0207 – Ala i As à Comblain-la-Tour

Regardez la photo 1.542 … ce petit air de déjà vu … on croit rêver mais … c’est l’incarnation d’Ala i As !  Vous la reconnaissez ? Oui, vous ne rêvez pas, c’est : Ala i As à Comblain-la-Tour !

C’est exactement comme ça que je me représentais Ala : même sourire un peu rêveur, même douceur dans le regard. Ala a enfin un visage. Comment ne pas se remémorer toutes les aventures de la petite fille modèle qui a bercé notre enfance. La voir là, à Comblain, c’est magique. Et même si As à l’air d’être un peu distrait, on imagine déjà la page suivante … la prochaine aventure … la suite. On n’a qu’une envie : continuer à feuilleter.

Ce sourire vous le connaissez, évidemment ! Il n’a pas changé. Et c’est toujours un plaisir de le revoir. Elle était avec nous en septembre. J’aurai dû prendre avec moi mon exemplaire de l’Elementarz pour le faire dédicacer ! Je suis sûr qu’elle l’aurait fait avec beaucoup de plaisir et d’humour. J’entends déjà son rire si communicatif et je m’attends à une de ses réparties, moitié en polonais moitié en français, dont elle a le secret.
Pour ceux qui en douteraient encore, ce sourire, c’est celui de Monique Kiełtyka … et en voici encore, sur la photo 1.543, deux autres « échantillons » pris à quelques mètres de distance, à quelques années d’intervalle. Elle n’a pas changé.

Les photos publiées aujourd’hui témoignent d’une autre réalité, d’un autre aspect de Comblain tout aussi important. Comblain-la-Tour, ce n’est pas « seulement » une colonie de vacances … ce n’est pas « seulement » un lieu où les enfants se rendaient, sans leurs parents, pour faire l’apprentissage d’un autre mode de vie que le modèle familial ! Comblain, c’est aussi un endroit où on se rendait régulièrement en famille, comme dans une maison de vacances où on aurait eu ses petites habitudes. Sur ces photos, Ala – ou plutôt Monique – n’a visiblement pas l’âge de participer aux colonies. Pourtant, entourée par ses parents, et par ses proches, elle découvre un autre lieu de vie, une autre maison, un autre jardin que le sien … et elle a l’air de s’y sentir déjà comme chez soi. Rien d’étonnant.

L’avantage des lieux chargés d’émotions, c’est qu’ils ne demandent qu’à déborder. Et quand ce sont nos propres émotions qui remplissent ces lieux … on n’a pas envie de résister. On se laisse envahir par la tendresse du moment, par la douceur des sourires ou par la solennité de l’instant. Et la photo devient la clé du plaisir.

Ce n’est pas par hasard si la photo 1.542 nous fait tellement penser à Ala i As. C’est parce que Comblain s’inscrit parfaitement dans la suite logique des choses : une famille qui cultive des valeurs polonaises, un entourage qui entretient les traditions, une école du samedi qui donne du sens à cette éducation, des structures qui multiplient les manifestations culturelles, des mouvements de jeunesse qui éveillent au folklore et, enfin des lieux de rassemblement qui prolongent le sentiment d’appartenir à une communauté. Ça s’appelle la cohérence  et on peut dire que nos parents n’en manquaient pas. Ce n’est pas qu’ils voulaient absolument nous façonner à leur image ou nous « formater », mais ils savaient que pour l’équilibre des enfants, il était important de faire preuve de cohérence. C’est sans doute la vertu qui fait le plus défaut aujourd’hui dans le monde où nous vivons.

Il y a mille et une manières de raconter Comblain … Et nous nous y attelons chaque lundi, en essayant d’aborder le sujet, à chaque fois, par un éclairage différent. N’avons-nous pas chacun « Notre Comblain » ?

Si la réalité dépend du prisme à travers lequel on la regarde, il doit exister des centaines de Comblain. Celui que j’ai envie de montrer aujourd’hui, c’est celui d’un endroit accueillant et convivial où on vient en famille, où on prend la pose, avec ses parents, ses frères et sœurs, pour alimenter l’album familial. Album qu’on feuillettera ensuite avec tellement de plaisir, les longs soirs d’hiver, pour se souvenir d’où on vient.

Comblain, c’est cet endroit où se créaient parfois des liens quasi-familiaux à une époque où il n’était pas toujours simple, ni évident, d’entretenir des liens avec les familles restées en Pologne … Comblain, ce petit bout de terre polonaise qui savait – et sait toujours – accueillir et entretenir le souvenir !

Alors, oui, on aimerait beaucoup feuilleter vos albums, parcourir vos souvenirs dont Comblain est la toile de fond et découvrir ainsi d’autres facettes de ce lieu si attachant !

21/01/2019 – JP Dz

1542
1.542 : COMBLAIN-LA-TOUR : Ala i As – Monique Kiełtyka.
1543
1.543 : COMBLAIN-LA-TOUR : Monique Kiełtyka.
1544
1.544 : COMBLAIN-LA-TOUR : Monique Kiełtyka entourée par ses parents.
1545
1.545 : COMBLAIN-LA-TOUR : Sous le perron : Monique Kiełtyka et ( ? ).
1546
1.546 : COMBLAIN-LA-TOUR : Sous le perron : Madame Kiełtyka ; Madame Bardo.
1547
1.547 : COMBLAIN-LA-TOUR : Devant le réfectoire : Stefan Romanowicz ; Christine Romanowicz.
1548
1.548 : COMBLAIN-LA-TOUR : Devant le pare-terre : Stefan Romanowicz ; Christine Romanowicz.
1549
1.549 : COMBLAIN-LA-TOUR : Devant les tartines : Stefan Romanowicz  ; Jeanine Romanowicz ou Halina Chudzicka ; Christine Romanowicz et Monsieur Romanowicz.
1550
1.550 : COMBLAIN-LA-TOUR : Devant les tartines : Madame et Monsieur Chudzinski ; Monsieur Jurga ? ; Ciocia Franka ; … ; Halina Chudzicka ou Jeanine Romanowicz,  Stefan Romanowicz, Christine Romanowicz ; Monsieur et Madame Kciuk.

 

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s