0291 – Ksiądz Czesław Kiek SChr – Biographie

Rappelez-vous, le 18 janvier 2016, nous avions déjà évoqué ici ( https://anciensdecomblain.com/2016/01/18/0044-ks-kejk/ ) l’histoire de Ks Kiek … celui qui a été le plus vieux complice de Ks Kurzawa pendant les colonies. Il restera pour nous, celui qui menait les délégations d’enfants venus d’Allemagne. Grâce à lui, nous avons fait des rencontres aussi riches que surprenantes.

Mais les recherches qu’avait déjà entreprises André Karasiński en 2016, ne permettaient pas d’éclaircir totalement toutes les zones d’ombre qui subsistaient autour du prêtre ! Aujourd’hui, grâce à nos deux scientifiques – Piotr Rozenski pour ces recherches et André Karasiński pour le décodage et la traduction – nous sommes en mesure de vous proposer une biographie complète. Grand merci à eux. La voici :

« Czesław Kiek est né le 25 décembre 1907 à Poznań. Ses parents étaient Michał et Kazimiera, née Jarmark.Il fait ses études secondaires au réputé collège Maria Magdalena de Poznań et y obtient le diplôme en « humanités anciennes ».

 Entré à la Société du Christ à Potulice, il entame son noviciat le 28 septembre 1933. À Potulice, il prononce ses vœux temporaires le 29 septembre 1934 et les renouvelle le 29 septembre 1935 et le 29 septembre 1936. Par contre, il prononcera ses vœux perpétuels, aussi appelés vœux solennels ou définitifs, à Cracovie en 1940 ».

SChr : ( Latin : Societas Christi pro Emigrantibus Polonis ; Polonais : Towarzystwo Chrystusowe dla Polonii Zagranicznej ). La Société du Christ pour les émigrants de Pologne est une société de vie apostolique fondée par le cardinal Hlond, alors primat de Pologne, le 8 septembre 1932, avec l’assistance du père Ignace Posadzy. Elle regroupe environ 400 prêtres aujourd’hui.

« Il étudie la philosophie au Séminaire archiépiscopal de Gniezno d’octobre 1934 à juin 1936 puis la théologie au séminaire de Poznań. Il présente son examen oral de doctorat ( rigorosum ) en juin 1939 à Poznań. En 1939, la dernière année de ses études de théologie est annulée par le déclenchement de la guerre. Grâce aux efforts des autorités de la Société du Christ, il a la possibilité de se rendre à Cracovie et d’y terminer ses études théologiques dans un séminaire de l’ordre des Capucins ».

Dans certains pays, un rigorosum ( examen oral ) est l’examen final pour l’obtention d’un diplôme universitaire, généralement un doctorat. Il est surprenant de lire que le père Kiek a présenté cette épreuve alors qu’il lui restait un an d’études.

« Czesław Kiek est ordonné prêtre le 29 septembre 1940 dans l’église salésienne de Cracovie-Dębniki, par Mgr Stanisław Rospond.

 Pendant la guerre, de 1940 à 1943, en tant que résident, il œuvre dans la paroisse dédiée au bienheureux Kadłubek à Jędrzejów ( diocèse de Kielce ), puis dans la paroisse d’Oleśno ( diocèse de Tarnów ).

Début 1943, grâce aux efforts de la Société du Christ, les autorités allemandes consentent à ce qu’un travail pastoral soit mené dans les camps de transit des ouvriers polonais déportés ensuite vers le Reich pour les travaux forcés. Le père Czesław Kiek devient, en mars 1943, l’aumônier du camp de Cracovie. Le travail du prêtre consiste à fournir une aide spirituelle et matérielle. L’accent est mis sur la persévérance dans la foi et l’éveil de la solidarité fraternelle. L’aumônier met aussi l’accent sur le sentiment de spécificité nationale. À la fin de 1943, il est l’un des initiateurs de ce qui a été appelé « L’action de Noël », à savoir l’envoi à ceux dont on connaissait l’adresse en Allemagne de colis contenant le traditionnel Opłatek, des recueils de chansons, des chants de Noël et une lettre pastorale de l’archevêque de Cracovie Mgr Adam Sapieha. L’aumônier du camp, le père Kiek, y joint sa propre lettre de soutien : « Nous venons à vous, frères, dispersés dans le monde entier, suivant la vieille coutume polonaise, pour partager l’Opłatek blanc, symbole de l’amour du Christ et de l’unité fraternelle, afin que Noël vous apporte une abondance de grâces de Dieu et vous donne le courage de supporter les épreuves dans un pays étranger ».

L’Opłatek est une tradition catholique célébrée, entre autres, dans les familles polonaises lors de la veillée de Noël. Opłatek est confectionné à partir de pain azyme, à base de farine blanche et d’eau. Opłatek est béni par un prêtre. Les membres de la famille et les amis se partagent et s’échangent Opłatek tout en formulant des vœux réciproques.

« La conséquence de « L’action de Noël » est une vigilance accrue de la police allemande. Bientôt, en mars 1944, le P. Czesław Kiek est arrêté et emprisonné à la prison de Montelupich à Cracovie. Envoyé dans un premier temps au camp de concentration de Gross-Rosen, il est transféré ensuite au camp de Dora-Osterode. Il survit à l’évacuation – appelée plus tard la « Marche de la mort » – vers le camp de Bergen-Belsen. Là, épuisé, souffrant du typhus, il est libéré par les troupes alliées.

 Après la guerre, le P. Kiek a occupé diverses fonctions :

– Catéchiste et préfet de l’école primaire et secondaire à Bergen – Belsen ( 1945 – 1946 ), puis à Salzgitter / Harz ( 1946 – 1948 ) ;

– Curé de Frille – Minden et préfet du collège de Bad Lippstadt ( 1948 – 1949 ) ;

– Curé de Moringen et Hann. Münden ( 1949 – 1950 ) ;

– Dans les années 1951 – 1954, aumônier pour les prisonniers polonais et étrangers à Werl et pasteur des communautés polonais à Dortmund-Ewing ;

– De 1954 à 1960, prêtre dans les communautés polonaises de Dortmund, Witten et Lütgen-Dortmund ;

– De 1960 à 1963, directeur du Centre Notre-Dame de Częstochowa à Roubaix, dans le Nord de la France ;

– Le16 juillet 1963, retour en Allemagne pour continuer à travailler comme pasteur des communautés polonaises de Dortmund et de ses environs puis, finalement, à Kreffeld.

 Il décède à l’hôpital le 6 janvier 1984, à l’âge de 76 ans.

Les cérémonies funéraires ont eu lieu dans l’église de Ste Klara à Kaldenhausen, d’où le cercueil a été transporté en Pologne. Il a été enterré le 16 janvier 1984 dans le caveau familial du cimetière Junikowski à Poznań ».

D’après un texte de ks. Bernard Kołodziej TChr
https://www.chrystusowcy.pl/schematyzm?kaplan_id=286764a4ceb9012323e6e1139

17/08/2020 – Piotr Rozenski et André Karasińsk

2477_0235_1979
2.477 : COMBLAIN-LA-TOUR – 1979 : Ks Kiek.

 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s