0065 – Upływa szybko życie

Aujourd’hui c’est, pour moi, un jour un peu spécial …
Je m’excuse déjà de me mettre ainsi à la lumière et de prendre … toute la place dans le lit.
Je serai, sans doute, encore plus nostalgique que d’habitude …
Pardonnez-moi … mais aujourd’hui c’est, pour moi, un jour un peu spécial …

Hier ( avant-hier ? ), c’était le temps de l’enfance ( photos 65 ; 90 ).
Je courrais encore en culotte courte dans le parc de Comblain. Je m’y vois encore.
Mais je revois aussi – déjà – Ks Kurzawa qui m’appelle et qui m’explique qu’il a un énorme problème avec le groupe des petits allemands. Le moniteur est seul et débordé. Il n’en sort plus … « Et toi, Janek, tu n’as pas encore l’âge d’être sous-moniteur, mais tu fais preuve de tellement de maturité … j’ai tout de suite pensé à toi pour … blablabla  ».

Je me suis fait avoir comme un enfant de chœur ( que j’étais par ailleurs ). J’ai laissé mes copains continuer à s’amuser et j’ai assumé. C’était la fin de l’enfance. Le début de la vanité ?
Les quinze derniers jours de la colonie, je les ai passés à balader des « un-peu-plus-jeunes-que-moi » avec qui je n’avais que 5 mots en allemand à échanger. Mais ce n’était pas le pire. Le pire, c’était cette odeur d’urine dans laquelle ma nouvelle chambre baignait ; j’ai mis très longtemps à me débarrasser de cette odeur. Merci encore pour la promotion

Hier encore, c’était le temps de l’adolescence.
C’était loin d’être désagréable. J’avais l’impression d’être pris au sérieux, d’être mieux considéré.
J’montais des échelons … j’prenais du grade … j’pouvais enfin dire « Maintenant … je sais ».

Et pourtant, je ne savais rien … et même si c’était énervant de voir si souvent Ks Kurzawa … juste derrière … au moindre petit évènement … finalement … quel soulagement ! ( 106 ; 364 ).

Hier encore, c’était le temps de la jeunesse ( 365, 366, 367 ).
La mienne fut polonaise, colorée, folklorique, virevoltante, responsable et passionnante.
La vôtre aussi. Nous nous sommes rencontrés souvent.
C’était le temps du « góralski » et de la souplesse, le temps des « kaftan » et des plumes de paon, le temps des bottes rouges et des applaudissements.
C’était le temps des traditionnelles Majówka à Comblain-la-Tour. Moi, j’attendais fébrilement ces fins d’années scolaires qui se terminaient si bien, avec tous les autres KSMP, à Comblain.

Hier encore, c’était le temps des premiers émois … de l’Amour que j’ai rencontré dans le parc, le long de l’Ourthe, un jour de juillet.
C’était le temps des petits baisers qu’on s’échangeait furtivement dans l’arbre aux singes ou dans le petit bosquet du côté du chemin de fer. Et puis, on rentrait au réfectoire, main dans la main, en pensant que jamais rien ne pourrait jamais nous arriver … et en essayant d’être discret …juste assez que pour être sûr que tout le monde nous voyait.

Et quand j’avais envie de lui voler – par surprise – un dernier « petit bisou », alors qu’elle était déjà remontée dans sa chambre, je m’assurais que la voie était libre, que personne ne nous avait épié, que Ks Kurzawa était assez loin, que je pouvais enfin m’élancer dans la cage d’escalier … mais – malgré toutes mes précautions – à chaque fois, à chaque foisà chaque fois, j’étais à peine sur la deuxième marche qu’une main s’abattait sur mon avant-bras !

Avant même de me retourner, je savais déjà à qui appartenait cette main. Pourtant je l’avais vu, à peine quelques minutes plus tôt, dans le fond du réfectoire. Comment faisait-il ? Je me retournais lentement en suivant la main … la soutane …l’épaule … et Ks Kurzawa qui me regardait … même pas fâché … même pas en colère. On aurait dit comme de la lassitude dans son regard.

Au bout d’un moment, il disait : « Janek, Janek, où tu vas encore ? ». Il n’attendait pas de réponse. Il savait bien vers où je tentais de m’élancer. Pour faire bonne figure, je baragouinais une réponse du genre « J’ai prêté mon pull hier soir, et j’en ai besoin ». Mais aucun de nous deux n’y croyait … surtout qu’il faisait 30° dehors. Alors, je repartais dans le parc, tout seul et désespéré, en ruminant contre cette main si castratrice.

C’est à ça que je pensais – ce 28 juin 80 – quand j’ai vu, encore une fois, cette main se lever devant moi …  Cette main qui m’avait si souvent freiné dans mon élan. Mais heureusement … cette fois-ci, elle s’élevait seulement pour nous bénir. J’ai eu envie de crier à Ks Kurzawa « Alors, mon vieux, c’est lequel de nous deux qui a gagné maintenant, hein ? ». Mais je savais déjà que c’était « tous les deux qu’on avait gagné » ( 368 ; 369 ).

Excusez-moi encore d’avoir été si long … si personnel … si mélancolique …
J’avais envie de me retourner un peu et de sourire à tout ça. Et pas seulement de sourire.
Si vous êtes arrivé jusqu’ici, c’est que vous êtes très courageux. Bravo, je vous félicite … et merci.

Aujourd’hui, c’était pour moi un jour un peu spécial. Aujourd’hui … 6 juin … j’ai 60 ans.

Upływa szybko życie,
Jak potok płynie czas,
Za rok, za dzień, za chwilę,
Razem nie będzie nas.

 

I nasze młode lata,
Popłyną szybko w dal,
A w sercu pozostanie
Tęsknota, smutek, żal …

06/06/2016 – Jean-Pierre Dziewiacien

0065
0065 : COMBLAIN-LA-TOUR devant le perron : Debout : Pierre Front ; Richard Konarski ; Accroupis ; Jean-Pierre Dziewiacien ; ( ? ) ; Pierre-Marie Pytel
0090
0090 : COMBLAIN-LA-TOUR – Halte dans les bois : Devant, Francis Leleux ; allongé aux pieds d’Alice Bardo, Jean-Pierre Dziewiacien ; à la droite d’Alice, Bernard Pytel ; au fond, au centre Raymond Mielcarek, avec à sa droite Pierre Front et à sa gauche, Mirka Tchajka.
0106
0106 : COMBLAIN-LA-TOUR – Ognisko : Alexandre Persik ; Jean-Pierre Dziewiacien ; Ks Kurzawa.
0364
0364 : COMBLAIN-LA-TOUR : Dans le parc : Jean-Pierre Dziewiacien ; Daniel Pietka.
0365
0365 : KSMP Mons : Michel Mikolajczek ; Marek Bujanowski ; Jean-Pierre Dziewiacien ; Alexis Łagocki ; et tous les autres.
0366
0366 : KSMP Ressaix / Centre : Accroupis : Jean-Michel Deputat ; Daniel Kowal ; André Walaszyk ; Michel Spiewak ; Jean-Pierre Dziewiacien ; Vital Czuk. Debout : Dominique Ogonowski ; Marilyne Desmet ; Simone Wattiez ; Danièle Perzyna ; Eveline Ogonowski ; Malvina Rusowicz.
0367
0367 : KSMP Ressaix / Centre : Devant : Eveline Ogonowski ; Danièle Czajkowski ; Danièle Perzyna ; Simone Wattiez ; Marilyne Desmet ; Malvina Rusowicz. Derrière : Jean-Pierre Dziewiacien ; Michel Spiewak ; Vital Czuk ; Janek Perzyna ; Jean-Michel Deputat ; André Walaszyk.
0368_1980
0368 : RESSAIX – 28/06/1980 : A l’église : Ksiadz Kurzawa ; Eveline Ogonowski ; Jean-Pierre Dziewiacien.
0369_narodowiec_1980_06_27
0369 : Narodowiec : 27/06/1980.

 

Publicités

Un commentaire sur “0065 – Upływa szybko życie

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s