Georges Załobek

Georges Załobek vient de nous quitter.

Depuis quelques jours déjà, nous nous y attendions. Son état de santé s’était considérablement détérioré.

Sa grande sœur Francine, s’est dévouée corps et âme pour l’aider. Mais son heure est venue et malgré toutes nos prières, Georges s’en est allé.

Nous garderons de lui l’image d’un joyeux luron avec un sens de l’humour hors du commun, une volonté farouche de s’amuser de tout et surtout d’amuser les autres. Il est resté jusqu’au bout le garnement qu’il a toujours été.

À l’heure qu’il est, je suis sûr qu’il est déjà installé au bar du paradis. Il s’est déjà fait un pote de l’ange-barman et commence à repérer les autres anges pour voir laquelle il peut draguer.

« Ne change rien Georges, c’est comme ça qu’on t’aime, qu’on t’a toujours aimé et qu’on ne t’oubliera jamais ».

Toutes nos pensées vont à présent vers Francine. Au nom de tous les Anciens de Comblain, mais aussi de tous les Anciens de tous les KSMP, nous lui présentons nos plus sincères condoléances et l’assurons de notre amitié indéfectible.

À Frédéric, son fils, nous présentons également toutes nos condoléances.

« Ton papa était notre ami, depuis toujours. Il a fait les beaux jours de Comblain-la-Tour et marqué tous ceux qui l’ont connu par une formidable envie de dépasser toutes les difficultés pour en faire des sujets de plaisanteries. Sa légèreté nous manquera. Lui, nous manque déjà ».

Pour les Anciens de Comblain, JP Dz – 06/02/2018

A_Georges_Zalobek
Georges Załobek
B_Georges_Zalobek
Georges Załobek et Francine Załobek
C_Georges_Zalobek
Georges Załobek et Dominique Ogonowski
D_Georges_Zalobek
Georges Załobek et Betty Nowicki
E_Georges_Zalobek
Georges Załobek et Francine Załobek
F_Georges_Zalobek
Georges Załobek
Publicités

0154 – Les précurseurs ( Bastogne 1958 )

Si Comblain existe … si la communauté polonaise a décidé d’acheter cet hôtel pour en faire un camp de vacances et un lieu de rassemblement, c’est qu’il y avait une forte attente et un véritable besoin. En effet, les colonies polonaises en Belgique n’ont pas commencé avec Comblain-la-Tour. Avant, elles prenaient une autre forme, mais elles attiraient déjà beaucoup de monde. Les plus anciens d’entre nous vous expliqueront qu’ils ont participé successivement aux colonies de Bouillon ( en 1953 et 1954 ), de Han-sur-Lesse, de Nieuport et de Bastogne.

Tous ces enfants et ces jeunes ont été les précurseurs. Tout ce qu’ils ont apporté avec eux à Comblain, ils l’avaient appris ailleurs. Aujourd’hui, nous avons envie de leur rendre un petit hommage. S’ils n’avaient pas ouvert la voie et accroché au concept … Comblain n’existerait pas.

Comme le hasard fait toujours bien les choses, Dominique Ogonowski a trouvé, en fouillant dans les caves de la maison polonaise, trois petits cahiers, dont deux recèlent un petit trésor … il s’agit de la liste des participants au camp de vacances de Bastogne en 1958 ! Nous sommes déjà en 2018, c’est-à-dire que nous allons commémorer les 60 ans de cette aventure. Donc, il nous a semblé opportun de ressortir cette liste et de citer tous les participants de l’époque. À travers eux, ce sont tous les précurseurs que nous voulons remercier.

À Bastogne en 1958, on comptait déjà 276 participants venus de tous les coins de la Belgique. Les 140 filles étaient installées dans la grand-Rue, chez les sœurs ; les 136 garçons quant à eux résidaient au petit séminaire.

Les documents en annexe sont les pages de ces 2 cahiers. Vous y lirez des noms qui nous sont familiers ( Alice et André Bardo, … ) ; beaucoup d’entre eux sont venus ensuite à Comblain, certains font déjà partie de notre communauté d’Anciens : Lutek Kurek ; Thérèsia Swierkowicz ; Halina Ogonowski ; Zdzisław Blaszka ; Kazimir Kiełbowicz ; Henryk Tomczak ; Raymond Mielcarek ; André Karasiński ; d’autres encore nous suivent régulièrement sur Facebook comme Roś Leokadia ; …

La liste reprend les participants regroupés par région. Ne vous étonnez pas d’y voir la région de Mons séparée en deux … Cette séparation correspond à une réalité qui a véritablement divisé les polonais du Borinage en deux groupes bien distincts qui limitaient leurs relations au plus strict minimum ! C’est ainsi que ceux qui habitaient Tertre, Hautrage, Quaregnon, Bernissart, Harchies, Hensies, … ne côtoyaient pas ceux qui vivaient à La Bouverie, Flénu, Frameries, Hornu … Pour parler des « autres », on disait : « Ceux de l’autre côté du canal ».

Évidemment, plus personne ne se souvient ni pourquoi ni comment cette séparation est née. Elle prenait pour prétexte que chacun de ces groupes était installé de part et d’autre du Canal de Mons à Condé ! Durant des décennies, le fossé semblait infranchissable. Entre-temps, le canal a été comblé, une autoroute a été construite dessus, des dizaines de ponts et quelques échangeurs ont permis de franchir l’obstacle … mais la division des deux communautés est restée immuable. Les divisions morales sont les plus difficiles à combler …

Heureusement, depuis … ça s’est arrangé… il a fallu longtemps. Malheureusement, d’autres divisions sont apparues !

À Comblain-la-Tour, comme à Bastogne, ces divisions n’existaient pas. Tout le monde côtoyait tout le monde dans un grand esprit de rapprochement et de partage. Et même plus … les amitiés qui sont nées là-bas, ont résisté au temps qui passe. Sur la photo 1070, vous reconnaîtrez deux de ces précurseurs Raymond Mielcarek et André Karasiński … 60 ans après. N’y cherchez pas le 3ème larron, Henryk Tomczak, c’est lui qui prend la photo, comme très souvent. Et si le secret de la longévité en amitié se mesurait par la profondeur des verres qu’on a bu ensemble ?

22/01/2018 – JP Dz

Voici donc la liste des participants comme nous l’avons retrouvée ; ils sont répartis par région d’origine :

( immense merci à André Karasiński pour son aide précieuse ) :

Mons I : (od Kaźmierczaka)

12 Filles :        Ogonowska Irena ; Markiewicz Wanda ; Staryszak Janina ; Roś Leokadia ; Mrówczyńska Teresa ; Zimińska Teresa ; Zimińska Czesława ; Malec Maria ; Szymonowska Krystyna ; Gebura Halina ; Bieńko Krystyna ; Ogonowska Helena.

6 Garçons :     Staryszak Ryszard ; Nawrocki Jan ; Ogonowski Józef ; Bieńko Ryszard ; Tomczak Henryk ; Prześladzki Jan.

Mons II : (od Bujanowskiego)

7 Filles :          Kapelczak Dorota ; Mielcarek Janina ; Kamińska Krystyna ; Bobak Renata ; Święconek Helena ; Twardowska Urszula ; Matusiewicz Lucjana.

14 Garçons :   Mielcarek Michał ; Michalak Henryk ; Ferens Aleksander ; Nowak Edward ; Mielcarek Henryk ; Mielcarek Edmund ; Święconek Kazimierz ; Mielcarek Rajmund ; Karasiński Andrzej ; Kulbaka Zdzisław ; Brocki Leon ; Nowak Feliks ; Markowski Gustaw ; Blaszka Zdzisław ;

Charleroi :

3 Filles :          Cieślak Ewa ; Cieślak Anna ; Markowska Zofia.

1 Garçon :     Dudzik Henryk.

Eisden :

4 Filles :          Studziańska Wanda ; Słyranka Janina ; Bisiorek Kazimierza ; Bisiorek Krystyna.

8 Garçons :     Mazurkiewicz Juliusz ; Bors Józef ; Talaga Józef ; Kaczmarek Jan ; Fluder Bronisław ; Studziański Ryszard ; Herbec Edward ; Mazurkiewicz Józef.

Vucht :

3 Filles :          Kazarska Barbara ; Rzeźnik Urszula ; Małek Irena.

2 Garçons :     Sienkiewicz Henryk ; Tymka Krystian.

Winterslag :

6 Filles :          Szczepańska Janina ; Szczepańska Helena ; Maroszek Leokadia ; Heinrych Matylda ; Kuchta Zofia ; Kuchta Maria.

4 Garçons :     Szczepański Jan ; Szczęk Antoni ; Waszewski Rajmund ; Wyremblewski Piotr.

Houthalen :

7 Filles :          Strzemiecka Halina ; Pauwels Monika ; Omasta Irena ; Omasta Halina ; Kuras Maria ; Pedrycz Weronika ; Pedrycz Irena.

3 Garçons :     Kolberger Wiesław ; Kuczyński Czesław ; Strzemiecki Zbigniew.

Koersel :

2 Filles :          Bernac Czesława ; Kaźmierczak Irena.

3 Garçons :     Kaźmierczak Józef ; Maj Kazimierz ; Wojtasik Józef.

Zwartberg :

12 Filles :        Szulc Danuta ; Sobieraj Teresa ; Sobieraj Urszula ; Packan Helena ; Ciszewska Danuta ; Ciszewska Irena ; Frasołek Sylwia ; Mielcarek Bożena ; Kaczorowska Halina ; Góra Krystyna ; Góra Kazimiera ; Frasołek Joanna.

12 Garçons :   Kaczorowski Leszek ; Piechota Antoni ; Przybylski Roman ; Motylewski Ryszard ; Strzeboński Ryszard ; Packan Jerzy ; Kozieł Roman ; Góra Zdzisław ; Motylewski Zbigniew ; Piechota Bruno ; Kozieł Ryszard ; Frasołek Jan.

Heusden – Zolder :

9 Filles :          Pachel Teresa ; Pachel Irena ; Banaś Krystyna ; Popis Halina ; Walc Irena ; Piekarczyk Genowefa ; Danko Zofia ; Glonek Łucja ; Tkaczuk Helena.

21 Garçons :   Kurek Lucjan ; Kopeć Lucjan ; Walc Bolesław ; Cucup Kazimierz ; Piekarczyk Józef ; Łajca Zbigniew ; Skrzypczak Józef ; Guliński Edward ; Górał Jan ; Zieliński Edward ; Niemiec Günter ; Danko Kazimierz ; Cucup Henryk ; Partyka Eugeniusz ; Tkaczuk Kazimierz ; Wallach Paweł ; Myszta Jan ; Kopeć Stanisław ; Kurek Henryk ; Broniecki Stefan ; Szkudlarski Czesław.

Waterschei :

18 Filles :        Melgierz Lambertyna ; Apieczonek Halina ; Melgierz Helena ; Paluszkiewicz Jadwiga ; Olewicz Danuta ; Niewiadomska Julia ; Pasternak Elżbieta ; Apieczonek Wanda ; Klimas Janina ; Klimas Teresa ; Kękuś Danuta ; Grzeszkiewicz Zofia ; Nojek Władysława ; Kolińska Barbara ; Gabryś Alicja ; Golińska Eugenia ; Kolińska Alicja ; Stygienda Krystyna.

19 Garçons :   Apieczonek Józef ; Pasternak Witold ; Kisiel Stanisław ; Apieczonek Wincenty ; Janowski Rajmund ; Ratajczak Henryk ; Hrycyszyn Jerzy ; Gryncewicz Jan ; Klimas Jerzy ; Filipowicz Zbigniew ; Grzeszkiewicz Ryszard ; Pasternak Andrzej ; Niewiadomski Edward ; Sikora Zygmunt ; Owsik Ireneusz ; Hapek Florent ; Szyszka Zdzisław ; Ratajczak Czesław ; Sikora Michał.

Centre :

26 Filles :        Stegienko Teresa ; Angowska Marianna ; Angowska Antonina ; Szałacińska Halina ; Ziółko Maria ; Sołtysik Krystyna ; Francq Żylberta ; Janowska Krystyna ; Janowska Janina ; Liberda Halina ; Majcher Krystyna ; Służałek Lucyna ; Kubarek Barbara ; Łukowiak Maria ; Bardo Alicja ; Leracz Janina ; Walaszczyk Krystyna ; Jurga Renata ; Chudzicka Krystyna ; Miklusiak Janina ; Ogonowska Halina ; Ogonowska Teresa ; Lorenz Donata ; Zawadzka Barbara ; Zawadzka Józefa ; Siwik Wanda.

15 Garçons :   Bardo Andrzej ; Zawadzki Ryszard ; Zasłona Bolesław ; Kiełbowicz Jerzy ; Walaszczyk Waldemar ; Kiełbowicz Kazimierz ; Jurga Piotr ; Szałaciński Zenon ; Głąb Jerzy ; Szustak Ryszard ; Chudzicki Jan ; Pandevoine Jean-Claude ; Janowski Henryk ; Liberda Ryszard ; Siwik Wincenty.

Liège :

29 Filles :        Przybył Zofia ; Jędrzejska Wanda ; Jędrzejska Janina ; Rychlik Barbara ; Kotowicz ou Kołowicz Henryka ; Domin Alina ; Andrzejczak Janina ; Szymczak Jadwiga ; Pakulec Daniela ; Papiernik Krystyna ; Barkowska Jadwiga ; Aussems Genowefa ; Grzyb Krystyna ; Markiewicz Józefa ; Markiewicz Zermina ; Jamka Felicja ; Wachowska Maria ; Galica Maria ; Mes Genowefa ; Zdzikowska Genowefa ; Podgórska Danuta ; Polak Zofia ; Świerkowicz Teresa ; Świerkowicz Krystyna ; Patalas Mirosława ; Sorowiszczak Teodozja ; Sorowiszczak Zdzisława ; Sorowiszczak Czesława ; Sorowiszczak Danuta.

28 Garçons :   Jędrzejczyk Paweł ; Aussems Guy ; Grajcarek Ireneusz ; Gajda Michał ; Wachowski Józef ; Drożdż Aleksander ; Kaszyński Eugeniusz ; Ostaszewski Stanisław ; Szymczak Henryk ; Matyjasek Zbigniew ; Świątek Klaudiusz ; Filipiak Mirosław ; Jakubowski Wiesław ; Jamka Edward ; Winiarski Henryk ; Jędrzejczyk Bogdan ; Sekieła Jerzy ; Przychitko Janusz ; Polaczek Lucjan ; Mes Jan ; Borkowski Edward ; Harbicki Stanisław ; Królak Stanisław ; Rychlik Zdzisław ; Owca René ; Jędrzejczyk Jan ; Drozda Stefan ; Niwa Anastazy.

Bruksela :

2 Filles :          Bojakowska Krystyna ; Bojakowska Grażyna.

1057_Bastogne_58_Garçons_Mons_Charleroi
1.057 : BASTOGNE – 1958 : Liste des garçons venus de : Mons ; Charleroi.
1058_Bastogne_58_Garçons_Eisden_Vucht_Houthalen_Koersel
1.058 : BASTOGNE – 1958 : Liste des garçons venus de : Eisden ; Vucht ; Houthalen ; Koersel.
1059_Bastogne_58_Garçons_Heusden_Zolde
1.059 : BASTOGNE – 1958 : Liste des garçons venus de : Heusden – Zolder.
1060_Bastogne_58_Garçons_Centre
1.060 : BASTOGNE – 1958 : Liste des garçons venus du : Centre.
1061_Bastogne_58_Filles_Zwartberg_Koersel_Charleroi
1.061 : BASTOGNE – 1958 : Liste des filles venues de : Zwartberg ; Koersel ; Charleroi.
1062_Bastogne_58_Filles_Waterschei_Heusden
1.062 : BASTOGNE – 1958 : Liste des filles venues de : Waterschei ; Heusden.
1063_Bastogne_58_Filles_Centre
1.063 : BASTOGNE – 1958 : Liste des filles venues du : Centre.
1064_Bastogne_58 _Filles_Liège
1.064 : BASTOGNE – 1958 : Liste des filles venues de : Liège.
1065_Bastogne_58_Filles_Eisden_Vucht_Winterslag_Houthalen
1.065 : BASTOGNE – 1958 : Liste des filles venues de : Eisden ; Vucht ; Winterslag ; Houthalen.
1066_Bastogne_58_Filles_Mons_Bruksela
1.066 : BASTOGNE – 1958 : Liste des filles venues de : Mons ; Bruxelles.
1067_Bastogne_58_Garçons Liège
1.067 : BASTOGNE – 1958 : Liste des garçons venus de : Liège.
1068_Bastogne_58_Garçons_Waterschei
1.068 : BASTOGNE – 1958 : Liste des garçons venus de : Waterschei.
1069_Bastogne_58_Garçons_Winterslag_Zwartberg
1.069 : BASTOGNE – 1958 : Liste des garçons venus de : Winterslag ; Zwartber.
1070
1.070 : POLOGNE – 2017 : Raymond Mielcarek ; André Karasiński.
Bastogne_1
Supplément : BASTOGNE 1 – 1958 : Participation à la fête du jambon : Groupe dans le cortège avec la monitrice Pomorska ; ( ? ) ; … ( collection Zdzisław Blaszka ).
Bastogne_2
Supplément : BASTOGNE 2 – 1958 : Participation à la fête du jambon : Mr Kazimierczak d’Elouges ; ( ? ) ; … ( collection Zdzisław Blaszka ).
Bastogne_3
Supplément : Au retour de BASTOGNE 3 – 1958 : Accroupis : Jeanine Mielcarek ; Casimir Swieconek ; Hélène Swieconek ; Lucja Matusiewicz Sur le mur, André Karasinski ; Michel Mielcarek ; ? Kulbaka ; Henri Mielcarek ; Raymond Mielcarek et sur épaules de ( ? ) ; Edziu Nowak.
Bastogne_4
Supplément : Bastogne 4 : 1958 : photo de 6 des 7 filles reprises sur la liste de Mons-Borinage : Debout : Urszula Twardowska ; Renata Bobak ; Dorota Kapelczak ; Accroupis : Swieconek Helene ; Jeanine Mielcarek ; Lucja Matusiewicz.

Commentaire d’André Karasiński :

Merci beaucoup, Jean-Pierre, pour ton coucou amical.
La photo a effectivement été prise en août dernier par Henryk Tomczak à Sopot. Quant aux verres que nous avons bus ensemble, Raymond et moi, … !!!
Suite à ton article, je voudrais mettre en avant la famille Pachel de Heusden-Zolder. Teresa et Irena étaient à Bastogne en1958 et bien des années plus tard, accompagnées de leur soeur Basia, elles sont venues à Comblain-la-Tour.
Teresa a épousé Leon Brocki de Quaregnon. Leon est aussi sur la liste des présents à Bastogne (Mons od Bujanowskiego) mais je ne crois pas qu’il ait participé à des colonies à Comblain. Leon est malheureusement décédé le 18 novembre dernier à l’âge de 70 ans. 2017 aura décidément été une année cruelle pour la communauté des Anciens de Comblain.

 

 

 

 

0150 – Gare aux sourires

par Eveline Ogonowski

Je ne suis jamais venue à Comblain-la-Tour en train … et je le regrette. J’ai souvent imaginé comment devait être l’ambiance dans les wagons qui amenaient les jeunes en colonies. Les vacances commençaient déjà à la gare où ils embarquaient. Le voyage devenait l’apéritif d’un festin qui durerait au moins deux semaines. Moi, je venais en auto … avec Kz Okroj ou Kz Kurzawa.

Je ne suis jamais descendue du train en gare de Comblain, pourtant … j’ai bien connu cette gare … j’y ai très souvent fréquenté les quais. Ks Kurzawa nous envoyait régulièrement à la « station » pour accueillir les nouveaux arrivants ou pour raccompagner ceux qui terminaient leur séjour. C’est une mission qui me plaisait beaucoup. J’y allais de bon cœur, malgré ma timidité. J’imaginais les retrouvailles et le plaisir de revoir des vieilles connaissances. De temps en temps, il nous accompagnait et quelquefois, j’y allais seule.

Parfois, je ne connaissais pas ceux que Ks Kurzawa me demandait d’aller accueillir. Ma timidité naturelle faisait de la résistance. Je ne pouvais pas m’empêcher de dire au prêtre : « Mais, Monsieur le curé, je ne connais pas ces gens… Comment puis-je les reconnaître ? Comment dois-je les aborder ? Que vont-ils penser de moi ? ».

Alors, le Directeur se faisait rassurant : « Quand les portes du train s’ouvriront et que des gens descendront avec des bagages, tu n’auras qu’à t’approcher et sourire. Et ensuite, tu n’as qu’à dire « Dzień dobry » toujours en souriant et tu verras … ». Il avait raison.

Pour Ks Kurzawa, le sourire était, en même temps, une vertu et une arme ; il savait l’utiliser dans toutes les circonstances et je ne connais personne qui était capable de lui résister. Il était même passé Maître dans l’art de se servir du sourire des autres. Ainsi, quand il m’envoyait sur les quais de la gare, c’est un peu de son sourire qu’il déléguait ; j’étais son sourire « par procuration ». Évidemment, les voyageurs étaient toujours extrêmement contents de voir qu’on les attendait, qu’on était venu jusque-là pour faire ensemble le petit bout de chemin qui nous séparait encore de la maison polonaise. Et surtout, que cet accueil soit si souriant.

Je ne sais pas pourquoi c’est souvent moi que le prêtre dépêchait pour cette mission. Mais j’avoue qu’il m’a convertie à sa philosophie du sourire qui désarme et aplanit les obstacles. En cherchant un peu, j’ai même trouvé un petit poème de René Remacle qui convenait parfaitement à cette philosophie. Ça commençait comme ça : « Un sourire ne coûte rien. Il enrichit ceux qui le reçoivent sans appauvrir ceux qui le donnent … ». J’avais recopié le texte et je l’avais affiché dans notre chambre. Et chaque fois, qu’il fallait aller accueillir quelqu’un, je relisais ces quelques mots pour m’imprégner.

Quand il fallait accompagner un groupe qui repartait … c’était moins gai. On avait passé ensemble de si bons moments. Mais c’était important d’aller avec eux jusqu’à la gare … de porter un peu de leurs bagages … un peu de leur cafard. Il arrivait toujours un moment où la gorge trop serrée empêchait les mots de passer. Alors, la parole se faisait regard … l’émotion devenait silence. Les mots se transformaient en petites gouttelettes pour venir scintiller aux coins des yeux. Ce n’était pas encore la tristesse, elle viendra juste après, mais ce n’était déjà plus le bonheur. C’était quelques secondes d’éternité … d’immobilité. Et c’était encore des sourires qu’on partageait, mais des sourires noyés qui semblaient dire : « Reviendras-tu le prochain été ? ».

25/12/2017 – Eveline Ogonowski

1024
1.024 : COMBLAIN-LA-TOUR : Gare aux sourires : A l’avant-plan, les 2 petits garçons : Eric Kotarzewski ; ( ? ) ; Au premier rang : Philippe Pietka ; Annick Majchrowski ; Dominique Stefanski ; Dominique Ogonowski ; Patricia Jakobowski ; Liliane Kieltyka ; Isabelle Swiderski ; Christiane Switon ; Au deuxième rang : Georges Bardo ; les sœurs Milik : Charlotte et Karine ; Fabienne Laffut …
1025
1.025 : COMBLAIN-LA-TOUR : Gare aux sourires : Florian Hapek ; Olga ( ? ), originaire de Flénu et partie après son mariage au Canada ; Mietek Smalcerz ; était aux études petit séminaire de Velaines près de Tournai ; Jeanine Krasowska ; Stanis Adamski, aux études à Velaines et puis prêtre à Douai, décédé à Vaudricourt ; Zdzisław Blaszka. ( collection Zdzisław Blaszka ).
1026
1.026 : COMBLAIN-LA-TOUR : Gare aux sourires : Zdzisław Blaszka ; et trois petites anglaises : ( ? ) ; ( ? ) ; ( ? ). ( collection Zdzisław Blaszka ).
1027
1.027 : COMBLAIN-LA-TOUR : Gare aux sourires : A l’arrière plan : Wiesław Król ; ( ? ) ; Yola Lewandowska ; Raymond Mielcarek  ; Mirosława Tchajka, partie en Espagne après son mariage ; Liliane Benkowski. A l’avant plan : ( ? ). ( collection Zdzisław Blaszka ).
1028
1.028 : COMBLAIN-LA-TOUR : Gare aux sourires : Accroupis : ( ? ) ; ( ? ) ; Jurek Stoj.
Debouts : Wiesza de Liège ; Violette Kiełbowicz ; Christine Mironczyk ; Danièle Mironczyk ; ( ? ).
1029
1.029 : COMBLAIN-LA-TOUR : Gare aux sourires : Leszek Mach ; … ; Freddy Fiutowski ; ( ? ) ; Jean-Pierre Dziewiacien ; Betty Nowicki  ; … ; ( ? ) ; Monica Nauschutz ; … ; ( ? ) ; Zosia Król ; Eddy Nowicki ; … ; Czesiu Kucharzewski ; Pierre Front ; Elisabeth Rozenski ; Daniel Pietka ; … ; ( ? ) ; les sœurs Milik : Charlotte et Karine.
1030
1.030 : COMBLAIN-LA-TOUR : Gare aux sourires : Accroupis : Lydia Młynarski  ; Jean-Pierre Dziewiacien ; Alexandre Persich  ; Micheline Zwierzyk  ; Czesiu Kucharzewski  ; Franca Fisher.
Debouts : ( ? ) ; Janek Konarski  ; Zosia Król  ; Monica Nauschutz  ; Michel Konarski ; Richard Konarski ; Patrick Madaj  ; Regina Gymza  ; ( ? ) ; Isabella Cosaro  ; ( ? ) ; Alexis Łagocki  ; Hélène Borowski ; Zuhal Gunal ; Igor Gymza  ; Georges Persich ; Danielle Konarski ; ( ? ).

 

0141 – Bien sûr, nous eûmes des orages

On me reproche parfois d’enjoliver les choses … d’essayer de montrer ce passé là plus beau qu’il n’a été … Certes, je l’avoue tout n’était pas aussi simple, ni aussi édenique.
Et, « bien sûr, nous eûmes nos orages … ». Comment aurions-nous pu y échapper ?

Nous fûmes en pleine adolescence … nous la vécûmes ensemble … les uns avec les autres … les uns contre les autres, en ne sachant plus très bien si « contre » signifiait « au plus proche de » ou « violemment opposé à ». Ce fut le temps où nous cherchâmes à comprendre … où nous nous cherchâmes nous-même. Ce fut le temps des utopies et des rêves pour les uns, des ambitions pour les autres. C’est là que s’opposèrent nos visions du monde. C’est là que se forgèrent nos convictions et nos révolutions. Il y avait ceux qui voulaient absolument tout reconstruire et ceux qui s’y trouvaient bien à l’abri. Ce fut la rage des uns contre le doux bien-être du conformisme et du suivisme des autres. On percevait déjà ceux qui ne cicatriseraient jamais de leurs rêves … ceux qui s’accommoderaient de tout … ceux qui trichaient déjà … Et parfois les plus excités du matin devenaient les plus doux du soir … et inversement. Allez comprendre l’adolescence !
Alors, alors … « bien sûr, nous eûmes des orages … ».

C’est là qu’éclatèrent nos plus grandes aspirations à plus de liberté. C’est là qu’explosèrent, enfin, d’incroyables envies, en même temps que nos pires boutons d’acné. Et puis, il y avait ces adultes qui voulaient à tout prix nous canaliser … Les confrontations furent inévitables avec leurs lots d’incompréhension, de tension et de frustration. Alors, faisant fi de nos divergences, nous fîmes bloc contre ceux qui voulaient couper nos ailes et baliser nos désirs. Génération contre génération … raison contre besoin … discipline contre enthousiasme …
Alors, alors … « bien sûr, nous eûmes des orages… ».

Les adultes, entre eux, non plus ne s’accommodaient pas toujours parfaitement. Pourtant ils étaient d’accord sur l’essentiel … mais le diable est dans les détails … c’est là qu’il recrute. Du coup, il y avait toujours l’un ou l’autre qui connaissait un meilleur chemin pour atteindre le même endroit … une meilleure recette pour arriver au même goût … des meilleurs mots pour chanter les mêmes chansons … Ce n’était jamais important, mais c’était toujours très grave. Et cette langue polonaise qui est si fleurie quand on veut semer l’hostilité !
Alors, alors … « bien sûr, ils eurent leurs orages … ».

C’est là aussi que nos amours … « nos doux, nos tendres, nos merveilleux amours », comme chantait le grand Jacques, c’est là que « de l’aube claire jusqu’à la fin du jour » ils naissaient, prospéraient … s’épuisaient. Il faut bien dire que vous fûtes si belles et que nous vous aimâmes tant …
Mais les chagrins succédaient souvent aux fièvres, les éclats aux murmures, les larmes aux frissons …
C’est là que nous comprîmes le vrai sens du mot trahison … « il fallait bien passer le temps, il faut bien que le corps exulte ». Et nous nous perdîmes de temps en temps.
Alors, « plus rien ne ressemblait à rien … on perdait le goût de l’eau … mais pas celui de la conquête ».
Alors, alors … « bien sûr, nous eûmes des orages … ».

Si aujourd’hui, je prends des libertés avec ce « passé là » … si j’use et que j’abuse des « eûmes », des « ûtes » et des « âmes », c’est seulement pour égayer un peu ce « passé pas toujours simple ». Et si la grammaire y perd un peu … la petite musique de l’âme a tout à y gagner …

Si de façon plus générale, je mets quelques guirlandes là où il y avait parfois des ronces et des épines et que je plante des petites fleurs gentilles dans les trous de nez de l’histoire … ce n’est pas pour la déformer … L’histoire n’a pas besoin de moi pour se déformer toute seule. Et il ne manquera jamais, non plus, de ramasseurs de flèches, arrivés après le combat, et qui vous expliqueront comment ils ont vaincu.

Non, ne cherchez pas ! Il n’y a là, pas de plan, pas d’objectif … C’est simplement parce que je crois fermement que « le monde a la beauté du regard qu’on y pose » et que celui que j’ai envie de poser sur Comblain, c’est celui de l’enfance. Car « finalement, finalement … il nous faut bien du talent pour être vieux sans être adultes ».

https://www.youtube.com/watch?v=aRp2LMZsxek

23/10/2017 – JP Dz

0961
0961 : COMBLAIN-LA-TOUR : Sur les hauteurs de Comblain : ( ? ) ; … ; ( ? ).
0962
0962 : COMBLAIN-LA-TOUR : Quelque part sur un banc : ( ? ) ; Dominique Ogonowski ; Pierre Bartnik ; ( ? ) ; ( ? ) ; ( ? ).
0963
0963 : COMBLAIN-LA-TOUR : Dans le parc : ( ? ) ; ( ? ) ; ( ? ) ; ( ? ).
0964_79
0964 : COMBLAIN-LA-TOUR – 1979 : En promenade : Freddy Motała ; ( ? ).
0965
0965 : COMBLAIN-LA-TOUR : Devant le mât : ( ? ) ; ( ? ) ; ( ? ) ; ( ? ) ; ( ? ) ; ( ? ) ; ( ? ).
0966
0966 : COMBLAIN-LA-TOUR : Devant le perron : ( ? ) ; … ; ( ? ).

 

Lydia Młynarski

J’ai une bien triste nouvelle à vous annoncer … Lydia Młynarski nous a quittés.

Ancienne de Comblain et ancienne du KSMP de Mons, au sein duquel elle a dansé de nombreuses années, Lydia s’en est allée, à 58 ans, des suites d’une longue maladie contre laquelle elle a lutté longtemps.

Aujourd’hui, Lydia repose en paix au cimetière de Bernissart.

C’est encore un peu de notre mémoire collective qui disparaît. C’est une amie que nous perdons. Au nom des Anciens de Comblain, j’ai assuré sa petite sœur Patricia que nous ne l’oublierons jamais.

04/07/2017 – Jean-Pierre Dz

0247_Lydia_Mlynarski
0247 : Lydia Młynarski
0762_1972_Lydia_Mlynarski
0762-1972 : Lydia Młynarski
Lydia_Patricia_et_Mme_Mlynarski
COMBLAIN-LA-TOUR : Lydia, Patricia et Mme Młynarski, leur maman.
Lydia_Patricia_Mlynarski_JPDz
Lydia, Patricia Młynarski et JP Dz.

 

 

0102 – Il a neigé sur yesterday …

Qui, mieux que Marie Laforêt ( qui a si bien chanté « Warszawa » ) aurait pu mieux évoquer la nostalgie du temps passé et des amis qui se sont quittés ? Et comment mieux illustrer cette chanson de Laforêt qu’en vous présentant ces photos du parc de Comblain sous la neige ?

« Il a neigé sur Yesterday
Cette année-là même en été
En cueillant ces fleurs
Lady Madonna a tremblé
Mais ce n’était pas de froid 
»

Nous aussi, un jour, nous nous sommes quittés pour vivre notre vie.
Et on se fichait bien de ce qui pouvait arriver à Comblain.
On avait trouvé là ce qu’on était venu y chercher.
On laissait aux autres le soin ( et les corvées ) de s’occuper de ce qui restait.
Pour se donner bonne conscience, on se disait : « A chacun son tour … nous, on a déjà donné ».
D’ailleurs, qu’avions-nous encore à gagner ?
Et aucun d’entre nous ne s’est demandé si on avait quelque chose à payer.
Et le temps a passé.
Il a neigé sur Yesterday.

Lentement, dans nos souvenirs, l’image de Comblain s’est estompée.
On s’en souvenait encore … mais de moins en moins … on a presque oublié.
Dans un monde exclusivement tourné vers l’avenir, il est inconvenant de se laisser envahir par la nostalgie.
Comblain, c’était avant.
Et tant pis s’il a neigé sur Yesterday.

 Pourtant, dans un petit coin de chacun d’entre nous, il restait comme une trace … comme un stigmate …
comme un goût de pas assez …
Tout doucement l’indifférence a fait place à un autre sentiment …
pas encore l’envie de revenir, mais déjà le besoin de savoir s’il avait neigé sur Yesterday ?

Et puis un jour – le monde est bien fait – on s’est rendu compte qu’on n’était pas tout seul à y penser.
On a compris qu’il n’y a rien d’inavouable à jeter des ponts vers notre adolescence passée.
On a commencé à imaginer qu’on pourrait même, peut-être, s’y retrouver
et qu’on aurait beaucoup de plaisir, sûrement, à partager ces moments du passé.
Alors, on s’est dit : « Pourvu qu’il n’ait pas neigé sur Yesterday ».

Dieu merci, tout est resté là … pas grand-chose n’a changé.
Bien sûr, depuis le temps, il a neigé souvent sur Comblain.
Mais Comblain est beau en été, mais il est beau aussi en hiver …
Comblain est toujours beau aujourd’hui, comme il était déjà beau hier …

Et nous, on n’a qu’une seule envie … vous donner l’envie … d’y revenir … quelle que soit la saison.

06/02/2017 – JP Dz

0657
0657 : COMBLAIN-LA-TOUR : Le parc sous la neige.
0658
0658 : COMBLAIN-LA-TOUR : Le parc sous la neige.
0659
0659 : COMBLAIN-LA-TOUR : Le parc sous la neige.
0660
0660 : COMBLAIN-LA-TOUR : Le parc sous la neige.
0661
0661 : COMBLAIN-LA-TOUR : Le parc sous la neige.
0662
0662 : COMBLAIN-LA-TOUR : Le parc sous la neige.
0663
0663 : COMBLAIN-LA-TOUR : Le parc sous la neige.
0664
0664 : COMBLAIN-LA-TOUR : Le parc sous la neige.
0665
0665 : COMBLAIN-LA-TOUR : Le parc sous la neige.
0666
0666 : COMBLAIN-LA-TOUR : Le parc sous la neige.

 

Lulajże, Jezuniu

 

André Karasiński vous souhaite – avec son talent habituel – de joyeuses fêtes.
Je vous laisse en sa compagnie :

Życzymy wam wszystkim szczęśliwych, pełnych radości i przeżytych w zgodzie świąt Bożego Narodzenia, a także w nadchodzącym Nowym Roku, wszelkiej pomyślności oraz spełnienia najskrytszych marzeń.
Joyeux Noël et heureuse année 2017 à vous tous.
Onze warmste gedachten en onze beste wensen voor een voorspoedige kerst en een gelukkig nieuwjaar.

Le répertoire religieux polonais renferme de nombreux et magnifiques chants de Noël.
Difficile de choisir entre « Bóg się rodzi », « Dzisiaj w Betlejem », « Wśród nocnej ciszy », « Przybieżeli do Betlejem pasterze », « Gdy się Chrystus rodzi », « Pójdźmy wszyscy do stajenki », … et tant d’autres.

J’aimerais cependant vous faire part de mon préféré. Il s’agit du chant de Noël-berceuse « Lulajże, Jezuniu ». En voici un bref historique :

Ce cantique est né probablement dans la seconde moitié du XVIIe siècle, bien que la date exacte n’ait pas été établie. La version la plus ancienne qui nous soit parvenue date de 1705 et se trouve dans les archives de l’archidiocèse de Poznań. Première impression des paroles en 1767 et de la musique en 1843 ; cette mélodie-là diffère un peu de l’actuelle. « Lulajże, Jezuniu » a inspiré de nombreux artistes : Frédéric Chopin, l’a utilisé dans le Scherzo n°1 en si mineur, op. 20, Jacek Kaczmarski dans son oeuvre «  Wigilia na Syberi » et Lucjan Rydel dans le troisième acte de « Betlejem polski ». On l’associe également à la Pologne parce qu’il fut fort appréciée par les militants indépendantistes et que de nombreux chants patriotiques ont été écrits sur sa mélodie.

« Lulajże Jezuniu, moja perełko,
Lulaj ulubione me pieścidełko. 

Lulajże Jezuniu, lulajże lulaj !
A ty go, matulu, z płaczu utulaj.

Zamknijże znużone płaczem powieczki,
Utulże zemdlone łkaniem usteczki. 

Lulajże Jezuniu, lulajże lulaj !
A ty go, matulu, z płaczu utulaj.

Lulajże, przyjemna oczom gwiazdeczko,
Lulaj, najśliczniejsze świata słoneczko. 

Lulajże Jezuniu, lulajże lulaj !
A ty go, matulu, z płaczu utulaj.

My z Tobą, tam w niebie, spocząć pragniemy,
Ciebie, tu na ziemi, kochać będziemy. 

Lulajże Jezuniu, lulajże lulaj !
A ty go, matulu, z płaczu utulaj.
»

 https://www.youtube.com/watch?v=bikVKZL7euY

 https://www.youtube.com/watch?v=vPN07AcklfI

 https://www.youtube.com/watch?v=4urEpOPlhhY

24/12/2016 – André Karasiński