0205 – Le mystère du fond de l’Ourthe

De tout temps, Comblain-la-Tour a fasciné les enfants que nous étions … Nous avons laissé là nos imaginations se libérer. On ne comprenait pas tout … mais, avions-nous vraiment envie de tout comprendre ? « Rien n’est plus beau qu’une clé tant qu’on ignore ce qu’elle peut ouvrir … ». Alors, quand nous tombions sur ce qui nous paraissait être une énigme, nous étions passionnés. Et en même temps, se confronter à des réalités intangibles et irréfutables nous titillait aussi … et nous titille toujours.

C’est sans doute un peu pour ça que nous avons décidé de créer le thème des « Revisitons Comblain » … pour refermer définitivement quelques énigmes … mais aussi pour libérer de la place et donner du grain à moudre à nos fantaisies … histoire de rester jeunes dans sa tête.

C’est sans doute un peu pour ça aussi que, lors de notre dernier week-end des Anciens à Comblain en septembre 2018, vous avez « flairé » une nouvelle énigme à résoudre, un nouveau challenge, une bonne excuse pour offrir à nos rêveries quelques épisodes supplémentaires. Certains d’entre vous m’ont même entraîné sur place pour constater de visu et témoigner sur ce nouveau « Mystère du fond de l’Ourthe ».

Effectivement, tout laissait à penser que nous étions face à une énigme ! En plein milieu du parc, l’Ourthe laissait apparaître, tout au fond de son cours, comme une construction humaine … comme un U en pierre, trop parfait pour être l’œuvre du hasard ! On aurait dit l’ébauche d’un pont, d’une passerelle ou d’un autre ouvrage d’art dont l’utilité ne sautait pas aux yeux ! Les photos 1.530, 1.531 et 1.532 sont bien garantes que ce n’était pas une hallucination collective. Mais alors … pourquoi n’avons-nous jamais rien vu ? Nous avons joué là des centaines de fois, nous nous sommes installés à cet endroit précis ( pour fréquenter ) des quantités de fois … sans jamais rien voir !

Il faut dire que la sécheresse de cet été a été exceptionnelle. Le niveau de l’Ourthe n’a sans doute jamais été aussi bas. Ceci explique pourquoi nous n’avons jamais vu cette construction … mais pas pourquoi cette construction est là ! Et voilà que nos imaginations s’enflamment à nouveau … Chacun y est allé de sa petite théorie : « C’était une passerelle ou un pont. C’est sûr » ; « C’est sans doute l’armée allemande quand elle occupait l’hôtel, pendant la première guerre mondiale, qui a commencé à construire un rempart ou un abri pour résister … » ; « Ou alors, c’est une rampe ou un quai de chargement ». Nous avons tout entendu. C’est magnifique de voir les imaginations s’emballer ! Je suis presque triste de vous contredire aujourd’hui. Parce que bien sûr, nous avons mené l’enquête … ou plus tôt, j’ai demandé à René Defossé, notre plus fin limier de la vallée de l’Ourthe, de mener l’enquête.

René a tôt fait de percer le mystère. Moi, j’ai préféré vous laisser un peu « mariner » avant de vous livrer les explications scientifiques et historiques que René m’avait livrées. Tout est clair à présent. Les éclaircissements sont venus d’un livre : « Mille ans de navigation sur l’Ourthe et ses affluents », écrit en 1973 par Robert Dalem et André Nelissen. On y apprend que, toutes sortes de constructions humaines ( ce n’est pas un pléonasme, tant on peut voir sur les bords de la rivière des constructions de … castors ), ont été élaborées dans le lit de l’Ourthe :

Les « vennes », qui servaient à retenir les poissons, et accessoirement à empêcher les eaux de s’écouler trop rapidement, les « rèles », qui étaient constituées d’un mur construit au moyen de grosses pierres et qui jouaient le rôle de digues pour éviter que les « crasses » entravent la navigation, les « bârèdjes » destinées à créer une réserve d’eau suffisante aux bateaux pour continuer, et d’autres encore … mais aucune de ces explications ne correspondant à la construction que nous avons pu voir dans le parc …

Pour comprendre pourquoi ce muret est là, il faut se rapporter à un article publié dans les Anciens de Comblain où j’évoquais la construction du « Canal de l’Ourthe » ( article n° 149 ). Mais les auteurs du livre, cité plus haut, attirent notre attention sur le fait que la « canalisation de l’Ourthe » » et le « canal de l’Ourthe » sont, en fait, deux choses essentiellement différentes. Même si les deux projets avaient le même but : la jonction entre la Meuse et le Rhin.

Concrètement – et en vous évitant une foule de détails – on dira que la canalisation de l’Ourthe, œuvre de Remy de Puyd, date de l’époque hollandaise et démarre en 1827. Il s’agissait ici d’atteindre la jonction en utilisant le lit propre de l’Ourthe sur toute sa longueur. Bien sûr, pour la rendre navigable, on construira dans la rivière des écluses ( 215 écluses ). La structure que nous avons observée en septembre est le vestige d’une de ces écluses. Ce projet finira par être abandonné !

Le Canal de l’Ourthe, projet suivant ( 1847 ), consistait à creuser une nouvelle tranchée parallèle à la rivière et … bien sûr, plus question de se servir des ouvrages terminés ou en voie d’achèvement. On fait table rase de tout ce qui a été fait et on recommence ! Pas une seule des écluses ébauchée sous le régime hollandais ne servira pour le nouveau projet. Et donc, Notre écluse n’aura jamais servi ! Notez que ce canal sera achevé jusque Comblain-au-Pont en 1857 et que d’immenses travaux de creusement viendront « ouvrir en deux » Comblain-la-Tour … pour finalement être abandonnés ! La tranchée sera rebouchée pour servir d’assiette à la ligne de chemin de fer.

L’énigme est ainsi résolue. Permettez-moi quand même d’ajouter que si notre écluse n’a jamais servi … nous, à chaque fois qu’on nous a servis, on a pas mal « éclusé ».

Mais rassurez-vous, je ne vais pas vous laisser sans une nouvelle énigme à cogiter. Ce ne serait pas gentil.

Voici donc l’énigme suivante … Lors de ce fameux week-end, Eveline et moi dormions dans la chambre n° 8. C’était en son temps la chambre de Ks Kurzawa. Depuis, 2015, nous avons déjà dormi-là à plusieurs reprises. Pourtant, il y a quelque chose que nous n’avions jamais vu ! Sur le mur, juste à côté de la fenêtre, caché par la tenture, une inscription ! Je vous laisse la découvrir sur la photo 1.535. Je vous donne ma parole que c’est vrai et que ce n’est pas nous qui l’avons inscrite ( ce serait du vandalisme ). Mais alors … ?

07/01/2019 – JP Dz

1530
1.530 : COMBLAIN-LA-TOUR – 2018 : L’Ourthe au niveau du milieu de parc.
1531
1.531 : COMBLAIN-LA-TOUR – 2018 : L’Ourthe au niveau du milieu de parc.
1532
1.532 : COMBLAIN-LA-TOUR – 2018 : L’Ourthe au niveau du milieu de parc.
1533
1.533 : Mille ans de navigation sur l’Ourthe et ses affluents : Couverture du livre écrit par Robert Dalem et André Nelissen.
1534
1.534 : Mille ans de navigation sur l’Ourthe et ses affluents : Page 104, paragraphe consacré à la construction que nous avons découvert dans l’Ourthe.
1535
1.535 : COMBLAIN-LA-TOUR – 2018 : Mystère de la chambre 8.

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s