0008 – Promenades ( 2 ) : Comblain-au-Pont

Les promenades : épisode 2

Un grand classique des promenades, c’était COMBLAIN-AU-PONT.

Tous les jeudis matin, tous les groupes de la colonie se rendaient au marché de Comblain-au-Pont.
L’air de rien, entre les 2 villages, il y a une fameuse trotte et la route qui les relie était, déjà à l’époque, dangereuse. C’est donc en file indienne, encadré par les moniteurs et avec un maximum de vigilance que tout ce petit monde s’en allait « faire son marché ». Aujourd’hui encore, après tant d’années, le marché existe toujours.

Une fois arrivé sur place, c’était programme libre. Les filles en profitaient ( déjà ) pour faire des achats, les garçons, pour boire un verre. Les plus courageux remontaient vers la Tour Saint-Martin. De là, le site offrait une vue splendide sur tout le village, jusqu’au confluent de l’Ourthe et de l’Amblève.

Le point de ralliement pour le retour, c’était sur les escaliers, au pied de l’église – photo 47.
Une fois que tout le monde était rassemblé, la longue file indienne s’en retournait vers Comblain-la-Tour.
Bien souvent, ce sont les filles qui avaient acheté des oranges, des pastèques,… et ce sont les garçons qui les transportaient.

J’avoue que ce n’était pas seulement par sens du sacrifice. D’autres considérations « techniques » rentraient en ligne de compte ; celui qui se chargeait du fardeau, méritait « au moins », sa part de fruits, et « au mieux », la considération de la fille. Et plus si affinité.

Un autre itinéraire existait pour rejoindre le marché : par en haut, en passant par le hameau de Géromont.
Cet itinéraire a été régulièrement utilisé au début. Plus tard, il a été délaissé, car pas très pratique.
Il fallait d’abord monter sur la colline qui surplombe l’Ourthe et puis redescendre, mais surtout traverser des zones où les anciennes carrières avaient laissé des milliers de cailloux. Le sentier devenait difficilement praticable. Les filles n’aimaient pas trop passer par là. Leurs sandalettes légères ne supportaient pas bien pareilles conditions de marche. Et quand les filles ne veulent pas…

Sur la photo 48, un groupe pose avant de quitter le marché et repartir pour la colonie.
Vous reconnaîtrez : Danielle Konarski ; Christine Konarski ; Marek Bujanowski ; Jean-Pierre Dziewiacien.
Aidez-nous à retrouver le nom des autres.

Nous n’allions pas seulement à Comblain-au-Pont pour le marché…
Quand il faisait très chaud, et que les moyens financiers le permettaient, nous allions visiter la grotte de l’Abîme. C’était l’idéal pour se rafraîchir. L’expédition nécessitait d’avoir plus de temps et d’être préparée.
Il fallait absolument que les enfants emportent avec eux les pulls ou des vêtements chauds. Mais tous en repartaient fatigués, mais ravis.

Plus tard, dans les années 70 / 80, un bâtiment communal, à l’entrée de Comblain-au-Pont, a même abrité un musée du cycle. On pouvait y admirer une collection impressionnante de vélos et de motos.
Ce musée a malheureusement disparu.

Pour ceux que ça intéresse, le syndicat d’initiative travaille à mettre en valeur les différents aspects du village.
Ils ont développé un site très bien fichu. Voici le lien direct :

http://www.comblainaupont.be/tourisme/infos-pratiques/documentation-touristique/les-fiches-promenades

Vous y trouverez, entre-autre, des fiches promenades très intéressantes. La fiche n° 6 explique l’itinéraire qui passe précisément par le hameau de Géromont. Toutes sont téléchargeables gratuitement sur le site du syndicat d’initiative.

20/07/2015 – Jean-Pierre Dziewiacien

0047 :
0047 – COMBLAIN-AU-PONT – Place du Marché
0048 :
0048 – COMBLAIN-AU-PONT – Place du Marché : ( ? ) ; Dziewiacien Jean-Pierre ; Konarski Danielle ; ( ? ) ; Bujanowski Marek ; ( ? ) ; ( ? ) ; ( ? ) ; Christine Konarski ; ( ? )
0049 :
0049 – COMBLAIN-LA-TOUR – Groupe en promenade
0050 :
0050 – COMBLAIN-AU-PONT – Vue sur la Place du Marché à partir de la Tour Saint-Martin

0005 – Promenades ( épisode 1 )

Bonjour à tous et à toutes,

Les promenades ( épisode 1 ) :

L’activité principale des participants aux colonies de vacances de Comblain-la-Tour, c’est… « promenade ».
Ks Kurzawa voulait que les enfants soient – le plus souvent possible – dans la nature.
Donc, trois fois par jour, nous partions à l’aventure.

Les promenades du matin étaient souvent les plus longues. Il faut dire qu’après une bonne nuit de sommeil, les gosses avaient besoin de se défouler. Après la sieste, la sortie était plus modérée ; nous disposions de moins de temps. La dernière balade de la journée, avait surtout pour but de fatiguer les plus « remuants » et de les préparer ainsi à un sommeil réparateur.

Les moniteurs et monitrices, que nous étions, se souviennent de ce petit fascicule qui nous permettait d’organiser nos déplacements tout autour de Comblain. On y retrouve les noms de villages, ou de lieux dits, qui résonnent encore dans nos cœurs : Hamoir, Comblinay, Xhoris et Xhignesse ( à prononcer avec un « x » muet ), Fairon,… Une petite carte ( document 25 ) illustrait, de manière succincte, les différentes propositions de promenades. Chaque itinéraire y était numéroté et renvoyait à des descriptions plus larges ( exemples les documents 26 et 27 ).

Les parcours étaient ainsi décrits en détail. Le nombre de kilomètres permettait de savoir si l’excursion devait s’envisager plutôt au matin ou à un autre moment de la journée. Des précisions concernant les chemins à suivre limitaient les erreurs de parcours. Même si, de temps en temps, il arrivait qu’un groupe se perde dans la nature.
Des annotations plus « touristiques » permettaient, d’apprécier là un paysage remarquable, là d’apprendre quelques détails sur le bâtiment ou le château qui se trouvait sur notre route.
Parfois, des variantes étaient proposées pour permettre de découvrir encore plus.

Qui ne se souvient pas du château de Fanson ? ( photo 28 )

La photo 29 montre un groupe de filles, fières d’être arrivées jusqu’au Château et qui posent devant l’édifice.

Vous reconnaîtrez aisément :
( ? ) ; Patricia Moury ; Danielle Konarski ; ( tiens un garçon ! ) ; Thérèse Dudziak ; Christiane Konarski ; Jeanine Dudziak ; Patricia Młynarski ( ? ) et au premier plan, accroupies : Bernadette Bierczyk et ( ? ).

Cherchez l’intrus ! ! !

Bon, c’est vrai… de temps en temps… il arrivait qu’un ou l’autre… par inadvertance… ou par étourderie… suive un groupe qui n’était pas le sien.

Tous les fascicules, tous les plans, toutes les cartes et toutes les descriptions d’itinéraires n’empêchaient pas – et n’empêcheront jamais – qu’un garçon « s’égare » et se retrouve « accidentellement » au milieu d’un groupe de fille…

Le cœur a des raisons dont la raison ignore souvent la complication.

Je suis sûr que, vous aussi, vous avez connu des « égarements ». Racontez-nous nous, ça. Ça nous intéresse.
N’hésitez pas… lâchez-vous… on est entre amis.

13/07/2015 – Jean-Pierre Dziewiacien

0025 - Fascicule pour organiser les promenades – Carte et détails
0025 – Fascicule pour organiser les promenades – Carte et détails
0026 - Fascicule pour organiser les promenades – Carte et détails
0026 – Fascicule pour organiser les promenades – Carte et détails
0027 -Fascicule pour organiser les promenades – Carte et détails
0027 – Fascicule pour organiser les promenades – Carte et détails
0028 - FANSON – Château de Fanson – Itinéraire n° 2 – 12 Km
0028 – FANSON – Château de Fanson – Itinéraire n° 2 – 12 Km
0029 - FANSON – Château de Fanson – groupe de filles : ( ? ) ; MOURY Patricia ; KONARSKI Danielle ; DZIEWIACIEN Jean-Pierre ; DUDZIAK Thérèse ; KONARSKI Christiane ; DUDZIAK Jeanine ; MLYNARSKI Patricia ; ( ? ) ;  Au premier plan, accroupies : BIERCZYK Bernadette ; ( ? )
0029 – FANSON – Château de Fanson – groupe de filles : ( ? ) ; MOURY Patricia ; KONARSKI Danielle ; DZIEWIACIEN Jean-Pierre ; DUDZIAK Thérèse ; KONARSKI Christiane ; DUDZIAK Jeanine ; MLYNARSKI Patricia ; ( ? ) ; Au premier plan, accroupies : BIERCZYK Bernadette ; ( ? )
0030 - Groupe en promenade
0030 – Groupe en promenade