0145 – « Driiiiiiiiing ! »

Vous souvenez-vous de ce son strident qui nous faisait sursauter quand nous étions à table dans le réfectoire ?

C’était le gros téléphone noir à cadran qui était installé dans le bureau de Ks Kurzawa. Sa tonalité était tellement intense que même dans nos chambres, même dans l’autre bâtiment, pendant la sieste on l’entendait. Et à chaque fois, Ks Kurzawa se précipitait pour décrocher. C’était une époque où un coup de téléphone était encore un évènement !

Nous, quelque part, on rêvait que c’était nous qui serions appelés pour répondre. Ça arrivait parfois que le prêtre ressortait du bureau pour venir chercher un tel ou une telle … mais c’était rare. Personnellement, je n’ai jamais été appelé… Qui voulez-vous qui m’appelle ? Ma mère était systématiquement cuisinière à Comblain, je n’avais ni frère ni sœur, et tous mes amis étaient déjà autour de moi. C’est comme pour le courrier.

Car, rappelez-vous, nous avions notre propre système de distribution du courrier à la colonie. Bien sûr, le facteur « officiel » apportait les lettres jusqu’au Centre, mais ensuite, c’est Betty qui prenait la relève. Betty Nowicki faisait ça très bien. Elle s’appliquait avec beaucoup de sérieux. Profitant que nous étions attablés pour le repas du midi, elle se harnachait du gros sac des correspondances ( presque trop gros pour elle ) pour lire tout haut et citer, un à un, les noms des heureux bénéficiaires d’une lettre ou d’une carte postale. Chaque bénéficiaire devenait une sorte de héros … il avait reçu des nouvelles du reste du monde.

On a du mal à s’imaginer aujourd’hui, dans notre monde ultra-connecté, ce que pouvait représenter, pour nous, un courrier reçu alors que nous étions en « vacances ». Betty c’était le lien entre l’univers de Comblain et tout le reste. C’est à ce point vrai que, il y a quelques années, quand le nouveau logo B-Post est apparu en Belgique, j’ai cru tout un temps que ça voulait dire « Betty-Post » … je me suis dit : « Tiens, Betty a repris du service ».

Perso, et pour les mêmes raisons que pour le téléphone, je n’ai jamais rien reçu. Pourtant, je me souviens d’avoir écrit beaucoup … mais à qui ? D’ailleurs, je pense qu’il y a plus de lettres qui sont parties de Comblain que l’inverse. Ce serait intéressant d’en trouver traces.

Voici quelques années, alors que je commençais à m’intéresser aux cartes postales anciennes de Comblain, je suis tombé par hasard, au marché aux puces de Temploux, sur une carte postale écrite par Francine Zalobek ! J’ai été très surpris de la voir en vente sur ce marché de l’occasion ( je parle de la carte, pas de Francine ) et je l’ai achetée. C’est amusant de voir comment notre histoire a pu voyager dans le temps et dans l’espace. Je vous engage à l’avenir à être vigilant … si ça tombe, les marchés aux puces sont inondés des témoignages de notre passé … il suffirait peut-être de prendre le temps de fouiller dans tout ce fourbi … ce serait bête de rater une « occasion ».

20/11/2017 – JP Dz ( merci à Jef Rozenski pour m’avoir soufflé l’idée du thème ).

0995
0995 : Betty Nowicki.
0996
0996 : COMBLAIN-LA-TOUR : Dans le parc : Richard Konarski ; Betty Nowicki.
0997
0997 : COMBLAIN-LA-TOUR : Dans le parc : Monsieur Nowicki ; Annie Nowicki ; Daniel Pietka ; Erik Nowicki ; Jean-Pierre Dziewiacien ; Betty Nowicki ; Eddy Nowicki.
0998
0998 : COMBLAIN-LA-TOUR – 1972 : Carte postale : Envoyée par Francine et Georges Załobek.
0999
0999 : COMBLAIN-LA-TOUR – 1978 : Carte postale : Envoyée par Olivier ( ? ).

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s