0275 – Wolnych polaków

Vous l’avez sans doute remarqué comme moi, les organisations polonaises des années 50 et 60 se revendiquaient comme étant des « organizacje Wolnych polaków » ( organisations de polonais libres ). Pour certaines d’entre elles, cette revendication s’inscrivait jusque dans le nom de l’instance, comme par exemple la Macierz Szkolna Wolnych polaków w Belgii. C’est justement à propos du mot « libre » que j’aimerais aujourd’hui disserter.

Ces gens-là – nos parents, nos voisins et amis de la génération avant la nôtre – avaient un besoin absolu de liberté. Ils ne voulaient pas reconnaître le pouvoir politique qui s’était autoproclamé souverain en Pologne à cette époque-là et défendaient l’idée d’une autre voie. Ils ne voulaient pas se soumettre à des idéaux qu’ils ne partageaient pas, ni à des « camarades » qu’ils n’avaient pas choisis. Ce faisant, ils renonçaient délibérément aux « avantages » que l’allégeance pouvait leur apporter. Mais ils ne se sont pas contentés de rejeter un système … ils ont relevé leurs manches pour essayer d’en imaginer un autre.

Le nombre d’organisations, de sociétés, de fraternités, et d’associations culturelles, folkloriques, religieuses, patriotiques ou éducatives qui foisonnaient alors en Belgique ( comme d’ailleurs dans tous les autres pays où la diaspora polonaise avait décidé de s’implanter ) n’était que le sommet de l’iceberg. Tous réunis par un même espoir, celui de pouvoir choisir eux-mêmes leurs valeurs et leur avenir, ils ont jeté ensemble les bases d’un nouvel équilibre. Certes tout n’était pas parfait … comme dans tout équilibre, il faut tâtonner souvent … mais quel courage et quelle détermination !

Si tout a commencé par des discours, des déclarations d’intention, des projets conceptuels, il est très vite apparu qu’on aurait besoin d’autre chose que de théories. Pour s’inscrire dans la durée, il devenait urgent d’avoir des lieux où se réunir, des locaux pour s’accueillir, des espaces « rien qu’à soi ». Alors, ils sont passés de la dialectique à la gestion pragmatique. On a vu apparaître des « swietlice », des « kaplice » », des écoles polonaises … qui au départ n’étaient que des locations, mais qui très vite – sans doute ici encore par esprit d’indépendance – sont devenus des biens propres à la communauté polonaise. C’est dans cet esprit qu’ils ont acheté le Domaine de Comblain-la-Tour.

Nous, anciens de Comblain, nous sommes les fils et les filles de ceux que ce besoin de liberté a poussés à entreprendre. Nous sommes les enfants de ces insoumis, les héritiers de cette autre voie.

Bien sûr, aujourd’hui, le mot « liberté » a perdu un peu de son sens … Nous vivons à présent dans des pays démocratiques … plus ou moins. Avec l’ouverture des frontières, la libre circulation, le libre-échange, … plus personne ne songe à partir en croisade pour défendre la liberté … Et peu à peu, on oublie que la liberté est un privilège. Et peu à peu, le mot liberté disparaît de nos préoccupations ; il s’efface de nos frontons, de nos slogans. SAUF … sauf quand, dans des moments comme ceux que nous vivons, cette liberté d’aller et de venir nous devient interdite.

Cette période de confinement forcé … propice à la méditation … réveille en nous des instincts que nous avions relégués aux oubliettes de nos mémoires, mais qui, du plus profond de nos ADN, se rappellent, tout d’un coup, à nos bons souvenirs. Nous avons infiniment besoin de liberté et d’espace ! Oui, nous sommes bien des fils de ces « Wolnych polaków » et notre besoin de liberté n’était qu’assoupi. Du coup, du fond des fauteuils où on nous a confinés, on a envie de crier comme Eluard :

« Sur mes cahiers d’écolier
Sur mon pupitre et les arbres
Sur le sable sur la neige
J’écris ton nom …

 … Et par le pouvoir d’un mot
Je recommence ma vie
Je suis né pour te connaître
Pour te nommer

Liberté ».

Paul Eluard

 04/05/2020 : JP Dz

2263
2.263 :  ( ? ) ; … ; Mr Tadek Szymczak ; Mr Léon Czak ; Mr Józek Stepien ; debout à droite, Mr Stephane Turynec ; …
2264
2.264 : À l’arrière à partir de la droite : Mr Henryk Nowicki ; Mr Michał Miklusiak ; ( ? ) ;  Mr Ferdynand Hurny et son épouse ; Mr Józef Młynarczyk ; ( ? ) ; Mr Max Nepotschelowitsch ; Mr Casimir Swiderski. À droite de nouveau, devant Mr Henryk Nowicki, son épouse, Mme Anna Babynuk ; Mme Nepotschelowitsch ; Mme Bartecka ; ( ? ) ; Mme Obstowa ; Mme Barbara Miklusiak ; ( ? ) ; ( ? ). À l’avant Mme Anja Swiderska-Szymczak ; dans ses bras Mr. Malec ; ( ? ) ; Mr. Bartecki ; ( ? ).
2265
2.265 : À l’ arrière : ( ? ) ; de gauche à droite Mr Henryk Nowicki ; Mme Obstowa ; Mr Casimir Swiderski ; Mr Michał Miklusiak ; ( ? ) ; Mme Anna Babynuk ; Mme Miklusiak ; ( ? ) ; Mme Anja Swiderska-Szymczak ; Mr Józef Młynarczyk ; Mr Ferdynand Hurny ; Mr Malec ; Mme Bartecka ; Mme Chudzicka ; ( ? ).
2266
2.266 : À genoux : Anna Wronski ; Irena Kotarzewski ; ( ? ) ;  Edmond Gawlik ; ( ? ). Debout : ( ? ) ; Jean Nocun ; la maman de Lucia kowal ; Mr Henri Nocun ; Mme Helene Wronski ; Pani Banasik, l’institutrice ; ( ? ) ; ….
2267
2.267 : Mr Kotarzewski ; Mr Kosiorek ; Mr Pomorski, en costume foncé ; Suzanne Adamczyk ; Cecilia Szymczewski ; Wanda Jajor ; Zygmund Szlesz ; Zbyniu Staszak ; Eugene Kotarzewski ; Robert Wojciechowski ; Lucia Kowal.
2268
2.268 : Mme Bartecka ; Ks Kurzawa ; la dame qui tend la main au curé, c’est Maria, épouse de Bolesław Hérod de Chapelle, elle a été présidente des Matki de chapelle ; Mme Cela Deputat, la mamam de Jean-michel Deputat ; Mme Genowefa Adamczyk ( Genia ), la maman de Marc Maliszewski ; Mr Stanisław Maliszewski, le papa de Marc ; le visage partiellement caché, Mr. Perzyna ( ? ) ; ( ? ) ; ….
2269
2.269 : COMBLAIN-LA-TOUR : Dans le réfectoire : Mr Rusowicz ; Ks Kurzawa ; Mr Léon Czak ; Mr Franek Bujanowski ; ( ? ) ; … ; ( ? ) ; …
2270
2.270 : COMBLAIN-LA-TOUR : Dans le réfectoire : Mr Zbigniew Bardo, qui semble s’amuser de notre présence ; Mr Rusowicz ; Ks Kurzawa ; Mr Léon Czak ; Mr Franek Bujanowski ; ( ? ) ; … ; ( ? ) ; …
2271
2.271 : COMBLAIN-LA-TOUR : L’espace de liberté.

 

 

2272
2.272 : COMBLAIN-LA-TOUR : L’espace de liberté.

Commentaires :

 Milczanowski Véronique : Et la chambre du milieu en haut, c’était celle de Ks Kurzawa … Lors d’un tournus, j’ai hérité de celle d’à côté, la fenêtre de gauche sur la photo. J’étais alors sous-monitrice et je pense que Béatrice Laffut et sa sœur étaient dans mon groupe … Ça m’amusait à moitié d’être si près de Ks Kurzawa car il avait l’oreille fine ! Je l’entends encore chaque fois que je faisais une bêtise : « Weronika Weronika !!! » … En hochant la tête pas content !

Jean-Pierre Dziewiacien : Qui aurait cru que tant d’années plus tard, nous serions encore là à parler de lui ? On finira par croire qu’il nous manque …

Milczanowski Véronique : Oui sûrement, je me souviens de lui comme d’un homme sévère mais juste.

Marilyne Desmet : Et oui … ça été ma punition de la nettoyée ( la chambre ) … hein Dominique. !!!!!

2273

2.273 : COMBLAIN-LA-TOUR : L’espace de liberté.

2274
2.274 : COMBLAIN-LA-TOUR : L’espace de liberté.
2275
2.275 : COMBLAIN-LA-TOUR : L’espace de liberté.
2276
2.276 : COMBLAIN-LA-TOUR : L’espace de liberté.
2277
2.277 : COMBLAIN-LA-TOUR : L’espace de liberté.
2278
2.278 : COMBLAIN-LA-TOUR : L’espace de liberté.
2279
2.279 : COMBLAIN-LA-TOUR : L’espace de liberté.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s