0183 – Promenades ( 16 ) : Sur les traces de Théroigne

Le château de Fanson était une de nos destinations régulières. La photo 1.312 illustre une de ces promenades jusqu’aux abords du château. Bien sûr, il nous était interdit d’approcher trop près du bâtiment. J’ai le souvenir d’avoir été « refoulé » – au moins à 2 reprises – quand notre curiosité nous avait poussés jusque dans l’allée principale. Une espèce de garde-chasse, l’œil sévère, est venu nous signifier que « ces terres-là ne pouvaient souffrir d’être piétinées par des miteux » … Dommage !

Je ne sais pas exactement ce que craignait le noble châtelain. Nous étions pourtant inoffensifs. Sans doute que, quelque part, enfoui profondément dans la mémoire familiale des Sélys-Fanson, quelques souvenirs douloureux le mettaient en garde contre le fait de côtoyer le bas peuple. Il faut dire que l’Histoire retiendra du château de Fanson qu’il fut le théâtre d’un épisode peu glorieux : la dénonciation et la capture d’Anne-Josèphe Théroigne de Méricourt.

Ce nom peut-être ne vous dit rien ? C’est normal. De cette époque trouble qu’a été la révolution française, on retient surtout les noms des « hommes qui ont « écrit » l’histoire » ; on se rappelle de Robespierre, de Danton, de Rouget de Lisle … et quand un nom de femme apparaît … discrètement … comme Charlotte Corday, ce n’est « que » pour rappeler qu’elle ne fut « que » la meurtrière du « grand » Marat ! Pourtant, les femmes aussi ont fait l’Histoire … elles l’ont rêvée, l’ont accompagnée, s’y sont illustrées, en ont souffert et en ont payé le prix. Anne-Josèphe Théroigne de Méricourt est une de ces héroïnes de la révolution française, sans doute la plus emblématique. Vous vous demandez pourquoi, tout d’un coup, j’éprouve le besoin de vous parler d’elle ? C’est que son nom est irrémédiablement associé au château de Fanson.

Parfois, notre petite histoire à nous ( avec un tout petit « h » ), simples vacanciers et humbles promeneurs des alentours de Comblain-la-Tour, pouvait croiser la grande Histoire ( celle qu’on écrit avec un « H » majuscule ). C’est le cas ici. Avant nous, des personnages illustres ont foulé les mêmes chemins, les mêmes sentiers. Peut-être se sont-ils arrêtés devant les mêmes paysages, se sont-ils nourris des mêmes impressions et ont rêvé des mêmes choses ? Qui sait ? Anne-Josèphe est originaire de la région ; elle vécut une partie de son enfance à Xhoris. C’est une enfance triste et malheureuse qui la pousse à rêver d’autre chose.

Après moult tribulations, elle débarque dans un Paris en pleine ébullition. Elle épouse les thèses des révolutionnaires, se passionne pour la naissance d’une nouvelle société et devient vite la figure de proue des antiroyalistes. Mais, c’est difficile de s’imposer dans un monde où la « Déclaration des droits de l’Homme et du Citoyen » va jusqu’à ignorer – même dans son titre – qu’il y a aussi des Femmes et des Citoyennes ! Pourtant, elle se lance dans ce combat corps et âme. L’Histoire retiendra d’elle qu’elle fut la première féministe … elle le paiera très cher. Incomprise, sans doute parce que trop enthousiaste, et insoumise, beaucoup trop tôt, elle fera l’objet de toutes sortes d’accusations qui l’obligeront à fuir sur les terres de son enfance et se réfugier, en 1791, au château de Fanson ! Mauvaise idée … Le baron de Sélys-Fanson l’espionnera et la dénoncera. Pauvre type !

Pour ma part, j’avais osé imaginer, qu’en septembre prochain, on pourrait aller se promener jusqu’au château, comme à l’époque de notre adolescence, mais qu’on pourrait en plus – enfin – accéder à l’intérieur et découvrir cette résidence comme à l’époque d’Anne-Josèphe Théroigne de Méricourt. Mais c’était ignorer que finalement … rien n’a vraiment changé ! Nous sommes toujours tenus à l’écart … le plus loin possible … les riches avec les riches et les autres … La révolution française n’a pas servi à grand-chose !

J’avais presque abandonné le rêve de nous faire découvrir l’intérieur du château … mais le hasard est fantasque et tout à fait par hasard, j’ai découvert que Stephan Bern avait consacré une partie de ses « Secrets d’Histoire » à la vie tumultueuse d’Anne-Josèphe Théroigne de Méricourt. Pour illustrer la vie de la première des féministes, il s’était rendu au château de Fanson pour y tourner une partie de son épisode. Cet épisode a été accessible pendant longtemps sur Internet … j’avais l’intention de partager le lien … malheureusement, depuis quelques jours, il devenu inaccessible. Décidemment!

Quant à notre héroïne, Anne-Josèphe Théroigne de Méricourt, elle finira sa vie d’une manière misérable, abandonnée de tous dans une cellule de l’hôpital de la Pitié-Salpêtrière à Paris où elle sera donnée pour folle. Si elle a perdu la raison, c’est peut-être qu’elle avait osé rêver trop… ou trop tôt. Si elle a perdu l’esprit, j’ai la faiblesse de croire que son esprit est revenu sur les terres de son enfance, ici à Xhoris, et que nous l’avons croisé, et qu’il nous a inspiré plus de « liberté », « d’égalité » et de « fraternité».

06/08/2018 – JP Dz

PS : Comment terminer cet article sans rappeler que l’immense Charles Baudelaire s’est inspiré de ce personnage si romantique pour écrire, dans « Les Fleurs du mal », son célèbre : « Sisina » :

« Imaginez Diane en galant équipage,
Parcourant les forêts ou battant les halliers,
Cheveux et gorge au vent, s’enivrant de tapage,
Superbe et défiant les meilleurs cavaliers !

Avez-vous vu Théroigne, amante du carnage,
Excitant à l’assaut un peuple sans souliers,
La joue et l’œil en feu, jouant son personnage,
Et montant, sabre au poing, les royaux escaliers ?

Telle la Sisina ! Mais la douce guerrière
À l’âme charitable autant que meurtrière ;
Son courage, affolé de poudre et de tambours,

Devant les suppliants sait mettre bas les armes,
Et son cœur, ravagé par la flamme, a toujours,
Pour qui s’en montre digne, un réservoir de larmes. »

Charles Baudelaire

1312
1.312 : XHORIS : Devant le château de Fanson : Michel Pietka ; ( ? ) ; Patrick Madaj ; Michel Konarski ; Philippe Pietka ; Jef Rozenski.
1313
1.313 : XHORIS : Le château de Fanson.
1314
1.314 : XHORIS : Le château de Fanson.
1315
1.315 : XHORIS : Le château de Fanson.
1316
1.316 : XHORIS : Le château de Fanson.
1317
1.317 : XHORIS : Le château de Fanson.
1318
1.318 : XHORIS : Le château de Fanson.
1319
1.319 ; XHORIS : Le château de Fanson.
1320
1.320 : XHORIS : Le château de Fanson.
1321
1.321 : XHORIS : Le château de Fanson.

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s