0286 – 1972 : Un festival pas comme les autres

En 1972, le festival des KSMP de Belgique s’est déroulé à Liège. C’était déjà la 11ème édition … et elle fut exceptionnelle. En effet, cette année-là, non seulement tous les KSMP étaient présents – Liège, Châtelineau, Mons, Heusden-Zolder, Waterschei-Genk, Ressaix / Centre – mais on a pu aussi y applaudir le groupe des scouts « Wisła » de Winterslag … et c’était leur première présence au festival.

Il faut dire que cette manifestation, qui s’est déroulée le 24 septembre, était le premier festival qui suivait le fameux cours de danse à Comblain-la-Tour. Madame Olga Żeromska, notre chorégraphe britannique, souhaitait distribuer à quelques participants des diplômes et des certificats de formateur aux danses folkloriques. Ces lauréats se comptaient dans tous les KSMP mais aussi parmi les danseurs de « Wisła ». Leur présence sur scène était donc indispensable. Dommage que leur présence aux festivals n’est pas été plus nombreuse !

Monseigneur Szczepan Wesoły était également de la fête, ainsi qu’une délégation venue de France et une autre de Grande-Bretagne. Durant la messe, l’évêque a donné le sacrement de la confirmation à quelques enfants de la paroisse de Ks Müller. Cette célébration a été rehaussée par l’exécution, par le KSMP Liège, de la très belle « Messe de Maklakiewicz » – œuvre difficile, magnifique et dynamique, la Messe de Maklakiewicz est une œuvre contemporaine ; elle est parue seulement après la guerre.

Après la messe, tout le monde s’est retrouvé dans la salle St. Louis qui était bourrée à craquer. Ce sont les hymnes nationaux polonais et belge qui ont débuté les festivités. Ensuite, chaque groupe a montré ce qu’il savait faire. On a eu droit, tout d’abord, à une « polonaise » par le KSMP de Châtelineau, puis, par les mêmes, à une mise en scène, entrecoupée d’une chanson intitulée « Charleroi świętuje » et en « Pologne ».

C’est l’opérette « Słowiczku », interprétée par des jeunes liégeois, qui a suivi, ainsi que leur « mazur ». Ce fut le tour ensuite d’Heusden-Zolder, dont la prestation comprenait des chants et une « wiązanka » ; puis de Waterschei-Genk, qui a marqué les esprits par son interprétation d’une danse de « Podhale » ; et pour clôturer la première partie, « Echo Ojczyste » de Mons a dansé son « Cyganski ».

La deuxième partie du programme a également débuté par le KSMP de Mons, par des chants et un « oberek » ; les scouts de « Wisła » ont enchaîné par leur « oberek » et quelques chansons ; c’est ensuite un KSMP de Ressaix ( Centre ) fraîchement reconstitué qui a suivi par son programme. Et c’est Liège qui a clôturé le spectacle tout d’abord par un solo d’E. Walczak et enfin, par sa « łowiczanka ».

Il ne restait plus qu’à distribuer les diplômes d’instructeur de danses aux lauréats, ce que Mme Olga Żeromska s’est empressée de faire sous les applaudissements d’un public conquis, et c’était déjà l’heure du grand bal animé par l’orchestre de Mr Wacek Bień.

On a eu droit, ce jour-là aussi – et c’est une tradition polonaise – à beaucoup de discours, de remerciements et de congratulations … La presse s’est fait largement l’écho de cette manifestation. Les journaux « La cité », « La libre Belgique », « La Meuse », « La Wallonie », ont publié des articles élogieux … ils sont annexés à ce texte. Mais c’est notre sympathique journaliste du « Narodowiec » Mr Jóseph Nikodem Rzemieniewski – merveilleux narrateur – qui a le mieux exprimé le contentement général de cet agréable moment. Il a, comme à son habitude pris des notes dans son calepin tout au long de la journée. Le récit qu’il en a fait dans le journal du 11 octobre 1972 est extrêmement complet. Vous trouverez une traduction complète de son article ci-dessous, juste après les photos. Il a merveilleusement décrit une formidable journée qui s’inscrit parfaitement dans une formidable époque.

13/07/2020 – JP Dz

2414_Narodowiec_1972_10_11
2.414 : LIEGE – 24/09/1972 : Festival des KSMP : Narodowiec du 11/10/1972 : Wiadomości z Belgii.
2415_Narodowiec_1972_10_11
2.415 : LIEGE – 24/09/1972 : Festival des KSMP : Narodowiec du 11/10/1972 : Wiadomości z Belgii.
2416_Narodowiec_1972_10_11
2.416 : LIEGE – 24/09/1972 : Festival des KSMP : Narodowiec du 11/10/1972 : Wiadomości z Belgii.
2417_Narodowiec_date_inconnue
2.417 : LIEGE – 24/09/1972 : Festival des KSMP : Narodowiec date inconnue : Wiadomości z Belgii.
2418_La_Cité_1972_09_28
2.418 : LIEGE – 24/09/1972 : Festival des KSMP : Journal La Cité du 28/09/1972.
2419_La_Libre_Belgique_1972_09_22
2.419 : LIEGE – 24/09/1972 : Festival des KSMP : Journal La Libre Belgique du 22/09/1972.
2420_La_Meuse_1972_09_23
2.420 : LIEGE – 24/09/1972 : Festival des KSMP : Journal La Meuse du 23/09/1972.
2421_La_Wallonie_1972_09_23
2.421 : LIEGE – 24/09/1972 : Festival des KSMP : Journal La Wallonie du 23/09/1972.
2422_Narodowiec_1972_09_14
2.422 : LIEGE – 24/09/1972 : Festival des KSMP : Narodowiec 14/09/1972 : Invitation au festival.
2423_0764_bis
2.423 : LIEGE – 24/09/1972 : Festival des KSMP : Mme Olga Zeromska, distribue les « Swiadectwo Instruktora tańców ludowych » aux participants du cours de danse de Comblain ; sur la photo, Lydia Młynarski ; ( ? ) ; Alexis Łagocki ; ( ? ) ; Stéphanie Goch ; Eveline Ogonowski ; Malvina Rusowicz ; ( ? ) ; et encore quelques autres …

Nouvelles de Belgique : 11ème festival KSMP de Belgique

Narodowiec du 11/10/1972

La jeunesse polonaise de toute la Belgique s’est rassemblée. Sont venus, ce qui n’a pas toujours été le cas, toutes les composantes du KSMP, ainsi que l’unité des scouts de Winterslag. Ils se sont réunis à Liège le 24 septembre, car cette année, c’était au tour du KSMP liégeois d’organiser le festival. Derrière la jeunesse, les plus âgés ont également suivi, les invités belges n’ont pas été déçus. Dans la salle, qui n’était pourtant pas petite, il manquait de place.

Messe

Cette année, le festival a également bénéficié de la présence de Monseigneur S. Wesoły. Ce qu’il fait pour la jeunesse polonaise au niveau européen est largement connu. Pas étonnant qu’il veuille voir de ses propres yeux si son effort n’est pas vain. Il a donc profité du festival pour voir de ses propres yeux la jeunesse polonaise en Belgique. L’évêque a célébré la messe dans l’église Saint-Louis, assisté par le recteur H. Repka et père J. Olszewski. Auparavant, de l’autel, le père K. Szymurski, assistant général du KSMP en Belgique, a accueilli l’invité de marque en prononçant des paroles sincères au nom des hôtes, et a également exprimé sa gratitude ainsi qu’au père H. Repka pour sa présence.

Pendant la messe, l’évêque a donné le sacrement de la confirmation aux enfants de la paroisse du père A. Müller, qui milite pour obtenir le plus possible que les premières communions se fassent dans un environnement polonais, il a donc profité de l’occasion pour que ses enfants reçoivent le sacrement de la confirmation des mains de l’évêque polonais. Il est agréable de constater qu’il y a aussi des parents qui facilitent l’accomplissement de ce souhait du père Müller.

Monseigneur S. Wesoły a également prononcé le sermon du jour. Se référant aux paroles de l’évangile selon lesquelles l’hôte payait le même salaire à tous, quelle que soit la durée du travail dans sa vigne, il fait remarquer que tous ceux qui se considèrent comme des serviteurs de Dieu seront jugés de la même manière.

S’adressant aux jeunes du KSMP, il a souligné que, conscient de son appartenance à une organisation catholique, il doit confirmer son engagement par les actes. Les rangs de cette organisation devraient être ouverts au plus grand nombre possible de jeunes. Et à ceux qui ont reçu le sacrement de confirmation, il a répété qu’ils devaient se souvenir que, de cette façon, ils étaient devenus chevaliers de Dieu et avaient fait vœu d’être fidèles à Lui.

Durant la Sainte Messe, c’est le chœur du KSMP de Liège qui a chanté. C’était un chant parfait.

L’autel était entouré par les drapeaux des organisations polonaises de la région de Liège, qui a formé également une haie d’honneur pour l’évêque quand celui-ci se dirigeait vers l’autel. De nombreux fidèles, dont un groupe important de jeunes, ont pris part à la communion. Le chant commun de « Boże coś Polskę » a mis fin à la partie religieuse de la cérémonie.

Partie artistique du festival

Après la messe, tout le monde s’est rassemblé dans la grande salle du cercle St. Louis. La salle était pleine. Les invités ont d’abord été accueillis en polonais par M. Musiał, au nom des hôtes.

Il a souhaité la bienvenue à Monseigneur S. Wesoły, au recteur Ks. H. Repka, à Ks. K. Szymurski, assistant général du KSMP en Belgique, aux prêtres présents, à Mr Fr. Gałazka, président de l’Association chrétienne des Polonais libres en Belgique, aux président et présidente d’honneur du KSMP Lidia Białecka et Edmund Budziński, aux représentants de toutes les organisations polonaises, au représentant de journal « Narodowiec » ainsi qu’aux délégations venues de l’étranger : le père Fr. Wałensa, assistant général des KSMP de France avec une délégation de cette organisation composée de : G. Garson, T. Małecka, J. Major, A. Jaskulski ;

venant de Grande-Bretagne, Mme O. Żeromska, qui dirigeait le cours de danse folklorique à Comblain-la-Tour, ainsi que T. Mundzielowicz et A. Zarembianka du groupe de jeunes du nom de O. Kolberg,

et parmi les invités belges, le Père Maunier, représentant du diocèse de Liège, Monseigneur G. M. Van Zuylen, le père E. Dejardin, délégué de l’épiscopat belge pour les immigrés, directeur du Collège de Saint-Louis, etc.

En français, c’est Mademoiselle Mirka Patalas qui s’est adressée aux invités.

Au nom du comité général des KSMP, c’est Mademoiselle Krysia Wocheń qui a déclaré que les jeunes nés en Belgique font par nature partie de la société belge. Mais, ils ne veulent pas entrer les mains vides en profitant de l’héritage culturel du pays d’implantation, ils veulent y apporter ces valeurs dont la nation polonaise est également fière. Ce festival est l’une des manifestations de cette volonté.

Mademoiselle Stefcia Goch présente en quelques mots les principes idéologiques du KSMP ; parce que son activité ne se résume pas seulement en danses et en chants, pour ensuite appeler les parents à faire preuve de compréhension et de soutien envers les jeunes, et aux jeunes qui demandent à être intégrés dans les rangs du KSMP.

Le dernier des jeunes orateurs était le président du KSMP de Belgique, Mr Franek Klimanowicz. Se référant au fait qu’il s’agissait déjà de la 11e édition du festival, il a souligné que ceux qui avaient émis l’idée de cette initiative peuvent en être fiers. Il est également bon que les jeunes aient inclus le maintien des traditions folkloriques dans leur programme d’activités. Ils reflètent l’âme de la nation, son caractère et sa saine joie de vivre, le sens de la beauté.

Spectacle des groupes

Madame. J. Musialska a gracieusement présenté en polonais et en français les différents groupes de jeunes et donné quelques explications. Tout d’abord, les personnes présentes ont écouté les hymnes nationaux, polonais et belge, joués au piano. Ensuite, le programme artistique commence par le groupe KSMP de Châtelineau avec une polonaise très digne. Puis, nous regardons toujours ce groupe dans une mise en scène, entrecoupée d’une chanson intitulée « Charleroi świętuje » et en « Pologne ».

L’opérette « Słowiczku » interprétée par des jeunes liégeois a déjà été mentionnée ici. Cette opérette a de nouveau été mise en scène par les jeunes dans le programme du festival avec une distribution inchangée, recevant beaucoup d’applaudissements, ainsi que pour le mazur dansé à son tour.

Le public s’est manifesté par un tonnerre d’applaudissement pour la performance du groupe de Heusden-Zolder, composé seulement de filles, et très jeunes. La petite B. Nowicka a été particulièrement ovationnée pour avoir suivi et tenu le rythme de ses congénères plus âgées qu’elle, ainsi que pour Z. Król, pour le fait d’avoir persévéré, même si à un moment donné, fatiguée, sa voix s’est cassée. Cette « wiązanka » de danses « śłaskich » était vraiment agréable.

Ensuite, c’est le KSMP de Waterschei-Genk qui a présenté ses chants et ses danses. En ce qui concerne le chant, les voix sont pures naturelles et donc très agréables à l’oreille. Il ne manquait pas de dynamisme pour cette danse de « Podhale ». Ils étaient tous bons, mais je pense que le plus applaudi a été H. Ferdyn.

Dans cette partie du programme, l’ensemble « Echo Ojczyste » de Mons s’est également produit. Ce groupe possède déjà sa « marque » et, bien qu’il doive surmonter de nombreuses difficultés, il reste à son niveau. Lorsque les plus âgés partent, il y a toujours des plus jeunes à leur place. Il n’y a donc pas de pénurie dans les rangs.

La deuxième partie du programme a également débuté par le KSMP de Mons. Au début, ils ont brillé par une danse « tsigane » aussi romantique que très vivante, puis dans un oberek et par des chants. Les applaudissements ont été bien mérités. Il est important d’exprimer avec satisfaction le souci de la direction de choisir les bons costumes.

Une tempête d’applaudissements a également récompensé la performance de l’équipe de scouts « Wisła » de Winterslag. L’oberek, en particulier, a suscité beaucoup d’enthousiaste dans la salle. Les musiciens ont également été très applaudis, en particulier le tout jeune violoniste. Il faut souligner que le groupe a parfaitement maîtrisé les paroles des chansons, tout comme Heusden.

Une agréable surprise a été l’apparition d’un nouveau KSMP venu de la région du Centre. Depuis quelque temps, il y avait là un ralentissement des activités. Il s’avère qu’il ne faut jamais désespérer. Les efforts de Ks Dr Kurzawa et de ceux qui l’aident constamment commencent à porter leurs fruits. On a pu constater le soin apporté à l’exécution des danses et à la préparation des chansons.

Bien sûr, il y avait aussi E. Walczak de Liège. Son solo de chant est toujours un ajout agréable au programme.

Comme le veut la tradition, le festival de danse s’est terminé par une représentation de Liège, d’abord par sa chorale, puis par sa « łowiczanka ». Un soin particulier a été apporté pour montrer les costumes authentiques de Łowicz. Leurs couleurs et la bonne préparation technique des danseurs et des danseuses ont rendu la danse vraiment charmante. Cette prestation convenait parfaitement au final.

Discours des invités

Pendant les entractes, les invités ont pris la parole. Tout d’abord, Monseigneur S. Wesoły. Il a exprimé son appréciation pour le travail de chacun et a encouragé à la persévérance. Il a souligné que la prise de conscience accrue de son origine nationale ne fait que contribuer à l’enrichissement de la personnalité des jeunes, les rendant plus riches dans l’environnement dans lequel ils vivent.

Le révérend Meunier, représentant de Monseigneur G.M. Van Zuylen, a parlé de l’attitude bienveillante de l’épiscopat belge envers les étrangers, de l’attitude digne de la nation polonaise, de sa religiosité, des réalisations polonaises qui devraient servir de modèle. Il a exprimé son appréciation pour le travail des prêtres polonais en exil.

Le père E. Dejardin, délégué de l’épiscopat belge pour les immigrés, a exprimé son admiration pour ce qu’il avait vu, soulignant que la préparation de ce programme a nécessité de nombreuses heures de travail, et donc de la persévérance. Il est donc évident qu’une nation qui possède une jeunesse aussi dynamique peut envisager l’avenir avec confiance.

Ks recteur H. Repka a tout d’abord remercié Monseigneur S. Wesoły d’être venu et d’avoir participé à cette manifestation. La visite de l’évêque est toujours très agréable pour les fidèles. Surtout quand l’évêque montre autant d’intérêt pour les jeunes et les soutient sans ménager ses efforts. Le recteur a également remercié les prêtres et tous ceux qui ont, non seulement contribué à l’organisation de ce festival, mais aussi servi la jeunesse depuis tant d’années. Sans eux, sans leur sacrifice, comme par exemple Mr. E. Łagocki et Mme P. Nowicka, ces beaux spectacles ne pourraient pas être regardés. Il a tenu également à remercier Mme O. Żeromska, pour avoir dirigé le cours de danse folklorique à Comblain-la-Tour.

Quelques commentaires

Ce festival était une preuve de plus que ces jeunes sont vraiment polonais, qu’ils veulent le rester et qu’ils le manifestent. Sinon comment expliquer autrement le sacrifice et la persévérance dont ils font preuve, par exemple, dans la préparation du programme du festival. Et pourtant, leurs activités ne se résument pas seulement à cela. Bien sûr, beaucoup de choses dépendent des dirigeants. Les prêtres ont beaucoup de mérite à cet égard, mais aussi les personnes déjà mentionnées et d’autres : Czerwiec, Patalas, Wocheń, Klimanowicz, Pasternak, Musiał, Perzyna et ce groupe de personnes plus âgées qu’il n’est pas possible d’énumérer ici.

Que chacun sache que leurs efforts ne sont pas vains.

Ces représentations étaient en effet soigneusement préparées, elles n’étaient pas vues comme des corvées. On peut en être convaincu, ne serait-ce que par l’assurance avec laquelle les jeunes sont apparus sur scène, leur souci de la performance. Tout cela nous touche et nous émeut.

Avant le festival, un cours de danse folklorique de dix jours a été organisé. Les bénéfices de ce cours étaient déjà visibles sur scène durant le festival. Il était facile pour tout le monde de deviner quel groupe avait envoyé des participants à ce cours, et quel autre n’avait pas envoyé de représentants. Dans le cadre de ce cours, il convient d’ajouter qu’à la fin du festival, Mme O. Żeromska a remis des diplômes et des certificats de formateur aux danseurs, qui ont obtenu les meilleurs résultats. Ces diplômes ont été obtenus grâce aux efforts de Mme M. Szymańska.

Il convient également d’ajouter que pendant les entractes, les hôtes de la fête ont reçu leurs invités avec un verre de vin, et que celle-ci était organisée sous le patronage de Monseigneur G.M. Zuylen et de Monseigneur S. Wesoły. Un comité d’honneur a également été créé qui était composé de Polonais et de Belges.

En ce qui concerne l’aspect technique de l’organisation du festival, il faut souligner qu’il a été efficace. Et en disant cela, il faut rendre hommage à ceux qui ont participé à la préparation de son organisation et aux nombreuses activités qu’elle a impliqué avant le spectacle, pendant et après, qu’elles soient visibles ou non, comme au buffet ou à la cuisine. Leur contribution n’est pas non plus négligeable.

Le festival s’est terminé par une soirée dansante aux sons de l’orchestre de Mr W. Bień.

( j. n. )
Mr Jóseph Nikodem Rzemieniewski

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s