0209 – Notre folklore ( 1 ) : « Góralu, czy ci nie żal ? »

Góralu, czy ci nie żal
Odchodzić od stron ojczystych ?

Combien de fois n’avons-nous pas chanté cette chanson à Comblain-la-Tour ? Par delà, les paroles si tristes et la mélodie si mélancolique, c’est tout le mythe des montagnards polonais – les górale(1) – qu’on nous faisait ressentir. « Góral na góry spoziera, i łzy rękawem ociera ; bo góry porzucić trzeba, dla chleba, panie dla chleba ! » ( Le Góral regarde les montagnes, et essuie ses larmes avec sa manche, il faut bien quitter les montagnes, pour du pain, Monsieur, pour du pain ! ).

Nous écoutions religieusement Pan Bardo – et les autres adultes qui nous apprenaient à chanter – nous parler de ces montagnards obligés de quitter leurs terres natales parce qu’elles ne pouvaient plus les nourrir. Nous étions fascinés par ces récits graves ( les « gawędy » ) qui dépeignaient des situations désespérées et on s’identifiait à ces hommes courageux qui étaient obligés de descendre vers les plaines pour trouver du travail.

Pour les enfants que nous étions, imaginer que les adultes puissent pleurer était insupportable … et qui plus est, se les représenter en larmes, quittant leur famille, leurs enfants, la gorge serrée et l’âme en peine, nous retournait les tripes. Du coup, ce que nous préférions, c’était les histoires de ces brigands, les « zbójniki », qui n’acceptaient pas toute cette misère et qui se révoltaient contre le système … déjà ! Les légendes autour de leur chef Janosik nous exaltaient. Il faut dire que Pan Bardo avait l’art de les raconter. Et comme il voyait dans nos yeux que ces récits nous passionnaient, il brodait encore un peu plus … Janosik devenait notre Robin des bois à nous, et nous, on devenait ses valeureux compagnons d’infortune.

Par bonheur, c’était relativement facile de s’identifier aux « zbójniki ». Eux, ils ne se séparaient jamais de leur « ciupaga » ( le piolet du montagnard ) ; alors nous, on se confectionnait nos « ciupagi » à nous, avec des branches qu’on ramassait dans les bois autour de Comblain, lors de nos randonnées quotidiennes. La ciupaga servait à tout … à s’aider pour monter un talus, à secourir les filles qui n’arrivaient pas à grimper, à retourner une pierre quand la curiosité l’exigeait, à taquiner les lézards ou les orvets, à transporter sa gourde, … mais surtout à se mesurer aux autres. Quel plaisir que ces joutes fraternelles. J’entends encore le bruit des ciupagi qui s’entrechoquent. Je revois nos gestes maladroits qui miment des combats fratricides tout en mesurant les coups pour ne surtout pas blesser l’adversaire … qui était notre meilleur ami.

Parfois, nous allions encore plus loin. C’est Piotr Rozenski qui m’a rappelé récemment quelques détails que ma mémoire avait enfui trop profondément. Cette année-là, j’étais son moniteur, et Géniu Bujanowski était le sous-moniteur. Ks Kurzawa avait décrété que chaque groupe devait avoir un nom ! Nous, après concertation, nous avions décidé qu’on s’appellerait ; « Zakopane » ! Tout un programme. Les garçons étaient heureux … Freddy Motala en tête. Pour affirmer notre identité, j’avais demandé à Richard Konarski de confectionner des ciupagi pour toute la joyeuse bande. Richard a passé tous ses temps libres à sculpter les bâtons, à graver des formes dans les écorces pour être le plus proches des véritables ciupagi. Elles étaient magnifiques.

Pour l’ognisko, on avait prévu que nos garçons exécuteraient un « zbójnicki » dans les règles de l’art. Ce choix était dicté par le nom de notre groupe, bien sûr, et aussi un peu, avouons-le, pour fatiguer ces « infatigables » garnements. Ils étaient tous hypermotivés. Et donc, un beau matin, nous avons commencé l’initiation. Géniu et moi, on se relayait pour montrer les différentes figures que nos élèves s’empressaient de reproduire. Ils étaient doués et c’était véritablement un plaisir de les voir accroupis enchaîner les ciseaux et autres mouvements. C’était à celui qui serait le plus résistant, le plus endurant. Nous les encouragions et en même temps … on souriait dans notre for intérieur parce qu’on savait, par expérience, que le lendemain serait difficile … et le lendemain a été extrêmement difficile !

Je les vois encore, les malheureux, avoir un mal de chien à se lever, à tenir debout. Les douleurs musculaires au niveau des jambes les empêchaient de marcher normalement. Il a fallu se résoudre à les descendre, un à un, dans nos bras car l’escalier paraissait être un obstacle infranchissable. Les jours qui ont suivi nos déplacements furent limités. Je ne me souviens plus si, lors de l’ognisko, la danse fut finalement montrée … ça m’étonnerait. Géniu et moi, nous étions très entraînés à cet exercice, et nous avons mal évalué l’impact de cette gymnastique intense sur des jeunes garçons sans expérience. Reste le souvenir …

Il n’y a pas qu’à Comblain qu’on pouvait croiser des górale … des jeunes, des plus âgés et même des très jeunes. Il faut dire que ce costume était typique, même si parfois, par manque de moyen, on a vu des versions plus « fantaisistes » comme sur les photos qui accompagnent ce texte. Mais il n’y avait pas un spectacle, pas une cérémonie, pas un pèlerinage, ni une procession sans góral … ces photos en témoignent.

Aujourd’hui, nous avons un peu oublié toute cette mythologie des montagnards. Heureusement, Anne Wuidar dans son journal « les muses vagabondes » a consacré un article extrêmement bien fait aux górale. On peut y lire tout ce qu’on doit savoir sur le sujet : histoire, géographie, coutumes et légendes. Puisque Anne nous autorise à le reproduire ici, nous n’allons pas nous en priver. J’ai découpé son article en 4 parties ; voici la première. Merci Anne.

04/02/2019 – JP Dz

( 1 ) : Il m’apparaît important de préciser que les mots polonais, qui représentent le mieux notre folklore, conservent leur fraîcheur quand ils ne sont pas systématiquement traduits. Ceci dit, ajoutons que la langue polonaise, et ses déclinaisons, fait varier la terminaison des mots : on dira un góral ( au singulier ), mais des górale ( au pluriel ). Ces mots n’étant pas francisés, nous avons décidé de ne pas ajouter le « s » final de la langue française au pluriel déjà existant.
Nous dirons donc : un góral – des górale ; une góralka ; des góralki ; une ciupaga ; des ciupagi ; …

1560_1963
1.560 : COMBLAIN-LA-TOUR – 1963 : L’ognisko présente un góralski : ( ? ) ; … ; ( ? ).
1561_1963
1.561 : COMBLAIN-LA-TOUR – 1963 : A l’avant plan, tout à droite de la photo, Henryk Ferdyn ( Winterslag ), fils de Bogus Ferdyn et Pani Wanda Biatuszewska. Tous les 2 étaient d’anciens scouts du Limbourg et Pani Wandzia a été monitrice à Comblain ; ( ? ) ; … ; ( ? ).
1562
1.562 : PERONNES-LEZ-BINCHE : Groupe folklorique des années 50 : Edouard Rozlach ; … ; Lydie Białecka ; …
1563
1.563 : ( ? ) : Góralski, dans les années 50 : ( ? ) ; … ; ( ? ).
1564
1.564 : RESSAIX : Procession du 15 août : Tout en haut, Geniu Perzyna ; Monsieur Młynarczyk ; Eveline Ogonowski ; Pietraszek ? ; Halina Ogonowski ; Janka Micklusziak ; Vital Kciuk ; Tadek Sitarz, en górale ; Casimir Nowicki en krakowiak ; Madame Romanowicz ; Lucette Kiełtyka ; Dominique Ogonowski ; Janina Romanowicz ; Christine Marszałkowski ; Ksiadz Okroj ; …
1565
1.565 : MONTAIGU : Procession : Groupe de Charleroi ; Ks Lewandowski ; … ; ( ? ).  Et derrière avec la vierge, KSMP Liège avec Mirka, la présidente ; César Napora ; Freddy Niedudziak, portant la Vierge ; avec des lunettes foncées, Michel Majewski.
1566
1.565 : ( ? ) : Góral et Krakowiak : A gauche, Henri Majchrowski et à droite Georges Majchrowski.

Cycle des Montagnards des CARPATES – Par Anne Wuidar

https://wwf.be/fr/regions/carpates/
http://www.transcarpatie.dubuis.net/carpates.html
https://fr.wikipedia.org/wiki/Carpates

Un peu de GEOGRAPHIE et d’HISTOIRE

G_01

La chaîne de montagnes des Carpates est séparée des Alpes par le Danube. Elle couvre l’Europe centrale et de l’Est sur 1.500 km. Les Carpates et les Alpes partagent les mêmes origines tectoniques et géologiques. Leur surgissement ayant commencé lorsque la tectonique des plaques a rapproché les plaques africaine et eurasienne. Le mouvement continue et provoque régulièrement des séismes en Roumanie (épicentre de Vrancea à la jointure des trois plaques, formant le « coude des Carpates »). Le volcanisme a été actif dans certaines régions, ainsi que le prouve un thermalisme résiduel et la composition des roches.

Les plus hauts sommets des Carpates se situent en Slovaquie dans le massif des Tatras avec le Gerlachovský štít à 2.655 mètres qui est le point culminant du massif. Le deuxième plus haut massif est celui des Fagaras en Roumanie avec le Moldoveanu qui culmine à 2.544 mètres (17ème sommet le plus haut des Carpates). Les autres massifs des Carpates ne dépassent pas les 2.500 mètres.

Cette chaîne de montagnes s’étend sur sept pays – la République tchèque, la Pologne, la Slovaquie, l’Ukraine, la Hongrie, la Roumanie, la Serbie – et forme un pont entre les forêts du Nord de l’Europe et celles du Sud et de l’Ouest. Ces montagnes sont donc d’une importance capitale pour la distribution des plantes et des animaux à travers le continent. En effet, riches d’une mosaïque de paysages encore intacts et d’une biodiversité inégalée en Europe, les Carpates sont la dernière grande zone sauvage du continent. Ses montagnes et ses forêts vierges ancestrales abritent près de 4.000 espèces de plantes, dont 481 sont endémiques.

Plus de la moitié des populations d’ours bruns, de loups et de lynx du continent y trouvent également refuge. Outre les grands carnivores, les Carpates hébergent également des espèces d’oiseaux menacées comme l’aigle impérial et la chouette de l’Oural. Les paysages y sont variés : forêts de hêtres, de sapins blancs et de feuillus, pâturages de montagne, prairies de fauche.

Les massifs les plus connus sont les Tatras en Slovaquie et Pologne, ainsi que les Maramures, Fagaras en Roumanie. Ces montagnes sont un véritable paradis pour les randonneurs, elles regorgent de milliers de kilomètres de sentiers de randonnée et d’une centaine d’espaces protégés (parcs nationaux, zones naturelles protégées, réserves naturelles, réserves de biosphères…)

Le développement économique et industriel rapide de la région entraîne dans son sillage d’importantes menaces pour la nature sauvage des Carpates.

Aussi, le WWF mène-t-il des projets de long terme pour que les Carpates restent un lieu de vie idéal pour tous et que les hommes gèrent la région de façon durable, dans le respect des espèces animales et végétales. À cette fin, il travaille avec les communautés locales, notamment dans les domaines de l’écotourisme et de la gestion durable des forêts (FSC), afin de sensibiliser les populations et de préserver les richesses naturelles de ces montagnes.

La chasse et le braconnage (principalement en Ukraine) constituent un danger pour certaines espèces de gibier. On constate malheureusement une pollution de l’air et de l’eau liée à diverses activités humaines dont la monoculture, aux dépends de l’agriculture traditionnelle.

La population humaine est attestée dès le Paléolithique (Néandertal est présent dans la grotte de Šipka en Slovaquie, les plus anciens Sapiens dans Peștera cu Oase en Roumanie), associés à la faune de l’époque, aujourd’hui en grande partie disparue (Mammouths).

Plus tard, au cours de l’histoire, les hommes ont marqué le paysage. Les Daces pendant l’Antiquité et les bergers valaques au Moyen Âge furent les premiers à habiter certaines zones à l’intérieur des montagnes. En brûlant et abattant les arbres, ils créèrent de nombreux prés et clairières, qui sont un élément typique du paysage des Carpates. L’agriculture n’est présente qu’au bas des pentes et dans les vallées ; une forme traditionnelle d’élevage de bovins, de moutons, et de chevaux survit dans le sud et l’est des Carpates en Ukraine et en Roumanie, mais disparaît rapidement à l’ouest. L’exploitation forestière est la source principale de revenus dans beaucoup de régions. À son plus fort aux XIXe et XXe siècles, elle a eu pour conséquence l’abattage de nombreuses forêts et leur remplacement par des épicéas communs. La coupe rase a encore lieu en Roumanie et en Ukraine. À l’ouest, l’aménagement forestier donne lieu plutôt à des coupes progressives de régénération et à des coupes de jardinage.

Les Carpates ont vu se succéder différents peuples avant l’arrivée des Slaves qui s’y installent à partir du Ve siècle, et sont à l’origine des états actuels de Tchéquie, Slovaquie, Pologne, Ukraine et Serbie. Par la suite, d’autres sont venus en nombre ; une longue série de peuples cavaliers d’origines diverses dont les Huns, les Mongols et les Tatars.  Certains disparaîtront ensuite de la carte sinon des mémoires, tandis que d’autres, les Bulgares (slavisés) et les Magyars (appelés Hongrois), auront légué des « royaumes » avec des populations toujours présentes.

Comme tous les massifs montagneux, les Carpates ont été durant les nombreuses guerres du passé, l’enjeu de batailles acharnées notamment dans les passes, tandis que les massifs servaient de refuge aux populations chassées ou persécutées dans les plaines environnantes.

Toutes ces « strates historiques » ont laissé dans les Carpates des toponymes, des langues, des légendes, des architectures, des monuments, des musiques, des cuisines et des traditions où l’on perçoit à la fois les différences (que soulignent les nationalistes) et des influences communes.

Peuples GORALES – HUTSULES – LEMKOS – BOÏKOS

Pour moi, la rédaction d’un texte cohérent sur ce sujet précis a représenté un sérieux casse-tête. Je tenais pourtant absolument à l’aborder. Pourquoi tant d’acharnement ? Tout d’abord, parce que l’identité profonde de personnes se réclamant d’un même groupe social, maintenant des rituels vivaces en dépit de leur appartenance à des pays dont les frontières ont évolué suivant les partitions déterminées à l’issue de conflits armés, me semble profondément respectable.

Ensuite parce que ces personnes ont eu au fil des siècles un habitat constitué de montagnes, donc ils étaient particulièrement soumis à la rudesse des hivers, à la nécessité première de s’occuper de leurs troupeaux, de tirer parti de modestes ressources que leur offraient ces derniers (laine, produits laitiers, viande) ; ceci couplé au travail de la terre (légumes et céréales), au travail forestier (habitat et chauffage).

De telles conditions de vie tissent, à mon sens, des liens forts entre êtres humains, de manière différente des habitants des plaines, des villes. Un certain esprit d’entraide entre familles est nécessaire pour survivre et effectuer certaines tâches essentielles, surtout en prévoyant les hivers à venir. Le partage du travail, les moissons par exemple, crée des liens. Ces liens s’expriment aussi dans les petits actes quotidiens, dans les veillées, lors d’offices liturgiques ou de fêtes religieuses. Ces liens sont encore visibles dans les grands rassemblements qui ont encore lieu à l’heure actuelle.

Certains n’y verront « que » du folklore au sens péjoratif du terme, mais ils ont un sens bien plus profond qui est celui de l’appartenance à un groupe où chacun se reconnaît dans son semblable.

Ne soyez donc pas étonnés si je vous présente ces diverses ethnies en soulignant moins leur appartenance aux nations où ils vivent qu’à leurs identités respectives. Je vais commencer par vous parler des Górales mais il m’arrivera souvent de glisser sur les Hutsules, les Lemkos, les BoÏkos dans ces divers chapitres.

Le prochain journal sera consacré aux Husules.

Amicalement vôtre : Anne Wuidar  –  wuiwui007@hotmail.com

Extrait n° 1 des « Muses Vagabondes – Petit Journal Culturel et Artistique Slave » – n° 25 de décembre 2018.

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s