Janek Konarski

C’est la loi des séries … des mauvaises séries ! Je dois, à nouveau, vous annoncer une très mauvaise nouvelle : notre ami Janek Konarski vient de décéder subitement des suites d’un AVC. Janek était un Ancien de Comblain et un Ancien du KSMP de Mons.

Nous avons eu le privilège de le rencontrer régulièrement quand nous étions adolescents. Son amitié nous était chère et on appréciait tant sa bonne humeur que son sérieux.

Même si nous nous étions perdus de vue depuis de nombreuses années, son souvenir nous était agréable. J’ai donc été très heureux de le retrouver, ce 15 septembre 2018, lors d’une fête de famille ou presque toute la famille Konarski était présente. C’est à eux que je pense aujourd’hui, à son épouse, ses enfants et petits-enfants, à sa maman, ses sœurs Christiane et Danielle, ses frères Bogdan, Richard et Michel, ainsi qu’à toute la famille.

Au nom des Anciens de Comblain, je vous présente nos plus sincères condoléances.

Jean-Pierre Dziewiacien

0035
35 : COMBLAIN-LA-TOUR : Quelque part dans les bois : Freddy Fiutowski ; Janek Konarski.
571_1975
571 : COMBLAIN-LA-TOUR – 1975 : Cours de moniteurs : Au premier rang : Martine Brzezicha ; Zuhal Gunal ; Micheline Zwierzyk ; Alexis Łagocki ; Deuxième rang : Ks Kurzawa ; Thérèse Dudziak ; ( ? ) ; Dominique Ogonowski ; Isabella Cosaro ; Géniu Bujanowski ; Troisième rang : ( ? ) ; ( ? ) ; ( ? ) ; ( ? ) ; ( ? ) ; ( ? ) ; ( ? ) ; Zosia Król ; Jean-Pierre Dziewiacien ; Pierre Front ; ( ? ) ; Edward ( ? ) d’Allemagne ; Dernier rang : Mr Rusowicz ; ( ? ) ; Mr Franek Bujanowski ; Mr Bardo ; Janek Konarski ; Regina Gymza ; Mr Léon Czak ; Marek Bujanowski ; Malvina Rusowicz ; ( ? ) ; ( ? ), ces 2 derniers d’Allemagne aussi, c’était la première fois qu’il y avait des allemands pour les cours de moniteurs.
603
603 : BINCHE : Devant l’hôtel de ville, pour un festival des KSMP : Accroupis : Annie Nowicki ; Zuhal Gunal ; Micheline Zwierzyk ; Czesiu Kucharzewski ; Debouts : Regina Gymza ; Annie Borowski ; Hélène Borowski ; Isabella Cosaro ; Annie Wisła ; Zosia Król ; Janek Konarski.
731
731 : COMBLAIN-LA-TOUR : Dans le parc, en couleur : Le moniteur Janek Konarski ; ( ? ) ; … ; derrière, Alexis Łagocki ; ( ? ) ; ( ? ).
1030
1.030 : COMBLAIN-LA-TOUR : A la gare : Accroupis : Lydia Młynarski ; Jean-Pierre Dziewiacien ; Alexandre Persich ; Micheline Zwierzyk ; Czesiu Kucharzewski ; Franca Fisher. Debouts : ( ? ) ; Janek Konarski ; Zosia Król ; Monica Nauschutz ; Michel Konarski ; Richard Konarski ; Patrick Madaj ; Regina Gymza ; ( ? ) ; Isabella Cosaro ; ( ? ) ; Alexis Łagocki ; Hélène Borowski ; Zuhal Gunal ; Igor Gymza ; Georges Persich ; Danielle Konarski ; ( ? ).
Ce_15_septembre_2018
RESSAIX – 15/09/2018 : Aux 60 ans de Pierre Front : Debout : Bogdan Konarski ; Christiane Konarski ; Jean-Pierre Dziewiacien ; Pierre Front ; Janek Konarski ; Assis : Richard Konarski ; Eveline Ogonowski ; Danielle Konarski.
Publicités

0189 – L’épisode X

Une fois n’est pas coutume … aujourd’hui, il n’y aura pas de photo, ni de texte, mais un diaporama musical ! Alors, mettez le son au maximum, et laissez-vous aller à ce petit moment de pure poésie … : Episode_X

Vous pouvez aussi télécharger le diaporama et l’écouter tranquillement chez vous en cliquant sur le lien :

https://anciensdecomblain.files.wordpress.com/2018/09/episode_x1.pps

Vous pouvez enfin le visionner sous forme de vidéo en cliquant sur le lien :

https://dai.ly/k5I269oECqvSqFrVz5o

NB : Sur la vidéo, il n’y a pas de son … c’est très dommage … ce n’est pas faute d’avoir essayé …

17/09/2018 – JP Dz

Les jeux interdits
Les jeux interdits

Diapositive2Diapositive3Diapositive4Diapositive5Diapositive6Diapositive7Diapositive8Diapositive9Diapositive10Diapositive11Diapositive12Diapositive13Diapositive14Diapositive15Diapositive16Diapositive17Diapositive18Diapositive19

André Warchulinski.

J’ai l’immense tristesse de vous annoncer qu’à nouveau un des nôtres nous a quittés. André Warchulinski est décédé ce matin des suites d’une longue maladie.

Nous avons eu la chance de partager avec lui des moments inoubliables. Il n’y a pas encore si longtemps, tous ensemble, nous célébrions ses 60 ans lors du bal Kubiak.

Il était un Anciens de Comblain de la première heure. Aucun d’entre nous n’oubliera ni son humour, ni son plaisir de célébrer l’amitié et la fraternité à la manière polonaise.

André est allé rejoindre Georges, Lydia, Anne-Marie et tant d’autres. Il laisse derrière lui un vide qui sera impossible à combler.

Nous partageons avec toi, Christine, un chagrin qu’aucun mot ne serait réconforter. Nous avons juste envie de te serrer dans nos bras et de pleurer avec toi. Sois certaine de notre profonde amitié, et n’oublie jamais que nous sommes là, juste derrière toi … et qu’à chaque fois que tu en auras besoin, tu n’auras qu’à te retourner.

Repose en paix Andrzej.

Les heures que nous avons passées en ta compagnie resteront parmi les plus heureuses.

31/07/2018 – Pour les Anciens de Comblain – Jean-Pierre Dziewiacien

André_Warchulinski_1
André Warchulinski.
André_Warchulinski_2
André Warchulinski.
André_Warchulinski_3
André Warchulinski.
André_Warchulinski_4
André Warchulinski.
André_Warchulinski_5
André Warchulinski.

 

0181 – Nos accordéonneux

À part le site de Comblain-la-Tour, la Communauté polonaise de Belgique n’a pas « accumulé » de nombreux patrimoines immobiliers. Si dans le passé, plusieurs immeubles ou infrastructures étaient des biens propres, à l’heure actuelle, on ne peut citer que quelques exemples : le site des « Baraques » à Ressaix, la « swietlica » de Heusden-Zolder et celle de Beringen … peut-être que j’en oublie quelques-uns. C’est peu par rapport à la multitude d’initiatives et d’implantations polonaises à travers toutes les régions où ils s’étaient installés. Sans doute que l’essentiel n’était pas là.

La gestion de ces biens est une charge conséquente, souvent source de tracas et parfois de conflits. Si on ne peut que féliciter ceux qui en étaient – ou qui en sont encore – les gestionnaires, on peut aussi se réjouir de n’être pas « encombré » par de telles responsabilités. Qu’aurions-nous fait de toutes ces infrastructures ? Comment pourrions-nous entretenir cet héritage ? Le plaisir de s’y rencontrer aurait-il justifié pareil dépense d’énergie ? Personnellement, je suis très heureux de la situation actuelle. Notre patrimoine à nous est ailleurs … il est plus léger, plus incorporel.

Notre patrimoine, c’est l’ensemble de tous ces moments d’infinis plaisirs que nous avons partagés, c’est l’ensemble des milliers d’éclats de rire qui résonnent encore dans nos mémoires, l’ensemble des émotions qui nous ont fait vibrer … ce sont toutes ces chansons que nous fredonnons encore aujourd’hui, ce sont ces traditions que nous perpétuons, ce sont tous ces airs d’accordéon qui nous donnaient tant de joie …

Notre Communauté de souvenirs des Anciens de Comblain se veut la gardienne de ce patrimoine-là.

Aussi, à l’instar de l’UNESCO qui revendique le droit de définir et d’élire les éléments dignes de figurer dans la liste des patrimoines matériels et immatériels du monde à protéger, nous vous proposons d’établir notre propre liste. Pourquoi pas ? Et pourquoi pas commencer tout de suite ? Je propose donc que nous inscrivions sur notre liste comme premier élément de notre patrimoine immatériel : tous les airs d’accordéon entendus à Comblain et ailleurs.

Rappelez-vous, c’était un temps où il ne se passait jamais très longtemps sans un « p’tit air » d’accordéon.
On ne savait jamais vraiment d’où il sortait, ni comment il était arrivé là … et d’ailleurs personne ne se posait la question ; ça nous paraissait naturel qu’il soit là, pile au moment où on avait envie de faire la fête.

Il y avait toujours un « accordéonneux » qui sentait avant les autres que c’était le bon moment … Il y avait toujours, dans un coffre de voiture, un accordéon qui attendait son heure …

Alors, deux notes de musique, un accord connu … et c’était « zabawa ». L’accordéon commençait à s’étirer sous les doigts magiques du musicien. Il se mettait à respirer et pour nous c’était « U cha cha ». On en venait même à oublier que derrière l’instrument il y avait quelqu’un qui actionnait les touches. La personne et l’accordéon ne faisaient qu’un. C’est du plaisir qui sortait

Très vite, nos coudes, dans un élan spontané, se croisaient avec les coudes des voisins, pour ne plus former qu’une guirlande de coudes enlacés dans laquelle nous n’étions plus qu’un maillon balancé de droite à gauche. Comment résister ? Les polonais peuvent résister à tout … sauf à la fête.

On chantait à tue-tête les premières strophes de chaque chanson. Et quand les paroles commençaient à manquer, on inventait des mots improbables et des « lala la » … l’important ce n’était pas les mots mais l’émotion, le partage … l’harmonie. Merci à vous, Messieurs et Mesdames les accordéonneux. Merci pour tous ces moments de pur bonheur.

Je suis d’accord avec Georges Brassens quand le poète chantait :

« C’est une erreur
Mais les joueurs
D’accordéon
Au grand jamais
On ne les met
Au Panthéon
 ».

Les nôtres … ceux qui nous ont fait chanter et danser à Comblain comme ailleurs … méritent amplement leur place au Panthéon de notre reconnaissance éternelle. J’ai envie de crier : « Vas-y Franek, vas-y Wacek, vas-y Józek, vas-y Olek, et toi aussi Stasiu, Michał, Henrik, et tous les autres d’hier et d’aujourd’hui ».

On ne vous a pas suffisamment dit combien vous étiez important … mais il n’est jamais trop tard …

S’il vous plaît, aidez-nous, aujourd’hui, à graver leurs noms sur l’obélisque de notre gratitude … qu’ils s’élèvent vers le ciel comme tous leurs « p’tits airs » d’accordéon et qu’à travers eux, tous les autres musiciens, qu’ils soient violonistes, trompettistes, guitaristes, …, sachent qu’ils sont pour nous les parfaits synonymes du mot « plaisir ».

Hommage à tous nos « accordéonneux » d’hier et d’aujourd’hui :

Mr Józef Karasiński – Mr Wacek Bień
Mr Franek Klimanowicz – Mr Olek Jelen
Mr Henryk Tomczak – Mr Józek Nowicki
Mr Witold Pasternak – Mr Stasiu Kieronski
Mr Michel Pająk – Mr Daniel Pietka
Mr Zygfrid Drebkowski – Mr Guy Niepotolowicz
Mr Janusz Stepien – Mr Slawko Teljega
Mr François Lachowicz – Mr Jules Dominianczyk

J’en oublie certainement … aidez-moi à compléter la liste.

23/07/2018 – JP Dz

1289
1.289 : COMBLAIN-LA-TOUR : Nos accordéonneux : Stasiu Jozwiak ; Gieniu Perzyna ; Franek Klimanowicz ; Bronek Sitarz. Derrière debout, Henryk Modliszewski. Il s’agit de l’orchestre « KSMP Melodia Ojczysta » qui changera de nom dès que le KSMP de Ressaix choisira de s’appeler « KSMP ORLĘTA ».
1290
1.290 : COMBLAIN-LA-TOUR : Nos accordéonneux : Au violon, Mr Janek Stempniewicz ; à l’accordéon, Mr Wacek Bień ; à la contrebasse, Mr Zenon Wójcik.
1291
1.291 : COMBLAIN-LA-TOUR : Nos accordéonneux : Pan Jan ; ( ? ).
1292_1979
1.292 : COMBLAIN-LA-TOUR – 1979 : Nos accordéonneux : A l’accordéon, Michel Pająk ; Ks Kurzawa ; … ; Michel Wolodimiroff ; ( ? ) ; Mr Léon Czak ; … ; le séminariste, Kz Kazik Rzymowski ; …
1293
1.293 : COMBLAIN-LA-TOUR : Nos accordéonneux : ( ? ) ; …
1294
1.294 : COMBLAIN-LA-TOUR – 1972 : Nos accordéonneux : Dans le désordre : Mme Veronika Załobek ; Mme Olga Zeromska ; Ks Kurzawa ; Franek Klimanowicz ; Géniu Bujanowski ; Alfred Materna ; François Lachowicz ; Jean-Pierre Dziewiacien ; Bernadette Lachowicz ; Franca Fisher ; Lydia Młynarski ; Lodzia Baum ; Thérèse Dudziak ; Alexis Łagocki ; … ; ( ? ) … ; à l’accordéon, Witold Pasternak.
1295
1.295 : Quelque part … en coulisse : Nos accordéonneux : Mr ( ? ) Lis ; Mr Janusz Stepien ( le beau-frère de Freddy Fuitowski ) ; Mr Léon Warchulski ; ( ? ).
1296_1990
1.296 : COMBLAIN-LA-TOUR – 1990 : Nos accordéonneux : ( ? ) ; …
1297_2001
1.297 : COMBLAIN-LA-TOUR – 2001 : Nos accordéonneux : L’accordéoniste : Stasiu Kieronski ( du groupe limbourgeois Wisła ) ; Heniu Zapałowski et Aniela Paterka ( épouse de Stasiu ).
1298_2008
1.298 : COMBLAIN-LA-TOUR – 2008 : Nos accordéonneux : Jola Blazejczyk, à l’occasion de son anniversaire ; Mr Piotr Ladomirski ; Barbara Wojda ; ( ? ) ; …
1299_2008
1.299 : COMBLAIN-LA-TOUR – 2008 : Nos accordéonneux : Jola Blazejczyk, à l’occasion de son anniversaire ; Mr Piotr Ladomirski ; Barbara Wojda ; ( ? ) ; …
1300_2016
1.300 : COMBLAIN-LA-TOUR – 2017 : Nos accordéonneux : Notre Józek Nowicki.

0176 – Pamiętamy

Que pouvions-nous leur répondre ? Elles avaient à peine quinze ans, et elles nous chantaient :

A jak ja już będę siwa siwiusieńka
Siwa siwiusieńka
Czy będziesz pamiętał że byłam panienka ?
Czy będziesz pamiętał że byłam panienka ?
( 1 )

On avait beau jurer … la bouche en cœur … promettre … rien ne semblait les rassurer ou apaiser leurs inquiétudes et leurs doutes.

Czy będziesz pamiętał że byłam panienka ?

Aujourd’hui, quarante ans plus tard ( cinquante pour certains ), nous pouvons clamer haut et fort : «  Pamiętamy ». Non seulement nous nous souvenons, mais le souvenir de vos 15 ans restera gravé  indéfiniment dans nos cœurs et dans nos mémoires … comment pourrait-on l’oublier ?

Vous pensiez peut-être que tout ce « bazar » des Anciens de Comblain … c’était seulement pour essayer de remédier aux ravages du temps qui passe et qui sème derrière lui quelques petits trous dans nos mémoires ? Ou qu’on culpabilisait, qu’on se sentait en quelque sorte redevable pour tous ces bons moments, tous ces petits plaisirs vécus et partagés à Comblain ? Que l’on avait un peu comme une dette morale à rembourser ?

Oui, bien sûr, il y a peut-être un peu de ça.

Mais il y a aussi – il y a surtout – une irrésistible envie de revivre ces moments de partage et d’amitié, emprunts d’émotions et de gaieté !!! Alors, ne vous inquiétez pas … « Pamiętamy » !

Notez que, récemment, on avait bien remarqué quelques fils d’argent … par-ci, par là, sur vos tempes … mais on s’est dit que ces précieux reflets d’argent ne faisaient que rehausser l’éclat de vos vraies natures et de l’or brut dans lequel vous êtes taillées ….

Depuis peu, on a bien vu que vous vous étiez légèrement « enrobées » … mais on avait bien compris que c’était seulement pour nous offrir un peu plus de surface à caresser …

Dernièrement, on avait bien constaté que vous vous emportiez un peu  plus vite qu’auparavant … que votre sensibilité s’irritait de minuscules détails de la vie quotidienne … que vous ne supportiez plus certains de nos « petits » défauts … qui vous faisaient pourtant craquer il y a, à peine, quarante ans … mais pour nous, c’était clair, vous vouliez simplement attirer notre attention, nous rappeler qu’il s’agissait de rester à l’écoute et de ne pas relâcher notre vigilance …

Rassurez-vous, vous n’avez rien à craindre, vous êtes toujours le centre de nos préoccupations. Et si vous deviez en douter ne fût-ce qu’un instant, approchez et regardez … regardez votre reflet dans nos yeux … vous verrez bien que vous n’y avez pas changé. Dans nos yeux, quelque soit l’angle ou l’éclairage, vous rayonnez toujours !

Alors aujourd’hui, pour ne pas créer d’impair ( expression amusante qui suggère que tout devrait toujours aller par « pair » ! ), les photos qui sont jointes ne vous représentent pas, vous à 15 ans … Il aurait été impossible de vous y mettre toutes et je ne prendrais pas le risque – inconsidéré – d’en « sélectionner » quelques-unes ( je suis courageux, mais pas téméraire ). Donc, j’ai choisi d’illustrer cet article par quelques-unes de vos camarades de l’époque. Aucune d’entre-elles n’est encore membre des Anciens de Comblain ! Donc, elles ne nous lisent pas. Elles ne savent même pas que ça existe. Et qui plus est, elles viennent de loin, d’Angleterre et d’ailleurs …

J’imagine déjà ce que les plus soupçonneuses d’entre vous pourraient penser : « Mouais, tout ça, tout ce baratin, c’est simplement pour essayer de retrouver ces petites anglaises qui les faisaient craquer ». Ah non, sorry, je m’insurge !

Il n’est pas question ici d’ouvrir la boîte de Pandore de nos rêveries d’adolescent … C’est vrai qu’elles étaient charmantes, que ce serait amusant de les retrouver … elles étaient tellement … « anglaises » !

Mais cette quête est purement historique, bien sûr : que sont-elles devenues ? Ont-elles oublié Comblain ? Se rappellent-elles de nous ? Ces questions mériteraient une réponse, of course, pour le bien de la science … ( et ce n’est même pas pour tester la persistance du souvenir que ces demoiselles auraient pu conserver de nous, c’est  purement sociologique ).

Alors, à l’heure du Brexit, il n’est pas trop tard pour se relever les manches et lancer un nouvel appel du 18 juin outre-Manche … Et non pas un appel à la résistance … bien au contraire – un appel à venir nous rejoindre en débarquant à nouveau sur la plage de Comblain-la-Tour.

De notre côté, c’est promis, nous ne résisterons pas au plaisir de vous revoir car, après tout, si Paris valait bien une messe, Comblain vaut bien une visite !

Quant à vous, Mesdames, nos valeureuses compagnes, que ces petites digressions vous rassurent, il n’est pas besoin de formules scientifiques pour vous dire avec une certitude quasi-mathématique que vous étiez et resterez toujours nos « najładniejsze panienki ».

18 juin 2018 – JP Dz

PS : Il conviendrait sans doute de traduire en anglais ce qui précède pour espérer avoir une chance de retrouver quelques-unes de nos petites anglaises. Qui se sent de taille ? Qui se dévoue ?

(1) : Traduction :
« Quand je serai vieille et grise
Te souviendras-tu que j’ai été une demoiselle ».

1256
1.256 : COMBLAIN-LA-TOUR : ( ? ).
1257
1.257 : COMBLAIN-LA-TOUR : ( ? ).
1258
1.258 : COMBLAIN-LA-TOUR : ( ? ) ; ( ? ) ; ( ? ).
1259
1.259 : COMBLAIN-LA-TOUR : Nos petites anglaises : ( ? ) ; ( ? ) ; ( ? ) ; ( ? ) ; Zdzisław Blaszka ; ( ? ). ( collection Zdzisław Blaszka ).
1260
1.260 : COMBLAIN-LA-TOUR : Nos petites anglaises : ( ? ) ; ( ? ) c’est la fille du président de la Macierz de Londres ; Zdzisław Blaszka ; Pyza. ( collection Zdzisław Blaszka ).

 

Madame Bujanowski

C’est encore une fois, une triste nouvelle que je dois vous annoncer.

Madame Bujanowski nous a quittés ce matin … Elle est allée rejoindre son mari, Franek, bon nombre de ses amis, disparus depuis longtemps, et tous ceux qui ont tant œuvré pour la communauté polonaise à Hautrage-Etat, Comblain-la-Tour et ailleurs.

Du couple qu’elle formait avec Monsieur Bujanowski, on retiendra surtout une inépuisable volonté de travailler à l’essor des organisations polonaises et ainsi faire rayonner notre culture et nos valeurs.

Nous voulons nous associer à la douleur de Géniu et de Marek, ses deux fils, et de toute leur famille pour leur témoigner notre profonde tristesse ainsi que toute notre amitié.

Au nom des Anciens de Comblain, je leur présente toutes nos condoléances.

04/06/2018 – Jean-Pierre Dziewiacien

0677
0677 : COMBLAIN-LA-TOUR : Le repos après l’effort : Jean Dziewiacien et Martha Sladecka ( mes parents ) ; Madame et Monsieur Franek Bujanowski.
1149
1.149 : COMBLAIN-LA-TOUR : Deux cuisinières devant l’Ourthe : Madame Dziewiacien ; Madame Bujanowski.

 

0162 – Les autocars

Si certains venaient à Comblain en train, d’autres arrivaient en autocar ; ceux-là, venaient de loin, parfois de très loin … d’Allemagne, de Grande-Bretagne, des Pays-Bas. Du coup, chaque fois qu’un autocar ( on ne disait pas encore « car » à l’époque ) franchissait la grille d’entrée du Centre Millennium, il générait toutes sortes d’émotions et forcément, des attroupements s’organisaient, comme sur les photos en annexe.

Quand le véhicule amenait de nouveaux « vacanciers », c’était surtout la curiosité qui prédominait : « Qui sont les nouveaux arrivants ? À quoi ressemblent-ils ? Est-ce que ceux de l’année passée sont revenus ? Allons-nous nous entendre avec eux ? Sont-ils aussi sympas que ceux de la dernière fois ? ». Cette curiosité qui nous animait était cependant teintée d’un brin d’inquiétude, il faut bien l’avouer : « Ils ont l’air nombreux, aurons-nous assez de place pour loger tout le monde ? Ne devrons-nous pas changer de chambre et nous serrer ? Jusque-là, on avait nos aises … pourvu que ça dure ! ».

Nous tentions alors, de deviner, à travers les vitres qui étaient les enfants ou les adolescents … Ce n’est pas seulement les enfants et les ados du car qu’on essayait de deviner à travers les vitres, on essayait aussi de savoir combien d’adultes les accompagnaient. Avec l’expérience, on avait appris que  si le nouveau groupe était trop bien organisé et suffisamment encadré, il finirait par nous imposer son mode de fonctionnement ; et nous, on n’avait pas trop envie qu’on nous impose d’autres habitudes. Et quand ils commençaient à descendre, on tendait l’oreille, histoire d’apprendre s’ils parlaient mieux polonais que nous.

Au bout de quelques minutes, à force de dévisager un par un chacun des arrivants, on pensait reconnaître celui-ci ou celle-là : « On dirait que c’est Hania ? Lui, il ressemble beaucoup à Andy … mais je ne suis pas sûr. ». Les premiers contacts étaient réservés, voire prudents. Il ne fallait pas brusquer les choses. Et par où commencer ?

Heureusement, les valises des filles étaient toujours là pour nous offrir une bonne occasion de créer les premiers contacts : elles étaient tellement lourdes qu’on en profitait pour proposer notre aide … c’était la meilleure façon d’établir les premiers liens et la meilleure des entrées en matière …

Le même soir, toutes les inquiétudes et tous les a priori avaient disparu ; c’était comme si  on se connaissait depuis toujours.

Par contre, quand le même autocar venait rechercher nos nouveaux amis, c’est la tristesse qui prévalait. On s’en voulait de n’avoir pas suffisamment passé de temps avec eux, de n’avoir pas eu le cran d’avouer, à celle-ci, combien  elle allait nous manquer et à celui-ci, les sentiments qu’il nous inspirait. Et le temps était passé tellement vite … On se prenait à rêver que le moteur refuse de redémarrer ou qu’un incident suffisamment grave empêche le départ. Juste gagner encore un jour … une soirée … quelques heures. Mais le miracle ne s’est jamais produit. Tout au plus, le car repartait avec quelques dizaines de minutes de retard par rapport l’horaire prévu. Ensuite … le parc nous semblait soudain, tellement vide …

Parfois, quand un autocar franchissait la grille, à vide, ce n’était pas pour amener ou emporter des enfants, il venait nous chercher tous pour faire une excursion ensemble quelque part dans les Ardennes. Ça n’arrivait pas chaque année. Nous embarquions alors tous, excités et curieux, pour une fois qu’on allait promener sans devoir marcher. C’est ainsi qu’on a pu découvrir quelques destinations plus ou moins insolites. Eveline et moi, nous nous souvenons d’avoir visité, avec la colonie, Coo et sa cascade, mais aussi l’entreprise de mise en bouteille de Spa.

Ce qui nous avait marqués lors de cette visite, c’était le bruit infernal des milliers de bouteilles de verre ( à l’époque, elles étaient toutes en verre ) qui s’entrechoquaient les unes contre les autres sur les immenses tapis roulants de la chaîne d’embouteillage. On se demandait comment des travailleurs pouvaient supporter pareille tintamarre ? C’était épouvantablement assourdissant et désagréable. Je me demande si ce n’est pas là que j’ai été définitivement dégoûté de … boire de l’eau ?

19/03/2018 – JP Dz

1137
1.137 : COMBLAIN-LA-TOUR : Les autocars : Mme Dziewiacien ; Mme Bujanowski ; ( ? ) ; … ; Pierre Front ; Marek Bujanowski ; Jean-Pierre Dziewiacien ; Alexis Łagocki ; Eveline Ogonowski ; Francine Załobek ; Malvina Rusowicz ; … ; ( ? ).
1138
1.138 : COMBLAIN-LA-TOUR : Les autocars : ( ? ) ; … ; Ks Kurzawa ; … ; Mme Koldziejka ; … ; Mr Józef Rzemieniewski ; … ; ( ? ).
1139
1.139 : COMBLAIN-LA-TOUR : Les autocars : ( ? ) ….
1140
1.140 : COMBLAIN-LA-TOUR : Les autocars : ( ? ) ; … ; Pierre Bartnik ; Pan Bardo ; Marek Bujanowski ; ( ? ) ; Géniu Bujanowski ; Daniel Pietka ; le bout du coude de Jean-Pierre Dziewiacien.
1141
1.141 : COMBLAIN-LA-TOUR : Les autocars : ( ? ) ; … ; Mme Dziewiacien qui regarde vers le photographe qui n’est autre que son fils.
1142
1.142 : COMBLAIN-LA-TOUR : Les autocars : Ks Kurzawa ; … ; Mr Józef Rzemieniewski ; … ; Marek Bujanowski ; Michel Mikolajczyk ; … ; Alexandre Persich ; … , ( ? ).
1143
1.143 : COMBLAIN-LA-TOUR : Les autocars : ( ? ) ; … ; Ks Kurzawa ; … ; ( ? ) ; … ; Zdzisław Blaszka ; … ; ( ? ) ; ( collection Zdzisław Blaszka ).