0163 – Galerie 2

Voici encore quelques tableaux à accrocher au petit musée de notre mémoire … ! Ils représentent des scènes d’une vie ordinaire mais dans un endroit qui, lui, ne l’est pas du tout … !

À première vue, ces tableaux n’ont pas grand-chose en commun : les photos ont été prises à des époques différentes, les personnages sont différents et ne se connaissent sans doute même pas, ce ne sont pas les mêmes photographes qui ont immortalisé ces instants-là …

Aussi, s’il fallait écrire quelques mots pour inaugurer cette galerie-là, on aurait beaucoup de mal à trouver le fil d’Ariane capable de relier tous ces tableaux … à part, très certainement, le plaisir partagé lors de ces instantanés de vie, saisis au vol … !

On pourrait alors pousser la réflexion un peu plus loin et s’interroger sur ce que nous avions réellement en commun ou ce qui faisait que là, nous nous sentions tous si bien ?

Bien sûr, on pourrait être tenté de rechercher la réponse dans le fait que nous étions tous polonais, tous catholiques pratiquants, tous issus de l’immigration, tous … Mais ce type de réponse serait un peu réducteur et ne correspondrait pas à la réalité des faits. Cela pourrait donner l’impression qu’il y avait une volonté de se retrouver entre soi, qu’il y avait comme une forme de sélection, pour ne pas dire de « ségrégation » qui n’avait cependant pas cours, à l’époque à Comblain.

C’est au contraire le mot « ouverture » que j’associe spontanément à la formidable mixité qui régnait durant les colonies. Rappelez-vous … combien d’entre nous ne parlaient qu’un polonais approximatif ? Combien ne le parlaient pas du tout ? Combien d’entre nous n’avaient qu’un seul parent d’origine polonaise, ou aucun des deux ? Il suffirait de retrouver les noms de famille de tous les participants pour en être persuadé. Et ça n’a jamais posé le moindre problème à personne.

Ce n’est pas non plus notre lieu de résidence, ni la langue que nous parlions quotidiennement qui nous rapprochaient. À Comblain, on venait des 4 coins de la Belgique et même d’ailleurs. À Comblain, on parlait polonais, mais aussi néerlandais, français, anglais, allemand … et, même sans être polyglotte, tout le monde se comprenait. La langue n’a jamais été un obstacle pour nous. Nous avons appris très jeune à utiliser les mots pour en faire des ponts et non pas des barrières, ni des murs. Je n’ai pas le souvenir d’avoir croisé un seul enfant mis à l’écart pour sa différence d’appartenance à tel ou tel groupe linguistique ou autre … J’ai par contre d’innombrables souvenirs d’enfants et d’adolescents se traduisant les consignes, les plans pour de futures bêtises et les histoires drôles … et tout le monde s’amusait des mêmes choses. Et c’est maintenant le mot « légèreté » qui s’impose dans mon esprit. C’est lui qui reflète le mieux notre état d’esprit d’alors.

Une fois sur place, on découvrait des « étrangers » qui devenaient très vite des amis. Personne ne songeait à économiser ses efforts, ni à se protéger … se protéger de qui ? On avait confiance. Cette « confiance » était spontanée, naturelle et sans aucune arrière-pensée. Elle transpirait de partout, et tous les visages souriants qu’on croisait n’étaient que l’expression d’une confiance intérieure qui semblait inépuisable. Elle était même à l’origine de tout. Car il leur a fallu une sacrée confiance, quand « ils » ont décidé de se lancer dans cette aventure et acheter l’Hôtel du Parc … de la confiance les uns dans les autres … de la confiance envers la communauté polonaise – sans qui ils n’auraient pas pu financer l’achat – mais aussi de la confiance dans l’avenir et dans les générations futures.

C’est ainsi, qu’avec ces trois valeurs « ouverture, légèreté et confiance », le rêve de quelques-uns est devenu le petit paradis de tant d’autres.

Depuis, nous avons grandi. On nous a convaincus qu’il était important d’être raisonnable, sérieux, réfléchi.

On nous a appris qu’il fallait être plus méfiant, qu’il fallait savoir tenir une certaine distance avec les autres … surtout quand ils étaient trop différents … On sait maintenant faire la part des choses, veiller à nos intérêts, jauger les avantages et les risques du quotidien, distiller notre confiance et notre amitié ; pour un peu, on aurait perdu notre belle âme d’enfant …

Mais quand on y pense, il suffit de pas grand-chose pour retrouver un peu de la magie de cette enfance révolue : quelques souvenirs évoqués sur la page des Anciens de Comblain, quelques retrouvailles d’anciens et les galeries du petit musée de la mémoire s’éclairent soudain de mille sourires …

Merci pour vos visites et n’oubliez pas le guide … n’oubliez pas que le guide, c’est vous et que ce petit musée de la mémoire est appelé à grandir chaque fois que nos souvenirs communs seront évoqués et partagés !

26/03/2018 – JP Dz

1144
1.144 : COMBLAIN-LA-TOUR : Ognisko sur le terrain de volley-ball : ( ? ) ; ( ? ).
1145
1.145 : COMBLAIN-LA-TOUR : Dans le réfectoire, anniversaire de Pani Załobek : Au centre, Pani Załobek ; autour, Pani Bardo ; … ; Mr Joseph Szczepanski ; Léo Wattiez ; … ; ( ? ) ; Georges Bardo ; Isabella Cosaro ; Luciano Cosaro ; Christine Mironczyk ? ; … ; ( ? ).
1146
1.146 : COMBLAIN-LA-TOUR : Rue des Ecoles : ( ? ) ; Richard Musiał ; Yollande Hordynska.
1147
1.147 : COMBLAIN-LA-TOUR : Devant le perron : ( ? ) ; Yolande Lewandowska ; ( ? ).
1148
1.148 : COMBLAIN-LA-TOUR : En promenade : ( ? ) ; … ; Piotr Rozenski ; … ; ( ? ).
1149
1.149 : COMBLAIN-LA-TOUR : Deux cuisinières devant l’Ourthe : Madame Dziewiacien ; Madame Bujanowski.
1150
1.150 : COMBLAIN-LA-TOUR : Devant le perron : Madame Wojas ; ( ? ) ; ( ? ).
1151
1.151 : COMBLAIN-LA-TOUR : Devant le perron : ( ? ) ; ( ? ).
1152_79
1.152 : COMBLAIN-LA-TOUR – 1979 : Sur le perron : Fabienne Laffut ; Michel Konarski ; Richard Chwoszcz ; Thérèse Spiewak ; ( ? ) ; ( ? ).

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s