0204 – Racontez-nous … racontez-vous

Comme vous avez pu le constater, depuis quelque temps, nous avons entamé une nouvelle rubrique « Nos exploits folkloriques ». L’objectif de ce nouveau chapitre est de partager nos souvenirs des moments magiques que nous avons passés, ensemble, à représenter sur scène notre culture polonaise. Et si ce partage nous permet de retrouver les gens avec qui nous avons vécu ces heures heureuses, c’est tant mieux. Ce sont les deux seuls buts que nous poursuivons.

Il n’est donc pas question ici, de se servir de ces matériaux pour réécrire l’histoire à sa façon ou combler de quelconques  frustrations personnelles. Je vous rappelle que les Anciens de Comblain sont une communauté de souvenirs – je dirais même une communauté de « bons » souvenirs – et non pas une communauté de ragots, de « j’ai entendu dire que » et encore moins de règlements de compte façon « cour de récréation ». Nous ne voulons pas mettre en concurrence ni juger et classifier les performances. C’est tout le contraire.

Du coup, ce qui nous importe ce sont Vos témoignages, Vos vécus, Vos souvenirs. Personnellement, je ne peux m’exprimer que sur les choses que j’ai vécues de l’intérieur ( comment peut-on faire autrement ? ). Je peux vous parler des KSMP de Mons et de celui de Ressaix, puisque j’ai largement participé aux 2 formations. Pour les autres ensembles, je n’ai que des souvenirs épisodiques des rencontres que nous avions soit à Comblain, soit lors des festivals ou des pèlerinages. Donc, nous avons besoin de vous pour nous raconter vos aventures.

Ne laissez pas à d’autres le monopole d’écrire votre histoire … et parfois d’écrire n’importe quoi.

Dans le même ordre d’idée, vous ne vous étonnerez pas d’apprendre que je possède des photos en nombre des deux formations auxquelles j’ai participé … et très peu de photos des KSMP de Liège, de Charleroi, du Limbourg, du groupe Wisla, des Harcerze, des spectacles organisés par les Związek Polaków, des groupes qui existaient avant l’apparition des KSMP, des formations de danses de Gilly, de … qui – même si nous ne partagions pas forcément les mêmes valeurs – représentaient aussi la culture polonaise. Aujourd’hui, il est temps de faire fi de toutes les spécificités ( dont nous n’étions même pas conscients à l’époque ) et de fêter, tous ensemble, le plaisir d’avoir été la Pologne de Belgique.

Ceci dit, j’attends donc avec impatience vos photos, vos témoignages, vos anecdotes. Que vous ayez été plutôt de droite ou de gauche … ou du centre … que votre participation s’est limitée à quelques apparitions sur scène … que vous ayez oublié le nom de vos partenaires … que vos rhumatismes vous empêchent aujourd’hui de reproduire les figures que vous adoriez faire à 18 ans … que vous vous êtes éloignés de tout ça depuis tellement longtemps … C’EST LE MOMENT de rajeunir !

Alors, sortez les vieux cartons à chaussures … il y a là, c’est sûr, des trésors qui, une fois publiés, feront le bonheur de ceux qui se reconnaîtront. Aidez-nous aussi à reconnaître ceux qui sont trop timides ou qui pensent, à tort, que tout ça n’est pas important !

Et pour finir, je vous souhaite, pour ce soir, un très bon réveillon et, pour 2019, une année exceptionnelle !

31/12/2018 – JP Dz

1520_KSMP_Bois_du_Luc
1.520 : KSMP ( ? ) de BOIS-DU-LUC – 1966 /1967 : Lors d’une représentation, photo prise devant la chapelle de Saint-Vaast, en face des « Buissonnets » : Monsieur Krenc ; Casimir Swiderski ; Janek Perzyna ; Wioleta Kielbowicz ; Pan Bardo ; Hélène Golebiowski ; Georges Kiełbowicz ; Alice Bardo ; Kazimir Kiełbowicz ; Jozia ( Josée, Lalunia ) Zawadzki ; Franek Klimanowicz ; Pawel Kondraszuk ; Janek Jozwiak.
1521_KSMP_Charleroi
1.521 : KSMP CHARLEROI – 12/04/1964.
1522_KSMP_Charleroi
1.522 : KSMP CHARLEROI : Jozef Kubat ; Héléne Kubat ; Ingrid Kubat ; Annick Majchrowski ; Anne-Marie Kantyka ; Christine Piech ; … ; Cathy Cieslik ; ( ? ).
1523_KSMP_Chatelineau
1.523 : KSMP CHÂTELINEAU : Gossens Jean-Claude ; Palamaruk Sophie ; Palamaruk Joseph ; Godzicka Barbara ; Dalgan Paul ; Lewendowska Sabine ; Dudzik Henry ; Markowski Gustave ; Malinska Vanda.
1524_KSMP_Liège
1.524 : KSMP LIÈGE
1525_KSMP_Liège
1.525 : KSMP LIÈGE : André Paterka ; Michel Bomok ; Jean Paluszkiewicz.
1526_KSMP_Mons
1.526 : KSMP MONS : Maria Dudziak ; Serge Préat ; Każa Dudziak ; Bogdan Konarski ; Genevieve Halcuk ; Edward Kucharzewski ; Ingrid Walasiak ; Jean-Pierre Blaszka. Derrière, on devine : … ; Zygmund Mielcarek ; Anne-Marie Mazgaj ; Zdzisław Blaszka.
1527_KSMP_Mons
1.527 : KSMP MONS : Les garçons : Pierre Front ; Michel Mikolajczyk ; Czesiu Kucharzewski. Les filles ?
1528_KSMP_Ressaix
1.528 : KSMP RESSAIX : Dominique Ogonowski ; Eveline Ogonowski ; Thérèse Ogonowski ; ( ? ) …
1529_Wesele na Mazowcze
1.529 : ZWIĄZEK POLAKÓW BOUSSU-BOIS : Représentation de « Wesele mazowieckie » en 1967 ; ( ? ) …. ; Anne-Marie Gilson ; … ; Henryk Tomczak ; … ; ( , ).

 

0203 – Le tilleul

Il y a une autre odeur qui nous rappelle systématique Comblain … celle du tilleul.
Celui qui pousse un peu trop près de la petite maison au bord de l’Ourthe ( la villa Mississippi ).
Celui en dessous duquel nous cherchions un peu d’ombre quand le soleil « piquait » trop.

Son odeur nous accueillait déjà tôt le matin, quand nous sortions, en slip, de nos chambres pour nous laver à l’eau froide, tous alignés devant l’auge en pierre adossée au mur de la petite maison. Et quand nos ablutions se transformaient en bataille d’arrosage, c’est le tilleul qui nous servait en même temps de bouclier et de paravent.

Il en a vu passer ce tilleul des garnements, des espiègles, des chenapans et des mauvaises graines. Et il a survécu à tout. D’autres arbres du parc, pourtant plus imposants et robustes, se sont laissés aller. Lui résiste. Il me fait penser à un autre tilleul … celui de Dominique Stefanski … vous en avez déjà entendu parler ? Non ? Alors je ne résiste pas au plaisir de laisser Dominique vous raconter son histoire :

« Je revois comme si c’était hier, ce 25 juin où nous avons reçu les clés de la maison pour la première fois. Elle était aussi vide que le jardin était plein de broussailles et de mauvaises herbes.

Nous étions pressés d’installer notre petit confort et chaque jour, on découvrait les mille et une petites choses qui nous manquaient pour faire fonctionner la maison …

 Quand j’ai entrepris de m’occuper du jardin, ce n’était qu’une mer de ronces recouvertes de liserons dont les fleurs blanches ondulaient comme de l’écume sur ces vagues conquérantes … Pour le jardin aussi, il fallait faire quelques acquisitions et j’ai commencé par acheter des gants de jardin et un petit sécateur, et je suis partie à l’assaut de cette petite jungle épineuse. Les ronces éliminées, de jolies plantes ont commencé à réapparaître çà et là, un rosier ancien très parfumé, des ancolies et bien d’autres fleurs qui profitaient de l’éclaircie pour reconquérir ce qui avait été leur espace …

 C’est là que j’ai vu un petit tilleul, à peine plus haut qu’un céleri … Je l’ai coupé net, mais à regret car il poussait trop près du mur … L’année suivante, il est revenu et l’année d’après aussi … Et moi, à chaque fois « tchac » un coup de sécateur … Puis pendant un an ou deux et plus, je n’ai plus trop fait le jardin car j’avais trouvé dans des choux, quelques jeunes pousses qui m’occupaient et m’en tenaient éloignée…

 De retour au jardin, j’ai constaté que mon sécateur n’était plus assez grand pour couper le tilleul entêté et j’ai pensé acheter une cisaille … Le temps de trouver une cisaille, il avait encore grandi et j’ai pensé qu’il me faudrait une scie … Le temps de trouver une scie … le voilà qui était hors d’atteinte de mes velléités « arasoires » !

 Aujourd’hui, le parfum de ses fleurs embaume tout le quartier et il bourdonne de la vie de tous ces petits insectes qui se repaissent de son nectar … Il est là, immense, magnifique, volontaire et tout engoncé …
Ce 25 juin, c’était il y a 28 ans et on s’était marié l’avant-veille, le 23 … Depuis, on a agrandi la famille, la maison, la troupe d’animaux … on a des tas d’accessoires, d’ustensiles, d’outils de jardin et toujours un tilleul … Je me dis qu’il me faudrait peut-être une pelle mécanique pour déplacer… le mur.
 ».

Dominique Stefanski

Si j’ai souhaité partager avec vous cette histoire magnifique, racontée avec tant de poésie, c’est que ce tilleul – qui a choisi de s’implanter à Fontaine l’Evêque – mérite toute notre admiration. Par certains côtés, il me fait penser aux Anciens de Comblain … qu’on avait plantés là, à Comblain … qui ont poussé, grandi … qui ont connu d’autres horizons, mais qui reviennent inlassablement … qui s’accrochent … qui résistent … qui prennent racine.

Du coup, j’ai envie d’avoir un autre regard sur Notre tilleul … celui de Comblain … celui qui s’accroche trop près de la villa Mississippi. J’ai furieusement envie de le protéger, de l’adopter, d’en faire un emblème, un symbole. Et si on en faisait Notre arbre ?

24/12/2018 – JP Dz

1512
1.512 : COMBLAIN-LA-TOUR : Autour du tilleul : Construction du bâtiment rouge.
1513
1.513 : COMBLAIN-LA-TOUR : Autour du tilleul : Derrière : Richard Chwoszcz ; Georges Załobek ; Mr Józef Rzemieniewski ; ( ? ) ; Mr Bolesław Chwoszcz ; Rangée du milieu : ( ? ) ; ( ? ) ; ( ? ) ; Pan Jan ; ( ? ). A l’avant plan : ( ? ) ; ( ? ) ; ( ? ).
1514_2005
1.514 : COMBLAIN-LA-TOUR – mai 2005 : Autour du tilleul : Classes vertes de Bruxelles.
1515_2005
1.515 : COMBLAIN-LA-TOUR – mai 2005 : Autour du tilleul : Classes vertes de Bruxelles.
1516
1.516 : COMBLAIN-LA-TOUR – 2016 : Autour du tilleul : Henryk Tomczak ; André Karasiński ; Marie-Françoise Fiutowski ; Sophie Nowak ; Marie-Louise Dupont ; Anne-Marie Gilson ; ( ? ) ; Kazimierz Miksiewicz et Martine.
1517
1.517 : COMBLAIN-LA-TOUR – 2016 : Autour du tilleul : Jean-Pierre Dziewiacien ; Marilyne Desmet ; Bénédicte Druszcz ; Géniu Bujanowski ; Isabella Cosaro ; Dominique Stefanski ; Wilma Di Costanzo ; Irek Mrzygłod ; Henryk Tomczak.
1518
15.18 : COMBLAIN-LA-TOUR : Autour du tilleul.
1519
1.519 : COMBLAIN-LA-TOUR : Autour du tilleul : Accroupis : Katty Swiderski ; Casimir Nowicki ; Géniu Bujanowski ; Jean-Pierre Dziewiacien ; Dorota Druszcz ; Debout : François Chwoszcz ; Krystiane Wochen ; Georges Persich ; André Karasiński ; Marie-Louise Dupont ; Betty Nowicki ; Anna-Rita Centurione ; Alain Crucifix ; Aline Bień ; Daniel Dizant ; Isabella Cosaro ; Dominique Ogonowski ; Hélène Piech ; Monica Nauschutz ; Regina Gymza ; Zuhal Gunal ; Anne Wuidar ; Czesiu Kucharzewski ; Dominique Santenoy ; Pierre Front.

 

0202 – Revisitons Comblain ( 22 ) : L’église et le cimetière

Revenons vers le centre de Comblain-la-Tour. Au centre du village, il y a l’église et le cimetière … comme souvent dans les petites localités de nos Ardennes. L’église Saint-Clément – que nous connaissons bien pour l’avoir souvent pratiquée – est une petite église très sympa qui ne paie pas de mine. Son architecture est relativement sobre et, à l’intérieur, l’aménagement est fonctionnel.

Pourtant, nous ne sommes pas n’importe où …

Cette église, bâtie en 1743, sur les fondations d’un ancien édifice, était en piteux état après la seconde guerre mondiale. Le prêtre qui en avait la charge, l’abbé Pesser ne savait plus à quel saint se vouer pour lui venir en aide ! Le miracle a quand même bien eu lieu … un G.I. américain – Joe Napoli – s’est pris d’amitié pour les comblinois et a décidé d’aider le prêtre à redonner à la petite église son lustre d’antan en organisant les fameux festivals de jazz. Vous en connaissez, vous, d’autres petites églises qui ont été sauvées par un festival international de jazz ?

Autour de l’église s’enroule le petit cimetière pittoresque où reposent en paix les comblinois … plus quelques « étrangers » dont les noms résonnent étrangement en polonais. Ce n’est pas par hasard si lors de nos premières retrouvailles, en septembre 2015, notre premier geste a été de nous rendre dans ce cimetière et d’y déposer des fleurs. Ici sont inhumées quelques-unes des personnalités les plus emblématiques de notre collectivité polonaise. Nous nous sommes arrêtés longuement sur la tombe de Notre Pan Jan ( Mr Jan Smolag ), mais aussi sur d’autres tombes … celles des initiateurs, des bienfaiteurs et autres sommités qui ont très largement contribué à l’essor du Centre Millennium, mais aussi au rayonnement de notre communauté.

Parmi ces grands hommes, il y en a deux que nous avons déjà évoqués à plusieurs reprises et que nous évoquerons encore : Mr Józef Rzemieniewski, le sympathique journaliste du « Narodowiec », membre – fondateur du Comité central des Écoles des Polonais libres de Belgique ( Macierz Szkolna Wolnych Polaków w Belgii – PMSz ), et même président à partir de 1984 ( article n° 61 ) et Dr Rudolf Wilczek, Président de la Macierz Szkolna de 1956 à 1984 ( article 106 ) qui a donné, entre-autre, son nom à la splendide allée du parc qui longe le chemin de fer.

Mais d’autres personnages importants sont enterrés là. Ils ont profondément marqué l’histoire de notre émigration et méritent toute notre admiration et tout notre respect : Dr Edward Pomorski, Ministre plénipotentiaire du gouvernement polonais en exil, commandant de la résistance polonaise, président du Związek Polaków w Belgii, responsable du scoutisme polonais et Inspecteur des écoles polonaises de Belgique … pour ne citer « que ça » ; mais aussi Pr Stefan Glaser ; et encore d’autres … Nous reviendrons, bien sûr, plus en détail sur les itinéraires hors du commun de ces élites au grand cœur.

Vous en connaissez, vous, d’autres petits cimetières qui mériteraient d’abriter le Panthéon des Polonais de Belgique ?

Ce n’est pas par hasard, non plus, que des autorités polonaises de haut vol, viennent ici se recueillir et déposer des gerbes de fleurs pour marquer la reconnaissance d’une nation à quelques-uns de ses brillants ressortissants. Les photos de 1.507 à 1.510 datent du 30 septembre 2017, lors des festivités organisées à Comblain-la-Tour pour célébrer le 65ème anniversaire de la naissance de la Macierz Szkolna. On peut y voir Son Excellence, Mr l’Ambassadeur de Pologne en Belgique, Mr Artur Orzechowski, Madame la Consul Agnieszka Paciorek, ainsi que des représentants du parlement polonais, des chancelleries du Sénat et de la Présidence Polonaises qui ont fait le déplacement pour honorer le travail et la mémoire de ceux qui reposent ici. Messieurs Patrick Lecerf, député- Bourgmestre d’Hamoir et Michel Legros, Bourgmestre faisant fonction étaient évidemment présents.

Vous en connaissez, vous, d’autres petits cimetières non militaires qui sont capables de drainer pareille concentration de VIP ?

 Décidément, Comblain-la-Tour n’est pas un village comme les autres …

D’ailleurs, vous en connaissez, vous, d’autres petits villages dans lesquelles on aurait séjourné quelques jours … il y a 40 ans … et qui nous auraient marqués à ce point qu’on se les remémore toujours 40 ans plus tard ?

 17/12/2018 – JP Dz

1502
1.502 : COMBLAIN-LA-TOUR : Eglise et centre du village : Carte postale.
1503
1.503 : COMBLAIN-LA-TOUR : Le presbytère et l’église : Carte postale.
1504
1.504 ; COMBLAIN-LA-TOUR : L’église : Carte postale.
1505
1.505 : COMBLAIN-LA-TOUR : La statut de Sainte-Thérèse : Carte postale.
1506
1.506 : COMBLAIN-LA-TOUR : Intérieur de l’église : Carte postale.
1507
1.507 : COMBLAIN-LA-TOUR – 30 septembre 2017 : Hommage aux personnalités polonaises : Son Excellence, Mr l’Ambassadeur de Pologne en Belgique, Mr Artur Orzechowski ; les représentants du parlement polonais, des chancelleries du Sénat et de la Présidence Polonaises ; …
1508
1.508 : COMBLAIN-LA-TOUR – 30 septembre 2017 : Hommage aux personnalités polonaises : Madame la Consul Agnieszka Paciorek ; … ; l’ensemble Wisła ; …
1509
1.509 : COMBLAIN-LA-TOUR – 30 septembre 2017 : Hommage aux personnalités polonaises : ( ? ) ; … ; Stefania Ludwikowski ; l’ensemble Wisła.
1510
1.510 : COMBLAIN-LA-TOUR – 30 septembre 2017 : Hommage aux personnalités polonaises : Columbarium avec les plaques de Mrs Józef Rzemieniewski et Adam Gorski.
1511
1.511 : COMBLAIN-LA-TOUR : L’église.

 

0201 – KSMP Centre « Orlęta » – de Ressaix

Voici quelques photos du KSMP Centre « Orlęta » de Ressaix. Avant d’évoquer ce sympathique ensemble folklorique, permettez-moi d’ouvrir une petite parenthèse personnelle. Ne soyez pas surpris de voir votre serviteur danser tantôt avec le KSMP de Mons et, à d’autres moments, avec le KSMP de Ressaix … c’est normal. Et je ne suis pas un cas unique, loin de là. Les « transferts » entre KSMP ont toujours existé … pour différentes raisons.

Pour ma part, quand j’ai frappé à la porte du KSMP de Ressaix, dans les premiers jours de 1978, ce n’était pas pour demander l’asile politique. Je n’étais menacé par personne. Je ne craignais pas pour mon intégrité physique. Seulement, après 10 ans de bons et loyaux servir au KSMP de Mons – dont quatre et demi comme président – l’heure était venue pour moi de fonder famille. C’est donc l’asile « sentimental » que j’ai demandé à Ressaix. Mon transfert n’a fait l’objet d’aucune transaction ; il faut dire que les danseurs sont beaucoup moins cotés que les joueurs de football !

Mon implication à Ressaix s’est poursuivie de janvier 1978 à octobre 1981. Et finalement, Eveline – qui a toujours été une membre très active, et même présidente pendant 3 ans – et moi avons quitté ce groupe fin 81.

Mais, dès le début de 1982, nous nous sommes rendu compte que l’ambiance des KSMP nous manquait terriblement. L’envie de danser était plus forte que tout. C’est comme ça que nous sommes revenus vers la région de Mons et rejoint le KSMP local. Pendant un an, nous avons retrouvé ce plaisir indicible d’être sur scène avec des amis. Fin 1982, nos obligations professionnelles nous ont obligés à quitter définitivement l’ambiance joyeuse des KSMP. Et voilà 36 ans que nous sommes … « en manque ».

Mais revenons au KSMP Orlęta. La première chose qui m’a touché quand j’ai débarqué à Ressaix : c’est l’accueil et la simplicité. Je connaissais déjà un peu tout le monde, mais sans vraiment connaître personne. Pourtant, spontanément, les jeunes du KSMP m’ont … « adopté ». Plus tard, j’ai compris que je n’étais pas une exception. A Ressaix, la convivialité, c’était une seconde nature, et les portes ouvertes, ce n’était pas seulement une métaphore … les portes étaient vraiment ouvertes. Et j’ai découvert là des personnalités très attachantes. Toutes méritent d’être mises en lumière … je vais commencer par trois d’entre elles :

Tout d’abord, Danielle Perzyna ( sur les photos 1.492, 1.494, 1.495, 1.500 et 1.501 ) … voilà bien quelqu’un qui mérite toute notre admiration, et pas seulement parce que sa personnalité, timide et effacée, ne lui a pas suffisamment permis de briller comme elle le méritait. C’est sa gentillesse qui éclatait dès qu’elle se mettait à sourire. Sa joie de vivre était communicative. Mais là où elle était extraordinaire, c’est en dansant.

Danielle est « malentendante ». La musique est sans doute pour elle un mystère. Tout ce qui permet aux autres de suivre le rythme, d’être synchronisés, lui est inconnu. Pourtant, elle danse avec une justesse inouïe. Pour avoir souvent dansé avec elle, je peux affirmer que ce fut, à chaque fois, un plaisir. Je ne comprends toujours pas son secret. J’imagine qu’elle arrive à capter les vibrations de son partenaire ?

J’ai envie aussi de parler de ces deux demoiselles ( photo 1.495 ) que nous avons vu débarquer pour la première fois lors d’une répétition. Elles nous ont expliqué qu’elles étaient italiennes et passionnées par la danse folklorique polonaise. Leur souhait … tout simplement intégrer le KSMP de Ressaix. Elles ne connaissaient personne. Elles voulaient juste danser. Cette démarche et cette spontanéité nous ont touchés.

Aujourd’hui, je suis désolé d’avoir oublié leurs noms. Par contre, Je n’ai pas oublié le plaisir que j’ai ressenti à leur apprendre à danser. Elles ont fait un bout de chemin avec nous. Ce fut un bout de chemin très agréable.

Ces exemples, à eux seuls, illustrent parfaitement le formidable pouvoir d’attraction et l’irrésistible envie de participer que le folklore polonais projette. Nous avons eu le privilège de tomber dedans dès notre enfance.

Nous avons eu la chance d’avoir des parents qui nous ont poussés dans cette direction et un environnement culturel qui était déjà organisé et qui n’attendait que nous pour poursuivre son but. Tout ceci explique que nous soyons, encore aujourd’hui, aussi nostalgiques de cette période.

10/12/2018 – JP Dz

1491_KSMP_Centre
1.491 : RESSAIX : KSMP Centre Orlęta – 1959 / 1979 : Autocollant commémoratif des 20 ans d’existence.
1492_KSMP_Centre
1.492 : RESSAIX : KSMP Centre Orlęta – Ośrodek Św. Maksymiliana Kolbe : Debout : Malvina Rusowicz ; Vital Kciuk ; Michel Spiewak ; Danièle Czajkowski ; Danièle Perzyna ; Thérèse Spiewak ; Marilyne Desmet ; Eveline Ogonowski ; Simone Wattiez ; Olek Jelen ; Dominique Ogonowski ; Janeczko Marcin. Accroupis : Freddy ? ; Jean-Michel Deputat ; André Walasczyk ; Jean-Pierre Dziewiacien ; Daniel Kowal.
1493_KSMP_Centre_1977
1.493 : RESSAIX : KSMP Centre Orlęta – 01/05/1977 – Ośrodek Św. Maksymiliana Kolbe : Spectacle pour la bénédiction du drapeau des Dames du Rosaire de Ressaix : Simone Wattiez ; Daniel Kowal ; Irène Sitarz ; Casimir Nowicki ; Bernadette Marszalkowski ; Claude Soulas ; Dominique Ogonowski ; Vital Kciuk ; Eveline Ogonowski ; Jean-Michel Deputat ; Loretta Barbarossa ; Janek Perzyna.
1494_KSMP_Centre
1.494 : RESSAIX : KSMP Centre Orlęta : Debout : Eveline Ogonowski ; Thérèse Ogonowski ; Georges Kiełbowicz ; Christiane Marszalkowski ; Danièle Perzyna ; Nathalie Haine. Accroupis : Janek Perzyna ; Nadine Deputat.
1495_KSMP_Centre
1.495 : RESSAIX : KSMP Centre Orlęta – Ośrodek Św. Maksymiliana Kolbe : Debout : ( ? ) ; Danièle Perzyna ; Thérèse Spiewak ; ( ? ) ; ( ? ). Accroupis : Jean-Pierre Dziewiacien ; Michel Spiewak ; Jean-Michel Deputat ; Dominique Gebka.
1496_KSMP_Centre
1.496 : RESSAIX : KSMP Centre Orlęta : Marilyne Desmet ; Thérèse Spiewak.
1497_KSMP_Centre
1.497 : RESSAIX : KSMP Centre Orlęta : Irène Sitarz ; Bernadette Marszalkowski ; Simone Wattiez ; Dominique Ogonowski ; Eveline Ogonowski.
1498_KSMP_Centre
1.498 : RESSAIX : KSMP Centre Orlęta : A l’avant plan : Bernadette Marszalkowski et Daniel Kowal ; juste derrière : Irène Sitarz et André Cornut ; ….
1499_KSMP_Centre
1.499 : RESSAIX : KSMP Centre Orlęta : A l’avant plan : Eveline Ogonowski et Jean-Michel Deputat ; Irène Sitarz et Vital Kciuk.
1500_KSMP_Centre
1.500 : Sous un chapiteau : KSMP Centre Orlęta : André Walasczyk et Danièle Perzyna ; Vital Kciuk et Danièle Czajkowski ; Michel Spiewak et Marilyne Desmet ; Dominique Gebka et Dominique Ogonowski ; à l’arrière : Olek Jelen.
1501_KSMP_Centre
1.501 : Sous un chapiteau : KSMP Centre Orlęta : Debout : Dominique Ogonowski ; Marilyne Desmet ; Simone Wattiez ; Danièle Perzyna ; Eveline Ogonowski ; Malvina Rusowicz. Accroupis : Jean-Michel Deputat ; Daniel Kowal ; André Walasczyk ; Michel Spiewak ; Jean-Pierre Dziewiacien ; Vital Kciuk.

 

0200 – « Millennium »

Pour désigner la maison polonaise de Comblain-la-Tour, j’ai régulièrement utilisé les termes : « Centre Millennium » … C’est le nom officiel du bâtiment. Pour ceux qui l’ignorent – ou qui l’auraient oublié – le mot « Millennium » fait référence à un épisode crucial de l’Histoire de la Pologne contemporaine. En effet, en 1966 ( c’est-à-dire 5 ans à peine après les premières colonies ), la Pologne tout entière célébrait ses 1.000 ans de chrétienté …

Les commémorations de cet évènement ont marqué toute la nation polonaise … et ont largement débordé à l’extérieur des frontières d’un pays qui, rappelons-le, était encore, à ce moment-là, administré par un régime communiste. Dans toute la Pologne, ce n’était que des rassemblements gigantesques ( photo 1.483 ). Les Polonais, dans leur immense majorité, voulaient ainsi affirmer leur foi et revendiquer la liberté d’un culte millénaire.

Monseigneur le Cardinal Stefan Wyszyński ( archevêque de Varsovie et de Gniezno, et Primat de Pologne de 1948 à 1981 – photo 1.484 ), qui a présidé toutes ses manifestations, a payé un lourd tribut pour défendre ses engagements … il avait été jeté en prison de 1953 à 1956.

Dix ans plus tard, en 1966, l’occasion était trop belle pour prouver au régime, et au monde entier, que les polonais étaient résolument catholiques. Le Millennium fut en même temps un acte de foi et une gigantesque démonstration de force. Sans doute peut-on voir là, sans se tromper, le premier épisode du combat qui mènera à la chute du rideau de fer et à la résurrection d’une Pologne indépendante en 1989. On sait aujourd’hui le rôle que joua le Vatican dans ces évènements.

En 1966, Comblain-la-Tour n’a pas échappé à ce raz-de-marée qui s’est répandu à travers toute la Pologne ( Varsovie, Cracovie, Toruń, Lublin, Gdańsk, Pozńan, Gniezno, Kielce, Wrocław, Częstochowa sur la photo 1.485, …) et à l’extérieur, en Belgique ( photo 1.486 ), France ( photo 1.487 et 1.488 ), Grande-Bretagne, Italie, … jusqu’aux États-Unis. La maison polonaise de Comblain fut rebaptisée « Centre Millennium » et le pape y a envoyé son délégué, le nonce apostolique Monseigneur Silvio Oddi, pour bénir les lieux. Sur la photo 1.489, on le voit sortir du bâtiment en compagnie de Ks Repka, recteur de la Mission Catholique Polonaise du Benelux.

À peine 13 ans plus tard, en 1979, c’est le pape lui-même qui est venu à la rencontre d’Anciens de Comblain. Sur la photo 1.490, on peut voir Sa Sainteté Jean-Paul II – Karol Józef Wojtyła – en grande discussion avec Dominique Ogonowski et Monseigneur Szczepan Wesoły ( en charge de l’immigration et des réfugiés polonais et des prêtres polonais à l’étranger ). Tout ça dans une joyeuse ambiance. Pas de doute, entre ces deux dates, entre ces deux dernières photos, le monde avait commencé à basculer …

La photo 1.489, est extraite d’un livre luxueux : Millennium Poloniae Christianae ( Millénaire de la Pologne chrétienne ) qui relate les commémorations du Millennium à travers le monde. Comblain-la-Tour y trouve tout naturellement sa place dans l’Histoire. Ce livre nous – les Anciens de Comblain – nous l’avons offert au centre Millennium lors de notre traditionnel week-end de septembre 2018. Il est le symbole de la petite histoire de ces lieux … celle que nous tentons inlassablement de vous raconter … celle qui commence beaucoup plus tôt, quand une poignée de bénévoles a décidé d’acheter un vieux château pour en faire un tremplin pour des générations futures de petits polonais.

La photo 1.490, n’est finalement que la suite logique de ce pari fou. En effet, un certain nombre d’enfants ayant séjourné à Comblain se sont vus proposer de continuer l’aventure à Loreto … le destin a fait le reste !

03/12/2018 – JP Dz

1483
1.483 : Millennium – Manifestations à LUBLIN.
1484
1.484 : Millennium – POZNAŃ : Le Cardinal Stefan Wyszyński, le chanoine Goździewicz et Monseigneur Baraniak, Archevêque de Poznań.
1485
1.485 : Millennium – CZĘSTOCHOWA : Sanctuaire de Notre-Dame à Jasna Góra : Couverture du livre.
1486
1.486 : Millennium – MONTAIGU : Sanctuaire de Notre-Dame de Montaigu. A gauche, Edmond Budzinski ; … ; ( ? ) ; … ; à droite, Zdzisław Blaszka.
1487
1.487 : Millennium – LENS : Consécration de l’église polonaise.
1488
1.488 : Millennium – VAUDRICOURT : Congrès de la jeunesse catholique polonaise.
1489
1.489 : Millennium – COMBLAIN-LA-TOUR – 1966 : Devant la porte d’entrée principale : Le Nonce apostolique Monseigneur Silvio Oddi bénit le centre Millennium ; Kz Repka ; …
1490
1.490 : ROME – 1979 : Audience papale : Dominique Ogonowski ; le pape, Jean-Paul II ; Monseigneur Szczepan Wesoły.

 

Quiz n° 13

Sainte-Barbe 04/12/2018 :

Je ne sais pas qui est sur cette photo … et à la limite, je m’en fous.
Moi, j’y vois mon papa, ton papa, notre wujek, notre sąsiad, et leurs amis.
J’y vois une génération d’hommes courageux qui ont accepté de s’enterrer à 1.000 mètres sous terre pour que leurs enfants aient une vie meilleure …
Hier, ils ont contribué grandement à la richesse générale … ce n’est pas pour rien que leurs effigies étaient gravées sur les pièces d’une monnaie qui était encore nationale !

Aujourd’hui, je suis profondément déçu … leurs sacrifices n’ont servi à rien !!!
Nous sommes de nouveau obligés de nous battre pour survivre … et de nous battre contre les mêmes.

Quiz_13Quiz_13_bis

0199 – Revisitons Comblain ( 21 ) : Le tunnel

Puisque nous sommes dans le coin – rive droite, derrière les carrières, entre Comblain-au-Pont et Comblain-la-Tour – il m’apparaît opportun d’évoquer aujourd’hui un phénomène étrange qui nous surprenait quand, enfant, nous arrivions en train à Comblain-la-Tour.

Souvenez-vous … jusqu’à la gare de Comblain-au-Pont tout allait bien … Une fois que le train quittait la gare … presque tout de suite … nous étions plongés dans l’obscurité ! C’était comme si on nous demandait de fermer les yeux parce que la surprise allait apparaître … C’était presque comme avant un cadeau … Et au bout de quelques minutes, la lumière du jour réapparaissait et on était à … Comblain-la-Tour ! ! !

Le jour du retour, c’était tout aussi étrange … à peine le train avait-il quitté la gare de Comblain-la-Tour … qu’une sorte d’obscurité nous enveloppait … comme si notre chagrin de quitter la colonie trouvait un écho jusque dans la lumière du jour qui nous témoignait ainsi son désarroi !

Évidemment, ce phénomène n’avait rien d’étrange. Dommage. L’explication est d’une banalité affligeante : entre ces deux gares, il y a un tunnel … « le tunnel de Comblain ». Alors bien sûr, ce n’est pas le « Gothard », nous n’étions pas en route vers la Suisse pour des vacances à la neige … nous n’avions pas de « ski » avec nous … quoique … les « ski » ne manquaient pas … c’était même la terminaison la plus répandue pour la plupart de nos noms de famille. N’empêche que nous avions Notre tunnel et, même si les 393 mètres étaient franchis en quelques minutes, de l’autre côté c’était … chez nous.

Ce tunnel, nous l’avons pratiqué souvent sans jamais le voir vraiment. Les quelques photos d’aujourd’hui combleront cette lacune. Le plan ( doc 1.475 ) situe l’emplacement de l’ouvrage d’art. Les autres photos illustrent les entrées et sortie, hier et aujourd’hui.

Pour être complet, j’ajouterais : « On a commencé le creusement du tunnel de Comblain en amont du village, du côté de la Heid Keppenne ( c’est-à-dire du côté de Comblain-la-Tour ), le 15 janvier 1864. Nous ignorons la date de la fin des travaux. Notons que cet ouvrage d’art a une longueur de 393 mètres.

 Le premier train qui ait circulé sur la ligne de l’Ourthe, alors à voie simple, était un train de marchandises dont le voyage inaugural eut lieu le 18 juin 1866. Le 1er août 1866, c’est-à-dire treize jours après la mise en exploitation du service marchandises, le premier train de voyageurs passa par nos Comblain. L’arrivée du premier « convwè » ( nom wallon des premiers trains ) suscita une grande curiosité et provoqua dans la vallée et même au sommet des versants de l’Ourthe une affluence énorme de badauds venus des régions avoisinantes ( Condroz, vallée de l’Amblève, etc. ).

 La gare de Comblain-au-Pont fut ouverte le 18 juin 1866 pour le passage du premier train de marchandises. La gare de Comblain-la-Tour fut-elle également ouverte dès 1866 ? Nous l’ignorons, mais le premier chef de gare du village est cité en 1867 ». Les Échos de Comblain – Août 1966 page 61

« La construction de la ligne avait duré de très longs mois et avait déjà révolutionné la vallée. La main-d’œuvre était fort nombreuse. On est assez surpris d’apprendre par exemple qu’à Comblain-la-Tour « plus de deux cents ouvriers ont habité en 1864 – 1865 dont beaucoup avec famille et enfants », ce qui eut d’ailleurs pour résultat d’encombrer l’école en un temps où l’on ne s’étonnait guère de voir 75 ou 80 élèves ou plus encore dans la même classe. Certains de ces ouvriers se sont fixés chez nous et les Échos ont parlé de trois ou quatre d’entre eux dans leur numéro de novembre 1965 ». Les Échos de Comblain – Août 1966 page 57

Nous aussi nous reparlerons bientôt de ces braves qui ont été séduits par Comblain-la-Tour et qui y ont trouvé l’amour … tiens tiens … eux aussi ? Décidément Comblain-l’amour a toujours été la cité de l’amour !

26/11/2018 – JP Dz

1475
1.475 : Entre COMBLAIN-AU-PONT et COMBLAIN-LA-TOUR : Le tunnel : Plan représentant l’implantation du tunnel.
1476
1.476 : COMBLAIN-AU-PONT : Le tunnel : Oups ! Rectification : Ce tunnel n’est pas un tunnel de la ligne de l’Ourthe, mais celui qui est sur la ligne de l’Amblève à la sortie de la gare de Rivage. Les travaux : mise à 2 voies de la ligne de l’Ourthe. Francis Dadoumont
1477
1.477 : COMBLAIN-AU-PONT : Le tunnel : Entrée du tunnel, côté Comblain-la-Tour.
1478
1.478 : COMBLAIN-AU-PONT : Le tunnel : Entrée du tunnel, côté Comblain-la-Tour.
1479
1.479 : COMBLAIN-AU-PONT : Le tunnel : Entrée du tunnel, côté Comblain-au-Pont.
1480
1.480 : COMBLAIN-AU-PONT : Le tunnel : Entrée du tunnel, côté Comblain-la-Tour.
1481
1.481 : COMBLAIN-AU-PONT : Le tunnel : Entrée du tunnel, côté Comblain-la-Tour.
1482
1.482 : COMBLAIN-AU-PONT : Le tunnel : Entrée du tunnel, côté Comblain-la-Tour.

 

0198 – Ce jour-là, il y avait banane …

Je me mets à la place de ceux qui avaient reçu comme instruction, avant de partir en colo, d’écrire régulièrement aux parents pour expliquer leurs activités journalières … Pour certains jours, c’était relativement facile, un évènement ou un autre avait tout à coup fait irruption dans notre quotidien … c’était l’évènement du jour, tout le monde en parlait et il semblait important de le raconter aux parents. Par contre, il y a des jours … où il ne se passait rien !

La journée s’était déroulée sans péripétie particulière. Tout ce qui avait été programmé s’était enchaîné sans incident. C’était la routine qui battait la mesure au rythme des usages immuables qui ordonnançaient chaque moment de la journée … sans qu’aucun de nos rituels habituels ne subisse le moindre dérapage. Bref, il n’y avait rien à dire !

J’imagine les malheureux « reporters » désespérés devant leur feuille blanche, mâchouillant le stylo à bille et se creusant la cervelle pour quand même écrire quelque chose … C’était d’autant plus important qu’il fallait abreuver les parents de toutes sortes de détails pour qu’ils aient le sentiment que leur progéniture non seulement ne s’ennuie pas, mais n’arrêtent pas de découvrir, d’apprendre, d’expérimenter … Nous, la douceur de la routine … l’absence d’extraordinaire, ne nous dérangeait pas … au contraire, on en redemandait.

Nous, depuis le matin, on avait déjà chanté et prié devant le drapeau, on avait eu nos trois promenades et nos quatre repas, on était partis à l’aventure sous une chaleur de plomb et on était rentré trempés sous une drache mémorable, on avait participé à la vaisselle, ramasser les « grzybki », vécu une journée ordinaire … alors quand le soir arrivait, et que nous étions enfin libres de faire ce qu’on avait envie, c’est souvent « ne rien faire de tout » qu’on choisissait.

On se laissait glisser lentement vers cette sorte de torpeur qui fait qu’on se sent vraiment en vacances. On laissait l’oisiveté nous envahir … On traînait un peu dans le parc, on se laissait aller à quelques confidences, on en profitait pour faire des papouilles au petit chat et des ronds dans l’eau de la rivière en y jetant ces petits cailloux noirs qu’on avait ramassés sur les chemins … L’Ourthe, sans doute heureuse de nous retrouver, jouait cette petite musique si agréable, si mélancolique, qui nous enveloppait d’une langueur si douce que pour rien au monde on n’aurait voulu être ailleurs … Même la lumière du jour, inspirée par notre indolence, décidait de faire relâche en nous offrant cette clarté suave si propice à la mélancolie. On s’apprêtait à aller, enfin, s’installer dans un de ces petits endroits si singuliers, qui ne prêtaient pas de mine, mais qui nous donnaient l’impression que chacun d’entre nous avait sa place … préférée.

Alors, cette fameuse lettre à écrire … cette corvée qui allait nous faire perdre quelques minutes de si précieuse paresse … il fallait trouver le moyen d’en finir ! J’imagine, en regardant la photo 1.466, à quoi elle pouvait se résumer :

« Chère maman, cher papa,

Aujourd’hui, on a eu des bananes …
Pour le reste, tout va bien, je n’ai pas le temps de vous écrire plus … on a encore plein de chose à faire avant d’aller dormir.

Alors bonne nuit !

Jean-Pierre, à Comblain-la-Tour, le 14 juillet 1972 »

1466
1.466 : COMBLAIN-LA-TOUR : Dans le réfectoire : Au premier plan : Czesiu Kucharzewski ; ( ? ) ; Georges Załobek ; Jerzy Bardo ; Léo Wattiez ; A l’arrière : Alexandre Persich ; Christian Wisła ; Pierre Front ; ( ? ).
1467
1.467 : COMBLAIN-LA-TOUR : Dans le réfectoire : ( ? ) ; … ; Ks Kurzawa ; … ; ( ? ) ; Dr Rudolf Wilczek ; ( ? ).
1468
1.468 : COMBLAIN-LA-TOUR : En promenade : Beata Kotara ; Nathalie Swiderski ; Annie Kieltyka.
1469
1.469 : COMBLAIN-LA-TOUR : En promenade : Sophie Swierkowicz ; Yolande Hordynska.
1470
1.470 : COMBLAIN-LA-TOUR : En promenade : Dominique Ogonowski ; Christine Piech ; Monique Paluszkiewicz ; ( ? ) ; ( ? ) ; Anne-Marie Kantyka.
1471
1.471 : COMBLAIN-LA-TOUR : A la vaisselle : ( ? ) ; ( ? ) ; ( ? ) ; ( ? ).
1472
1.472 : COMBLAIN-LA-TOUR : Devant le perron : Dominique Ogonowski ; Alexis Łagocki ; Marek Bujanowski.
1473
1.473 : COMBLAIN-LA-TOUR : Au bord de l’Ourthe : Hélène Piech.
1474_1976
1.474 : COMBLAIN-LA-TOUR – 1976 : A sa place préférée, en attendant le prince charmant : Dominique Ogonowski.