0298 – 1964 Châtelineau organise son Festival des KSMP

« Une partie de la communauté polonaise belge, en tout cas la partie qui participe activement à notre vie nationale, pourrait être appelée « les pèlerins nationaux ». Il n’y avait probablement pas, cette année, de dimanche d’été, où un bus n’est venu – le matin ou l’après-midi – devant les maisons polonaises pour emmener tout ou une partie des familles à une manifestation.

En mai, le pèlerinage à Montaigu, puis la Majówka à Comblain, – les vacances à Comblain sont aussi l’occasion pour les parents d’y venir tous les dimanches – puis une magnifique manifestation à Merksplac et le même dimanche la consécration du foyer polonais de Ressaix. La compétition organisée par le comité central de l’Union des Polonais en avril, les jeux sportifs début juin, une grande fête au sein du Comité du Millénaire à Saint-Nicolas, et après deux semaines, à nouveau cette belle fête du KSMP, que nous décrivons ci-dessous.

Et ceux-ci ne sont que les manifestations nationales. Et pourtant, les régions et les implantations individuelles organisent également divers types d’événements, en y invitant leurs voisins !

Il semblait donc que les gens se fatiguent, que les considérations financières les incitent à rester chez eux. En effet, les mêmes visages sont souvent rencontrés, donc les mêmes paient toujours. On craignait donc qu’avec le temps, il n’y ait plus de participants, que les salles soit vides. C’est ainsi que ce 5e festival du KSMP en Belgique avait suscité une inquiétude particulière, car il s’agissait de la dernière manifestation générale de la saison en cours. Il y avait donc un manque de volonté ou de moyens pour venir à Gilly, près de Charleroi, où se déroulait le festival. Les craintes se sont révélées injustifiées. Les participants ont été très nombreux … ».

C’est par ces mots que notre chroniqueur préféré – Mr. Rzemieniewski – commence son article du 27/09/1964 consacré au 5ème festival des KSMP organisé, à Gilly, par le KSMP de Châtelineau. L’intégralité de son article traduit en français se trouve ci-dessous.

Ce jour-là, le journaliste est particulièrement en forme … et spécialement prolixe ! Je ne sais pas si c’est la présence dans la salle de Mr. M. Kwiatkowski jr. ( Fils du rédacteur en chef du Narodowiec ) ou si c’est l’absence de toute délégation venant du Limbourg qui semble « l’énerver » … mais Mr. Rzemieniewski prend ses aises et s’étire sur plusieurs pages. Se doutait-il que, 60 ans plus tard, ses émotions seraient encore traduites, analysées et partagées ? Elles sont le reflet de la vie communautaire telle que nos parents et nous-même la vivions. Témoignages précieux s’il en est … même si parfois les sources se contredisent. En effet, un journal en français ( doc 2.557 ) affirme que le KSMP de Winterslag était présent à ce festival et a même interprété sa danse des Montagnards ??? Bizarre !

Mais revenons à l’essentiel. C’est grâce à Jean Dalgan, président du KSMP de Châtelineau, que nous pouvons nous replonger dans cette magnifique manifestation. Jean a pris soin de conserver les documents qui sont exposés ici.

On peut dire que le Festival 64 a été une réussite. « Rien n’était boiteux » affirme Mr Rzemieniewski … c’est sa manière à lui de dire que tout était parfait. Un grand moment. Un de ces moments qui justifie que tant d’années plus tard … on s’en souvienne encore.

05/10/2020 – JP Dz

2.547 : GILLY : 1964 – Châtelineau organise son Festival des KSMP : Programme.
2.548 : GILLY : 1964 – Châtelineau organise son Festival des KSMP : Programme.
2.549 : GILLY : 1964 – Châtelineau organise son Festival des KSMP : Jean Dałgan ; Ks Adamski ; KSMP Liège.
2.550 : GILLY : 1964 – Châtelineau organise son Festival des KSMP : Dans la salle.
2.551 : GILLY : 1964 – Châtelineau organise son Festival des KSMP : KSMP Châtelineau.
2.552 : GILLY : 1964 – Châtelineau organise son Festival des KSMP : KSMP Liège.
2.553 : GILLY : 1964 – Châtelineau organise son Festival des KSMP : Opérette « l’hôpital des fous » interprétée par le KSMP de Liège.
2.554 : GILLY : 1964 – Châtelineau organise son Festival des KSMP : KSMP Liège ; les invités d’honneur ; KSMP Mons.
2.555 : GILLY : 1964 – Châtelineau organise son Festival des KSMP : KSMP Mons.
2.556 : GILLY : 1964 – Châtelineau organise son Festival des KSMP : KSMP Châtelineau.
2.557 : GILLY : 1964 – Châtelineau organise son Festival des KSMP : Coupure de presse en français.
2.558 : GILLY : 1964 – Châtelineau organise son Festival des KSMP : KSMP Châtelineau.
2.559 : GILLY : 1964 – Châtelineau organise son Festival des KSMP : Narodowiec du 27/09/1964.
2.560 : GILLY : 1964 – Châtelineau organise son Festival des KSMP : Narodowiec du 27/09/1964.
2.561 : GILLY : 1964 – Châtelineau organise son Festival des KSMP : Narodowiec du 27/09/1964.
2.562 : GILLY : 1964 – Châtelineau organise son Festival des KSMP : Narodowiec du 27/09/1964.
2.563 : GILLY : 1964 – Châtelineau organise son Festival des KSMP : Narodowiec du 27/08/1964.
2.564 : GILLY : 1964 – Châtelineau organise son Festival des KSMP : Coupure de presse en français.
2.565 : GILLY : 1964 – Châtelineau organise son Festival des KSMP : Narodowiec, invitation pour le festival.
2.566 : GILLY : 1964 – Châtelineau organise son Festival des KSMP : Coupure de presse en français.

Narodowiec du 27/09/1964 – Wiadomości z Begii

Le cinquième festival des KSMP de Belgique est devenu une belle manifestation de la jeunesse polonaise

Une partie de la communauté polonaise belge, en tout cas la partie qui participe activement à notre vie nationale, pourrait être appelée « les pèlerins nationaux ». Il n’y avait probablement pas, cette année, de dimanche d’été, où un bus n’est venu – le matin ou l’après-midi – devant les maisons polonaises pour emmener tout ou une partie des familles à une manifestation.

En mai, le pèlerinage à Montaigu, puis la Majówka à Comblain, – les vacances à Comblain sont aussi l’occasion pour les parents d’y venir tous les dimanches – puis une magnifique manifestation à Merksplac et le même dimanche la consécration du foyer polonais de Ressaix. La compétition organisée par le comité central de l’Union des Polonais en avril, les jeux sportifs début juin, une grande fête au sein du Comité du Millénaire à Saint-Nicolas, et après deux semaines, à nouveau cette belle fête du KSMP, que nous décrivons ci-dessous.

Et ceux-ci ne sont que les manifestations nationales. Et pourtant, les régions et les implantations individuelles organisent également divers types d’événements, en y invitant leurs voisins !

Il semblait donc que les gens se fatiguent, que les considérations financières les incitent à rester chez eux. En effet, les mêmes visages sont souvent rencontrés, donc les mêmes paient toujours. On craignait donc qu’avec le temps, il n’y ait plus de participants, que les salles soit vides. C’est ainsi que ce 5e festival du KSMP en Belgique avait suscité une inquiétude particulière, car il s’agissait de la dernière manifestation générale de la saison en cours. Il y avait donc un manque de volonté ou de moyens pour venir à Gilly, près de Charleroi, où se déroulait le festival.

Les craintes se sont révélées injustifiées

Les participants ont été très nombreux. Les visiteurs sont venus principalement de la région wallonne de Belgique, car cette fois il n’y avait pas d’ensembles de jeunes du Limbourg, et dans la salle, on remarquait peu d’adultes venus de cette région, même si elle n’est pas si lointaine de Charleroi.

C’est d’autant plus étrange quand on sait que la communauté polonaise du Limbourg est la plus nombreuse et aussi la plus riche. Il ne s’agit pas du premier « blocage du moteur polono-limbourgeois », il sera donc du devoir de ses dirigeants de rechercher les raisons de ces « blocages ». Mais ceci est une autre affaire. Revenons au festival proprement dit, qui malgré l’absence du Limbourg, s’est transformé en une très belle manifestation de la jeunesse polonaise.

La partie matinale du festival

Le cinquième festival des KSMP de Belgique a débuté par la messe célébrée dans l’église paroissiale de Gilly Sart Allet, par le recteur Repka, assisté des pères Strójwąs et de Adamski.

Un beau sermon, adressé aux jeunes, a été donné par l’assistant général des KSMP de Belgique, ks. K. Szymurski. Il a notamment rappelé que le patron de la jeunesse était saint Stanislas Kostka, et a donné de nombreux exemples montrant que seule la volonté d’aider son prochain, la force de caractère, la poursuite du but visé, la lutte contre ses faiblesses, peuvent donner un sens à notre vie, la rendre précieuse. Pendant la messe, de nombreux jeunes sont venus à la table du Seigneur.

La chorale du KSMP de Liège, sous la direction de Mr B. Lachowski et le chant en solo de Mr Majewski ont embelli la célébration de la messe, qui s’est terminée par le chant commun : « Boże coś Polskę ».

Pendant la pause, les organisateurs du festival ont reçu leurs invités avec un dîner très soigneusement préparé.

Outre le Recteur, ks. Repka, les prêtres polonais : Szymurski, Strójwąs, Müller, Adamski, Mr P. Gałązka, de l’Union des chrétiens, des présidents et des présidentes des différents KSMP présents, la réception a également été honorée par la présence du délégué de l’épiscopal belge pour les réfugiés, Monseigneur E. Dejardin, le curé belge local, le Père Peters, et le représentant du Ministre Brasseur, M. Marc, etc.

Le déroulement du festival, sa partie solennelle

L’immense salle de la paroisse de Gilly Sart Allet était remplie à ras bord lorsqu’à 14h30, le père Adamski et Janek Dałgan, président du KSMP de Châtelineau, sont apparus sur le podium pour saluer, en polonais et en français, les personnes réunies au nom des organisateurs. Ils ont adressé leurs chaleureuses paroles de bienvenue au recteur de la mission catholique polonaise, le père H. Repka, au délégué de l’épiscopat belge pour les étrangers, Monseigneur E. Dejardin, au représentant du ministre Brasseur, à M. Marc, au curé belge local, le père Peters, ainsi qu’aux différents prêtres polonais de Belgique : Ks Szymurski, assistant général des KSMP de Belgique, Ks Müller, Ks Kurzawa, Ks Noskiewicz, Mr P. Gałązka, de l’Union des chrétiens. Ils ont également adressé un chaleureux accueil à la délégation venue de France en la personne du directeur général des KSMP de France, le père doyen Ks Lewicki, du vice-président des KSMP de France et délégué aux affaires internationales, Mr M. Kwiatkowski jr., de la secrétaire générale des KSMP, Mlle L. Klaczyńska de Noeux-les-Mines, du trésorier général des KSMP et responsable de la II région ( Douai ) Mr. Piechowiak, ainsi que M. E. Madejów. Cette délégation française a reçu du public de chaleureux applaudissements. L’accueil s’est poursuivi par l’énumération d’autres personnalités présentes : le représentant du « Narodowiec » en Belgique, Mr. Rzemieniewski, ainsi que les représentants de toutes les organisations polonaises, parmi lesquels se trouvaient également Mr. M. Gruszczynski, président du Conseil général de l’Association des hommes catholiques en Belgique, M. Wł. Kosiorek, vice-président du Conseil général de l’Association des Polonais en Belgique, M. K. Wójcik, vice-président du Conseil général du SPK Belgique, et, bien sûr, les président et présidente du comité général des KSMP Mr. E. Budzyński et Mlle L. Białecka etc.

Ensuite, le KSMP Châtelineau a chanté les hymnes nationaux polonais et belge. Ce fut un beau geste d’accueillir les invités avec des fleurs par les enfants de l’école. Tout ceci restera un agréable souvenir du festival.

Le discours Monseigneur Dejardin

À son tour, le représentant de l’épiscopat belge pour les étrangers, Monseigneur Dejardin a pris la parole.

Il a dit entre autres choses : « Je vous apporte le salut de l’épiscopat belge. Salutations à toute la communauté polonaise, et en particulier aux jeunes qui sont si fiers de tenir dans leurs mains le drapeau de la Pologne libre et catholique. Je vous remercie pour l’exemple que vous donnez aux Belges. Celui qui parle de la Pologne parle de la Pologne catholique, celui qui parle des Polonais parle des gens d’honneur !

C’est la famille qui est au centre de vos intérêts, la famille unie. Grâce à la famille, à une bonne éducation des jeunes, vous voulez réaliser vos idéaux nationaux et religieux. Par le chant, l’enthousiasme, cette jeunesse exprime son attachement à l’église et au pays des pères. Et quiconque regarde ces jeunes, observe leur dynamisme, doit aussi croire en l’avenir de la nation qui les a engendrés. Il doit croire que ces jeunes gens assureront aussi un meilleur avenir à leur patrie, que cette patrie sera un jour à nouveau vraiment libre, libre et catholique.

Vous célébrez maintenant un grand anniversaire. L’anniversaire du millénaire de la chrétienté de votre nation.

Vous le célébrez en union avec les Polonais dispersés dans le monde entier, en union avec vos frères dans le pays. C’est une date de votre histoire nationale. Vous célébrez cet anniversaire à un moment où l’église de Pologne traverse des moments difficiles. Mais le symbole de la « croix » doit constamment être vu à travers les yeux de ceux qui croient. Car c’est par la croix qu’a eu lieu la rédemption de l’humanité. Il ne faut donc pas perdre espoir. Et je sais que le doute n’est pas dans vos cœurs. Il ne remplit pas non plus le cœur des jeunes.

Ces jeunes, que je donne souvent en exemple dans les réunions épiscopales, comme un exemple de leur attachement aux principes de la foi et de la nation dont ils sont issus.

Continuez à travailler de cette manière, en chérissant vos traditions nationales, car grâce aux souffrances de la nation et aux efforts de vos jeunes, grâce au sacrifice de tous les Polonais, votre patrie sera à nouveau libre et catholique ».

Ce discours a été récompensé par un tonnerre d’applaudissements. Cependant, il vaudrait la peine que chacun réfléchisse plus profondément aux paroles de Monseigneur Dejardin. Qu’il les examine et en tire les conclusions appropriées. Pour certains, ce sont là des mots d’appréciation et d’encouragement pour la poursuite du travail, pour d’autres, enfin, ces mots peuvent les aider à sortir de leur léthargie, leur rappeler les obligations qui leur incombent parce qu’ils sont nés polonais.

Discours du représentant de la ministre Brasseur

Au nom du ministre Mr. Brasseur qui, avec l’évêque du diocèse de Tournai, a accepté le protectorat honoraire du festival, Mr. Marc a transmis, à l’assemblée, les salutations de monsieur le ministre et a lancé le cri : « Vive la Pologne ! Vive la Belgique ! ».

Le père Peters a salué les invités en son nom et au nom du comité paroissial, s’exprimant en trois langues : polonais, flamand et français. Dans la deuxième partie du programme, M. Kwiatkowski jr., délégué des KSMP de France et du « Narodowiec » a également pris la parole.

Allocution de Mr Kwiatkowski jr.

Parlant en français, Mr. Kwiatkowski exprime sa reconnaissance pour les belges qui sont les amis des polonais de Belgique. Ils apportent une aide très substantielle à de nombreuses initiatives polonaises en Belgique et pour cela tous les Polonais leur sont reconnaissants. L’actuel Concile du Vatican aborde, entre autres, le problème de l’unité humaine et de la coexistence harmonieuse des nations. Les Belges donnent déjà un bon exemple de la manière de faire de cette coexistence une réalité grâce à une coopération fraternelle avec les Polonais.

S’exprimant ensuite en polonais, M. Kwiatkowski a salué les jeunes et les anciens au nom des KSMP de France.

Les jeunes en France suivent le développement du KSMP en Belgique avec appréciation, ils connaissent le travail sacrificiel des membres et des adhérents de ce beau mouvement. Ce dévouement est souvent un exemple pour les KSMP en France. Les contacts entre les organisations nationales du KSMP doivent être encouragés.

Ainsi, le projet du Père Lewicki, créant le conseil d’administration de KSMP pour les pays d’Europe occidentale, devrait être mis en œuvre prochainement. À cette fin, une réunion des représentants des KSMP de France, de Belgique, d’Angleterre et d’autres pays où le KSMP existe sera convoquée dans un avenir proche, probablement en Belgique.

Mr. Kwiatkowski adresse également les meilleurs vœux du Père Czajka, ancien curé de Charleroi, qui n’a pas pu assister en personne au festival, mais qui est très satisfait des réalisations de la jeunesse polonaise de Belgique. Et enfin, l’orateur, salue l’assistance, au nom du « Narodowiec » et de son éditeur Mr Kwiatkowski qui passe son existence au service des mêmes idéaux que ceux défendus par le KSMP.

Partie artistique du festival – Représentations du KSMP Châtelineau

Seuls trois groupes KSMP se sont produits dans ce festival : KSMP Châtelineau, Liège et Mons.

Le plus jeune d’entre eux, et en même temps l’hôte du festival, l’ensemble KSMP Châtelineau, s’est produit en chantant et en dansant. Ces représentations ont été dûment préparées. De nouveaux costumes folkloriques ont également été présentés. La performance de cet ensemble était, entre autres, une preuve du progrès continu, de son souci d’une forme et d’une qualité toujours meilleure. Et il convient de le souligner, tout en exprimant sa reconnaissance à tous ceux qui travaillent avec cette équipe, qui en prennent soin, car ce n’est pas l’œuvre d’un seul homme. Il faut croire que ce groupe a un bel avenir devant lui. La garantie de l’avenir est, entre autres, l’enthousiasme des jeunes eux-mêmes, qui interagissent harmonieusement les uns avec les autres, l’enthousiasme et la bonne volonté de la direction de cette branche du KSMP.

« Les vétérans » de Liège …

Le KSMP de Liège, ce sont déjà les « vétérans ». Les vétérans ne sont ni les membres, ni les adhérents, car il y a toujours des changements parmi eux. Les années passent, et le groupe existe depuis plusieurs années maintenant, donc certaines personnes avaient le droit de devenir un peu « vieilles », et de quitter les rangs du KSMP. Des nouveaux arrivants sont venus à leur place. Il y a donc de nouveaux membres, mais le même encadrement expérimenté. Le chœur de cet ensemble a été admiré, pour la première fois, dans l’église pendant la messe. Dans le programme du festival, ce groupe s’est produit avec une opérette intitulée « l’hôpital des fous ». Il y avait là de la place pour la danse, pour le chant et pour un dialogue vivant. On a donc pu admirer, outre la danse, le chant de groupe et les solistes, mais aussi le mot polonais « pur », dans des scènes particulièrement bien interprétées et d’excellents jeux d’acteurs.

L’ensemble de Liège a gagné une reconnaissance bien méritée. La forme de l’opérette elle-même constituait déjà une certaine diversification du programme du festival, où prédominaient principalement la danse et le chant. Mais l’opérette, c’est aussi de l’action. Il est juste dommage que l’agitation dans la salle n’ait pas permis à tout le monde de suivre l’action de près. Pour certains, comme pour l’auteur de ces lignes également, il semblait qu’en raison du riche programme du festival, l’opérette prenait trop de temps. Toutefois, les conversations avec le public ont montré que cette préoccupation n’était pas justifiée. Personne ne s’est plaint de s’être ennuyé ; tous ont confirmé qu’ils s’amusaient bien avec les péripéties qui s’enchaînaient sur scène. Et la voix du public est la plus importante, car les spectacles ont été préparés pour eux !

Les interprètes des différents rôles étaient : Genia Idzikowska, dans le rôle d’Izaura, Henryk Krauze dans celui de médecin ; Michał Majewski dans le rôle d’Edward, Stasiu Formusiewicz dans celui d’Hydrogène et Heronim Paluszkiewicz dans celui de Jakub. L’accompagnement musical a été assuré par M. B. Lachowski.

Les grandes performances de KSMP Mons

Et enfin, le KSMP de la région de Mons. Le groupe s’est déjà fait une réputation pour le chant, dirigé par Mr. J. Karasiński, et pour la danse, dirigée par Mr. E. Łagocki. La prestation de cet ensemble, dans le cadre du festival KSMP, a confirmé l’opinion dont il bénéficie. Et on a déjà beaucoup écrit sur ce sujet. Il faut ajouter ici que le répertoire des chansons du groupe est de plus en plus riche et international. Outre les chansons polonaises, il interprète également des chansons françaises et italiennes.

Les groupes individuels ont été présentés par Mr. B. Kaczmarczyk. Derrière lui, c’est le président du KSMP Châtelineau Mr. J. Dałgan qui prendra la parole, pour annoncer la fin du festival, remercier tout le monde d’y avoir participé et inviter tout le monde au bal. Les derniers mots ont été prononcés par le recteur Ks H. Repka.

Discours final du recteur ks H. Repka

Tout d’abord, en français, le Recteur a remercié les invités belges pour leur aide, en particulier le P. Dejardin, pour sa constante bienveillance sur les Polonais et la sympathie qu’il leur a témoignée de manière concrète.

Il a aussi remercié tous ceux qui ont participé à la préparation du festival : les équipes de jeunes et leurs soutiens, les responsables dans les coulisses, ce qui est un exemple concret d’une coexistence fructueuse entre les jeunes et la vieille génération.

Le recteur a également exprimé sa gratitude à la sympathique délégation française du KSMP pour sa venue, soulignant l’utilité de tels contacts. Enfin, le recteur a adressé des compliments particuliers à l’organisateur du cinquième festival, à la section de Châtelineau du KSMP, à son patron, le père Adamski, et à toutes les personnes qui se sont empressées d’aider si généreusement. Tous tireront le meilleur de leurs souvenirs de cet événement, et repartiront avec la conviction que là où il y a coopération et ordre, il y a de beaux résultats pour l’église et pour la nation.

Une soirée de divertissement très réussie

Le soir, la musique a été jouée pour tout le monde : jeunes et vieux se sont mis à danser. Les plus jeunes surtout, parce qu’ils étaient nombreux, et c’est aussi une réussite remarquable de cet événement.

Nous concluons en affirmant que durant cet événement, tout a réussi grâce à une bonne organisation et à la volonté de coopérer. Rien n’était boiteux. Les jeunes n’ont pas été privés de leur voix. Ils ont été chargés d’une grande responsabilité, notamment le comité du KSMP Châtelineau pendant l’exécution du programme du festival, et cela a été une volonté de la direction.

Les dames qui se sont occupé de la cuisine ont fait leur devoir à la perfection. Beaucoup ne pensaient pas qu’il y avait d’aussi bonnes cuisinières à Farciennes. Le service au buffet était agréable. Le service d’ordre était poli et serviable, car ils étaient déjà « en service » dans la rue, afin que ceux qui viennent de loin puissent trouver le bon chemin, pour qu’ils ne s’égarent pas. Tout ceci a fait le succès des festivités.

( J. n. )

Jóseph Nikodem Rzemieniewski

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s