous, c’était le signe du caractère international de Comblain, de son ouverture sur le monde, de la mixité et du mélange de cultures et de traditions qui s’exprimaient là. Si, en 1964, tant de drapeaux étaient présents dans le village, c’est que cet esprit d’ouverture a été très largement impulsé par les festivals de Jazz.

L’auteur de l’article poursuit en disant : « Ces drapeaux sont, en quelque sorte, le salut de ces pays à Comblain-la-Tour et à son fameux festival de Jazz ». Ensuite, il prend la peine de citer toutes les grandes villes qui ont offert ces drapeaux : Palerme, Venise, Cologne, Bombay, New-York, Milan, Florence, et tous les États américains qui ont, eux aussi, offert des drapeaux : la Californie, la Pennsylvanie, le Texas, le Connecticut … Quant aux villes de Varsovie, d’Helsinki et de Vienne, elles « nous ont promis de nous envoyer leur pavillon national ». L’article se termine par : « On peut voir comment Comblain-la-Tour, petit village des Ardennes, a reçu l’hommage des plus grandes villes du monde » ( voir document n° 1.286 ).

En lisant ces quelques lignes, je n’ai pu m’empêcher d’éprouver une certaine fierté … même si en 1964, quand j’ai débarqué à Comblain, je n’avais que 8 ans et que je n’étais en rien « responsable » de tant d’hommage.

Une autre émotion m’a fait aussi sourire. Si nous étions en vacances à Comblain, c’est que nos parents – mineurs de fonds pour l’immense majorité d’entre eux – n’avaient pas les moyens financiers de nous envoyer ailleurs … à l’étranger, à travers le monde … et grâce à ces drapeaux, à ces cadeaux envoyés de si loin, c’est un peu le monde qui venait à nous. Quelle belle revanche.

16/07/2018 – JP Dz

1278_jazz_1964
1.278 : COMBLAIN-LA-TOUR : 1964 : Jazz à Comblain-la-Tour : Affiche.
1279_jazz_1964
1.279 : COMBLAIN-LA-TOUR : 1964 : Jazz à Comblain-la-Tour : Ray Charles et son grand orchestre les Raelets.
1280_jazz_1964
1.280 : COMBLAIN-LA-TOUR : 1964 : Jazz à Comblain-la-Tour : Ray Charles.
1281_jazz_1964
1.281 : COMBLAIN-LA-TOUR : 1964 : Jazz à Comblain-la-Tour : Spectateurs sous la pluie.
1282_jazz_1964
1.282 : COMBLAIN-LA-TOUR : 1964 : Jazz à Comblain-la-Tour : Ray Charles et Joe Napoli.
1283_jazz_1964
1.283 : COMBLAIN-LA-TOUR : 1964 : Jazz à Comblain-la-Tour : Ray Charles.
1284_jazz_1964
1.284 : COMBLAIN-LA-TOUR : 1964 : Jazz à Comblain-la-Tour : Carte postale.
1285_jazz_1964
1.285 : COMBLAIN-LA-TOUR : 1964 : Jazz à Comblain-la-Tour : Article de presse.
1286_Echos_Comblain_juillet_1964_drapeaux
1.286 : COMBLAIN-LA-TOUR : 1964 : Jazz à Comblain-la-Tour : Extrait des Echos de Comblain de juillet 1964.
1287_Jazz_05_1964
1.287 : COMBLAIN-LA-TOUR : 1964 : Jazz à Comblain-la-Tour : Joyeuse ambiance.
1288_Zbigniew_Namyslowski
1.288 : COMBLAIN-LA-TOUR : 1964 : Jazz à Comblain-la-Tour : Zbigniew Namysłowski et son orchestre.

 

0179 – K.S.M.P. Echo Ojczyste

Pour ce deuxième épisode consacré au folklore, je vous emmène redécouvrir le « K.S.M.P. Echo Ojczyste » de la région de Mons. Les photos d’aujourd’hui sont entièrement consacrées à cet ensemble. Elles représentent les trois périodes différentes qu’a connu, selon moi, le groupe :

– la 1ère commence en 1960 quand l’abbé Woryna fonde l’association en la « swietlica » de Tertre ;
– la 2ème débute dans les années 1972 / 1973 avec le départ de nombreux membres et la reprise en main par une nouvelle génération ;
– la 3ème démarre vers les années 1978 / 1979 avec une nouvelle vague d’éloignement et des nouveaux arrivants.

La photo 1.273 date de 1968. On peut y voir les membres de la 1ère période, du moins ceux qui sont encore là.
En effet, le groupe a déjà 8 ans d’existence. Certains membres sont déjà partis, d’autres sont arrivés pour renforcer la joyeuse troupe. Pour l’heure, c’est Zdzisław Blaszka qui est président. Il a remplacé Władysław Łokietek et Henryk Łagocki. Autour de lui, Raymond Mielcarek, les frères Chmielecki, André Karasiński, Edouard Kucharzewski et tous les autres forment une équipe homogène et soudée. C’est Anne-Marie Mazgaj qui est présidente. Ensemble, ils multiplient les activités et les initiatives. Vous reconnaîtrez facilement :

– En civil à gauche : Mr Walenty Chmielecki ( responsable du théâtre ) – Pani Róża ( maman d’Anne-Marie Mazgaj – habilleuse ) – Mr Edmond Łagocki ( chorégraphe ).
– En civil à droite : Le Père Lewandowski – Mr Franek Bujanowski – Mr Józef Karasiński ( responsable de la chorale ).
– Les musiciens accroupis : Mr Zenon Grzeszkowiak – Mr Stefan Blaszka – Mr Slawko Teljega.

– 1ère rangée en bas et de gauche à droite : Serge Préat – Nadine Kucharzewski – Gertrude Kunath – Christiane Mielcarek – Stéphanie Goch – Annie Moury – Maria Dudziak – Hélène Pawlak – Ingrid Walasiak – Basia Mazgaj – Michel Mielcarek.

– 2ème rangée au centre et de gauche à droite : Edouard Kucharzewski – Richard Chmielecki – Christine Blasiak – Anne-Marie Mazgaj – Eva Dudziak – Janek Dudziak – Christiane Konarski – Anna Dudziak – Richard Pawlak – Zdzisław Chmielecki.

– 3ème rangée au fond et de gauche à droite : André Karasiński – Raymond Mielcarek – Bogdan Konarski – Zygmund Mielcarek – Zdzisław Blaszka.

Les 3 photos suivantes, datent des années 1974 / 1975 ; c’est déjà la seconde génération. Le groupe est très uni. Il se compose de nombreux jeunes enthousiastes et volontaires. Aucun d’entre eux ne manquerait ni une représentation, ni une répétition, ni aucune des activités proposées. On fait la file pour danser. Et très vite, par-delà le folklore, c’est une véritable amitié profonde qui lie tous les membres les uns aux autres.

Cette photo est assez surprenante d’ailleurs ; en effet, il s’agit bien du KSMP de Mons, mais la photo est prise à … Binche ; et plus exactement sous le porche de l’église Saint-Ursmer, à deux pas du musée international du masque. La raison de cette « délocalisation » partielle est simple. Le comité du KSMP Mons s’était enfin décidé à satisfaire une demande croissante des spectateurs qui ne manquaient jamais – à chaque représentation du groupe un peu partout en Belgique – de vouloir un souvenir ou une photo. Il fut donc décidé d’éditer 2 photos, en costume et en plein air.

Restait à trouver le cadre, l’ensoleillement idéal, le temps et le moyen de rassembler les troupes. C’est donc à l’occasion du festival des KSMP à Binche que les circonstances se sont montrées les plus favorables. Une fois que tout le monde était en costume, l’ensemble du groupe s’est éclipsé de la salle, le temps de rejoindre le porche de l’église Saint-Ursmer pour 2 photos mémorables, plus une en noir et blanc.

– Accroupis et de gauche à droite : Alfred Materna – Max Mitka – Marek Bujanowski – Alexis Łagocki – Richard Konarski.

– 2ème rangée et de gauche à droite : Mr Edmond Łagocki ( chorégraphe ) – Mr Léon Warchulski ( violoniste ) – Annie Wisła – Christina Nahorniak – Martine Mazgaj – Thérèse Dudziak – Pascal Łagocki – René Sarpette ( guitariste ).

– 3ème rangée et de gauche à droite : Zuhal Gunal – Isabella Cosaro – Martine Brzezicha – Thérèse Taporski – Stéphanie Goch – Patricia Młynarski – Jeanine Dudziak.

– 4ème rangée et de gauche à droite : Lydia Młynarski – Franca Fisher – Monia Krasowska – Annie Borowski – Micheline Zwierzyk – Hélène Borowski

– 5ème rangée et de gauche à droite : Czesław Kucharzewski – Pierre Front – Jean-Pierre Dziewiacien – Richard Pawlak – Géniu Bujanowski – Mr Henri Łagocki – Michel Mikołajczyk – Janek Konarski.

Le choix des costumes – pour ces 2 photos – n’est pas anodin. Si la plupart des danseurs sont habillés en Krakowiak, à l’avant-plan, 5 garçons sont prêts pour le « Zbójnicki ». N’oublions pas que nous sommes au festival des KSMP ; il s’agit de montrer aux autres, autant qu’aux spectateurs, les « spécialités locales ». Or, au KSMP Mons, les garçons excellent dans la danse des montagnards. Ici, il n’y a aucune fille ( contrairement au Góralski pratiqué par certains groupes ), mais les prouesses et les acrobaties des danseurs font vibrer le public. Ce moment du spectacle est toujours richement applaudi !

La dernière photo date du 4 avril 1982. Elle a été prise à Roisin, par Géniu Bujanowski – juste après un spectacle à Wihéries – dans le but d’en faire une carte postale. Les jeunes présents sont déjà la 3ème période. Ceux qui restent de la période précédente, ont grandi, vieilli et surtout se sont … « choisis ». Désormais, des couples sont formés. Un certain brassage a eu lieu et 2 jeunes femmes de Ressaix s’intègrent au KSMP Mons.

C’est comme ça qu’Eveline Ogonowski se retrouve au centre de la photo, avec le violon ( nous sommes revenus à Mons, tous les deux, après avoir été ensemble un long moment au KSMP de Ressaix ).

À côté de Pierre Front, c’est Jeanine Romanowicz ( de Ressaix aussi ) ; et juste derrière Czesiu Kucharzewski et Zuhal Gunal.

– Au 1er plan et accroupis : Freddy Motala – Jean-Pierre Dziewiacien

– Assis à gauche : Pierre Front – Jeanine Romanowicz – Marie-Claude Castellin – Patricia Dudziak

– Assise au centre avec le violon : Eveline Ogonowski

– Assises à droite : Véronique Szczypanski – Lydia Szczypanski – Pascale Godon – ( ??? ).

– Debout et de gauche à droite : Hector Fazzini – Czesiu Kucharzewski – Zuhal Gunal – Jeannine Bassani – Michel Brzezicha – Lydia Hantson – Sylvie Wawrzyniak – Giovani Cortelletti – Laurence Norkiewich – Patrick Szczypanski – Christian Szczypanski – Patrick Skrypczak.

L’immense majorité de ces jeunes est passée par Comblain-la-Tour … beaucoup d’entre eux font encore partie aujourd’hui des Anciens de Comblain … ce n’est pas un hasard, mais la preuve que ce qui nous a unis un jour persiste, dépasse les « régionalismes » et les clivages. C’est cet attachement à la culture polonaise, à cette terre d’origine que beaucoup ne connaissaient pas à l’époque, qu’ils n’ont cessé d’évoquer à travers leurs loisirs, leurs habitudes, leurs coutumes.

 09/07/2018 – JP Dz

1273
1.273 : TERTRE – 1968 : K.S.M.P. Echo Ojczyste de Mons : En civil à gauche : Mr Walenty Chmielecki ( responsable du théâtre ) – Pani Róża ( maman d’Anne-Marie Mazgaj – habilleuse ) – Mr Edmond Łagocki ( chorégraphe ). En civil à droite : Le Père Lewandowski – Mr Franek Bujanowski – Mr Józef Karasiński ( responsable de la chorale ). Les musiciens accroupis : Mr Zenon Grzeszkowiak – Mr Stefan Blaszka – Mr Slawko Teljega. 1ère rangée en bas : Serge Préat – Nadine Kucharzewski – Gertrude Kunath – Christiane Mielcarek – Stéphanie Goch – Annie Moury – Maria Dudziak – Hélène Pawlak – Ingrid Walasiak – Basia Mazgaj – Michel Mielcarek. 2ème rangée au centre : Edouard Kucharzewski – Richard Chmielecki – Christine Blasiak – Anne-Marie Mazgaj – Eva Dudziak – Janek Dudziak – Christiane Konarski – Anna Dudziak – Richard Pawlak – Zdzisław Chmielecki. 3ème rangée au fond : André Karasiński – Raymond Mielcarek – Bogdan Konarski – Zygmund Mielcarek – Zdzisław Blaszka.
1274
1.274 : BINCHE – 1974 / 75 : K.S.M.P. Echo Ojczyste de Mons : Accroupis : Alfred Materna – Max Mitka – Marek Bujanowski – Alexis Łagocki – Richard Konarski. 2ème rangée : Mr Edmond Łagocki ( chorégraphe ) – Mr Léon Warchulski ( violoniste ) – Annie Wisła – Christina Nahorniak – Martine Mazgaj – Thérèse Dudziak – Pascal Łagocki – René Sarpette ( guitariste ). 3ème rangée : Zuhal Gunal – Isabella Cosaro – Martine Brzezicha – Thérèse Taporski – Stéphanie Goch – Patricia Młynarski – Jeanine Dudziak. 4ème rangée : Lydia Młynarski – Franca Fisher – Monia Krasowska – Annie Borowski – Micheline Zwierzyk – Hélène Borowski 5ème rangée : Czesław Kucharzewski – Pierre Front – Jean-Pierre Dziewiacien – Richard Pawlak – Géniu Bujanowski – Mr Henri Łagocki – Michel Mikołajczyk – Janek Konarski.
1275
1.275 : BINCHE – 1974 / 75 : K.S.M.P. Echo Ojczyste de Mons : Accroupis : Alfred Materna – Max Mitka – Marek Bujanowski – Alexis Łagocki – Richard Konarski. 2ème rangée : Mr Edmond Łagocki ( chorégraphe ) – Mr Léon Warchulski ( violoniste ) – Annie Wisła – Christina Nahorniak – Martine Mazgaj – Thérèse Dudziak – Pascal Łagocki – René Sarpette ( guitariste ). 3ème rangée : Zuhal Gunal – Isabella Cosaro – Martine Brzezicha – Thérèse Taporski – Stéphanie Goch – Patricia Młynarski – Jeanine Dudziak. 4ème rangée : Lydia Młynarski – Franca Fisher – Monia Krasowska – Annie Borowski – Micheline Zwierzyk – Hélène Borowski 5ème rangée : Czesław Kucharzewski – Pierre Front – Jean-Pierre Dziewiacien – Richard Pawlak – Géniu Bujanowski – Mr Henri Łagocki – Michel Mikołajczyk – Janek Konarski.
1276
1.276 : Les mêmes sous un autre angle.
1277
1.277 : ROISIN – 1982 : K.S.M.P. Echo Ojczyste de Mons : Au 1er plan et accroupis : Freddy Motala – Jean-Pierre Dziewiacien Assis à gauche : Pierre Front – Jeanine Romanowicz – Marie-Claude Castellin – Patricia Dudziak Assise au centre avec le violon : Eveline Ogonowski Assises à droite : Véronique Szczypanski – Lydia Szczypanski – Pascale Godon – ( ??? ). Debout : Hector Fazzini – Czesiu Kucharzewski – Zuhal Gunal – Jeannine Bassani – Michel Brzezicha – Lydia Hantson – Sylvie Wawrzyniak – Giovani Cortelletti – Laurence Norkiewich – Patrick Szczypanski – Christian Szczypanski – Patrick Skrypczak.

 

0178 – Méfiez-vous des apparences …

J’aimerais profiter des photos d’aujourd’hui pour vous mettre en garde …

En effet, vous n’êtes pas sans savoir que nous sommes entrés – à nos corps défendant – dans un monde où il est devenu quasi impossible de se fier à quoi de ce soit. Dans un univers dominé par les Photoshops, les fake news, les rumeurs urbaines et le complotisme … plus personne ne semblent vraiment disposés ni à croire ce qu’il voit, ni à jurer de ce qu’il croyait, dur comme fer, encore hier.

Il faut bien dire que, tout autour de nous, tout le monde s’y est mis pour nous faire douter de tout … Qui peut encore prendre pour argent comptant un tel conseil diffusé à la télé, ou à la radio … une telle assertion de son conseiller financier … ou encore un tel diagnostic de son thérapeute ? Et je ne parle même pas des hommes politiques et de leurs « promesses électorales ».

Nous sommes passés d’une société de Vérités uniques, et indéfectibles, à celle du doute permanent et du « tire ton plan pour t’y retrouver ». Les vérités d’aujourd’hui sont éphémères … elles durent « ce que durent les roses l’espace d’un matin … » comme disait le grand Malherbe. C’est peut-être poétique, mais c’est casse-pieds.

Il nous faut donc apprendre à faire le tri entre le vraisemblable, le plausible et l’improbable. C’est comme ça !

Nous, les Anciens de Comblain, nous n’échapperons pas à ce phénomène mondial … Oh … ce n’est pas qu’on veuille se mentir les uns les autres, ni cultiver des contre-vérités, mais il faut bien admettre que l’objet principal de toute notre action, c’est d’évoquer des souvenirs d’il y a 40 ans et plus … Et qui d’entre vous est convaincu d’avoir une mémoire infaillible ? S’il y a bien une chose que j’ai expérimenté depuis 3 ans que les Anciens de Comblain existent, c’est que nos souvenirs se croisent souvent … se confondent parfois … mais se distendent le plus souvent. Nous avons vécu les mêmes choses … mais différemment.

Alors, vous me direz : « Heureusement, les photos sont là … elles ne peuvent pas mentir ». Benh … parfois si ! Je sens que vous voulez un exemple. Regardez les quatre premières photos … qu’est-ce que vous voyez ?

Un sportif ; un vrai. Bien sûr, il est musclé comme un câble de frein à main … mais c’est un sportif. On le voit courir, bondir, lancer, sauter … et tomber. Il mouille sa chemisette en tergal et impressionne les spectateurs qui semblent époustouflés … ( bon d’accord … peut-être pas tous ). Là, aucun doute possible, il fait du sport !

Regardez maintenant la photo suivante ( 1.270 ) … lui aussi semble faire du sport à Comblain … mais sur ce sportif-là, vous pouvez sérieusement avoir des doutes. Je peux en parler avec d’autant plus d’aisance, puisque cet « athlète » … c’est moi ! C’est peut-être la seule fois des colonies où j’ai touché un ballon ( et pourtant, j’ai participé très souvent aux colonies … ) et encore … je ne suis pas sûr, ce jour-là, d’avoir touché la balle !

Par contre, je me souviens très bien d’avoir attrapé une crampe au mollet pendant que papa prenait la photo pour immortaliser l’évènement !

Vous pouvez aussi douter de la photo suivante ( 1.271 ) ; contrairement aux apparences, elle n’a pas été prise à la fin d’une compétition sportive. Ce que vous voyiez, ce n’est pas le vainqueur au milieu, sur le podium, entouré à sa droite par le second de la compétition et à sa gauche par le troisième. Non, non. Ne croyez pas ça.

D’ailleurs, passez directement à la photo suivante ( 1.272 ) … c’est la même … mais avec un peu de recul.  Si j’avais l’air, sur la photo précédente, d’être le plus … c’est simplement qu’à ce moment-là, j’étais encore un peu plus grand que Marek, à ma droite et que Géniu, à ma gauche ! La seule fierté que je pourrais revendiquer, « éventuellement », c’est d’avoir finalement « touché la balle » … et sans décoiffer cette belle ligne du milieu du crâne … et sans faire tomber les lunettes de soleil négligemment suspendues entre un pull d’un blanc éclatant et un pantalon à pattes d’éléphant …

Eh oui, à Comblain, il y avait de vrais sportifs, et puis d’autres … Je faisais partie des autres !

Vous voyiez bien … même les photos peuvent trahir la vérité.

Alors, je vous encourage à vous faire votre propre vérité et à cultiver vos propres souvenirs. Tout ce qu’on vous demande, c’est de les partager à nous. Et si des mêmes anecdotes vous avez retenu autre chose … tant mieux … et si vous pensez que ça s’est passé autrement … tant mieux … et si vous voulez écrire tout le contraire de ce que d’autres ont déjà écrit … tant mieux. Je vous encourage à le faire.

Nous gagnerons davantage à partager toutes nos vérités qu’à nous déchirer pour n’en imposer qu’une seule.

Quant aux sportifs – aux « vrais », ceux qui gagnent des millions pour faire « vibrer » des supporters avides de victoire ( et qui sont depuis dimanche inconsolables ) – je les encourage à faire preuve de plus de modestie, d’humilité et d’autodérision.  Peut-être qu’avec des chevilles qui enflent un peu moins, ils joueraient un peu mieux ?

02/07/2018 – JP Dz

1266
1.266 : COMBLAIN-LA-TOUR : Sports dans le parc : Georges Załobek, au lancer du poids ; ( ? ) ; ( ? ).
1267
1.267 : COMBLAIN-LA-TOUR : Sports dans le parc : Georges Załobek, au javelot.
1268
1.268 : COMBLAIN-LA-TOUR : Sports dans le parc : Georges Załobek, au saut en hauteur ; ( ? ) ; … ; ( ? ) ; ( ? ).
1269
1.269 : COMBLAIN-LA-TOUR : Sports dans le parc : Georges Załobek, au saut en longueur ; ( ? ) ; … ; ( ? ) ; ( ? ).
1270
1.270 : COMBLAIN-LA-TOUR : Frime dans le parc : Jean-Pierre Dziewiacien.
1271
1.271 : COMBLAIN-LA-TOUR : Frime dans le parc : Marek Bujanowski ; Jean-Pierre Dziewiacien ; Géniu Bujanowski.
1272
1.272 : COMBLAIN-LA-TOUR : Frime dans le parc – avec un peu de recul : Marek Bujanowski ; Jean-Pierre Dziewiacien ; Géniu Bujanowski.